Dimanche 9 décembre 2018 : Pas contents sur les crêtes du Content…

Mont Aunos (2514 mètres)

Distance : 12 km   Dénivelée : 950 mètres

 

Eric et Gabriel, métamorphosés en Véronique et Davina (mais en moins fluo), nous proposent une séance d’échauffement-réchauffement sur le parking de Saint-Dalmas-le-Selvage, en attendant que le dernier véhicule arrive.

DSC03497

DSC03499

Tout le monde est là ? Go ! Nous sommes aujourd’hui 28, dont les deux profs de gym-tonic cités plus haut, et Denis et Tony qui complètent l’encadrement. Nous savons que le vent nous attend là-haut, sur les crêtes du Content et au sommet de l’Aunos. Le vent…une vieille connaissance… Ce n’est pas la première fois que nous aurons à lutter contre ses rafales, alors… même pas peur ! Nous sanglons vestes et bonnets, tandis que Delphine ajuste sa cagoule avec précision, pour faire coïncider au mieux trou du tissu et trous du nez.

DSC03501

20181209203859-7d7dd8d6

Les mélèzes n’en ont pas fini avec leur mue. La neige est toute rousse d’aiguilles et de branchettes : adieu notre beau rêve blanc… Pour l’instant, le vent semble nous épargner. Mais… quel est donc ce bruit de ressac, dans les arbres ? Quant aux nuages, « vrais » nuages ou nuages de poudreuse, ils filent avec une vitesse qui n’augure rien de plaisant pour la suite des opérations.

DSC03503

DSC03508

Après une brève halte-regroupement sur le plateau d’Anelle, nous poursuivons par la piste forestière pour rejoindre au mieux la crête du Content, en évitant l’ancienne piste de ski qui se transforme, au fil des saisons, en pépinière envahie de mini-épicéas.

DSC03511

IMG_0150

Pour l’instant, tout va bien. Sauf que la rumeur du vent se fait insistante… Mais nous aussi, nous insistons !

20181209214634-ed11259a

20181209214706-c11d24cf

La suite de l’aventure est au-delà des mots… Les quelques têtus qui vont finalement monter jusqu’au pied de l’Aunos, vers 2430 mètres, en redescendront complètement ahuris et un peu tourneboulés, avec des souvenirs décousus et des images en vrac dans la tête…

IMG_0152

IMG_0157

Chaque rafale est si violente que c’est comme un mur de vent, large, solide et compact, qui appuie de toutes ses forces sur le groupe en direction des pentes raides qui tombent sur le vallon de Demandols. Pas d’alternative : à genoux, et vite. Mais, même à genoux, la prise au vent est trop forte : vite s’allonger, voire se prosterner devant Éole, face contre terre, en signe de soumission absolue…

20181209214716-f1225b06

IMG_5551

Impossible de lutter contre de tels coups de butoir. Philippe, en habitué des grands vents du Cap corse, n’est pas homme à parler à la légère : nous venons de tâter du 120 – 130 kms / heure.

 IMG_5542

Gabriel envisage un instant de poursuivre l’ascension sur quelques centaines de mètres, juste histoire de faire coucou au cairn sommital, mais une ultime bourrasque nous flanque tous à terre, accrochés bec et ongles à la neige pour ne pas être emportés et roulés dans la pente : demi-tour, et très vite. Plus personne n’a envie de monter faire coucou au cairn, fût-il sommital.

 IMG_0154

20181209214726-51df0b43

Prudence à la redescente, car le vent est complètement imprévisible. Toutefois, nous commençons à nous familiariser avec ses manières de rustre, et nous tentons de repérer à l’avance le hurlement et les nuages blancs de cristaux qui l’annoncent. Le paysage est noyé dans une lumière blanche délicatement argentée qui estompe tout, un soupçon de douceur dans cet environnement brutal.

DSC03542

Le G1 rejoint le G2 au cours de la redescente, dans une neige tantôt couci, tantôt couça. La halte repas aux granges d’Anelle, au cours de laquelle nous reprenons enfin notre souffle, nous permet de retrouver un copain, redescendu avant le reste du groupe sous l’escorte d’Eric. Bravo mais quel beau baptême pour nos 3 nouveaux.

image 1

Ébouriffés comme jamais, nous nous replions au Ben Manja de Saint-Etienne, que nous retrouvons avec plaisir. Les commentaires sur la journée vont bon train, certains affirment en avoir vu d’autres en train de décoller à l’horizontale, mais pas de preuve photographique à l’appui, donc prudence avec les témoignages, surtout ceux émanant des copains… Nous repartons bien lestés de gâteaux et de boissons chaudes ou fraîches : le vent ne pourra plus jouer avec nous comme avec des fétus de paille.

Dimanche 2 décembre 2018 .Cime de Moravachère (2406 mètres)

 En boucle au départ d’Isola  pour une  Dénivelée de 950 mètres et une  Distance de 13 kilomètres

« Une première pour une première » ! déclare notre président Gabriel, tout heureux de son bon mot… Comprendre : une « première » (une course jamais faite) pour une « première »  (première sortie de la saison).                                      

Et première en plus pour cinq petits nouveaux

IMG_2757

IMG_2769

IMG_2774

Les raquettes n’en sont toujours pas revenues : on les a tirées de leur placard après seulement 6 mois (voire 5 pour certaines) d’hibernation annuelle. Quel pays béni des dieux, ce 06… Revoilà notre massif préféré sous la neige, et revoilà le groupe « raquette alpine » consultant fiévreusement le programme des réjouissances à venir, présenté par les cadres de la section lors d’une sympathique soirée d’ouverture de la saison.

IMG_2778

IMG_2780

Dimanche matin, 7 heures, à Saint-Martin-du-Var : Tony, agité comme un comprimé effervescent dans un verre d’eau, coche des noms sur sa liste, tient conversation avec 5 personnes à la fois, organise le covoiturage… On le retrouve avec joie tel qu’on l’avait quitté en mai dernier, d’une efficacité redoutable, et toujours souriant ! Il nous présente plusieurs nouvelles recrues pour cette première sortie de la saison, vendue en tant que sortie « d’initiation » (hum-hum, voir plus loin).

 DSC03394

Outre Tony, revoilà Gabriel, Denis, Eric, Vincent… On se rend vite compte que ces quatre-là n’ont pas dû passer l’été dans une chaise longue. La forme est au rendez-vous. Dans leurs traces, le groupe va progresser vers le col de la Lombarde à bon rythme. Au total, nous sommes 34, un score prometteur.

 20181203174510-4c2f209a

La neige est bien là. Pas trop de sous-couche, mais on fera sans. Par endroits, quelques buissons affleurent, ou un peu de terre avec quelques brins d’herbe jaunie. Mais, globalement, il y a là de quoi faire le bonheur des raquettistes qui aiment tant voir la vie en blanc.

 IMG_2746

L’itinéraire monte, donc les conversations baissent, classique… Les jambes bien chauffées par la grimpette progressive au col, nous obliquons sur la gauche pour prendre la crête de la Lausetta, récemment labellisée Grande Traversée du Mercantour, qui démarre à la tête de l’Adrech d’en Barris et s’en va jusqu’au sanctuaire de Santa-Anna-di-Vinadio.

 DSC03421

IMG_2753

Une raide montée en courts lacets, et nous voilà devant notre plat du jour : un de ces beaux parcours panoramiques dont nous sommes si friands. À droite l’Italie, Orgials, Valletta, Aver, Gias dei Laghi et Maladeccia ; à gauche la France et tant de sommets bien connus, gravis ou encore à programmer, dominés par l’emblématique Mounier (d’un blanc…).

 pano4

P1070826

P1070829

D’un seul élan, nous allons jusqu’à la cime Moravachère. Les nouveaux adhérents ont le sourire : c’est donc ça, une sortie raquette CAF ? Que du bonheur ! Mais grimper en haut des montagnes, c’est bien ; en redescendre, c’est mieux. Et, parfois, il est plus compliqué d’en descendre que d’y monter… Un quart de tour vers la gauche, et nous voilà tous face à la pente. Nous avons bien compris que l’intraitable Denis ne nous autorisera à casser la croûte qu’une fois sortis des difficultés qui nous attendent…

 IMG_2790

IMG_2795

Facile ! Il n’y a qu’à suivre les traces des premiers pour arriver en bas. Oui, mais quand ce sont Philippe et Vincent qui jouent les ouvreurs, on a affaire à des traces (très) sportives : ces deux-là doivent avoir de l’ADN de dahu dans leur patrimoine génétique…  Bien sûr, on finit tous par arriver en bas de cette pente, longue, raide et glissante, mais certains semblent plus détendus que d’autres à l’issue de l’épreuve…

DSC09400

 DSC09404

Une arrière-garde moins à l’aise, coachée par Fred, Denis, Eric, Tony et Jean mettra du temps pour sortir de ce passage difficile, alors que les plus chanceux sont déjà en train de sortir leur sandwich tout en surveillant l’évolution de la situation. Fred se charge d’un sac supplémentaire, Jean en déleste quelques autres :

 DSC03463

 

le poids est un facteur aggravant lorsque l’on est fatigué ou en équilibre précaire. Quant à Denis, il explique, démonstration convaincante à l’appui, quelle est la « bonne » position à adopter pour éviter la chute. Mais de la théorie à la pratique, la route est semée de glissades…

 DSC09407

Mais que fait donc Eric ? Un des participants est-il blessé ? Une raquette vient-elle de casser ? Pourquoi diable tire-t-il quelqu’un par une raquette dans cette longue pente ? Rien de grave ! Juste un pari entre encadrants assoiffés : le dernier arrivé en bas paye le coup à boire !

 DSC03469

Le torrent se traverse sur une espèce de barrage de castors, mais les 34 réussissent à aborder sur l’autre rive presque sans passer au travers des branches. Un tel exploit impose le respect… Enfin la pose pique-nique sous l’œil bienveillant de Sant Anna di vinadio 

 DSC03466

Le soleil nous rejoint dans la longue remontée vers le col de la Lombarde, puis nous quitte dans la redescente sur Isola 2000 où nous retrouvons, tout heureux, chaussettes sèches et moelleuses banquettes des voitures.

 P1070842

image mod

Le premier pot de l’amitié nous regroupe à Isola-Village, à l’issue de cette journée riche en rires et en émotions. La tradition est respectée : toutes sortes de bons gâteaux circulent pour accompagner le thé ou la bière. Nos amies pâtissières n’ont pas perdu la main entre deux saisons « raquette ».

 IMG_2821

Gabriel sonde un peu le moral des nouveaux adhérents, qui a été mis à rude épreuve dans la redescente de Moravachère. Pas trop de stress post-traumatique à gérer, semble-t-il, puisqu’ils parlent de revenir la semaine prochaine. La main sur le cœur, Gabriel jure que nos sorties ne se terminent pas toujours sur des pentes aussi impressionnantes. Foi de président, c’est la vérité : pas toujours !

 IMG_4348

PS : Une très douce et très affectueuse pensée pour notre Michel préféré. Peut-être quelques semaines d’éclipse en vue, peut-être pas ? Si tu savais comme on vous attend, toi, ton rire et ta gentillesse… Je t’embrasse au nom de toute la troupe. À très vite.

week-end retrouvailles

Week-end retrouvailles raquettes 10 et 11 novembre 2018,

Gîte « Neige et Merveilles », aux portes des Merveilles.

Au vu de la météo, on ne s’attendait pas trop à en voir des merveilles …

 

1er jour :  Mont Agnelino ≈ 14 km et 930 D+

2ème jour :   Pas de la Nauque, crête de VespeÏ, Pointe de Viole ≈ 9 km et 750 D+

 

Le rendez-vous de 7h à Trucco a été reporté à 7h30 à la demande générale des 18 participants, nous n’étions pas très pressés de randonner sous la pluie. Pour se donner du courage, nous nous arrêtons à St Dalmas de Tende pour avaler un petit café. Et nous voilà partis pour Castérino, l’objectif de la journée est le Mont Agnelino, circuit inédit … De gros nuages gris nous cachent le sommet mais pas de pluie pour l’instant, c’est donc plein d’espoir que nous nous lançons dans une montée soutenue vers la baisse d’Ourne. Les bavardages vont bon train, on a plein de choses à se raconter depuis l’été. Montée agréable dans le bois de Gallinon, où les mélèzes ont revêtu leur belle robe orangée. Au sortir du bois, la neige nous accueille et nous accompagnera tout le long de notre circuit. Les raquettes sont restées dans les voitures mais malgré tout  nous pouvons progresser facilement à pied. Sous le mont Agnelino nous décidons de passer par « La porte » qui nous amène à l’entrée d’une casemate par une ancienne route militaire. Il s’agit de l’une des 4 casemates qui constituent un ouvrage imposant faisant partie des fortifications de la rive ouest de la Roya. Le sommet du Mont Agnelino est vite atteint mais le brouillard nous engloutit, nous devinons derrière ce rideau opaque la cime du Bégo, objectif initial de ce week-end. Nous poursuivons sur la crête avant de plonger sur la piste en contrebas qui nous ramènera à la baisse d’Ourne. Retour aux voitures par le même itinéraire, il n’est que 15h, nous sommes à peine un peu humide, nous nous réjouissons de ne pas avoir eu de pluie …

Hélas, il nous faut maintenant rejoindre le gîte, 20 min à pied depuis le parking, chargés comme des mulets. La pluie annoncée se met à tomber, une pluie  pénétrante qui nous glace jusqu’au os. Et c’est tout  dégoulinant que nous arrivons enfin au gîte où Marie nous accueille gentiment. Un poêle réchauffe agréablement la salle commune où nous pouvons nous sécher et nous réconforter  avec boissons chaudes et cake aux pommes de Gaby. Pour patienter jusqu’au dîner Denis et Jaja mettent de la musique et tout le monde danse dans une joyeuse ambiance.

Apéro et vin offert par Joëlle et Pascal et repas reconstituant achèvent de nous combler.

Le lendemain matin, nos espoirs de beau temps s’envolent, le circuit prévu est raccourci et c’est résignés que nous attaquons la rude montée vers le pas de la Nauque.  Malgré ce temps humide, l’ambiance est magique, ce n’est plus tout à fait l’automne mais pas encore vraiment l’hiver. Le sentier zigzague entre les mélèzes et bientôt la neige nous permet de chausser les raquettes. Parvenus au pas de la Nauque, un vent glacial nous assaille, décision est prise de poursuivre malgré tout sur la crête pour redescendre plus loin dans la forêt après la pointe de Viole. Nous cheminons dans le brouillard, arc-boutés sur nos bâtons pour lutter contre le vent et nous obliquons finalement dans une belle pente neigeuse où nos raquettes s’en donnent à cœur joie. On se régale, on se fait enfin plaisir… Nous arrivons transis à la chapelle vers 13h, à côté du gîte, où nous avions laissé nos affaires et après un pique-nique rapidement avalé redescente sur Saint Dalmas, direction le bar du Prieuré  pour notre traditionnel pot de fin de rando.

Un week-end humide mais néanmoins bien sympathique, bon préambule à la nouvelle saison raquettes qui s’annonce.

Annie20181112162900-34b450fc
20181112162918-43aef347
20181112162939-fc310d8fDSC03098DSC03107DSC03173DSC0317920181112170214-d803662420181112170224-ea98b56020181112170327-1d0a61b720181112170349-ad451ed4

Dimanche 20 mai 2018 : point d’orgue de la saison en Haute-Gordolasque !

G1 : tour de la Malédie (1500 mètres de dénivelée, 18 kilomètres)

G2 : lac Niré (800 mètres, 12 kilomètres)

 

 

Météo France nous conseillerait plutôt de rester au coin du feu avec le chat sur les genoux… Nous consultons de façon compulsive les prévisions pour ce dimanche, qui sera le dernier pour notre section raquette. Averses orageuses, petites chutes de neige, orages, ô rage, sont annoncés. Sortirons-nous ? Et si oui, pour aller où ? Le suspens entretenu autour de la robe de Meghan, à côté, c’est purement anecdotique…

 DSC07789

Nos encadrants ont sorti du chapeau le petit papier « tour de la Malédie » pour le G1. 1ère édition de ce tour pour la section raquette : le 1er avril 2012. Quant au G2, qui partira une heure plus tard, il avisera sur place en fonction de la neige et de la météo. Direction pour tout le monde : le pont du Countet. Annie, Gabriel, Denis et Vincent encadreront le G1 (16 personnes en tout). Tony, à lui tout seul, s’occupera du G2, composé de quatre dames qui lui sont d’une fidélité à toute épreuve.

 DSC07776

DSC00296

Le printemps a pris ses quartiers au pont du Countet : tous les dégradés de vert sont juxtaposés dans les arbres et dans les prairies. Pourtant, nous le savons, la neige nous attend à l’ancienne frontière, au mur des Italiens.

 IMG_3004

DSC07683

Les copines du G2 aimeraient bien monter au lac Long, pour en redescendre en même temps que le G1, et des négociations sont lancées… Mais Tony, seul maître à bord, et conscient de ses responsabilités vis-à-vis de sa petite troupe, opte pour une destination moins pentue, donc moins « à risque » : le lac Niré.

DSC07697

DSC07702

Marie-Françoise et Michèle participent à la trace. Le pique-nique se fait sur les rives du lac, mais le temps qui se dégrade contrindique la sieste digestive. À la mi-journée, un contact radio entre Gabriel et Tony permet de rassurer tout le monde sur le sort de tout le monde, et le G2 reprend le chemin du retour.

 DSC07706

DSC07723

Pour le G1, que le sac est lourd, ce matin : raquettes, piolet, crampons, baudrier, mousquetons, casque, corde pour les plus musclés… nous voilà transformés en mulets. Aussi, dès les premiers champs de neige, certains s’empressent de tomber le sac pour chausser les raquettes : ça sera autant de moins à porter. L’enneigement nous surprend et nous émerveille, en cette (presque) fin du mois de mai.

DSC00300

IMG_3007

La neige, de plus, porte bien : quelle bonne idée de s’être levé une heure plus tôt ! Nous voilà bien réveillés, dans le grand air frais qui descend du Clapier, avançant d’un bon pas vers le lac de la Fous et le refuge de Nice. Le lever à 4 heures, ronchon, grognon et cie, était justifié !

 pano1

Au niveau du refuge, les pentes qui montent vers le pas de Pagari se redressent et nous obligent à passer en mode « crampons ». Sans oublier, bien sûr, d’enfiler le baudrier « avant » les crampons. Sinon, c’est plus compliqué !

 P1130079

Deux Vincent, deux Frédéric-que, deux Gabriel-le :  on voit double, aujourd’hui ! Gabriel explique qu’il faudrait être « sortis » à midi (sous-entendu : « sorti » des difficultés), histoire de nous mettre un peu de pression, juste la dose qu’il faut pour qu’on ne relâche pas l’effort.

P1130080

Pendant cette mise au point nécessaire, Denis aborde courtoisement Vincent M. pour lui proposer, comme une faveur, la première place dans la file et la responsabilité de la trace, le tout emballé de tant de rubans et de papier cadeau que l’intéressé ne peut vraiment pas se défiler : tant mieux pour nous, car Vincent nous réussit une trace régulière et efficace pour remonter le vallon de Pagari,  bravo !

 IMG_3014

Mais pour atteindre le pas de Pagari, d’autres bonnes volontés devront se relayer en tête en alternance avec Denis… La pente est de plus en plus raide, et nous traversons d’anciennes coulées, de vrais champs de boules de neige dans lesquels on s’épuise rapidement. C’est là qu’on apprécie d’avoir quelques grands et solides gaillards dans le groupe, merci à eux… Prudence dans la dernière traversée, exposée, au-dessus de barres rocheuses, qui débouche, ouf ! enfin ! au pas de Pagari.

 DSC08525

Quel paysage… Enfin, quel paysage on aurait, sans tout ce brouillard… Nous y voilà : les prévisions météo nous ont finalement rattrapés, et pourtant on a marché vite… En attendant que Gabriel et la queue du peloton soient en vue, un conseil de guerre se tient, à cheval sur la frontière franco-italienne : qu’est-ce qu’on fait, maintenant ? Au pire : redescendre. Au mieux : tenter l’ascension de la cime Pagari (grimace de Denis).

 

Malédie et Canale Muraion

DSC00312

Mais au même moment, (signe du ciel ?) une déchirure se fait dans le brouillard, nous dévoilant l’intégralité du couloir Muraion, tandis que Jean, du fond de sa sagesse, invente un beau néologisme, un mix entre « tentant » et « jouable » qui résume la situation : « Mmmh… c’est tentable ! » Comme si nous n’attendions que ça, nous voilà tous à dévaler les pentes italiennes, en direction de la base du couloir, dans une neige excellente, en essayant de ne pas perdre trop d’altitude sous le Serre de Pagari.

 DSC00313

IMG_8930

Les cordées se forment, par deux ou par trois. Denis contrôle les encordements. Jean et ses dames démarrent. Un peu plus haut, c’est la cordée d’Annie qui prend sa suite à la trace, puis celle de Vincent H. Le couloir est en très bonnes conditions, quelle chance ! Et un léger brouillard l’enveloppe, supprimant les sensations vertigineuses que l’on peut parfois éprouver sur des pentes très raides. Malheureusement, ce même brouillard nous vole la vue impressionnante sur la paroi de la Malédie, totalement invisible tout en étant proche à la toucher.

 DSC08530

P1130097

Un chamois nous bombarde de mottes de terre qui roulent et rebondissent dans le couloir, tandis que retentit un lointain coup de tonnerre : ambiance… Et voilà que Vincent H. disparaît dans un trou au niveau d’une sorte de rimaye : c’est dire le travail de la neige, dans ce couloir, et l’importance du casque…

DSC00321

 IMG_0182

P1130103

La sortie des cordées sous la facette nord de la Malédie est un grand moment de bonheur, pour tous, même si elle se déroule dans un brouillard épais et le début d’une averse de neige. En bon ange gardien Jean attend, à la sortie du « canale  Muraion », l’arrivée de la dernière cordée

IMG_3026

 IMG_3028

Maintenant, fini les congratulations, car il faut redescendre du pas de la Malédie. Vincent H., dont l’optimisme est inoxydable, nous encourage « on voit le replat ! ». Cool ! Il ne reste donc plus qu’à l’atteindre ! Prudence extrême à la redescente, avec un encordement raccourci, afin d’enrayer une chute éventuelle.

IMG_3021

IMG_3030

Mais la neige est parfaite, pas de rocher ni de glace dans ce second couloir de la journée, tout tient bon, les marches comme le moral, et nous nous regroupons un peu plus bas pour nous désencorder, casser la croûte et remettre les raquettes (mais auparavant : enlever le baudrier, car avec les raquettes aux pieds, c’est plus compliqué).

 IMG_3045

Le lac Long, encore sous la neige et la glace, est cerclé d’un anneau d’un bleu-gris légèrement opalescent, quel beau cadeau de la Nature ! Nous poursuivons notre descente pour rejoindre les rives du lac de la Fous. Au fur et à mesure que nous perdons de l’altitude, la neige passe de très bonne à très moyenne… Un passage « pourri », en neige filante, nous contraindra à passer à pied, en louvoyant dans des zones où nous laisserons quelques beaux trous en signe de notre passage…

 IMG_3052

IMG_3053

Mais les difficultés sont terminées, et un brin de soleil refait son apparition : la chance était dans notre camp, aujourd’hui ! Même la descente du mur des Italiens (ah… ses cailloux mouillés, glissants à point) n’altèrera pas notre bonne humeur.

 IMG_0197P1130109

Au parking, nous retrouvons le G2 et, tous ensemble nous prenons la direction de Lantosque et de ses Tilleuls, ce pôle magnétique qui aimante toutes nos boussoles. Le bar est fermé ? Qu’à cela ne tienne ! Il nous en faut plus pour nous empêcher de vider des cannettes et de manger des gâteaux ! Merci Marie-Françoise, merci Joëlle ! Vos gâteaux-cadeaux valent largement le royal entremet « citron et fleur de sureau » de la fête de Windsor ! Et voilà que la boulangère du village, à son tour, nous offre gentiment une grosse pissaladière !

 IMG_0213

La saison se clôt sur une sortie magnifique, une de celles qui donnent ses lettres de noblesse à la raquette alpine. Michel, Patrick, Eric, votre présence nous a manqué, aujourd’hui, nous aurions tellement aimé partager cette journée avec vous. Vivement la saison prochaine pour qu’on se retrouve tous. Merci, amis encadrants, pour ces six mois passés avec vous, à mettre avec application nos raquettes dans la trace des vôtres, vous allez pouvoir souffler un peu… On se connaît depuis si longtemps… Amitié, confiance et respect font la force de notre petit groupe. Il a encore de belles saisons devant lui !

 IMG_0170

« La montagne nous offre le décor.

À nous d’inventer l’histoire qui va avec ».

Nicolas Helmbacher, guide de haute montagne

Week-end à Estenc pour le groupe raquettes

Samedi 5 mai 2018 : Tête du Colombier (point coté 2758 mètres)           13,7km pour 1000m

Dimanche 6 mai 2018 : Tête de la Boulière (2708 mètres)

15,2 km pour 1000m 

Samedi :

 

Comme les saumons sauvages, nous nous devons de remonter à la source une fois par an : à la source du Var, à Estenc ! La météo n’est guère engageante, mais il en faut davantage pour démotiver le groupe, surtout quand Annie, Gabriel, Denis, Michel et Tony sont aux manettes, avec leur enthousiasme communicatif…

 DSC07364

La route est certes un peu longue, pour accéder à cette si belle Haute-Vallée du Var, mais quelle récompense : peu de monde, de grands vallons bien enneigés et un calme absolu, garanti par le fait que la route du col de la Cayolle n’est pas encore ouverte à la circulation. Bien qu’intégralement déneigée côté 06, il reste encore 1 kilomètre ½ à ouvrir sur le versant 04. Les hordes de motards ne troublent pas encore la parfaite quiétude du lieu, pour le plus grand bonheur des premières marmottes, du renard de la Canto, des chevreuils, et des 22 CAFistes que nous sommes.

 DSC07366

L’aspect du ciel nous incite à l’humilité… Direction pour tout le monde vers le col de Sanguinière. Et puis on verra bien. Les voitures sont garées à la barrière fatidique du pont sur le ruisseau du Garret, et nous rejoignons rapidement, sur bitume, la balise 286 qui marque pour nous l’entrée dans le vif du sujet : on chausse !

 DSC07369

Les Cabanes pastorales de Sanguinière se dressent en sentinelle au milieu de leur grand pré, carrefour de tant de beaux vallons, qui débouchent sur tant de beaux cols, qui donnent accès à tant de beaux sommets… Notre choix du jour est fait : c’est le ravin du Colombier que nous allons remonter, après avoir longé le ruisseau de Sanguinière qui chante, de toute sa voix d’eau, l’histoire du printemps qui est là, et de la neige qui commence à fondre…

 DSC07371

20180508164901-c1e78af3

Attention aux trous ! La neige ne porte guère. Annie, qui trace, en fait les frais. Que d’énergie, pour s’extraire de ces pièges…

 DSC00173

20180508164939-5f744ef3

Sous un ciel de moins en moins encourageant, nous arrivons au col. La tête de Sanguinière, maîtresse des lieux, s’est depuis longtemps retirée dans les nuages… Après regroupement, nous poursuivons malgré tout, avec un bon espacement, dans le petit vallon orienté sud-est, qui monte rejoindre la crête venant du col de la Braïssa. Un dernier effort (crampons ? non, on continue à raquette !) nous hisse sur un ressaut rocheux que signale un gros cairn.

 DSC07378

DSC07380

Denis et quelques aventuriers des causes perdues poursuivent leur marche pendant quelques minutes. Mais il n’y a plus rien à voir, à part le brouillard : demi-tour pour tout le monde, et prudence en redescendant cette pente bien raide en neige moyenne… Sur la carte, la tête de Sanguinière est si proche. Mais encore une fois, la raison l’emporte, et c’est très bien ainsi.

 20180508165000-13418c5a

20180508165016-fcd2915cEt puis, il est l’heure de manger, nous avons faim ! Les quelques rares rochers qui émergent de la neige sont pris d’assaut par notre troupe aux vestes et doudounes multicolores.

 DSC07395

DSC07413

Jean, le local de l’étape, propose d’improviser une petite boucle qui nous permettra de revenir à raquette aux voitures…  moyennant un peu de marche sur route et la traversée du tunnel routier. Bonne idée, nous retrouvons la neige !

DSC00184

DSC07437 

Comment imaginer le drame qui s’est déroulé, ici-même, le 2 mars dernier, faisant 4 victimes ? Les deux couloirs qui descendent de la tête de Crépine ressemblent à tous les couloirs, et le pré où sont morts ces skieurs ressemble à tous les prés : anodin, paisible, accueillant à notre halte et propice à notre petit moment de recueillement. Une leçon d’humilité sur le terrain, grandeur nature. C’est la seule leçon à tirer de ce drame. Surtout, ne pas se hâter de juger, critiquer, condamner…

 DSC07453

Mais la vie et la joie d’être en montagne reprennent vite leurs droits ! Nous rejoignons la « Canto » pour la soirée et la nuit. L’apéro, qui est en passe de devenir un rituel aussi réputé que la halte aux Tilleuls, est l’occasion, pour Denis, de nous faire une brillante démonstration à base de cordes et de nœuds. Le vin blanc du patron et les tartes salées de Joëlle faisant monter l’ambiance, les contorsions de Denis pour enfiler un baudrier deviennent vite irrésistibles, malgré sa taille mannequin et ses tentatives désespérés pour rester sérieux et professionnel…

 IMG_0047

Le fou-rire nous a ouvert l’appétit ! Tant mieux, car de grands plats de lasagnes au saumon et petits légumes arrivent sur les tables… précédés d’inépuisables marmites de soupe, et suivis de salade, fromage, et d’un délicieux gâteau, noyé sous un Everest de chantilly… de quoi envisager des lendemains qui chantent !

 

Dimanche :

 

Lendemains qui chantent ? Peut-être, mais qui chantent sous la pluie… Michel tente d’impulser un mouvement de grève, très dans l’air du temps, et parle d’installer des piquets de grève devant les voitures… D’un œil morose, nous contemplons le ciel bas, la pluie qui tisse son rideau flou entre les nuages et la terre, et ce gros escargot, toutes cornes dehors, visiblement enchanté de l’humidité ambiante.

 DSC07441

Nous partons pour le vallon de l’Estrop, histoire de partir « vers » quelque part… « Langue de neige, ou cailloux ? » Poser la question en ces termes, c’est déjà y répondre, Denis ! Nous chaussons dès le bas du vallon, sur ladite langue de neige, tandis que Gilles, qui préfère définitivement les cailloux, opte pour le sentier d’été.

 DSC00186

Tony et quelques copines décident rapidement de faire demi-tour : la pluie et cette première montée un peu brutale ont effrité leur motivation, on les comprend…Et voilà, ironie du sort ! que, pour saluer leur décision, le soleil fait un come back durable ! Le reste du groupe, boosté par cette bonne aubaine, continue. La file s’étire, menée par Annie, Gabriel et Denis.

20180508172500-906fc50e

 20180508172505-ce597a7d

Ce vallon nous émerveille par son calme, ses perspectives, proches ou lointaines, Pelat, Cimet… Le pas de l’Entonnoir est franchi sans difficulté, le col de Gialorgues et la baisse de la Boulière sont déjà en vue.

 20180508172516-4ee5ab13

20180508172541-beab24f5

Tandis que Michel bifurque en solo vers le col, nous gravissons, à notre rythme, les dernières pentes de la Tête de la Boulière tandis que se dévoile, furtivement, la cime de Pal, toute proche. Ce sera pour une autre fois ! La Boulière suffit grandement à notre bonheur du jour !

 20180508172609-ad849cdf

20180508172655-b44bd699

Retour joyeux, exploration de l’autre rive du vallon, pique-nique en deux groupes rivalisant de provocations rigolardes…

20180508172659-6d02a866DSC00215

 

La bonne humeur est telle que nous ne freinerons pas à temps sur la fameuse « langue de neige » qui descend vers les Louiqs, et que nous devrons remonter la pente en tirant la langue pour retrouver notre sentier. Philippe le confesse : « Tant que j’ai vu de la neige, je suis descendu »… Philippe… Ses photos sont si belles… on lui pardonne tout !

DSC07423

DSC07456

Merci à tous pour ce très beau dernier week-end de la saison et à très vite car malgré le printemps, la neige est encore là.

Dimanche 29 avril 2018 Sous la protection de la Madone (de Fenestre)

G1 et 2 : tête de la Lave (2375 mètres)

 

 

En ce jour d’happy birthday de Denis, il est évident qu’on fera tout pour lui être agréable ! Il propose d’emmener son monde sur les crêtes Férisson – Prals : on applaudit. Annie, Eric et Tony sont de la partie : un bon groupe de 20 personnes, presque pas découragées par les prévisions météo. Où sont passés les glorieux effectifs du début de saison ? à la plage ? Et pourtant, la neige est encore bien présente sur le Mercantour, et les routes d’altitude commencent à être ouvertes, libérant de nouveaux secteurs…

 DSC07158

Les voitures sont garées au niveau du pont à partir duquel la route de la Madone passe en rive gauche, à la cote 1513. Quelques paquets de neige semblent bloquer la suite du parcours. La suite se fera donc à pied, 2 kilomètres environ, avant de rejoindre le niveau de la vacherie du Devensé où, ô joie, les raquettes vont arrêter de se balader à nos frais sur les sacs à dos.

 DSC07165

DSC07166

Après quelques errements entre vacherie, forêt et ruisseau, histoire peut-être de tester notre détermination à grimper là-haut-là-haut-sur-la-montagne, Denis trouve enfin LE bon gué sur LE bon torrent et, par là même, LE bon itinéraire vers la baisse de Férisson. En prenant de l’altitude, la forêt s’éclaircit, ses pièges sont plus faciles à déjouer, et la visibilité et la lisibilité de la suite du parcours arrivent comme une récompense ! Baisse de Férisson en vue ! Jacques relaie Annie et Denis pour faire la trace sur ce dernier tronçon pentu et le groupe, très étiré aujourd’hui, se reforme sur la crête.

 DSC07171

IMG_2704

La vue est déjà sympa et on reconnaît, en particulier, l’intégralité de la si belle sortie dans le vallon Peillasque, la Valette de Prals et le Monjoia. À l’opposé, le sanctuaire de la Madone est bien visible : pour une fois, c’est d’en-bas que la Madone veille sur nous, elle qui, habituellement, semble avoir une prédilection pour les lieux élevés.

 IMG_2715

DSC07181

Tandis que le G2 reprend ses forces, le G1 repart déjà en direction de la tête de Cinant, puis de celle de la Lave, par un joli parcours panoramique. Panoramique ou presque : les nuages ont déjà grignoté le paysage, en commençant par les sommets les plus hauts : plus de Gélas, on ne voit que son satellite le Saint-Robert… Puis la cime de la Valette de Prals, notre objectif enneigé du jour, disparaît à son tour, noyée dans un brouillard qui arrive au galop des quatre horizons… Quelques formes émergent lentement de la brume : des copains qui arrivent en soufflant…

 IMG_2730

IMG_2720

Conseil de guerre… Qui veut continuer ? Frédérique ! Qui veut faire demi-tour ? Tout les autres, ou presque ! Annie et Denis décident de s’en tenir strictement aux règles de la démocratie, un système qui a fait ses preuves : on redescend !

DSC07190 DSC07191

 

La pente qui rejoint le plan de Prals est vraiment raide, peut-être à la limite de ce qu’on peut expérimenter à raquette ? Mais aujourd’hui, nous explorons joyeusement nos limites : sur les pieds ou sur les fesses, la descente est homologuée pour tout le monde ! Aïe ! Si Patrick détaille les photos prises dans ces pentes, il risque de pester en voyant que nous avons déjà tout oublié de ses leçons de « ramasse »… Comme quoi il faut qu’il revienne vite pour prêcher encore et toujours la bonne parole à ses brebis qui déjà s’égarent…

DSC07194

DSC07199

Nous pensons en avoir fini avec les émotions, et savourons notre pique-nique avec insouciance… Jacques fait tourner le chocolat… Joëlle fait la bise à Jean pour le remercier de lui avoir fait de belles marches de descente : un tableau idyllique, au soleil. Oui, car entre temps, ce mauvais plaisant a fait un éclatant come back, et a entrepris de chauffer à blanc la neige de la combe. On remarque d’étranges juxtapositions entre neige parfaitement blanche et neige « de sable », et chacun y va de sa petite interprétation pour expliquer le phénomène : effet du vent, du ruissellement, du dégel, des coulées ?

DSC07201

DSC07209

Redescente dans le vallon de Prals, méconnaissable, jamais vu ainsi à la même époque, sous tant de neige : les ponts sur le torrent tiennent bon. Il y a encore une telle épaisseur de neige, même humide, qu’on n’a pas le sentiment de marcher au-dessus de trous, rochers, racines et autres pièges filous. Heureuse insouciance…

 DSC07212

 

Balise 362 : la route est proche. Si proche. Trop proche ? Denis jette un coup d’œil à sa carte, qu’il porte en sautoir, puis à sa montre : il est tôt. Si tôt. Trop tôt ? Et si nous rejoignions la route à la balise 353 par la forêt et le tracé du sentier d’été ? Pas le temps de négocier : Jacques, son complice, est déjà parti en éclaireur et trace avec énergie dans des dévers encombrés de toutes sortes de végétaux…

 DSC07222

Comme c’est l’anniversaire de Denis, on a tous à cœur de lui faire plaisir : aussi, personne ne râle, et ceux qui glissent et vont s’empêtrer dans un arbre ou un buisson s’extraient des branches presque sans pester, ou alors à voix basse… Mais c’est à voix haute que tous, nous poussons un énorme OUF ! en rejoignant la route ! C’est vraiment drôle, tous ces OUF ! qui s’enchaînent, dits sur tous les tons : ils viennent du fond du cœur !

 DSC07228

Et voilà la pluie ! Une averse qui ne durera que jusqu’à ce que nous ayons enfilé vêtements de pluie et sur-sacs, on devrait le savoir : c’est la loi de Murphy appliquée à la montagne… À bonne allure, nous redescendons jusqu’aux voitures en constatant avec amertume que, finalement, la route était praticable, une fois passé le premier paquet de neige après le pont, qui d’ailleurs a déjà fondu…

 DSC07161

À présent, c’est Tony, efficace, qui prend en charge la suite des opérations. Évidement, son choix se porte sur notre QG vésubien de Lantosque, au-dessus duquel les emblématiques tilleuls sont en train de fabriquer les feuilles vertes qui, bientôt nous abriteront du soleil. Mais le bar est fermé, Tony ne peut pas tout savoir… Toutefois, comme nous nous sentons un peu chez nous (chut…) nous disposons tables et chaises de la terrasse autour de la quiche et de la tarte aux pommes de Joëlle et de la succulente pissaladière de Denis (hé ! n’oublie pas qu’on veut la recette de ta pâte). Toutes ces bonnes choses sont englouties en un clin d’œil, et tout ça sans boire ! Comme quoi l’impossible est possible !

 DSC07183

On se quitte sur les bises habituelles. Pour certains, c’est la fin de la saison, à bientôt les amis. Pour d’autres, rendez-vous est pris pour le samedi suivant, un peu plus tôt que d’habitude, mais ça, c’est une autre histoire à lire dans le prochain numéro…

Dimanche 22 avril 2018 : Les chenilles processionnaires des Millefonts

G1 : traversée cime des Lauses (2651 mètres) – la Costasse – tête de la Tranche: 14 km pour 1000m environ

G2 : tête des Margès (2550 mètres) 13 km pour 900 m environ

 

C’est la saison qui veut ça… À la queue leu leu, comme le font les chenilles processionnaires, G1 et G2 quittent le cocon douillet des voitures pour le paradis blanc des Millefonts.

 DSC08385

ob_e27068_chenille-processionnaire-du-pin-1

Mais, contrairement aux chenilles processionnaires qui désertent leur nid pour aller s’enterrer dans le sol sous la conduite exclusive d’une femelle, ce sont de vigoureux mâles qui prennent la direction de notre cohorte à raquettes : Gabriel et Vincent pour le G1, Eric et Tony pour le G2 (mais tous les autres mâles du groupe sont eux aussi vigoureux, faut-il le préciser ?).

DSC08388

 IMG_2618

Un bon kilomètre de marche à pied sur la route nous permet de préparer les muscles et le mental aux efforts de la journée. Nous chaussons, avec une intense satisfaction, vers 1850 mètres, au niveau de la balise 81 du Plan de la Gourra, avant de poursuivre en direction du parking en coupant allègrement les lacets interminables de la piste. Premier regroupement, et séparation en deux groupes qui vont se suivre à quelque distance, pour se retrouver à nouveau au col de Veillos, en bonnes chenilles processionnaires à deux pattes.

 P1020789

DSC08403

C’est toujours une bouffée de bonheur, quand on découvre cette immense combe des Millefonts (les mille « sources ») dans son habit d’hiver. Et là, bien que nous soyons au milieu du printemps, c’est bien un paysage d’hiver que nous avons sous les yeux : du blanc, et du bleu. Et juste quelques barres rocheuses qui interdisent certains accès, histoire de canaliser notre route vers des terrains sans danger.

 DSC08407

Pétoumier et Pépoiri nous toisent, mais nous n’avons d’yeux que pour leurs vis-à-vis : Margès, Lauses, Costasse, nos Graal du jour.

 IMG_2633

Le G2 d’Eric et Tony, un bon petit groupe de 9, oblique vers la tête des Margès et progresse avec un espacement parfait, à rendre jaloux notre pauvre Gabriel : le G2 serait-il plus discipliné, plus enclin à respecter les consignes que le G1 ? Leur montée régulière, dans les pas d’Eric, les amène sans problème à avaler pentes et combes, jusqu’à sortir sur la crête qui court du col Ferrière au col du Barn, et qui sépare le Valdeblore du secteur de Mollières.

 P1120686

DSC08421

Une crête comme on les aime, avec de belles corniches sculptées par le vent et un panorama devant lequel on resterait à rêver des heures durant, si la faim ne venait pas titiller les estomacs : et si on cassait une petite croûte dans cette salle à manger trois étoiles, la tête des Margès ? Unanimité sur ce choix.

 20180422_110602

DSC08430

Le G1 fait une pause-regroupement au col Ferrière (quelle trace, quel rythme, Vincent, félicitations !). La corniche est impressionnante, et elle s’est même fracturée par endroits en se donnant de grands airs de rimaye… Prudence, ne surtout pas trop s’approcher pour tenter d’apercevoir les toits de Mollières…

 IMG_9804

Gabriel est circonspect : il reste juste 160 mètres pour atteindre la cime des Lauses, mais la pente est raide, et il n’est pas question d’entraîner le groupe dans un mauvais plan. Il part en éclaireur pour tester la neige. Il est évident qu’il n’y en a pas une épaisseur trop importante. Ses raquettes font de confortables marches. Ça ne glisse pas. Feu vert ! Le top 10 du groupe lui emboîte virilement le pas, pour conforter la trace et préparer le terrain aux suivant(e)s. Et voilà comment se grimpe la cime des Lauses, aisément, calmement, prudemment, raquettes aux pieds !

DSC08416

 P1020798

Groupe, Pépoiri, Pétoumier

Quatre personnes, sans doute moyennement tentées par l’aventure, ont préféré rester au col, et surveillent la montée des copains. Du sommet, il faut maintenant les prévenir que le groupe ne repassera pas par le col Ferrière, et qu’on se rejoindra directement au lac Petit. On tente de les joindre par téléphone, mais en vain. Finalement, c’est à l’ancienne, en soufflant dans nos sifflets et en beuglant tous ensemble, que nous réussissons à attirer leur attention et à leur exposer notre plan.

 

IMG_9807

P1120749

Direction à présent vers la Costasse, en suivant la ligne de crête superbe qui nous mènerait jusqu’au Mont Giraud, si on ne nous retenait pas ! Les corniches sont impressionnantes. Impressionnantes aussi, ces traces de chamois dans des pentes à faire pâlir d’envie les amateurs de ski de couloir… Ah, la supériorité incontestable des sabots sur les raquettes, même les plus techniques…

IMG_2679

 

 P1120748

 

Personne n’a envie de redescendre, le moment est magique. Continuons donc encore un peu, jusqu’à la tête de la Tranche. Gabriel, qui comme toujours a bien anticipé, a remarqué une belle croupe qui descend du sommet vers le lac Petit, moins pentue que le reste du terrain environnant, sans barres rocheuses dangereuses, et en partie déneigée : tout à fait ce qu’il nous faut pour boucler la boucle en toute sécurité.

 P1120752

P1120761

Dans un timing parfait, G2 et G1 convergent vers le lac « Petit », pourtant le plus « grand » des lacs des Millefonts. Pique-nique pour le G1, tandis que le reste de la troupe prend le chemin du retour. La trace d’Eric est tentante : tout le monde la suit, dans une petite variante permettant de rejoindre le col de Veillos avec un petit bonus-dénivelée, et évitant de surcroît une longue traversée en dévers, pas très indiquée les après-midi de grand soleil…DSC08446

DSC08441

Autour des voitures, dans l’herbe, grouillent des paquets de chenilles processionnaires. Dans les pins environnants, des dizaines de cocons, certains déjà éventrés… Attention à ne pas y toucher, et prudence en posant les sacs par terre… Mais la délicieuse petite brise qui souffle transporte déjà les poils urticants de ces bestioles, et nos bras se couvrent de boutons qui démangent… Attention aux yeux ! On frémit en pensant à ceux ou celles qui sont allés faire un petit pipi dans les bois, les inconscients…

 P1120780

La bière fraîche ayant la réputation non-usurpée de calmer les démangeaisons causées par les chenilles processionnaires, direction Les Tilleuls ! Pour accompagner ce puissant rituel de guérison, Michèle a préparé deux délicieuses pissaladières, et elle réussit même le tour de force mathématique de les partager en 29 ! Bravo à elle. Elle a encore le sourire qu’elle avait, là-haut, en arrivant sur la cime des Lauses…

 P1020793

DSC08437

Une rando inoubliable. Merci à nos encadrants, qui dénichent toujours pour nous « the place to be ». La vie est belle ! Et il y a encore plein de neige pour enchanter nos dimanches à venir !

Dimanche 15 avril 2018 : Un Raton. Et 28 sangliers !

Cime du Raton (2066 mètres) depuis Les Launes (1498 mètres).

 

Un risque 4, ça donne toujours à réfléchir. Et ça calme tout net nos envies de Millefonts… Des scores d’anthologie sont annoncés à la suite des dernières chutes de neige d’avril : 1 mètre de neige serait tombé sur Isola ! Gabriel, Eric, Michel et Tony décident d’emmener leur bande de raquettistes gourmands de neige fraîche sur une des crêtes Cians/Var, peu exposée au risque avalanche, mais nous permettant de ne pas relâcher notre entraînement, dans la perspective du prochain week-end à Estenc qui s’annonce sportif…

 DSC08335

DSC08336

Le parking des Eguilles, déserté depuis la fermeture de la station de Valberg, est tout libre pour nos voitures et notre grand déballage dominical de sacs, chaussures, raquettes, victuailles, bâtons, pelles, sondes et autres DVA. Au top départ, comme par magie tout est sur les dos, aux pieds ou dans les coffres, un rituel bien rodé. Direction le contrôle DVA, assuré par Michel, déjà en forme et en verve.

 DSC07085

DSC07089

Départ en une seule colonne par la piste du bois de Tailler. Gabriel ne s’attendait sans doute pas à devoir tracer comme en plein hiver dans 30 centimètres de neige… On suit sa trace présidentielle jusque dans ses moindres zigzags, tout le monde tenant à profiter de la belle tranchée qui s’élabore au fur et à mesure de l’avancée du groupe.

 P1020754 DSC07093

Haaaalte ! Pour nous tirer de notre marche automatique, tous les 250 mètres environ, des ateliers de type accrobranche sont organisés ! Le poids de la neige lourde, conjugué aux fortes rafales de vent des derniers jours, a déraciné ou cassé de nombreux épicéas et sapins, encore tout chargés de leurs pignes odorantes.  L’allure du groupe s’en ressent : il faut passer à quatre pattes, en bons sangliers que nous sommes, ou jouer aux écureuils, de branche en branche. Quant aux bâtons, certains les utilisent à la manière des funambules, pour garder l’équilibre ; ou à la manière des majorettes, pour faire de jolis moulinets. Nous franchissons les obstacles, avec plus ou moins de panache et d’élégance dans le lever de jambe, mais avec efficacité.

 P1020758

 

DSC07100Fleurant bon la résine fraîche, mais las d’enjamber, de contourner, de ramper « sous » ou de grimper « sur », Gabriel abandonne la piste et ses obstacles pour viser l’Adrech de Forche. Mais voilà que s’annonce un autre type d’épreuve : tracer en pleine pente, dans la forêt ou dans les buis, dans une neige de plus en plus épaisse et lourde. Les bonnes volontés ne manquent pas, dames et messieurs se relaient en tête, sous les hourrah.

 DSC08354

20180416093033-9c696665

Mica prend part à ce labeur collectif et réussit non seulement à nous faire une trace efficace, mais également à prendre de l’avance, tout en exhortant le groupe à tout donner. Maintenant ! Courage ! Quelle énergie !

 20180416093104-ac83115c

DSC07117

Et voilà enfin la crête, avec la vue panoramique qui justifie comme toujours tant d’efforts : le télésiège de Barzès arrive juste là. En le suivant, on peut refaire à rebours la si belle rando en crête que Denis nous avait offerte il y a quelques semaines entre cime du Pra et tête de la Colombière. Le Pelat, au loin, nous fait de l’œil, d’un blanc insolent. Plus près de nous, dôme de Barrot, Mounier et Cluots rejouent l’hiver en plein printemps.

20180416093225-df8494ebP1020769 

Faux espoir à la cime du Faux Raton ! C’est le « vrai » Raton qu’il nous faut apprivoiser pour valider la course… Encore un effort. La tête de Rigaud apparait enfin : nous sommes arrivés !

 P1020773

DSC07142Nous poursuivons nos pérégrinations par la crête du Bois Noir, qui domine les impressionnantes barres de l’Illion. C’est toujours une surprise de constater les différences incroyables qui peuvent exister entre les différents versants d’une montagne : prairies à vaches d’un côté, couloirs et falaises verticales de l’autre.

 20180416093405-945b0f44

 

20180416093345-afe536b2Pique-nique dans les sous-bois… mais ne levons pas trop la tête de peur d’attraper le tournis… Le vent souffle comme un fou, là-haut, et les mélèzes, si souples, se balancent dans tous les sens. Le BERA est élevé, aujourd’hui : Bulletin d’Estimation des Risques « Arbres »…

DSC07151

 

DSC08382Maintenant, rejoindre la piste : droit dans la forêt, et droit dans la pente ! La neige se fait lourde, elle est humide en profondeur mais nous n’avons que celle-là à nous mettre sous la raquette… Voilà l’occasion de travailler le planter du bâton… Après une mémorable descente à trous multiples, félicités ou raillés par le chant d’un Pic noir (merci Philippe pour l’identification de cet oiseau), nous retrouvons enfin ! la piste presque plate, son confort, et… ses arbres en travers : et c’est reparti pour un deuxième parcours d’accrobranche.

 20180416093449-aab74fc0

P1020784

Rando au dénivelée modeste, certes, et pas de passages techniques : et pourtant, nous nous écroulons au bistrot de pays de Beuil dans un grand Ouf ! collectif. Cette longue descente dans une neige difficile a eu raison de notre restant d’énergie. Heureusement, de bonnes choses circulent sur les tables pour nous requinquer, merci aux pâtissières ! Et Gabriel, en prononçant les mots magiques « week-end à Estenc », nous guérit instantanément de notre fatigue, et rallume des petites étincelles dans nos yeux.

20180416093146-351341f8

Bourrasques fantasques en Gordolasque !

G1 : lac Niré, 2353 mètres (dénivelée = 850 mètres ; distance =13km

G2 : refuge de Nice, 2232 mètres (dénivelée = 600 mètres ; distance =10km

 

 

À la queue leu leu, nous remontons le cours de la jeune Gordolasque. D’autres raquettistes nous ont précédés. Mais pour eux, pas de sommets en vue : dans leur sac à dos, pas de crampons mais des hameçons. Ce sont des pêcheurs ! Nous les laissons à leur paisible installation , poursuivons en direction du Mur des Italiens et passons à coté de la cabane de  » Belle et Sébastien » feuilleton  T.V  de notre enfance.

 DSC08290

DSC08286

DSC08287

Nous ne sommes « que » 21, aujourd’hui : la météo très moyenne en aura refroidi plus d’un(e). Mais Gabriel, Denis, Eric et Tony sont avec nous pour nous guider en Haute-Gordolasque, sur un circuit où nous avons déjà encaissé un but le 3 avril 2016 : le tour de la tête du lac Autier, via le refuge de Nice et les lacs Niré et Autier. Déjà, c’est la météo qui nous avait renvoyés, penauds, humides et l’oreille basse, dans nos foyers…

DSC08292

Encore beaucoup, beaucoup de neige, mais elle est déjà bien humide, dès le matin, et elle ne porte guère. Les trois randonneurs « piétons » que nous croisons un peu plus haut poinçonnent la trace de trous très profonds. Nos raquettes nous permettent au moins de survoler ce problème.

 

 DSC08285

DSC08297

De grosses avalanches ont déjà coulé un peu partout, et certaines ont raboté les pentes jusqu’au sol, noires dans le grand blanc environnant. Certaines « boules de neige » semblent inclure des rochers, ou des arbres dont, seules, dépassent quelques branches : on imagine leur force irrésistible, lorsqu’elles dégringolent…

 DSC08300

IMG_8676

Un peu de soleil nous accueille au Mur des Italiens. Quelques rayons timides, mais surtout de grosses bourrasques, bien affirmées, elles. En bénissant les uns et en maudissant les autres, nous poursuivons notre marche vers le refuge de Nice, perché sur son promontoire. Le lac est entièrement recouvert de neige mais, ça et là, quelques zones verdâtres, louches et suspectes, nous incitent à contourner l’eau en prenant bien large…

 IMG_8672

IMG_8671

Refuge d’été et refuge d’hiver sont engloutis sous la neige ! Une sorte de tunnel-galerie donne accès à la porte d’entrée (fermée) du bâtiment principal, et pour y accéder, il faut « descendre », par rapport au niveau de la neige qui nous porte. Impressionnant !

 DSC08307

Le temps et le lieu n’étant pas très propices à la méditation, le G1 (11 personnes) décide de poursuivre vers le lac Niré, sans attendre l’arrivée des 10 copains du G2, qui montent à un rythme un peu moins rapide et qui s’y arrêteront pour casser la croûte, mettant le point final à leur rando du jour, bien à l’abri dans le refuge d’hiver.

 IMG_8669

IMG_8677

Au lac Niré, tout est figé sous la neige. Seuls, hélas, les nuages défilent à toute allure dans le ciel blanc. Mais pourquoi ne pas continuer encore un peu, jusqu’à apercevoir le passage vers le lac Autier, le Sésame ouvre-toi de ce si beau circuit, histoire de se faire du mal ? Justement, voilà la fameuse baisse, à moins d’une heure, et son accès est déjà tout tracé ! Tous agglutinés sous la tête du lac Autier qui nous regarde de très haut, nous interrogeons tour à tour le ciel, les pentes, la montre, le cœur, la raison… Tempête dans le ciel, tempêtes dans les têtes… On devine, dans le crâne de Gabriel et de Denis, le grincement des balances qui pèsent le pour, le contre, le peut-être, le pourquoi pas…

 DSC08315

DSC08321

C’est la voix de la sagesse qui finit par l’emporter, et tous les participants valident ce choix raisonnable : les bourrasques nous déstabilisent déjà, alors que nous sommes encore sur le plat, qu’en sera-t-il lorsque nous serons en équilibre dans des pentes raides ? Denis fait demi-tour le dernier, après un ultime regard lourd de déception vers la baisse, qui comme souvent les baisses, se trouve « en haut » et pas « en bas »…

 DSC08322

 

DSC08325Retour au refuge, où le G2 vient de nous chauffer la place. Quel beau petit refuge, et comme on s’y sent en sécurité, alors que le vent et la tempête prennent possession de la montagne. Gabriel, plein d’enthousiasme, déniche un cubi de blanc et un verre, et entreprend de faire circuler le breuvage, mais sans grand succès. Denis aura plus de chance en partageant son Earl Grey brûlant.

 

DSC08327

Sur le chemin du retour, Eric et Tony coordonnent un exercice de recherche de DVA pour leur groupe. Ils ont raison : rien ne remplace la pratique. Et même en pratiquant, on ne sera jamais certain d’avoir les bons réflexes si, par malheur, il fallait intervenir en situation réelle, lorsque le stress et l’urgence compliquent les choses de manière dramatique.

 

DSC08328

Retour de la troupe encapuchonnée, au pas de charge, vers les voitures, en file indienne ou en troupeau, selon la configuration du terrain… Les copains du G2 sont déjà en train de se déchausser et l’ami Tony essaie de trouver du réseau car, dans le groupe, il est responsable-en-chef du coup de fil aux Tilleuls qui conditionne l’apothéose finale…

 DSC08329

Il sort de sa manche un sublime gâteau carottes-noix-épices, nous contant avec force détails la fabrication de cette merveille, tout modeste devant nos félicitations. Mais nous ne croyons pas une minute à ses fanfaronnades. Il n’est pas l’auteur de ce chef-d’œuvre : c’est devant Christine qu’il faut s’incliner !

Pâques 2018 Chasse aux œufs (à la neige) dans le Queyras

 

Annie, Patrick et Denis : G1                      Eric et Tony : G2

 

Samedi 31 mars : sommet Bucher (2254 mètres) au départ de Molines-en-Queyras

 Départ de Saint-Martin-du-Var sous une pluie battante, ultime vestige d’un orage mémorable. Le Queyras, « pays où le coq picore les étoiles », est réputé pour être le département français métropolitain qui bénéficie du plus grand nombre de jours d’ensoleillement par an : 300 ! Aucune hésitation : fuyons les intempéries des Alpes-Maritimes et la neige qui tombe au col de Toutes-Aures pour le soleil des Hautes-Alpes !

 IMG_9516

Annie planche dur sur ce week-end depuis des semaines, rien n’échappe à sa vigilance et tout ce qui est susceptible d’être anticipé l’a été. Que de temps et d’énergie sont ainsi épargnés grâce à ses capacités d’organisation. Merci et bravo de la part de tout le monde, d’autant que la gestion d’un groupe de 37 pourrait vite devenir un épouvantable casse-tête… Mais non, tout roule !

 IMG_9524

Un regroupement sur la première aire d’autoroute après Sisteron permet de faire l’appel : personne ne manque. Certains sont partis la veille, d’autres ont choisi de passer par Seyne, d’autres enfin (honte à la copilote d’une certaine Picasso blanche, hou !) exploreront bien involontairement un itinéraire aussi pittoresque que tortueux du côté du barrage de Serre-Ponçon, en pleine bourrasque de neige.

 DSC06842

DSC06846

Mais tout le monde arrive en temps et heure sur le parking du gîte Les Arolles à Molines-en-Queyras : des noms à faire rêver le plus blasé des montagnards. Le gîte ne pouvant nous accueillir qu’à partir de 16 heures, nous avons donc le loisir de faire une première randonnée au Sommet Bucher, belvédère idéal pour une mise en jambe après le long trajet en voiture, et une mise en appétit avant le plat de résistance espéré pour le lendemain.

 20180404092925-2cf306ac

Nous retrouvons avec plaisir dans nos rangs quelques copains dont cheville ou coronaires ont été remises à neuf. Il est vrai que, pour compenser ces réparations, une épaule et quelques genoux nous donnent des inquiétudes…

 P1120106

20180404231031-40addd47

La quantité de neige ne cesse de nous arracher des oh ! et des ah ! Espérons que ce n’est pas un poisson d’avril qui fondra dans la nuit… Une neige parfaite, velours et paillettes, sans le moindre traître de caillou embusqué.

P1120093

P1120094

Le sommet Bucher est gravi vite et bien : un beau point de vue en effet. Des deux tables d’orientation faites d’après les relevés de Monsieur Helbronner, l’une affleure à peine, l’autre est entièrement engloutie : Jean s’évertue à la faire apparaître, juste pour confirmer que ce sommet, là, c’est bien la Font Sancte : bravo !

 DSC06856

P1120119

Redescente via le Col des Prés de Fromage et la chapelle Saint-Simon, à grandes enjambées dans la poudreuse. On a beau connaître cette sensation exquise, on ne s’en lasse pas : le bonheur peut aussi se nicher dans les jambes, dans les pieds, et même dans les raquettes, pourtant réputées « objets inanimés »…

 DSC06879

 

IMG_9558Tout requinqués par ce grand bol d’air labélisé Parc Naturel Régional du Queyras, nous faisons connaissance avec le gîte et ses propriétaires, Monique et Romain. En chambre, ou en petit dortoir avec salle de bain et toilettes, chacun trouve tranquillement sa place, grâce à la feuille de route préparée par Annie.

 20180404093006-e4301129

Le goûter et l’apéritif s’enchaînent sans transition : une salle de détente avec canapés, poêle et confortables fauteuils nous accueille le temps de l’apéritif, que beaucoup mettent à profit pour goûter le vin de mélèze du patron. Puis le dîner prend en douceur la suite de l’apéro : on attaque avec une soupe bien chaude, tout-à-fait ce qu’il nous faut !

 IMG_9526

Les chambres et dortoirs ont des noms de fleurs, ce qui nous change des Marmottes, Chamois, Bouquetins et autres Dahus. Dans la chambre Ancolie, rien n’engendre la mél-ancolie : Michel est de retour parmi nous, avec sa gaieté qui nous est si chère.

 gite-etape-queyras-hautes-alpes-2

Ce soir, on donne une représentation du sketch « Michel dort en gîte ». Où l’on voit Michel qui apprend à faire son lit ; où l’on voit ensuite Michel qui cherche en vain son T-shirt bleu (le doux), peste après son T-shirt vert, et se rabat en désespoir de cause sur le T-shirt blanc ; où l’on voit Michel démonter le dortoir pour retrouver cette maudite frontale pour finalement la retrouver, ah c’est ballot, bien accrochée (par lui-même) au sac-à-dos. Allez trouver le sommeil, après avoir trop ri…

 

Dimanche 1er avril : pic de Château-Renard (2989 mètres) au départ de Saint-Véran

 

            Dans la nuit, les cloches de Pâques ont fait leur travail et ont livré, sous les bols de notre petit déjeuner, des petits œufs en chocolat… Nous leur préférons, dans l’immédiat, les yaourts « maison », le pain fait sur place, les bonnes confitures, les céréales et les morceaux de fruits frais pour commencer notre journée de raquettistes.

 DSC06889

           

P1120177

Quel beau matin de Pâques : un ciel parfaitement bleu ; les plus hauts sommets qui s’éclairent déjà sous le soleil levant ; un pivert qui doit être tout ébouriffé à force de pilonner son mélèze. Un parfum de printemps souffle sur le Queyras. Aujourd’hui, nous laisserons les voitures à Saint-Véran, à quelques kilomètres de Molines.

 DSC06903

DSC06894

 Nous nous séparons en deux groupes : Annie, Patrick et Denis emmènent le G1 à bon rythme. Eric et Tony encadrent le G2. Les GPS sont réglés sur le pic de Château-Renard, à qui il manque trois fois rien pour mériter le qualificatif honorifique de « 3000 »… Les crampons sont dans le sac, et ils n’en sortiront pas. La neige est tout juste parfaite.

P1120228

P1120208

Ce sommet, très prisé des skieurs (via le téléski du Grand Serre ou pas…) autant que des raquettistes, surplombe Saint-Véran. Mais le direct azimut est à proscrire : de longues traversées prudentes nous permettent de prendre de l’altitude sans jouer avec le feu dans ces interminables pentes.

 

Pic de Château Renard

20180404230903-d2b867c4

Les rochers de la Chaîne Vive une fois contournés, nous arrivons en vue du Pic de Château-Renard où nous ne verrons ni château ni renard, mais les installations d’un observatoire, un temps pressenti pour accueillir un grand télescope, puis dédié à l’étude de la couronne solaire.

pano20

Pic de Chateau Renard et Pic de Rochebrune

La pollution lumineuse étant quasiment inexistante, on se prend à rêver à des levers ou couchers de soleil vus de là-haut… d’autant que l’association Astro-Queyras, qui gère les installations, propose des séjours astronomiques pour clubs ou équipes, avec nuitées sur place… Qui veut bien nous organiser ça, une soirée astro-raquette ?

 DSC06927

 Quelques dizaines de mètres de dénivelée séparent l’observatoire du sommet, c’est dire si le coup de collier final sera bref ! Certains y remonteront même une ou deux fois, juste pour le plaisir de le gravir avec Untel ou Unetelle… Le casse-croûte attendra ! Vue du plateau de l’observatoire, la corniche qui ourle le pic est vraiment impressionnante : nos photographes cliquent vers les quatre horizons, avec la certitude de faire de très beaux clichés :

Rocca Bianca, ColBlanchet, Toillies

DSC06935

le Viso, le Grand Queyras et le Pain de Sucre sont tout proches, derrière le col Agnel ; au-dessus du refuge de la Blanche culmine la tête des Toillies ; et à nos pieds, le village de Saint-Véran, rendu silencieux par la distance. Et le tout sous un manteau de neige parfaitement uniforme.

 DSC06961

 DSC06953

Une halte pique-nique s’organise sur le trajet retour, calculé de façon à nous faire faire la traditionnelle « boucle », un rituel que nous affectionnons particulièrement. Une pente bien raide aura raison d’une paire de bâtons…

 IMG_8611

  DSC00071

Le groupe s’attarde à  Saint-Véran, qui s’enorgueillit du titre de « plus haute commune d’Europe », avec ses 2040 mètres officiels, et d’un classement parmi les plus beaux villages de France. Ça mérite une visite !  Le village possède un patrimoine architectural, artisanal, scientifique et culturel d’une grande richesse. Il semble bien préservé, les hordes touristiques sont stoppées à l’entrée du village, et n’y accèdent qu’à pied ou en navette.

DSC06813

DSC06816

On se croirait au cœur d’un album de cartes postales « Queyras nostalgique », avec ses fontaines en bois, ses cadrans solaires, ses balustrades en bois sculpté, et ses maisons qui servent à la fois d’habitation, d’écurie et d’étable et de lieu de stockage des récoltes … Mais l’on y boit aussi de la bonne bière !

 IMG_8617

DSC00076

« La fai bun basti de la peyra de sun luo ».

« Il fait bon bâtir avec les pierres de son pays ».

 P1120271

            Retour au gîte, sa douche bien chaude, son coin du feu, et le petit vin bio de l’apéro qui soutient le moral d’Annie et Tony, très occupés à faire les comptes : encaisser, rendre les chèques d’arrhes, et empiler pièces et billets… Pour cet aspect-là du rôle de l’encadrant, encore et toujours, merci et respect ! Ce soir, c’est Jean qui prend le relai de Michel dans la chambre Ancolie… Où donc est passé tel T-shirt ? Et les lunettes ? D’abord, trouver la paire de chaussettes qui leur sert d’étui… Ils sont drôles, nos raquette-men !

 

            Lundi 2 avril : col de Bramousse (2251 mètres) au départ du Pont de Bramousse sur le Guil.

 

Déjà le dernier jour… Pour notre rando au col de Bramousse, il nous faut déjà faire un petit bout du chemin du retour …

 20180405074820-ff9a9d5a

DSC06987

Tandis que le G1 attaque pleine pente en direction des hameaux d’altitude qui se trouvent sur le trajet de la GTA (Le Pontet, Bramousse), le G2 opte pour une montée plus régulière par la piste. Nous rencontrons aujourd’hui un autre aspect du Queyras, la montagne traditionnelle, celle où bêtes et gens vivaient sous le même toit.

20180405074915-e01de026

On imagine les veillées qui réunissaient les familles des hameaux, les femmes travaillant sur leur tambour à dentelle, les hommes fabriquant des outils en bois tout en racontant des légendes aux enfants… Mais pas d’idéalisme passéiste : la vie était si rude…

 DSC06993

P1120435

Pour nous, heureux touristes du XXIème siècle, l’ascension vers le col de Bramousse est placé sous le signe exclusif du sport-plaisir. La vue, du col, se porte sur Ceillac et sur les montagnes environnantes. Annie a repéré, sur sa carte, une butte « point de vue » qui nous permettrait un tour d’horizon complet.

DSC06988

DSC06992

 

Mais il y en aurait encore pour presque une heure de marche, et nous devons revenir à la maison, ce soir… Le pique-nique est donc voté à l’unanimité, et il se termine par une distribution d’œufs de Pâques que l’ami Gillou a monté dans son sac à dos.

 P1120445

20180405075043-1eb229fb

Ultime descente dans la belle neige du Queyras. Certains toits portent encore plus d’un mètre de neige. Patrick, en bon architecte, calcule le poids que cela doit représenter : affolant. Ils savaient construire, nos anciens.

P1020680

 DSC07004

DSC07006

Les deux groupes se font les bises d’adieu sur le parking, avant de remonter en voiture. Que de compliments pour Annie, et comme ils sont mérités ! Pas question d’oublier le reste de l’équipe, Patrick, Denis, Eric et Tony qui ont contribué, chacun avec sa spécificité et ses compétences particulières, à la réussite de ce week-end.

DSC06997

Et merci aussi à tous les copines-copains qui ont amené, qui du bon vin bio, qui son sourire, qui ses cannelés, qui des petits chocolats, qui ses blagues, qui ses conseils, qui son appareil photo, qui sa connaissance des montagnes ou sa capacité à interpréter des traces d’ailes dans la neige… Une belle synergie !

 20180405075100-d18a60f0