Archive pour février 2010

2010-01-31 Mont Mounier

Sortie en petit comité ce jour pour aller au Mounier par sa crête nord.
Le températures froides de ces derniers temps et glaciales ce jour
(départ -13°C, -9 vers 2550 à midi avec 40kmh de vent) ont bien
maintenu la neige en basse altitude depuis 1 semaine.

IMG_3466
Cependant et comme indiqué dans le bulletin, la neige en altitude est de
saison (alternances rapides dure-poudre-verglas) et a été très
travaillée par le vent de NE cette semaine (observations de trois
personnes ayant effectué quasiment le même parcours le WE dernier).
Plusieurs avalanches spontanées de plaques observées au dessus de 2300m
en secteur NW d’ampleur petite à grande avec départ dans des pentes pas
très fortes, de 30° à 35°(1 moyenne au dessus des barres de Salevielle
départ 35°, 1 petite le long de la crête du Colombier N 30°, 1 petite NE
30° ). Vielles plaques parties tout le long de la face N du Mounier et
de la montagne de l’Alp. La Cime Nègre ressemble maintenant à un champs
de dunes et son versant N n’a pas été tracée durant notre passage.

En dessous de 2200m l’action du vent est bien plus faible dans le vallon
N de descente à l’inclinaison (25-35°) et stabilité croissantes. Mesures
de précautions faciles à prendre grâce à son profil en escalier. Neige
très légère et régulière jusqu’au retour 1450.

Tête de la Ruine

Le ciel est d’azur ce matin lorsque nous partons du Boréon avec comme objectif : montée au col du Guillet, redescendre cote italien puis remontée par le col de cerise. Le ciel est d’azur, mais le bruit du vent dans les sapins et la température boréale nous rappellent pourquoi le ciel est si bleu.

 Enfin nous sortons de la forêt. Apres ca… que du bonheur jusqu’à ce soir prédit Edith. Du bonheur certes, mais du vent aussi ! Nico a beau nous expliquer le mécanisme des brises de vallée, cette brise la est un beau vent du nord qui déboule en rafale des cols du Guillet et du Mercantour et nous contraint a nous abriter contre quelques rochers.

 Dans la combe de Guillet, le vent se renforce encore, nous sommes dans les temps, mais la température polaire et le risque 3 nivologique nous disuadent de passer en versant Nord. Nous décidons de changer d’itinéraire pour obliquer vers la tête de la Ruine. Et le vent me direz-vous ? Au moins l’ascension se poursuivra vent dans le dos !!Baisse de Baissette

 L’arrivée à la Baissette nous découvre le gros front d’orage qui barre tout l’est de la région, alors que l’Esterel est dégagé. Le ciel doit être couvert à Nice … Nous il fait toujours très beau et froid.

C’est à ce moment que le miracle se produit, le temps de contourner les lacs de Baissette, de monter sur l’épaule de la tête de la ruine, le front d’orage se désagrège, le vent faiblit puis tombe. Le soleil continue à briller de tous ses rayons mais l’air reste très froid. Des conditions idéales !

 Les plaques de verglas qui émaillent les sommets cet hiver nous contraignent rapidement à chausser les crampons et c’est a pied que nous terminons.Sortie au sommet en crampons

 Dans les tout derniers mètres de l’ascension nous découvrons la plaine du Pô enneigée mais totalement visible, jusqu’au mont Rose. L’Esterel est toujours dégagé, il n’est que la corse qui se cache derrière une barrière de nuages. Il est des jours de grâce dans la vie d’un randonneur. Ce dimanche en était un !Les summiters du jour

 On a dit que cet hivers on ne parlerait pas des descentes !! Nous avons rejoins le collet de la valette pour descendre dans la valette Escure. Sachez que nous avons quand même trouvé quelques combes qui feront que lorsque nous raconterons cette sortie nous pourrons dire sans mentir que nous avons trouvé une neige de rêve (sur au moins 150m), et la ballade se conclue par une pause pique-nique 150m au dessus du refuge de la cougourde dans les derniers rayons du soleil, devant un magnifique panorama. Nous sommes les rois du monde !!

 En rentrant à Nice nous apprenons que la tempête a fait rage toute la matinée, il a neigé !!!

 Un grand merci à Bruno pour ce magnifique itinéraire, à Mathieu et Nico (les surfeurs) pour leur patience et leur bonne humeur. Bravo aux filles (Pierrette, Sandra, Edith, Michele) pour la bonne humeur, la confiance et la poudre de fée qui a transformé cette belle journée en journée exceptionnelle !!

Michele