Archive pour mars 2011

Slalom Géant du Club (27/03/2011)

Bonjour a tous,

Enfin les voila, toutes nos photos du slalom du club, qui c’est déroulé dimanche 27 mars à Auron, dans la bonne humeur malgré un temps plutôt passable. Cliquer sur le lien suivant => Voir le diaporama

Et aussi les résultats de la course ci-dessous.

Débutant Fille :
Clt Dossard Identité Temps
1 101 RECZEK ELLA 1:37.83
2 116 FOURNIER ASHMITA 2:18.52

Débutant Garçon :

Clt Dossard Identité Temps
1 112 RECZEK NICOLAS 1:40.52
2 113 RECZEK MAXIME 2:10.74
3 110 BOURGEOIS ULYSSE 2:42.81

Fille – 12 ans :

Clt Dossard Identité Temps Flèche
1 104 LECCIA LENA 1:10.38 Bronze
2 126 LIZERAY NOAM 1:21.13

Garçon – 12 ans :

Clt Dossard Identité Temps
1 115 CACAN ARTHUR 1:23.39
2 130 FOURNIER BENJAMIN 1:35.49
3 136 LAGARIGUE JULES 1:39.29

Filles + 12 ans :

Clt Dossard Identité Temps Flèche
1 127 NETTARI LORRAINE 1:13.58 Bronze
2 119 PREZ CLELIA 1:18.51 Fléchette
3 128 POULLET MARINE 1:27.22

Garçon + 12 ans :

Clt Dossard Identité Temps Flèche
1 121 MAGRIS MAXIME 1:03.93 Argent
2 103 CARAMELLO NICOLAS 1:05.60 Argent
3 123 LEFORT VINCENT 1:05.96 Argent
4 117 CUINAT JONATHAN 1:08.09 Argent
5 133 GEROT MAEL 1:09.56 Argent
6 118 WAGNER ACHILLE 1:10.14 Bronze
7 108 FOURNIER ALEXANDRE 1:14.29 Bronze
8 107 DA FONSECA RAPHAEL 1:15.97 Bronze
9 131 ROSSO STEPHANE 1:38.54

Surf :

Clt Dossard Identité Temps
1 105 NAVARRO FABIEN 1:26.44
2 122 CARAMELLO GUILLAUME 1:28.60
3 120 LELUAN ANCEL 1:45.24
4 135 BELLETINI ALEXANDRE 2:13.18
5 134 BELLETINI PIERRE 2:30.27

Lac de niré – lac Autier – 20 mars 2011

Nous nous retrouvons a 15 en ce premier jour de printemps pour aller faire un tour des lacs en Gordolasque. Rappelez vous, la dernière fois cela c’est terminé à la nuit, mais cette fois ci pas de blague ! Nous sommes de bons citoyens, cantonales oblige il faudra rentrer à 18h au plus tard !!Nous avons prévu de monter au refuge de Nice, lac de Niré, baisse de Niré et descente par le lac Autier.Premier jour de printemps … l’ambiance est hivernale le ciel bas, le vent frais nous oblige rapidement a ressortir les vestes pour les optimistes qui les avions rangés.

Ambiance hivernale pour ce premier jour de printemps !

La montée par le sentier rive droite se fait dans une neige changeante ; le vent a accumulé la neige tombée ces derniers jour dans les combes, alors que les croupes sont soufflées. Cependant la température est suffisamment douce pour éviter de chausser les couteaux.

Les chamois du syndicat d’initiative sont bien là. Ils nous accompagnent sur le versant d’en face.

Les bourrasques de vents nous dissuadent de trainer en route et nous arrivons bientôt au lac de la fous où nous croisons le gardien.

Le lac ayant été vidé avant l’hiver, nous nous offrons le luxe de le traverser, mais attention il est formellement déconseillé de traverser un lac de barrage, des poches d’air pouvant se former sous la couche de glace, elle peut se rompre facilement au passage d’un skieur.

Nous décidons de monter jusqu’au refuge ou la deuxième partie du groupe nous rejoins bientôt.

Le vent et la neige de la nuit ont effacé toute les traces de montée. Jean-Claude échoue à un tirage au sort militaire pour désigner celui qui tracera. Les vieux cafistes ne s’y laissant pas prendre, et les plus jeunes soupçonnant baleine sous caillou. Ni ses demandes de qui a fait des études supérieures, qui a le bac, qui parle chinois … rien n’y fait les uns mentant de façon éhontée, les autres trop occupés à lacer leurs chaussures, ouvrir leur barre de céréale j’en passe et des meilleures.

Bref, toujours les mêmes qui s’y collent, Remi, Jacques et Patrick se relaieront jusqu’au sommet.

En contournant le lac de niré, nous observons un couple de chamois qui bataille pour remonter dans la baisse. Un petit coup de sonde nous confirme plus de 2m de neige, nous sommes quinze, les dernières chutes dépassent 80cm d’épaisseur cumulée.

Un couple de chamois tente l'ascension de la baisse de niré à laquelle nous avons renoncé

D’un rapide conciliabule entre Patrick, Jacques et Jean-Claude résulte que les risques sont trop élevés pour engager le groupe par cet itinéraire, ce qui fait dire à Sylvie ‘non maman, par la baisse je niré plus’.

Ils proposent que nous contournions le Cayre Autier pour remonter un couloir qui débouche au dessus

le groupe dans l'ascension de la premiere partie du couloir

du lac Autier. Cet itinéraire présente le double avantage d’une approche sur des pentes douces, et d’un couloir étroit mais dans lequel la neige est bien stabilisée. Nous terminons par une vingtaine de mètres à pied mais en sécurité.

Vous dire que tout le groupe apprécia cette variante à la monté serait mentir, mais ceux qui restaient dubitatif quant à l’issue de la ballade sont restés très discret et confiant dans le jugement de nos chefs de course.

C’est une fois arrivé sur l’épaule du Cayre Autier que le miracle se produit : l’hiver est chassé par le printemps, la brume se léve, le vent cesse d’un seul coup, le soleil se met à briller mais le froid de ce matin a conservé la poudreuse tombé dans la nuit.

Dés les premiers mètres de descente la justesse de la décision s’impose. Nous sommes montés en parfaite sécurité, le changement météo que Jean-Claude nous promettait s’est confirmé et les conditions d’enneigement de la descente sur le lac Autier sont excellentes. Autant le sondage de mi-journée (pendant la monté du couloir) eut été mitigé, autant celui du début de l’après midi (pendant la descente) fut unanime. Le seul bemol fut celui de Guy à qui la pause soupe a été confisqué pour éviter d’y descendre (dans la soupe justement !).

Un grand grand merci donc à Patrick, Jacques et jean-claude pour ce très beau tour. Un grand merci aussi à tout les participants pour leur bonne humeur et leur esprit de groupe.

Et au fait, nous sommes aussi rentrés à l’heure pour faire notre devoir de citoyens !

Dimanche 27 mars sur les traces de la Reine Jeane vers la Cime de Roccassiera

Les ruines de Rocca Spavièra

Nous nous attardons à la découverte de ce village mystère

Par quel sortilège ces ruines ont elles résisté à l’usure du

temps ?

Au sommet de Roccassiera

Il fait beau et nous prenons le temps pour contempler ce magnfique panorama

Col du Clot Barrat (2439m) depuis le Chastel

Malgré une météo un peu incertaine, l’itinéraire prévu a été maintenu : Cime du Belletz (2610m) par le Vallon d’Anduébis.

Nous prenons le départ de la b.330 à 1344m (passer St Martin Vésubie, elle est dans les premiers virages de la route de la Colmiane).
Une petite portion de route nous conduit au hameau du Chastel à 1450m (b.331) où l’on suit le sentier hors neige pour quelques temps.
De légers flocons nous accompagneront par intermittence tout au long du parcours montée.
Nous sommes en rive droite de l’Anduébis, sur un versant boisé ;  en face les restanques et quelques granges du Villars.

arrivée aux granges de Calandre et traversée d'anciennes grosses avalanches

Nous chausserons les raquettes aux alentours des balises 86-87 (alt env 1600m), juste avant de longer le cours d’eau au plus près pour remonter par un petit raidillon jusqu’aux vacheries d’Anduébis (1897m).

vallon d'Anduebis et vue sur le Baus du Chastel

Vacheries d'Anduebis (1897m) et Baus du Chastel

A ce stade nous sommes environ à la moitié du parcours.
La neige est fraîche, poudreuse, mais lourde par endroits ce qui ne facilite pas toujours la progression.

Vacheries d'Anduebis

 

contournement du Baus du Chastel par la droite

Nous contournons les vacheries par la droite et continuons l’ascension, traversant des pentes sur lesquelles de petites coulées ont déclenché et qu’il faut passer avec prudence.
La végétation se raréfie, limitée à de rares mélézes.
(L’épaisseur de neige n’est pas la même partout, par endroits on voit distinctement sous nos raquettes les feuillages des rhododendrons et génévriers!)
A partir de là, notre objectif est visible (si mes souvenirs sont bons) et la vue s’ouvre également à gauche sur le Pépoiri/Pétoumier/les deux… dont on voyait déjà pointer la tête depuis les vacheries.

Nous traversons un plateau (au niveau des petits lacs) puis la montée, assez soutenue, se poursuit jusqu’à contourner un ressaut rocheux et prendre la direction du Col du Clot Barrat (2439m).
La ligne de crête qui mène à la cime est alors nettement visible.
Nous nous hissons à hauteur du col : en contre-bas, vue plongeante sur le vallon et le lac du Barn .


A ce niveau et tout au long de la ligne de crête, la neige reste fraîche, elle est tombée en quantité et a formé d’impressionnantes corniches, dont il n’est pas sûr qu’elles soient très stables.
Derrière nous – et presque à notre rythme!- nuages noirs et brouillard sont montés… le vent se lève…
Il est plus prudent de s’en tenir au Col.

le Col du Clot Barrat et Cime de Belletz

Demi-tour donc et pause casse-croûte un peu plus bas. Il est aux environs de 12h.
Finalement, les prévisions météo s’avéreront d’une grande justesse puisqu’au fur et à mesure de la descente le soleil se fera de plus en plus présent ( en fait le moment le plus froid aura été la pause déjeuner je crois!), et le trajet de retour se fera en regardant briller au soleil la Cime du Belletz!

Nous contournerons cette fois le Baus du Chastel par la droite en rive droite donc (en descendant), avec quelques raidillons avalancheux et une neige encore plus lourdes sur ce versant, pour rejoindre l’itinéraire de montée au Vacheries où le groupe optera pour une longue pause : déjeuner-bis pour certains, sieste ou bronzette pour d’autres.

Baus du Chastel

 

Vacheries d'Anduebis sous un ciel azur !!

De retour dans le vallon, on retrouve une neige de printemps glissante et à moitié fondue.
Plus une trace des jolis flocons qui saupoudraient de matin les restanques du Villars.
Sur le sentier on découvre les premiers crocus, passés inaperçus à la montée…
C’est le printemps!

LN

tracé-cime du belletz

Coucou, ci-joint le tracé de la rando du jour : 1175 m de déniv et environ 15 km.

Annie

Escalade jeunes au Cap Dramont

Dimanche 20 mars, premier jour du printemps nous sommes allés grimper au Cap Dramont.
En un mot une base de l’escalade en club!

Emilie, dos à la mer:

Ce n’est pas tous les jours qu’il faut passer par le port pour aller grimper:

Rocher prisu et adhérent……..

…………magnifique vue sur la mer:

Le seul bémol, c’est que le secteur est souvent victime de son succès!

05 Mars 2011 Serre de la Braissa

Sortie du Samedi 05 Mars 2011

Serre de la Braissa  (2743 mètres)

Nous voici déjà au bout de notre programme B+ de l’année.  Le choix des vallées s’est réduit comme peau de chagrin en raison d’un retour d’Est qui à copieusement recouvert de neige fraiche toute la frontière avec l’Italie. Il reste un secteur préservé, Saint Dalmas le Selvage où, il n’a quasiment pas neigé.

 Finalement sur une idée de Fred, et sur la base d’une photo sur le Lippman (page 137) nous décidons de tenter une première : Après une remontée on ne peut plus classique de la croix de Carlé, nous allons tenter la traversée de la Serre de la Braissa par le fil d’Est en Ouest. Dès le sommet de la Croix de Carlé, j’entends une petite voie qui me dit que ce n’est pas gagné d’avance, l’horloge tourne. 

 Aussi je repars assez rapidement sur la Crête de la Tour en direction de notre objectif. Puis il est temps de mettre les crampons, la neige est changeante, tantôt dure, tantôt croutée ou je m’enfonce assez profondément. Qu’importe, il faut progresser pour atteindre la base des rochers. Et oui, après 2 sorties B+ plutôt consacrée aux couloirs, aujourd’hui le mixte. Rapidement je m’équipe et tente une percée par la droite. 2 petites longueurs de 20 mètres plus haut, je tombe nez à nez avec Thierry, qui lui est passé par la gauche. C’est une succession de ressauts rocheux reliés entre eux par des pentes de neige. Quand je vous parlais d’escalade mixte…

Encore une longueur rocheuse, puis une traversée et enfin le bastion terminal défendu par un pas de IV. Enfin le sommet. La journée est splendide, mais le temps à tourné, il est presque 16 heures. C’est à ce moment que par choix tactique, nous allons devoir faire 2 groupes : Le premier,  dont je suis avec Thierry, qui ne nous séparons jamais de nos skis; Il nous suffit de descendre une centaine de mètre facile, (la voie normale) pour atteindre le col de Jallatier  (2630 mètres) où nous pouvons chausser les skis. Le second groupe, vous l’avez compris, refait l’arrête en sens inverse pour aller retrouver son matériel. C’est bien sur plus long, plus délicat passablement encombré aux relais… Chacun ses plaisirs.

 Après avoir attendu la dernière cordée de skieurs, je peux entamer la descente du très beau couloir nord à 35 ° sur 200 mètres de dénivelés. Ce n’est pas une poudreuse de rêve, mais avec la fatigue, on s’en approche… Puis de grands virages dans le vallon de la Braisse pour rejoindre l’habituelle route de Sestriere.  C’est donc vers 17 heures 30 que nous rejoignons le parking. Il va falloir attendre nos compagnons, alors autant les attendre autour d’un verre. Vers 19 heures nous commençons à nous inquiéter, mais nous savons que le reste du groupe est entre de bonnes mains. A la nuit, vers 19 heures 30, les voila. Puisqu’il est si tard, une partie du groupe, dont je suis, décide de finir cette mémorable journée autour d’une bonne pizza dans l’unique bar-restaurant de Saint Dalmas : Le Forest.    

Alors, pour de prochaines B+, à l’année prochaine.

Merci à tous

Vos serviteurs, Bruno, Fréderic, Michèle, Gérôme, Eric, Thierry et Patrick.

La Saison continue

Bonjour à tous,

Après un stage à Clavière (Italie) particulièrement réussi, de retour des vacances scolaires, la saison continue avec en point d’orgue, le Derby du Club : le 27 mars à Auron.

Le Derby c’est une course open sur un slalom géant tracé par les moniteurs ESF d’Auron, c’est aussi une journée festive ouverte aux jeunes et aux parents, aux adultes de la section ski, en un mot, la fête à ne pas manquer.

Pour une bonne préparation à cette compétition, il ne reste que deux sorties du dimanche, les 13 et 20 mars, et trois sorties pour les adultes du vendredi,  les 11, 18 et 25 mars.

Pour les adultes, la saison se clôturera par un stage de trois jours à la Foux-D’allos du 1er au 3 avril.

Nous comptons sur la présence de chacun.

Cordialement

L’équipe des moniteurs de la Section Ski.

Sortie du dimanche 6 Mars 2011  » La Tête des Bresses » par Elisabeth Etienne

Vendredi soir au CAF , le tableau restera blanc assez longtemps , avant que s’inscrive la sortie de dimanche …. La météo annonce enfin du beau temps , donc il faut penser à une belle randonnée . Voilà c’est fait : nous irons à la Tête des Bresses .

 Ce dimanche matin c’est donc 22 personnes qui s’engouffrent dans les voitures en prévision d’une belle journée .

 La vallée du Boréon cela fait plusieurs fois que l’on y va cette année , mais c’est à chaque fois avec le même espoir de fouler les sommets d’un peu plus prés .

La neige tombée en début de semaine s’est bien tassée et semble stable. Le ciel est d’un bleu d’azur et au fur et à mesure de notre progression les paysages défilent .

Vers les 13h, nous sommes au sommet, les 20m de l’étroite arrête sommitale se font à pieds . La vue sur les pics environnants est splendide  et le casse croûte aprés ces 1300m de dénivellés  est très apprécié .

 Le retour se fait à proximité de nos traces de montée , dans une neige assez souple et très skiable, à la grande joie de tout le monde qui « vente » les mérites  du soleil, du ciel et de la joyeuse ambiance du groupe ,  sans oublier nos 3 dévoués cafistes qui ont assuré l’encadrement comme des chefs : un grand MERCI  à Jean Claude L.,  Patrick V., Claude H. et bien sûr sans oublier le pot de l’amitié.

 Bon raid à skis  à ceux qui partent et à la semaine prochaine pour les autres .

e/etienne

STAGE DE SKI CLAVIERE (Février 2011)

Hôtel Miramonti à Clavière

(Souvenir de notre stage de Clavière, raconté par nos jeunes reporters amateurs : Clélia, Lorraine, et Marine.)

Après cinq heures de voyage, nous sommes enfin arrivés à Clavière, en Italie.

Nous nous sommes installés à l’hôtel Miramonti,  puis nous avons découvert le village.

Le lendemain, nous avons skié malgré le mauvais temps. Dés ce premier jour, il y a eu un bon contact entre les moniteurs et les stagiaires.

Les premières chutes ont commencé allant de la simple « gamelle »  à l’ensevelissement presque complet. Toutes aussi marrantes les unes que les autres.

Les pistes n’étaient pas les seuls endroits de rigolade. Il y avait aussi les télésièges où l’on chantait « quand te revérai-je, pays merveilleux…. » et où l’on acclamait les skieurs et les surfeurs casse-cou, en train de « brouter » la neige.

En dehors des pistes l’ambiance était agréable. A l’hôtel, les jeux de cartes, tel que la belotte, étaient très pratiqués. Ainsi les jeunes et les « toujours jeunes », s’associaient pour remporter la victoire (certains y arrivant mieux que d’autres).

Nous avons aussi eu droit à des activités extra-hôtel, tels que les sorties nocturnes au village, et une sortie à Montgenèvre pour voir une descente aux flambeaux suivi d’un feu d’artifice.

A la fin de ce séjour, qui fut génial, plusieurs expressions ressortirent ; en particulier : « Oh les boouulets !!! » parce qu’au fond, on l’est tous un peu…..

Clélia, Lorraine, Marine.

Vous êtes aussi invité à voir l’album photo de Michel CLEME en cliquant sur le lien ci-dessous

Ainsi que les photos de Patrice en cliquant ici => Diaporama

Col de Crous (2204m) depuis Roya (1500m)

27/02/11   2ème journée dans la vallée de la Tinée, col de Crous

  

Après une nuit (réparatrice ?) passée au gîte de Roya « Ma Vieille Ecole », puis un solide petit déjeuner, il est largement temps pour les 12 participants fringants et motivés (Alain, Annick, Annikka, Chantal, David, notre Président Dominique, Jean, Marco, Michel, Roselyne, Servane et Tony)  de songer à l’objectif théorique de ce dimanche qui se nomme la cime Nègre (2553m).

 Le temps est agréable, mais incertain.

 Nous quittons le gîte situé au cœur du hameau pour une marche d’approche via la piste agricole jusqu’au pas de Roya où nous pouvons désormais chausser les raquettes.

oratoire et les gorges du vallon de Roya

 

passerelle et départ de la rando raquette

 

Nous remontons la pente boisée à l’ubac jusqu’à un vaste replat, point de départ vers la combe de Crous : la neige est à cet endroit poudreuse et profonde, il faudra se relayer pour créer la trace à travers les résineux.

impressionnant rocher supendu

 

Michel conduit la tête du groupe

 

Le col de Crous (2204m) est atteint sans encombre. Nous sommes impatients d’atteindre la cime Nègre, mais la sagesse de notre Président prévaudra lorsqu’il nous indiquera de la main la cime ennuagée et menaçante et nous incitera à amorcer le chemin du retour.

vue sur le Col de Crous et le mauvais temps qui arrive

Par une courte boucle, nous amorçons la descente par un itinéraire parallèle à celui de la montée en respectant bien la distance nécessaire entre nous dans les contre-pentes surchargées et délicates.

 

Après la pause-déjeuner, et le réconfort du limoncello « maison » citron et/ou mandarine  de Marco, nous terminons joyeusement la descente jusqu’au hameau de Roya.

Le pot de l’amitié est pris au gîte, avant le retour sur Nice.

Alain.