Archive pour décembre 2011

le Col de la Lombarde

En cette fin d’année, et la faible quantité de neige présente sur nos massif, nous entraîne a de nombreuses reprises à frequenter le col de la Lombarde…un peu d’histoire et quelques randonnées et courses neige à partir de cet endroit.

Le col de la Lombarde est un col frontière alpin reliant la vallée de la Tinée, en France, à la vallée de la Stura de Demonte en Italie, au Piemont. Avec une altitude de 2351m, ce col suplombe la station d’Isola 2000, il permet aussi bien été que l’hiver, de parcourir en randonnée des vallons ou sommets trés sauvages, notamment côté italien, et un interêt historique et touristique important.

Son ancien nom etait col de la Brasca (du marécage), son nom actuel vient du provençal « loumbardo »= vent du nord-est.

Quelques dates historiques:

– Dès le 18e s, la Revolution Française, puis l’Empire napoléonien vit l’occupapion française.

– En 1831, avennement du Roi Charles Albert et début du Risorgimento, fondement de l’unité italienne, avec création du Conseil d’Etat, réforme de l’administration et promulgation de la Constitution.

En 1861, création du Royaume d’Italie dont Turin fut la capitale jusqu’en 1865.

– 1849 : Victor Emmanuel II

– 1852 : le Second Empire (Napoléon III)

– 24 mars 1860 (dont nous fêtons les 50 ans): Traité franco-sarde de Turin, cédant Nice et la Savoie à la France. Le hameau de Mollière reste italien malgré plébiscite, comme d’autres territoire de chasse du Roi Victor Emmanuel II.

-17 mars 1861 : Victor Emmanuel II devient Roi d’Italie.

– avant 1914-1918: contrebande et commerce des villages frontaliers avec l’armée italienne.

– 10 juin 1940, l’armée et Mussolini entre en guerre et commence à envahir le sud de la France. Tout le chaînon alpin, et ses cols statégiques, vont être d’une grande importance, dans une zone frontalière fortifiée et militaire du col de Larche à Menton.

Rappelons que le vallon de Mollière était un poste avancé du dispositif de defense italienne (fortins sur la crête qui sépare le vallon de Mollière et vallon de Chastillon : actuel Isola 2000!!).

– 22 juin 1940 : armistice avec la France.

juillet 1943 : debarquement anglo/americain en Sicile, ce qui provoque la chute de Mussolini.

Occupation , Resistance, débacle fasciste et nazie, le secteur d’Isola/Mollière se retrouve au coeur d’épisode guerriers.

– 15 août 1944 : Debarquement de Provence.

– 7 septembre 1944 : incendie du village de Mollière par les troupes nazies.

ouvrages militaires Isola 2000- secteur col de la Lombarde Col de la Lombarde

 

 Il faut noter les actions de Moutain Wildeness, du Parc du Mercantour et de nombreux bénévoles (dont des membres du CAF de Nice) pour debarrasser les traces de barbelés et autres vestiges de la Seconde guerre mondiale, durant l’été 2010 (9-13 juillet 2010).

  

 

bouquetins sur versant de la Cime de la Lombarde (2800m)

 

lacs d’Orgias vu depuis la Cime de la Lombarde

En hiver:

depuis le Col de la Lombarde (29/03/2008)
montée au Monte Aver (2745m) depuis colle di Morti
vue depuis Monte Aver (2745m)
au col de la Lombarde (2351m)
le Monte Aver (2745m) vu du Col de la Lombarde
le versant italien du col de la Lombarde : 27/12/2009
la rive droite (versant est) tres avalancheuse (neige poudreuse, apres grosses chutes de neige)
Sanctuaire St Anna di Vinadio (2035m)

Perché à 2035m, le majestueux sanctuaire de Sainte-Anne, dont la construction se situe aux alentours du XIIIe siècle, est le plus haut d’Europe. La légende veut que Saite Anne apparut soudain à une jeune bergère de Vinadio (Anna Bagnis); Ste Anne bénit la bergère et lui demanda de faire une chapelle près du rocher de l’apparition, où a été érigée la statue de la Sainte et de sa fille, la Vierge Marie. A noter la procession annuelle du 26/07 (fête de la Sainte Anne) et le pèlerinage du 15/08, extrêmement populaire, autant par les population italienne du Val Stura (Vinadio) que du côté français (Isola).

le rocher de l’apparition
Sanctuaire St Anna di Vinadio : 27/12/2009
Punta Maladecia (2745m) vue depuis le sanctuaire
trés beau vallon, entouré par de magnifiques sommets
Cime d’Orgias, tracé gps du 18/12/2011

 

 

2011-12-18 puy de Rent en VTT

Vendredi soir au club, au milieu des inconditionnels des spatules, nous sommes décidés : il n’y a pas assez de neige, il faut innover ! Devant une collection de visages médusés et sceptiques, Fred sort les topos  de VTT et les cartes du moyen pays. Après de nombreuses tergiversations, un plan se dessine : les crêtes et le pic de Rent depuis Annot, avec des variantes nombreuses et variées pour « le cas où », car il est vrai que le vélo et la neige, c’est vraiment de l’innovation pour nous .. Peut-être est-ce la raison pour laquelle on se retrouve à seulement 3 à Annot à 8h30 le dimanche matin, pour partir à l’aventure.

 

 

Nous voilà partis pour 1300 mètres de montée, sur goudron d’abord, sur une piste forestière très roulante ensuite. On trouve les premières traces de neige vers 1400m, et nous passons très rapidement de l’automne aux couleurs de l’hiver.

 

 

La neige récente offre un bon grip, et les faibles quantités ne ralentissent en rien notre progression. Le sommet apparaît, impressionnant de par son manteau blanc : nous décidons tout de même de continuer, « pour voir », pour la curiosité d’une descente en vélo dans une pente de neige.

 

 

Les quantités de neige sont raisonnables, nous passons sans encombre, et Fred débordant d’énergie se permet mêmes quelques pitreries.

 

 

Nous sommes au sommet, avec des paysages d’une couleur et d’une luminosité propres à ces journées froides de l’hiver enfin arrivé. Mais il est déjà temps de redescendre, car le vent du Nord ne nous laisse pas de répit. La descente sera alors un véritable bonheur, les 20cm de neige croutée et ventée qui nous attend sur le parcours de la Colle St Michel sera pour nos roues un véritable tapis atténuant les aspérités de terrain pour notre plus grande joie.

 

 

Point de neige à la Colle, la descente se poursuivra donc jusqu’à Annot par le GR, de manière plus classique mais tout de même roulante et agréable. Annot est vraiment un coin appréciable pour le VTT multisupport !

 

Fred, Edith, Jérôme pour de prochaines aventures.

Cima d’Orgials 2648 m, dimanche 18 décembre.

Difficile de trouver la neige en ce mois de décembre ! Alors nous n’optons pour une valeur sûr : le secteur d’Isola 2000 et un parcours déjà testé par les skieurs dimanche dernier.

On se gare au dessus de la station, dés le départ, les températures sont négatives (- 4 à -6° C ). Le soleil est présent mais la journée sera ventée.

La neige est légère, voir soufflée, avec peu de cohésion. On monte tranquillement jusqu’au Col de la Lombarde.

Légère descente ensuite pour traverser un petit  cirque et contourner la barre, avancée rocheuse de la Cime d’Orgials. On s’engage ensuite dans le vallon qui monte vers le Col d’Orgials 2600 m.

Dés cette remontée, la neige, légère et séche, alterne avec des passages glacés, les crampons sont de mise. Le vent se lève.

Du Col, on suit la courte ligne de crête jusqu’à la Cime (croix, alt, 2648 m) avec toujours cette alternance de neige légère et de plaques de glace.                

Un coup d’oeil sur le paysage, le vent nous souffle la neige à la figure, il fait quelque chose comme -15° C !

On redescend donc presto par le même itinéraire sans s’arrêter pour manger tant nous avons froid. Joli petit sommet tout de même, avec une vue dégagée alentours, mais quel froid !!!

Hélène

 

Mont Saint Sauveur – dimanche 18 dec – sortie A

Oh oh !! -11 à la voiture, ca pique comme diraient mes fils.

Pour ce dimanche encore, et malgré la chute de neige de jeudi, nous décidons de jouer la sécurité et de nous retrouver pour le mont Saint Sauveur Dimanche à Isola 2000.  Ca y est, c’est l’hiver. Enfin les cimes sont  blanches augurant bien de la journée.

c'est parti ! vous voyez bien qu'il y a de la neige !

Départ par la noire du Merlier … plus de sapineau que de neige là-dedans, mais bon la neige tombée jeudi dernier semble prometteuse, alors ce week-end nous nous la jouons rando savoyarde !!!

Non non, pas celle avec le fromage. Je veux parler de celle ou on monte sur les pistes de ski quand il fait un froid de gueux et que la chute d’il y a trois jours est toujours poudreuse !!

la rando savoyarde .. au bord des pistes, mais tot le matin, c'est pas genant

Juste avant d’arriver au Cloutas, les premiers skieurs (les vrais, ceux qui remontent en téléski) arrivent. La neige est si bonne qu’ils hurlent de bonheur.

le vallon et le mont saint sauveur. Au sommet, le vent à fait son oeuvre

Nous contournons la tête de Pignals, et après un court point sur la situation décidons de monter dans la face Nord. Certes le bulletin déconseille les faces Nord, mais le vent a soufflé toute cette fin de semaine et il ne reste plus grand chose de la dernière chute au delà de 2600m.

la pente sommitale

Déneigé, le versant Nord sous le Saint Sauveur semble plus pentu qu’au mois de juin lorsque le relief disparaissait encore sous une épaisse couche. Mais tranquillement nous enchainons les conversions et les pauses pour se réchauffer. Il fait vraiment froid, et avec le vent de dos on aimerait bien une culotte en polaire pour se tenir les fesses au chaud. La vue sur le Mercantour enneigé se découvre peu à peu, et nous confirme que venir skier ce dimanche c’était une vrai bonne idée !

il fait froid

Au sommet, boudiou !! Le nez me pèle ! Les doigts me brulent, nous nous regroupons tous dans la meurtrière du fort afin de rassembler un peu de courage pour redescendre.

 
trés froid !!

 

Le début de la descente ne restera pas dans les mémoires, d’une part parce que la cime a été brossée par le vent du nord, et d’autre part parce que nos muscles refroidis peinent à se mettre en route, mais dés que nous arrivons dans la combe, le sourire revient et nous pouvons rapidement enchainer les virages, d’abord en choisissant les bonnes plaques de neige, puis sans trop se poser de questions.

Au pied de Sistron, la question se pose: descendrons-nous par les pistes, ou par les sapineaux ? En effet le haut de la noire est vraiment bien enneigé.

Nous choisissons les sapineaux. Oui la poudreuse était trop belle et la voix de la raison n’a pas été assez forte. Tant pis ! Nous essaierons de ne pas les tailler en pièce, car il faut savoir que 11 skieurs dans une pente recouverte de petit mélèzes qui affleurent ca peut être pire que ‘massacre à la tronçonneuse’.

massacre à la tronconneuse ! mais au dessus c'etait trop bon !!

Nous profitons de largement plus que les trois virages réglementaires en ‘neige de rêve’, la sortie est validée !!

De retour à la voiture, nous concluons par un exercice de recherche de DVA, afin que chacun reprenne confiance en son matériel.

Un grand merci a toutes et tous pour avoir contribué a cette belle journée,

Bernadette, Nicole, Philippe, Tonio, Christian, Eric, Florent, Cyr

Accompagnants Georges, Patrick et Michèle.

Dimanche 18 décembre Cime de La Cacia et de Sauma Longa

Photos de Thérése Agosti

Au sommet de la Cime de La Cacia par une température polaire

Dans le synclinal de St Antonin les Marnes roses d’où émergent des pointes calcaires aux formes biscornues.

 

Le pére Noël participe à notre déjeuner avec un délicieux gâteaux alsaciens.

 

 

 

 

Vue sur le pittoresque village de Cuebris

 

 

 

 

 

 

Au détour du sentier perdue dans la forêt Notre Dame de Cuebris surmontée d’une croix fort élégante.

A l’issue de cette belle randonnée nous nous souhaitons de joyeuses fêtes de fin d’année

 

 

 

 

Cime d’Orgials – 11 decembre – sortie initiation

Pas vraiment le choix du site pour cette deuxième sortie d’initiation de la saison, pour le moment, la neige n’est raisonnablement accessible qu’autour d’Isola 2000, un petit coup d’œil aux Webcam vendredi me fait douter d’une sortie vers le col de la lombarde qui semble très déneigé, le bulletin neige et avalanche annonce la neige à partir de 2400m … le col est a 2350, nous ne tenons pas à imposer un long portage pour une sortie d’initiation … au ski !

Arrivés a Isola, bonne surprise, la limite d’enneigement est plus basse que prévu par le bulletin, nous décidons donc de maintenir la cime d’Orgials.

Au parking après une présentation du matériel, Andreas prend quelques minutes pour rappeler les règles de base pour le ‘fond de sac’ du skieur de randonné. Nous expliquons le parcours, calons les altis, et nous voila partis skis au sac mais nous trouvons très rapidement la neige a 2200m.

l'équipe au depart

Le groupe est homogène, et la montée vers le col est l’occasion de rappeler quelques règles de gestion de l’effort, comportement du groupe, ainsi que le fonctionnement des cales de montée.

Le point itinéraire au col est aussi l’occasion de constater que si le cirque d’isola et les versants italiens sont bien enneigés, il n’en est pas de même pour le secteur Tinée. Le Mounier est bien blanc, mais il s’agit plus d’une veste que d’un manteau. Vivement que la dépression se creuse dans le golfe de gênes, ou nous allons devoir fixer des roulettes aux skis.

Rapide dépeautage au col pour une courte descente jusqu’au relais téléphonique, rempeautage. Pfuii c’est de la manip tout ca !! Mais le paysage est magnifique, décidément je ne vois pas ce qu’on aurait pu faire de mieux en ce dimanche matin que de se retrouver skis aux pieds devant ce panorama !!

compliqué les manips ?

Avant de repartir, nous faisons un point sur le manteau neigeux et les risques d’avalanches, certes la couche de neige n’est pas épaisse, mais il ne faut pas oublier que le vent en semaine a crée des accumulations dont il faudra se méfier, et que nous éviterons en choisissant de monter versant sud.

au sommet du verrou

Les couteaux deviennent rapidement nécessaires, et le verrou sous le pas d’Orgials est l’occasion d’apprendre les techniques de conversion, et de démontrer qu’on peut grimper des pentes relativement raides en ski. Après quelques virages on prend confiance et tout le groupe s’élève rapidement au dessus du verrou, d’où la cime est a portée de main.

presqu'au sommet

Au sommet

 Voila il ne reste qu’a redescendre. Le groupe ‘A’ nous rejoint au niveau du pas d’Orgials, mais nous les laissons partir afin de prendre le temps de la descente. Un peu de tension en prévision du verrou qui paraissait si raide a la montée, mais finalement ce n’est pas si compliqué ! Sur le regard et les conseils d’Andreas et de Christophe, tout le monde descend facilement et presque sans tomber, malgré les jambes raides et la neige … bon nous avons bien trouvé une ou deux plaques de neige de rêve pour Georges, mais dans l’ensemble, les dernières chutes ont été façonnées par le vent, et a moins de chercher les fonds de vallons, ca reste du ski de randonnée de Mercantour.

 Dans la descente, malgré la perturbation qui pointe son nez, nous prenons le temps d’un exercice de recherche de DVA qui permet aux nouveaux venus de réaliser la difficulté de l’exercice et l’intérêt de s’exercer régulièrement.

de la neige a venir ?

 Voila ! Il faut re-peauter une dernière fois pour remonter au col de la lombarde, tranquillement. La journée se termine, nous retrouvons à nouveau le groupe ‘A’ au col de la lombarde et redescendons jusqu’aux voitures.

 Une très bonne journée d’initiation avec un super groupe qu’on espère revoir souvent cet hiver !!

Un grand merci aux participants pour leur bonne humeur : Carole, Karine, Patrick pour qui c’était une première, Uta et Cyr qui participaient a leur seconde journée. Ca nous donne envie de recommencer … dimanche prochain !!

Andreas, Christophe et Michèle.

Sommet du Rigaudon dimanche 11 décembre

Aprés un départ de Puget Théniers nous débouchons au Col du Régaudon où une borne marquée de la Fleur de Lys nous rappelle qu’ici passait la frontiére entre les royaumes de France et de Savoie.

Le groupe au sommet du Rigaudon

La vue est superbe depuis le Mounier jusqu’aux Tours du Lac d’Allos

La suite de randonnée nous conduit vers le pittoresque village de La Penne et son remarquable pigeonnier.

 

 

 

 

 

 

La randonnée se termine à Touet sur Var autour d’un petit blanc de quoi clôturer une journée fort agréable dans une chaude ambiance de camaraderie

 

 

Roche de l’Abysse (2756m) depuis Castérino

Roche de l’Abysse – 2756m au départ de Castérino (1550m) dimanche 11 décembre :date à marquer à l’encre rouge car ce fut la 1ère sortie raquette de la saison !! 9 vaillants et courageux raquettistes sont allés chercher la neige bien haut en cette fin d’automne bien agréable encore. Répondent à l’appel des cimes : Roselyne, Alain, Tony, Hélène, Patrick, Annie, Michel, Gabriel et Valérie.

Après un 1er rassemblement à Trucco pour organiser le covoiturage, nous voila partis pour rejoindre Castérino. Par le manque de neige, il a été décidé en fin de semaine de modifierle programme et donc direction la Roche de l’Abysse. Après avoir fait l’inventaire de tout le matos et bourrer les sacs, le départ est donné vers les 9h. L’ambiance est très bonne. Nous montons rejoindre la Baisse de peyrefique (2028m) (par le chemin forestier) où une 1ere pause « barre » est effectuée avec aussi au programme des explications des sommets environnants. Et c’estGaby qui s’y colle !….petite parenthèse : en fond l’objectif à atteindre avec une pellicule de neige…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Baisse de Peyrefique (2028m) vue sur la Roche de l'Abysse

Nous reprennons notre route jusqu’au pont de Peyrefique (1916m) où nous bifurquons sur la gauche pour récupérer un petit sentier qui va nous mener jusqu’au Fort de Giaure (2254m) où ENFIN !!!!!!!!…..nous chaussons nos raquettes !!!! Le temps n’est plus aussi clément que le matin et le brouillard nous empêche de contempler le paysage des alentours. Il nous oblige également à rajouter une couche de vêtements. Malgré que la neige soit présente, celle-ci est plutôt dure, mais nous avoir espoir d’une meilleure qualité à plus haute altitude.

montée à la Roche de l'Abysse, au dessus mer de nuages

 Une fois franchie la nappe de brouillard, nous récupérons des rayons de soleil mais aussi pas mal de vent. Le sommet approchant, nous décidons par sécurité de laisser les raquettes et de chausser les crampons pour terminer les derniers 150m de dénivélésqu’ils nous restent pour rejoindre la croix délimitant la frontière franco-italienne. De là haut, une vue splendide : d’un côté le massif alpin (Mont Viso, Monte Rosa…) et del’autre…une mer de nuage !…quelques photos souvenirs pour immortaliser cet instant et déjà le moment de la redescente se programme.

Au sommet de la Roche de l'Abysse (2746m)

Il est ni le temps, ni l’endroit pour casser la croute. Nous décidons donc de rejoindre le pont de Peyrefique pour profiter tranquillement de nos sandwichs restés bien au frais dans nos sacs !!!….mais pas assez pour certains….et d’un bon café ou thé pour se réchauffer. Le retour à la Baisse et au parking de Castérino se déroule sans encombre et nous arrivons de notre périple à la nuit tombante…un timing au top ! La journée se termine autour d’une table entre chocolats chauds, café et verre de « houblon ». Bref, une superbe journée en très bonne compagnie, ambiance joyeuse et conviviale, bien organisée ! Que du positif et très encourageant pour la suite…. Un grand MERCI à vous tous ! Valérie

Données GPS : 21,3Km – 1555 m dénivelé cumulé – 8h30 (6h30 de marche)

 

 

Cima de la Valletta 2750 m – Dimanche 11 décembre 2011

En cette période de disette neigeuse, les seuls spots skiables de la région restent centrés autour d’Isola 2000.

C’est comme ça que notre sympathique petit groupe se fixe aujourd’hui comme objectif la Cima d’Orgials, petit sommet se trouvant pas trés loin du Col de la Lombarde du coté italien.

Aprés une 1ère partie rapidement grimpée, nous sommes au pied de la pente terminale. Un petit vent frisquet entretient une température glaciale. Il nous semble alors plus judicieux de revoir notre objectif pour une pente mieux orientée par rapport au soleil. Nous voila donc à l’assaut du sommet voisin, la Cima de la Valetta dont la pente Sud devrait être interessante à skier à la descente. Cette derniére pente est vite gravie et nous voila tous au sommet.

Le sommet se termine par une jolie petite arête d’une cinquantaine de mètres. C’est à son extrémité atteinte en crampons que nous prenons évidemment la photo de groupe. D’ici la vue panoramique dévoile tout l’arc alpin jusqu’aux montagnes du Valais.

Nous prenons notre temps pour casser la croute en attendant que la neige décaille un peu. Pendant la descente, nous croisons le groupe Initiation qui descend de la Cima d’Orgials. Comme il nous reste du temps et que la température est bonne, nous organisons un exercice de recherche de victimes d’avalanche.

Encore quelques virages et nous voila à la voiture.

A bientot pour la prochaine.

Les encadrants de la sortie :
Georges, Patrick, Jean-Claude et Bruno