Archive pour avril 2012

Tour de tavel – sens horaire – 22 avril

Après les dernières chutes de neige, c’est à 17 que nous nous retrouvons sur le parking de saint martin du var ce dimanche matin.

Direction Isola 2000, pour deux groupes, un ambitieux pour la tête de Valrosa et plus si affinité, et un deuxième groupe pour le classique tour de tavel dans le sens horaire.

 -2 au départ, ca pique pour ceux qui se voyaient déjà en version ski de printemps.

 Parler de la descente du col Merciere vers le vallon de Molière à qui ne l’a pas faite, sera difficile !!

Sachez que georges la classe en moquette 3*, renouvelée dans la nuit. Imaginez une chute de 2cm dans la nuit sur un manteau transformé et durci par des températures nocturnes très fraiches.

Autant vous dire que nous en profitons jusqu’au bout quitte à devoir bucheronner un peu en bas entre 2100 et 2200 pour rejoindre le vallon qui remonte vers le pas de la Lauze.

 Juste au dessus du premier verrou, catastrophe ! la mâchoire avant du ski de Dominique s’arrache, alors qu’elle est en train de monter tranquillement au fond du vallon !

Un rapide inventaire des possibilités de réparation ne nous laisse pas beaucoup d’espoir, mais nous sommes au milieu de la ballade, entre deux cols ! bref la pire des configurations.

 Finalement la fixation sera refixée avec des morceaux de mélèze dans les trous de vis, scotchée à l’Elastoplaste sur le ski et les peaux recollées. Dominique terminera la montée au pas de la lauze en crampons ainsi que la descente du couloir. Elle ne rechaussera que pour remonter à Drouos et gardera les peaux pour redescendre.

Un petit tube de locktite dans le sac, cela aurait été une bonne idée pour dépanner ce jour la !

 Le couloir du pas de la lauze versant nord, tient ses promesses, il est plein d’une neige encore poudreuse, malheureusement le passage de 13 skieurs (nous) l’a entièrement tracé pour les suivants.

 Tranquillement nous remontons vers la baisse de drouos ou un petit vent frais nous cueille. Nous décidons d’aller pique-niquer au col Merciére car le vallon des terres rouges reste peu skiable malgré les dernières chutes de neige.

Après déjeuner, un partie du groupe remonte sur la tête Mercière tentés par la descente, l’autre rentre directement.

La descente par la ‘face nord’ de la tête Mercière clôt agréablement cette belle journée. Nous retrouvons les copains de la tête de Valrosa au parking et nous retrouvons tous devant un pot à saint sauveur, avec une pensée émue pour ceux qui sont restés bloqués dans les bureaux de vote ce jour là.

Rétrospective Saison 2012 Section Ski

Bonjour,

Voici les liens vers les 3 diaporamas de Michel concernant les stages de ski de cette année 2012.
  • Le 1er est d’une durée de 5 minutes ( si 3 secondes/image) et concerne notre stage à TIGNES du 29 Janvier au 4 Février 2012.
pour découvrir le diaporama clic sur TIGNES.
  • Le 2ème est d’une durée de 5 minutes ( si 3 secondes/image) et concerne notre stage à SESTRIERE du 4 au 10 Mars 2012.
pour découvrir le diaporama clic sur SESTRIERE.
  • Le 3ème est d’une durée de 4 minutes ( si 3 secondes/image) et concerne notre stage à VARS du 6 au 9 Avril 2012.

pour découvrir le diaporama clic sur VARS .

Bonne lecture et surtout encore merci à notre photographe reporter

Amicalement,

Philippe

Dimanche 01 Avril  » Tour de la Malédie « 

Il y a des randos qu’on peut improviser au dernier moment, et d’autres non : il faut que la météo soit bien stable, l’enneigement à point, le groupe homogène et, surtout, la forme au top, dans la tête comme dans les jambes. Un petit repérage est même bienvenu. Le tour de la Malédie fait partie de ces randos engagées auxquelles il convient de réfléchir avant de s’inscrire…

         La section « raquette » (sans ses emblématiques raquettes) démarre juste avant 8 heures du parking de la Gordolasque : au-dessus de nos têtes, un ciel parfaitement bleu ; sous nos crampons, une neige idéale dès le refuge de Nice ; quant aux jambes et à la tête, on fera au mieux…

                                                        

         Ce beau et grand tour dans la Haute-Gordolasque, dans le sens que Denis et Gaby ont privilégié, démarre du pont du Countet, frôle le refuge de Nice, monte d’une seule traite aux lacs du Clapier par le vallon du Clapier encore enneigé, rejoint le Pas de Pagari. Déjà une belle grimpette dans les jambes… Puis commence l’aventure à proprement parler : on redescend côté italien, on longe toute la face italienne de la Malédie, une sévère muraille rocheuse qui nous domine de ses 3059 mètres, ascension enfin du couloir Muraion sur 250 ou 300 mètres, dont une partie à 45°. Et enfin longue, longue redescente, parfois délicate sous le pas de la Malédie, avant de retrouver les sièges moelleux des voitures et le confort des baskets.

                                                            

         Pour la grande majorité des participants, ce tour est une première, et huit d’entre eux le boucleront. Un autre bifurquera vers le pas ouest du Clapier, et deux autres s’arrêteront au pas de Pagari.

 

         En trois cordées, dans une parité hommes-femmes exemplaire, nous avons donc « sorti » ce joli « canale Muraion », qui se redresse et se resserre progressivement entre ses murs de rocher. Denis, en tête, fait la trace du haut en bas. Les cordées de Gaby et de Jean suivent, dans les marches confortables qu’il prépare pour le reste du groupe. Un coup d’œil vers le bas… brrr… glissade interdite… Un coup d’œil vers le haut… c’est par là la sortie… Quelle joie de prendre enfin pied sous la facette nord de la Malédie, pour les embrassades traditionnelles, un rapide pique-nique, et surtout pour prendre des photos des quatre horizons, tous plus « ambiance » les uns que les autres : Gélas de face, Clapier de profil, Malédie en contre-plongée, quel décor, une vraie superproduction « Mercantour & Co » !

                                                          

                                                

         Plus bas, au niveau du lac Long, beau spectacle, la nature nous gâte : le lac et ses rives se sont transformés en banquise, icebergs, crevasses, on croirait marcher sur un glacier. De temps à autre, l’un d’entre nous tombe dans un trou de format XXL, poisson d’avril ! Et oui, la neige ramollit vite, dans cette grande combe…

                                                                  

         Aux Tilleuls de Lantosque, notre annexe « CAF-Vésubie », nous commentons cette belle et riche journée. Il est question de 1500 mètres de dénivelée ; quant à la distance, personne n’a fait le compte, mais… c’était loin et long, cette rando… D’ailleurs, pourquoi « rando » ? Avec le tour de la Malédie, nous pouvons légitimement parler de « course » ! Merci à Gaby et à Denis de nous faire profiter de leur expérience, et de nous offrir des souvenirs précieux !

                                                       

 Chantal.

Cime Vermeil par le pas du loup en A/R – 1 avril

Allez ! encore un petit dernier pour la route !

Nous sommes 7 courageux ce matin pour aller voir au dessus d’isola 2000 si le vallon des terres rouges passe encore.

 On slalome entre les névés jusqu’à 2300, mais ensuite le pas du loup est bien enneigé de part et d’autre. Les lacs ont commencé à fondre et parsèment le vallon de turquoise.

 A cause du manque de neige le départ du couloir W est bien étroit, nous optons pour l’autre couloir sur la gauche. Bonne pioche ! le soleil n’est pas encore assez haut pour atteindre la neige des couloirs qui reste bien froide, mais transforme bien le bas des pentes.

Le pas du loup versant Sud

Nous profitons de la descente jusqu’à 2360, avant de remonter le vallon vers le pas de Peania. Nous ne déchausserons qu’une centaines de mètres à l’horizontale pour les plus malins … et une centaine de mètre de dénivelé pour les gros malins qui ont dépeauté trop tôt et dont je fais partie !!

 Les malins arriveront au sommet à ski, les autres brassent en sautant d’un rocher à l’autre.

 Au sommet nous découvrons le col de la lombarde complètement déneigé, l’option ‘tour’ qui avait un moment germée dans nos esprits est abandonnée, ce sera donc un aller-retour.  Le Malinvern en revanche est tres beau:

Le Malinvern

 

 La descente dans le vallon vers Gias est excellente, mais on arrive trop vite à la cote 2360 ou il faut reprendre l’ascension du pas du loup !!

Le pas du loup, versant Nord

 Il fait chaud ! heureusement qu’il est trop tôt en saison pour que le soleil atteigne le fond du couloir !

Le couloir se sort a ski, et c’est dans une neige qui a déjà recommencé à durcir que nous terminons cette très jolie ballade, sautant d’un névé à l’autre pour rejoindre la station.

les goulets du vallon terre rouge deviennent tres etroit !

 Un grand merci à l’équipe pour cette belle journée :

Laurence (qui nous a donné faim en décrivant son pique-nique oublié dans la voiture), Sylvain (le plus malin du groupe), Florent, Franck et Laurent sous l’œil attentif de jean-Claude.

Et qui c’est qui a eu la bonne idée de dépeauter si tot ? hum …

A bientot pour de nouvelles aventures – Michele.