Archive pour septembre 2012

L’histoire récente (et ancienne) des glaciers du Mercantour

Depuis 1.800.000 ans les cycles de glaciation et de déglaciation se sont succédés . La dernière s’est achevée il y a 15.000 ans , à cette époque le glacier de la Vésubie avait 300 m d’épaisseur au Boréon,le front du glacier atteignait Lantosque et à Nice la méditerranée clapotait 100 m plus bas.

A début la glace se forme par accumulation de neige tassée qui évolue en glace opaque dans les cirques d’accumulation en altitude , puis cette masse glacée descend les pentes lorsque le frottement ne peut la retenir.

Ces mastodontes glacés ont profondément marqués les paysages de notre haut pays : les vallées en auge,les cirques glaciaires, les roches moutonnés, et autres blocs erratiques sont les témoins de ce passé proche.

En parcourant nos massifs les glaciers ont laissés partout leur empreinte , admirez le magnifique lac de verrou de Trécoulpas, le lac Nègre( lac de moraine) ou celui d’Allos (lac d’accumulation), les tourbières de Gialorgue,les roches moutonnées et striées de la vallée des merveille , la cheminée de fée de la Gordolasque.

cheminée de fée de la Gordolasque

cheminée de fée de la Gordolasque

Mais les glaciers n’ont pas disparus, il nous reste dans les Alpes Maritimes le glacier névé de la face ouest du grand Capelet, c’est un glacier d’accumulation de 120 m de large qui  évolue en glacier rocheux.Bien sur il reste les glaciers du Clapier et du Gélas en versant Nord mais ils sont italiens.Les glaciers rocheux du Mercantour sont un mélange d’éboulis et de glace formé au pied des parois rocheuses qui flue lentement sur la pente en formant des bourrelés.

glacier du grand Capelet

On trouve aussi quelques glaciers dans les  cavités du massif du Marguareis, bien connus de nos amis spéléologues .

glacier du Scarasson massif du Marguareis copyright Tierry Vilatte

Glacier rocheux du trou de l’aigle 300 m de long, 30 m d’épaisseur de glace sous 2 m de roche.

glacier rocheux du trou de l'aigle

glacier rocheux du lac d’Allos.

glacier rocheux du lac d'Allos

Puisse ce petit document vous aidez a découvrir les grand livre ouvert de la nature.

TOWNEND John   commission Ski Alpinisme

la face cachée des sentiers du Mercantour

Technique de renovation des sentiers de montagne

Marches sur le sentier de Cougourde empierrement traversant un éboulis décaissé manuellement

 

 

 

 

 

Dans le cadre du partenariat entre le club Alpin de Nice et le parc National du Mercantour,je vous propose de vous faire partager les sujets les plus intéressants développés lors des formations que le Parc  organise depuis quelques années pour les professionnels de la montagne.

Nous ne soupçonnons pas toujours que les sentiers de montagne du Mercantour nécessitent des moyens conséquents pour leur entretien ou leur rénovation.

Le site le plus visité du PNM est le lac d’Allos avec 700 personnes par jour.

Situés en altitude ou très fréquentés, ou encore soumis aux intempéries, les sentiers subissent une très forte érosion.

Le Conseil Général et le parc du Mercantour prennent en charge le financement des travaux d’entretient ou de rénovation. Le budget  moyen du parc est de 168.000 €/an

Monsieur Jean marc Culotta, responsable des travaux de restauration des sentiers de montagne et de la signalétique pour le PNM , accompli un travail remarquable pour la protection de ce patrimoine.

En zone centrale les aménagements traditionnels sont utilisés en lien avec les différents usages des sentiers a travers le temps ( c’était pour le commerce,l ’accès aux pâturages,l’armée,les pratiques religieuses,les liaisons entre vallées,etc…) Les ouvrages sont donc réalisés en pierre  locale et en mélèze du pays.Par contre des moyens modernes sont utilisés tel que l’héliportage,des mini-pelles mécanique ou des brouettes à moteur. Mais deux conditions sont  impératives : pas de pollution et pas de trace de passage des engins.

Les interventions ont lieu uniquement sur le réseau inscrit au plan départemental.La maintenance courante est assuré par le personnel saisonnier du parc.

Seules les rénovations urgentes comme l’accès aux refuges sont réalisés compte tenu des contraintes budgétaires. Sachez que la minute d’héliportage ( engins ou matériaux) revient à environ 30€.

Les dernières interventions ont eu lieu sur les sentiers du refuge de Cougourde et du refuge de Nice ,ainsi que sur la voie sacrée dans la vallée des merveilles.

 

signalétique en poteaux de mélèze et panneaux de stratifié

 

 revers d’eau   210 € le m/l

une passerelle en bois 13m X 1,2m avec rambarde coute 15.000 € a 18.000 €

Pour conclure je vous citerai une observation d’un accompagnateur en montagne qui désormais passe par le très bon sentier du refuge de Cougourde pour guider ses clients au lac de Trécoulpas ;” c’est moins fatiguant et la pose au refuge est toujours un bon moment”.

 TOWNEND John    commission ski Alpinisme

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Weekend Cougourde des 08 et 09 Septembre 2012

Sortie Alpinisme

J’avais prévu une sortie Alpinisme ce weekend, oui mais quel programme choisir ?? Finalement comme notre ami Fabrice, à déjà une belle proposition pourquoi ne pas me joindre à lui ? Aussitôt dit, aussitôt contacté, il ne me reste plus qu’à lancer les invitations aux Cafistes, avide de grande course. Finalement c’est au grand complet (et même un peu plus) que nous débarquons ce samedi matin au classique rendez vous de Saint Martin du Var. Café croissant, (merci Anne), et nous voila parti pour un site d’escalade que je ne connais pas : La Barre de la Lèche. Ce site situé à mi-chemin de la route du col de Salèse gagne à être connu. Une vingtaine de voies, équipées de une à trois longueurs, et de plus ensoleillé !! C’est donc dans une ambiance bonne enfant que nous nous élançons à l’assaut de ces itinéraires assez typé «dalle». De plus cette journée va nous permettre de réviser quelques manips pour demain. En milieu d’après midi, il nous faut plier bagage, pour entamer la montée au refuge de la Cougourde. C’est vers 18 heures 30, que nous nous retrouvons sur la terrasse du refuge autour de la traditionnelle bière. Pourtant l’ambiance est plutôt sérieuse, c’est le moment d’étudier l’itinéraire. Pour ma part, j’ai choisi d’emmener mon équipe dans la Directissime à la III. Une course D de 400 mètres. Dimanche matin, 7h45, nous partons pour la petite heure de marche afin d’atteindre la base de notre voie.

 Après repérage du départ (un spit dans une fissure, 10 mètres au dessus), je lance le top départ. Bien sur nous avons toute la journée pour mener à bien notre course, mais on nous à promis un orage en fin d’après midi, alors…. Je suis en tête d’une cordée de 3 (Jack et Uta) suivi de Mélanie et Anne,  pour qui c’est une première, en cordée autonome et en réversible.

 L’équipement est constitué de quelques points par longueurs (entre 0 et 3 – 4) il faut donc obligatoirement compléter les protections par quelques friends, câblés ou sangle. Le parcours est magnifique, direct et logique.

 Tellement évident, qu’à la 5ième longueur j’ouvre une variante qui me vaut un relais de fortune, dans la seule fissure à des mètres à la ronde…. Enfin, retour dans la cheminée bien raide de la longueur 7, puis le mur de la 8 tout en finesse.

Mélanie et Anne s’en sortent à merveille, je crois qu’elles n’auront plus besoin de moi bien longtemps. Après avoir remonté un pierrier corde tendue nous sommes au sommet de la cime III de la Cougourde. De là nous voyons nos amis du groupe de Norbert qui termine la Direct à la IV. Le temps se couvre, et nous entamons la descente par le couloir pierreux entre la cime III et la cime II, pour rejoindre le rappel de sortie. La pluie nous rattrape dans la descente vers le refuge, pourtant, cela n’affecte pas notre moral, au beau fixe après ces deux belles journée. Un dernier pot d’amitié au refuge, et le retour se fait dans la pénombre de ce mois de septembre, pour arriver enfin au parking à la nuit complète. Il est tard, pourtant il y à comme un regret de cette journée déjà fini, à quand la prochaine ?   

Merci à toutes et à tous.

Votre serviteur, Allavena Patrick

Samedi 8 Septembre : Initiation en Escalade et GEA

Dans l’esprit de se retrouver avec les amis grimpeurs du club, une petite sortie initiation & GEA s’est fait au Baou de St. Jeannet. Une bonne ambiance, la météo parfaite, du terrain varié et des difficultés adaptés nous ont permit a trouver notre plaisir …

Il y a aussi la grimpe en dalle comme aux petits surplombs …

Après quelques heures d’escalade, les doigts ne veulent plus tenir et nous décidons finir cet après-midi dans un café de St. Jeannet, ou on se donne rendez-vous pour une prochaine édition. Un grand merci a tous les participants pour cette journée bien sympathique. Merci aussi a tous les cadres et non-cadres qui ont donnés un coup de mains, notamment Thierry, Bruno, Fred et Frédéric. A une prochaine, Andreas.