Archive pour août 2013

Mercredi 21 aout 2013: Barel et Ponset, fleurs aux dents

En cette fin de mois d’Août plus que magnifique, quoi de plus naturel que de ré-animer le groupe du mercredi en proposant une splendide course d’arête, si ce n’est la plus belle dans le Mercantour par son ampleur et son ambiance aérienne. 

Les 10 longueurs, même ré-équipées sur spits, surprennent toujours les nouveaux venus.

L’arête Ouest du Ponset n’aura pas, cette fois encore, failli à sa réputation. N’est ce pas Doc ?

Si le rocher est excellent quasiment partout, l’escalade est soutenue dans le niveau annoncé, avec des passages délicats en V qui suscitent l’admiration (en tout cas la mienne) pour les ouvreurs des années 30.

Un petit coup de chapeau alors à M. Laporte et G. & J. Vernet, qui le 24 août 1930, en contournant les difficultés se sont tout de même lancés dans cette ascension. Egalement  à Mlle Sueur, A. Arnaud, J. Charignon, R. Gueyffier, et J. Vernet qui à nouveau, le 23 octobre 1932, viennent à bout du 1er gendarme. Et à C. Monferrino, J. Pélissier, et E. Pession pour leur réussite en 1935 du 1er parcours complet. Je ne saurais trop vous recommander de faire un tour sur le site de David, alpes-sud.net , que nous connaissons bien pour les topos qu’il nous garde précieusement à disposition, et de visionner les photos personnelles qu’il détient des pionniers de cette époque dans sa rubrique historique.

http://www.alpes-sud.net/

Quand à nous, l’affaire devrait être nettement moins aventureuse. La journée s’annonce météorologiquement exceptionnelle. « Tempête de ciel bleu » si vous me permettez l’expression. Et il me vient à l’idée que de plutôt marcher dans une approche laborieuse jusqu’à la brèche, il serait sympa de remplacer ce dénivelé par un petit bonus chaussons au pieds.

Rapidement on écarte ce qui n’est pas considéré du tout par mes compagnons de cordée comme une mise en bouche, et qui me semblait pourtant dans la continuité de l’enchaînement, c’est à dire l’éperon NW de Barel, et remplaçons cette idée malvenue (que je garde sous le coude, héhéhhé ! ) par la traversée des Cayres Barel.

Au petit matin, cette arête allait sûr et certain, nous garantir un soleil généreux, si ce n’est une superbe course, et nous occuper ainsi toute la matinée.

De cayres en cayres,  de brèches en brèches, cette première partie fut un régal. Camalots au baudrier, sangles autour du cou, et fleurs aux dents, nous donnons l’occasion à Thibault de s’exprimer.

à 13h nous nous trouvons au pied de l’Eperon convoité. Doc ne s’attendait pas à cette immense masse rocheuse qui s’est dévoilée au fur et à mesure de notre progression. Je le vois bien quand il scrute les éperons et les dalles qui n’en finissent pas. Son regard se perd dans cette montagne étonnante de complexité, de contreforts et de parois mystérieuses. Il doute, et cherche les plaquettes !

Le nez dans le topo, « Doc » lit et relit : LE fil ! .  » …le topo dit le fil doc, te bile pas. Les plaquettes apparaîtront bien quand tu seras dedans ! »

Et c’est comme ça, à 13h30, que le petit trio se re-lance dans l’aventure  sans l’ombre d’un nuage à l’horizon.

Laurent, (alias Doc), fatigué de tous ses membres avant même de commencer les difficultés, se ressaisit rapidement, et nous prouve, longueurs après longueurs, sa ténacité et ses qualités de grimpeur. Je me réjouis de le voir non seulement découvrir et se lancer dans une nouvelle voie pour lui , mais aussi de constater tous les progrès qu’il a pu faire depuis que nous nous connaissons, que ce soit en lecture de terrain, prise de décision ou toutes formes d’assurage pour guider une cordée en toute sécurité. Tout comme le matin en corde tendue, exercice qu’il n’avait encore jamais pratiqué.

En un peu plus de 4 heures « doc » nous mène au sommet, permettant ainsi à Thibault et moi, de cheminer sur un des plus beaux cailloux de notre département, et de réaliser finalement un superbe enchaînement pour la reprise de nos sorties. Effort récompensé par un panorama d’exception au sommet , où l’on s’émerveillera tous les trois devant toutes nos montagnes enflammées par les couleurs du soir.

maintenant place aux photos, et à la prochaine j’espère plus nombreux

Aldo

 

Nous avons aperçu sur notre gauche une cordée italienne qui avançait bien malgré l’absence totale de soleil sur leur itinéraire et une exposition au vent permanente dans ce qui pourrait être la voie Dufour Morisset, ouverte dans les années 70.

Occasion m’est donnée de vous informer qu’ « Insecte », voie ouverte par Philippe Pippolini et JJ Garriou du côté de la « Diagonale »,  aurait été récemment  « humanisée » selon des propos rapportés, c’est à dire dotée d’une dizaine de clous supplémentaires lors de ce dernier passage.  A vérifier …

notre cheminement 

Doc et Thibault au départ de la brèche du Cayre de la Madone

 le matin, les cayres Barel sont au soleil…

 quelques acrobaties matinales pour Doc…

 la pose photo !

 Thibault au même endroit

 et ça passe

Thibault aux commandes

 la cordée a trouvé son rythme

Thibault et Doc dans les contreforts

Thibault nous ouvre un passage…

petite démonstration du sang froid de notre nouvelle recrue, et pose de 3 camalots dans cette fissure dièdre renversante

derrière nous le Cayre de la Madone s’éloigne

devant, le Ponset semble toujours aussi loin

Thibault à cheval

Malgré les apparences, les blocs tiennent bien sur les cayres Barel

L’arête Ouest du Ponset devant nous est noyée dans la masse des contreforts et des parois de ce massif

le fil de l’arête se poursuit, le Clapier s’aperçoit au fond

de jolis rappels rendent la course attrayante

dans un décor de rêve aujourd’hui

mes compagnons sont émerveillés de l’ambiance de cette traversée

dans la paroi nord du Ponset une cordée se fait entendre

la brèche du Ponset est atteinte. Changement de leader. Doc part en tête

 Doc rassuré par les 2 spits qu’il espérait tant,  retrouve des ailes

 à l’attaque de l’un des gendarmes, attention aux itinéraires

Doc choisit une ligne de vieilles plaquettes spéléo bien engagée sur le fil

mais le niveau est un poil plus dur, un bon Vsup

finalement le dièdre à droite rééquipé avec des plaquettes neuves en 2000, aura sa préférence…

un louvoiement qui nécessite de longues sangles, et nous permettra derrière de passer où l’on veut

Thibault se débrouille bien dans les passages en V

Doc dans la partie la plus estéthique de l’ascension

 

l’arête ouest dans toute sa splendeur

Doc sort la longueur

la cordée italienne est toujours là, le soleil les effleure à peine.

du fil à retordre pour Doc toujours sur le fil…

le dernier gendarme est en passe d’être vaincu !

en tout cas, Doc s’y acharne…

 Thibault au pied du dernier ressaut.

piqûre de rappel avant l’assaut final

décor à la Rebuffat…

Doc, photogénique

en toile de fond, l’Argentera

avant dernière longueur, le V reprend le dessus…

Thibault au dernier relais

et Doc aux prises avec le dernier mur à cannelures, et des bouteilles plein les bras…

 

encore la force de les lever au sommet… bravo Laurent !

le trio du jour,

panorama du soir

 

à bientôt, le mercredi. Aldo

 

27 et 28 Juillet 2013 – Week-end Alpinisme Madone de Fenestre – Cycle Formation Perfectionnement

Encore un magnifique week-end Alpinisme dans le secteur Madone de Fenestre.
Journée du Samedi 27 juillet, 19 participants au rendez-vous. 4 cordées sont parties sur l’Arête Sud du Cayre Colomb. Objectif pédagogique réussi : cela nous a permis de faire passer en tête les volontaires dans une démarche d’autonomie. Plein d’enseignements pour les cadres aussi. 2 cordées sont allées faire l’Arête Sud du Petit Cayre de la Madone.
Nuit et diner au refuge de la Madone pour la plupart. Très bon accueil comme à chaque fois de Patrick et Virginie, les gardiens, et toute leur équipe.
Journée du Dimanche 28 juillet, 16 participants. Départ matinal à 5h45, pour 5 cordées pour les arêtes du Saint-Robert. Le vent, fort, a un peu contrarié les plans… 2 cordées ont tenté et réussi le Saint Robert mais par un éperon en Face Sud, déniché par Jean Pierre. 3 cordées ont préféré aller grimper à La Colmiane. Départ plus tranquille pour les 2 cordées : direction Arête Ouest du Grand Cayre de la Madone pour l’une, Arête de la Pointe André, pour l’autre.
Merci à tous les participants et en particulier aux cadres bénévoles, Georges Torrelli, Fabrice Lauverjon, Patrick Valdemaire, et co-encadrant, Jean-Pierre Chevallier et Soizic Martin.