Sortie « en direction » du Pétoumier, puis au-dessus du vallon d’Anduébis (environ 1200 mètres de dénivelée) :

Effervescence des grands jours à Saint-Martin-du-Var : il fait nuit noire, grosse affluence de raquettistes et skieurs estampillés CAF Nice-Mercantour, agitation maximum pour organiser le covoiturage, inscrits absents, présents pensant être à Saint-Martin-du-Var alors qu’ils étaient postés à Plan-du-Var… Nous démarrons sans avoir vraiment réussi à déterminer combien nous sommes. Et sans vraiment savoir qui est qui : plein de nouveaux prénoms à mettre sur plein de nouvelles têtes ! Même notre cher Tony y perd son latin, et pourtant il en faut pour le mettre en défaut !Une fois le jour levé,on devrait y voir plus clair…

Michel et Tony ont choisi de nous entraîner aujourd’hui sur les crêtes de la tête du Brec -Pétoumier – Pépoiri, une rando à géométrie variable dont nous attendons comme toujours beaucoup de plaisir, en plus de notre GRANDE bouffée d’air pur
hebdomadaire. Jacques, Patrick et Jean apportent leur renfort, toujours très apprécié, à cette fine équipe.

 

Le jour s’est levé, on y voit en effet plus clair, et nous sommes bien 24 à prendre le départ sur la piste du Baou de la Fréma. Après un petit quart d’heure de portage-rodage-chauffage, nous chaussons les raquettes et délestons notre sac à dos, moment toujours très attendu…

En deux groupes, nous montons vers la balise 90 qui se profile sur la crête, entre Baou de la Frema et tête du Brec. Le serre-file du G1 et le meneur du G2 discutent, rigolent et échangent comme des potaches quelques boules de neige : c’est dire si les deux
groupes avancent à des rythmes voisins.

Tout avait pourtant si bien commencé… Mais voilà que l’affaire se gâte brusquement avec, encore lui, toujours lui, le vent ! Mais pas n’importe quel vent… celui qui gifle, claque, renverse, bouscule, asphyxie, et vous offre en prime un soin gratuit énergisant de type karcher, en vous envoyant des cristaux de neige sous pression en pleine figure. Ce qui fait vraiment un mal de chien…

Tiens, un carreau d’arbalète ? Non, un bâton qui s’envole à l’horizontale, suivi d’un gant. Tiens, un étendard qui claque au vent ? Non, une cagoule qui s’entête à vouloir rejoindre la Corse par la voie des airs. Tiens, un boulet de canon ? Non, un projectile de neige arraché au sol, et il a manqué de très très peu sa cible : moi…

« Après la plaine blanche une autre plaine blanche, on ne distinguait plus les chefs ni les drapeaux, hier la grande armée est maintenant troupeau…. »

Notre vaillante tentative d’assaut sur la tête du Brec s’achève en Bérézina et, sur un ordre de Michel, l’armée CAFiste bat en retraite au triple galop, capitaine en tête, aidée en cela par le vent qui, pour une fois, va dans le même sens que nous.

Nous nous retrouvons, complètement hirsutes et ahuris, dans la forêt, pour la pause repas. Le danger étant derrière nous, on fait les malins, et chacun raconte quelles stratégies il a déployées pour survivre au combat contre Éole…

À titre de rattrapage, nous optons à l’unanimité pour une petite marche digestive au-dessus du vallon d’Anduébis.

Sans regret pour notre beau parcours de crêtes : de toutes les cimes s’envolent des nuages de poudreuse denses, et les couloirs que nous traversons semblent servir d’amplificateurs et de sur-verse au vent qui souffle tout là-haut… sur nos belles montagnes Une seule solution pour se consoler, se réconforter, se réchauffer : direction Les Tilleuls, droit devant…

L’équipe de rédaction  et les reporters du jour :< Chantal, Gabriel, Elsa, Laurence, Anne, Thérèse.> à La semaine prochaine.

 

 

 

 

 

 

 

 

Le commentaires sont fermés.