sortie Joelette – 21 juin

 

 

Quel vent de folie a-t-il frappé ce week-end ?

Alors qu’Alain et moi surveillions les bulletins météo comme le lait sur le gaz, et que le week-end s’annonçait excellent en Haute-Tinée, un vent de panique soufflait chez les participants ainsi que des rumeurs de perturbations et autres orages.

Il n’en a rien été, comme prévu, le week-end a été beau sans une goutte de pluie en Haute Tinée, et ceux qui avaient oublié leurs casquettes et autres crèmes solaire en ont été pour leurs frais !!

Briefing au soleil

Cette sortie, nous en parlions depuis plus d’un an. Nous rêvions d’accompagner nos amis autour de lacs de la Haute-Tinée, pourquoi la Haute-Tinée ? parce que !! désolée pour les vésubiens et autres habitants de la Roya, vos vallées sont magnifiques, mais c’est la nôtre que nous avions envie de voir en ce début d’été.

Rendez-vous donc ce dimanche matin à 8h au Camp des Fourches, pour accompagner Camille, Corinne et Marc aux lacs Morgon. Le ciel est bleu comme il sait l’être à cette altitude et à cette saison. Il fait doux et le Salso Moreno s’affiche de toutes les couleurs. C’est encore plus beau qu’il y a quinze jours. Des parterres de fleurs tachent la prairie de blanc et de pourpre.

Joelette en goguette dans le salso moreno

Nous ne sommes pas si nombreux, en tous les cas la fête des pères associée à fête de la musique font que l’équipe n’est pas tout à fait complète. Dans ces circonstances, nous avons décidé de limiter nos ambitions aux lacs, sans tenter le pas de Morgon, ni a fortiori la Tête de Mourre.

A 8h30 nous sommes prêts et après un court échauffement nous voilà face à la première difficulté de la journée : la descente dans le Salso Moreno. Finalement pas si pire, nous avons maintenant une bonne technique pour passer les épingles et les embûches d’une descente exposée.

Nous arrivons bientôt face à le deuxième difficulté : les orages des jours derniers ont sérieusement raviné les rus qui parcourent le Salso Moreno, et le sentier déjà instable a été emporté, il faut trouver notre chemin pour traverser les trois cours d’eau. Là encore l’expérience des précédentes ballades nous permet de passer sans encombre, si ce n’est au sec …

delicat passage de gué

 

Les deux verrous du vallon de Cabane sont avalés tranquillement, et nous voilà face au déversoir du lac qui quoique impressionnant est taillé d’un beau sentier sur lequel Corinne et Camille montent à pied.

Pour la joelette en revanche, c’est une autre histoire : Le portage est délicat. Le sentier difficile pour les porteurs car très  raide avec peu de place, un risque de chutes de pierre, des dérapages et un gros portage dans une épingle sur le rocher…)

L’arrivée sur les lacs tient ses promesses, les névés ont disparu et ont été remplacés par la prairie. Il ne faut pas longtemps pour que l’équipe se déchausse, puis se dévête et enfin se jette à l’eau.

 

meme marc y est allé !!

Comme tout cela ne se fait qu’avec l’espoir, la confiance et la poudre de fée, Gilles fait parler la poudre de fée pendant la pause repas en nous régalant de tours de prestidigitations. Nous avons beau essayer de décrypter ses tours, nous n’y avons vu que du feu, les pièces, les cartes virevoltent à l’encontre du bon sens sous nos yeux émerveillés.

L’équipe reposée et requinquée repart pour un tour des lacs, agrémenté de glissades de névé pour les plus téméraires. Nous pensons tous à la remontée du col des Fourches qu’il va falloir faire en fin de journée. Il est déjà 15h, il faut redescendre dans le vallon.

partis pour faire le tour des lacs

 

vue sur les lacs inferieurs

 

tour des lacs

 

 

moment de pause avant la remontée

La remontée des dernièrs 200m nous prendra une heure, et fera bien souffrir les organismes des porteurs, mais Corinne et Camille marchent pour nous aider, et que nous puissions concentrer les porteurs sur la joêlette de Marc – un grand merci à vous les filles !!

 

Et voilà il est 18h30, nous sommes de retour, la journée a été chargée en émotions un grand merci à Marc pour sa confiance, à Camille et Corinne aussi qui sont le carburant de nos moteurs.

Un grand grand merci à vous tous, porteurs et accompagnateurs dans ces journées où tout le monde trouve sa place. Un merci Spécial à Guillaume et Esteban qui malgré leur jeune âge ont pris part à l’effort, à Cathy qui a fait fi de son vertige pour veiller sur Corinne lorsqu’elle marchait.

Vous êtes vraiment EXTRAORDINAIREs, à très bientôt pour de nouvelles aventures.

Le commentaires sont fermés.