Archive pour novembre 2016

mercredi 16 novembre 2016 : l’arête SUD-EST du Mt. CLAPIER

Accéder au Clapier par cette voie rocheuse est une des plus belles façons de gravir cet incontournable  3000 du Mercantour. L’arête constituée de plusieurs gendarmes et de tours demande un peu d’adresse sans dépasser le IV,  mais méfiance quant à la qualité du rocher dans les zones surplombantes. Selon les conditions, les moins courageux ont toujours la possibilité de contourner par le sud. Ce qui finalement laisse une liberté d’interprétation dans la cotation de la voie . Je regrette de lire dans C2C qu’elle n’est pas majeure, que l’approche est longue, que la descente est pénible, que ça grimpe trop peu, que la cotation est à revoir à la baisse… Dommage que cet article sur C2C manque d’objectivité et dévalorise à ce point cette belle course. Pour rappel, le topo Gass mentionne « D ». Et Steph sur son site avait coté Dinf lors d’un stage en mai 2012…

Ne sachant pas les conditions du moment après les dernières chutes de neige, je reste donc prudent et annonce AD+ voire D- .  Sortie non ouverte aux débutants, au grand dam d’Annie et Patrick, à qui je promets de me rattraper prochainement.

Nous sommes donc 4 ce matin sur le parking de Carros.  Jacques, Bruno Linda et moi . Il est 6h. En route pour la Gordo !

la suite en photos…

 

8h, la lumière inonde le haut de la vallée…

clapier-aretee_01

Bruno et Linda peu après le mur des Italiens clapier-aretee_02

Jacques encapuchonné les rejoint sur les berges du Lac de La Fous qui a des allures d’hiver…clapier-aretee_03

au dessus du refuge de Niceclapier-aretee_04

au fond, les cascades ont gelé durant la nuit…clapier-aretee_05

les belles faces ensoleillées sous la pointe Asquasciaticlapier-aretee_06

nous enfilons les crampons à 2400m, et poursuivons vers le pas de La Fousclapier-aretee_07  clapier-aretee_09

le pas de La fous et celui du Clapier,  notre point de départclapier-aretee_10

notre objectif se dessine dans le cielclapier-aretee_11

L’approche vue du pas Est du Clapier (alt. 2862m) 3h30 pour l’atteindre. Un peu plus bas, mes compagnons sur la dernière pente enneigée…clapier-aretee_12

arête Sud-Est du Clapier, D- (A. Bruno et G. Kleudgen en juin 1924)clapier-aretee_13 clapier-aretee_14

nos 2 cordées se suivent dans un bon rythme. clapier-aretee_15

les tours sont parfois hautes et raidesclapier-aretee_16

Bruno émerveillé par l’itinéraire… clapier-aretee_17 clapier-aretee_18

son compagnon de cordée , Jacquesclapier-aretee_19 clapier-aretee_20

Un des passages délicats. Des blocs qui n’attendent qu’une maladresse de notre part pour dévaler en bas. Nous passons prudemment en gardant nos distances … clapier-aretee_20a

Linda me rejoint sur un relais improviséclapier-aretee_20b

la cordée Bruno Jacques attend patiemment que nous dégagions de là. Linda en contre-bas me rejoint au relaisclapier-aretee_21

Parfois effilée, l’arête nous réserve de belles surprises. clapier-aretee_22 clapier-aretee_23

Nous basculons tantôt côté nord, tantôt côté sudclapier-aretee_24

Plus longue qu’il n’y parait, l’arête est esthétiqueclapier-aretee_25

un panorama à perte de vue …clapier-aretee_26

Des zones plus faciles facilitent notre tacheclapier-aretee_27

à nos mines réjouies vous devinez l’ambiance …clapier-aretee_28

vous ne trouvez pas ça aérien ?  clapier-aretee_30 clapier-aretee_31 clapier-aretee_32

c’est beau …clapier-aretee_33

Linda et le pas de La Fous en arrière planclapier-aretee_34

l’arête se couche … mais ce n’est pas terminéclapier-aretee_35 clapier-aretee_36

encore du rocher…clapier-aretee_37

Bruno et Jacques perchés sur un gendarmeclapier-aretee_38 clapier-aretee_39

un peu de désescalade agrémente le parcours …clapier-aretee_40

nous mesurons la distance parcourue…clapier-aretee_41 clapier-aretee_42

finalement nous atteignons la jonction avec la pointe Asquasciati (3009m)clapier-aretee_43

Bruno enchanté… derrière lui la Corse et l’île d’Elbeclapier-aretee_44 clapier-aretee_45

le Gélas au loin…clapier-aretee_46

Le Viso, dégagé, là bas tout au fond…clapier-aretee_47

Commencent alors une série de photos… il est 14h15clapier-aretee_48 clapier-aretee_49  clapier-aretee_51 clapier-aretee_51a  clapier-aretee_52

Contemplatifs nous sommes…clapier-aretee_52a

La tension se relâche, nous passons du temps à rêvasser sur les cimes clapier-aretee_52b

Alors pour ne pas s’endormir là, je me lance dans la délicate désescalade . Personne ne me suit. Sauf une pierre qui vient m’embrasser la joue! clapier-aretee_53

J’avais prévenu … cheval d’arçon obligatoire ! Linda n’apprécie pasclapier-aretee_54

sa méthode est douteuse, et surtout douloureuse …clapier-aretee_55

celle là est un peu plus conventionnelle …clapier-aretee_56

celle de Bruno nettement plus adaptéeclapier-aretee_57

moqueries en tout genre sur les techniques de fille et de garçon …clapier-aretee_58

Quant à la méthode de Jacques trop classe parait il ! sur les bras en faisant le poirier.

Pas vu ! pas de photos !clapier-aretee_59

la suite versant nord sur des pentes enneigées …

clapier-aretee_60

Linda quitte le relais et bascule de l’autre côtéclapier-aretee_61 clapier-aretee_62

le dernier passage difficile est de toute beautéclapier-aretee_63

ambiance garantie clapier-aretee_64

et sourire radieux à la sortie  clapier-aretee_65

Arrivée au sommet du Clapier… 15h10. Nous avons mis un peu plus de 4h sur l’arêteclapier-aretee_66

clapier-aretee_67réjouissances, ravitaillement et descente aisée dans une neige qui nous portera jusqu’au refuge en peu de temps et quelques glissades …clapier-aretee_68

clapier-aretee_69Aldo

 

 

 

mercredi 02 novembre 2016 : « RABUONS TOUR » enchainement de sommets dans le cirque de Rabuons

Sortie « endurance » ! sur une idée de Linda une fois de plus. Faire le maximum de chemin sur une crête qui va du Ténibre au Corborant.  Avec en partie finale un peu d’escalade sur un terrain qui s’est enneigé récemment ….

Pas besoin de raconter. Il suffit de prendre une carte pour comprendre.  Nous arrivons au refuge d’hiver quand il fait déjà bien nuit la veille au soir. Nous passons une nuit hyper confortable et après un excellent petit déjeuner nous quittons notre chaumière vers les 7h du matin. Il fait jour. Nous décidons de monter une épaule rocheuse pour ne pas emprunter la voix normale du Ténibre. Nous cherchons un itinéraire original. Vers les 9h nous sommes au sommet.  Après quoi nous nous lançons dans notre petite aventure en restant tout simplement sur le fil. L’idée est bien d’enrouler tout le cirque du Rabuons jusqu’au maximum de nos possibilités. Plein de petits sommets jalonnent notre parcours. C’est joli avec beaucoup de vue. Les Cairns, les croix se succèdent, même une relais de rappel inattendu . Mais aussi des descentes d’arête qui forcément précèdent des remontées plus pénibles. Avec un sac un peu trop lourd en ce qui me concerne la fatigue se fait ressentir …  vers 13h nous sommes au Gd Cimon de Rabuons. Visiblement peu en forme, je décide d’arrêter là. Linda voyant la suite plus technique et bien plus alpin acquiesce.  La « ballade » a été formidable. On reviendra   … Aldo

rabuons-tour_44 rabuons-tour_01 rabuons-tour_02 rabuons-tour_03 rabuons-tour_04 rabuons-tour_05 rabuons-tour_06 rabuons-tour_07 rabuons-tour_08 rabuons-tour_09 rabuons-tour_10 rabuons-tour_11

Le Ténibrerabuons-tour_12 rabuons-tour_13 rabuons-tour_14 rabuons-tour_15 rabuons-tour_16 rabuons-tour_17 rabuons-tour_18 rabuons-tour_19

Roche Rousserabuons-tour_20 rabuons-tour_21 rabuons-tour_22 rabuons-tour_23

LeTénibrerabuons-tour_24 rabuons-tour_25

notre objectifrabuons-tour_26 rabuons-tour_27 rabuons-tour_28 rabuons-tour_29 rabuons-tour_30 rabuons-tour_31 rabuons-tour_32 rabuons-tour_33 rabuons-tour_34

sur la ligne de crête des petits sommets … comme la montagnette de Rabuonsrabuons-tour_35 rabuons-tour_36 rabuons-tour_37 rabuons-tour_38 rabuons-tour_39 rabuons-tour_40 rabuons-tour_41 rabuons-tour_42

sur la ligne de crête qui file vers l’Ischiator , finalement nous abandonnonsrabuons-tour_43

Nous n’irons donc pas au bout. Les journées sont courtes. Poursuivre signifiait arriver à la nuit au Corborant. La descente dans La Tinée par le vallon de Rabuons n’est pas une mince affaire.  Nous reviendrons reprendre ce projet l’été prochain avec plus d’ambition et de réussite

Aldo

mercredi 05 octobre 2016: de PAGARI au GELAS, enchainement MALEDIE BORELLO CHAFRION

Le projet était dans les cartons depuis un moment. Mais l’idée venait surtout de Linda. Motivée à bloc depuis son retour du Pérou, elle rêvait de rallier le Gélas en partant du pas de Pagari. Enchainer cette ligne de crête, Malédie Borello Chafrion Balcons du Gélas,  et par la même occasion « courir » sur des sommets qui culminent à 3000m,  ont aussi attiré Julien et Thibault qui mordent à l’hameçon. Dès 08h15 nous passons près du refuge de Nice pour une journée qui s’annonce pleine de découvertes …    mal-gel_01 mal-gel_02

le pas de Pagari est atteint vers 09h30 mal-gel_03

nos 3000 se dressent devant nous mal-gel_04

la Malédie et son impressionnant versant italienmal-gel_05 mal-gel_06

nos 2 cordées dans l’arête de la Malédiemal-gel_07 mal-gel_08 mal-gel_09

Linda talonne, l’objectif clairement affiché est de ne pas trainer mal-gel_10

le lac Long sous un ciel parfaitmal-gel_11

Linda observe la cordée Thibault-Julien dans la partie finale de La Malédiemal-gel_12 mal-gel_13 mal-gel_14 mal-gel_15 mal-gel_16

La croix est atteinte à 11h15mal-gel_17 mal-gel_18

la descente de la Malédie s’effectue prudemment. Des plaques de neige et de glace ne facilitent pas la désescalade. nous posons des protections.  Une cordée autonome voulant faire la voie normale fera demi tour après quelques dizaine de mètres scabreux.  Au loin, clapiers et arêtes pourries nous laissent un peu perplexes … nous ne savons pas où nous engager vraimentmal-gel_19

nous choisirons cet itinéraire :mal-gel_20

Après avoir remonté un couloir très exposé aux chutes de pierre, nous retrouvons un terrain plus aérien et beaucoup plus sainmal-gel_21

mal-gel_26

malgré un versant nord encore gelé et quelques traces de neige, l’itinéraire sur les arêtes reste sec mal-gel_24 mal-gel_25

La qualité du rocher s’améliorant, le plaisir est total mal-gel_28 mal-gel_29 mal-gel_30 mal-gel_31

Linda est aux anges. Nous lui laissons l’ouverture d’une belle cheminée mal-gel_32e mal-gel_33 mal-gel_34

mal-gel_36

devant la route est longue…mal-gel_35

derrière nous, nous apprécions le chemin parcouru. La Malédie est loinmal-gel_37 mal-gel_38 mal-gel_39

finalement nous touchons au but, nous sommes certains d’aller au sommet du Gelasmal-gel_40 mal-gel_41 mal-gel_42 mal-gel_43

Le principe du train qui en cache un autre…. derrière un gendarme, encore un gendarme . Et ainsi de suite …mal-gel_44 mal-gel_45

les Balcons juste derrière le Chafrion…mal-gel_46

le Gélas est atteint à 14h30 !mal-gel_47 mal-gel_48

nos 2 amis nous rejoignentmal-gel_49 mal-gel_50

Julien n’était jamais venu à la cime nord. Il écrit ses mémoires ….mal-gel_51

Belle course que nous savourons au sommet . Rien que du notre bonheur …mal-gel_52

La descente s’effectuera sur le lac Long . Nous tiendrons l’horaire que nous nous étions fixés … départ parking 7h00, retour parking 19h00.  carton plein !

Aldo

mercredi 28 septembre 2016 : 2 voies au triangle du Pelago (arête NO + Envol du Destin)

L’objectif est annoncé : les rappels étant les mêmes, enchainer 2 voies au triangle du Pélago , l’arête NO puis  l’Envol du Destin. Cotations TD inf pour l’une, TD sup pour l’autre.

Nous sommes 2.  Effectif réduit ! Le groupe du mercredi se réduit comme une peau de chagrin. Est-ce le niveau des sorties, ou le manque de disponibilité le mercredi, je ne sais plus trop.

Je n’avais pas vu Jacques depuis longtemps. Sa progression est remarquable. Il a beaucoup voyagé, acquis de l’expérience et diversifié sa technique. Auprès de guides dans de belles courses dans les Alpes , ou bien par lui-même dans ses sorties entre amis,  il a gagné en autonomie, en sécurité, en lecture,  et surtout en rapidité. C’est devenu un compagnon de cordée idéal et passionnant sur qui on peut vraiment compter. On pourra se lancer désormais dans d’autres projets plus ambitieux…

les 2 voies que nous avons faites ont déjà été relatées dans le blog. Place aux photos du jour qui suffisent à elles mêmes . Aldo

pel_33

dans la variante de départpel_01

Jacques habitué au « TRAD » fonce tout droit sans voir le spit pel_02

après réflexion il revient dans la ligne ….pel_03 pel_04 pel_05 pel_06

un peu d’espace entre les points .  Heureusement la difficulté est gérable …pel_07

la belle arête NOpel_08 pel_09 pel_10 pel_11 pel_12 pel_13

à la sortie il faut continuer à traverser à droite pour récupérer la ligne de rappel qui borde le ravinpel_14

dans la descente nous cherchons les plaquettes de la voie que nous voulons faire. Jacques prend conscience du caractère vraiment « sportif » de l’Envol du Destin. pel_15

Jacques se lance dans la première longueurpel_16 pel_17

l’escalade est exceptionnelle sur un gneiss d’excellente qualité . pel_18 pel_19 pel_20

Jacques dans la longueur clef. De la dalle et de bons placements nécessairespel_21 pel_22 pel_23

le passage du toit :  placement, équilibre, force, souplesse …. faut sortir toute la panoplie !pel_24 pel_25

Jacques enchaine ce passage le plus dur de la voie: VIb très bien équipé.   pel_26 pel_27

puis il repart dans une longueur où l’espacement des points lui demande encore beaucoup de maitrisepel_28 pel_29

nous nous relayons avec plaisir, je lui raconte l’ouverture de  cette voie dédiée à Guy Champigny, avec qui j’avais fait mon « baptême » dans une de mes premières sorties au Baou, et mon premier vol pendulaire dans la Locopel_30 pel_31

Rappels pour la deuxième fois de la journée dans cette sublime ligne ouverte par mes amis JP Gass, P. Pippolini et J.Beretti en 1998pel_32

17 et 18 sept 2016 : « Hissage Nocturne » au VERDON et coup de « chapeau » en Ubaye à « Cloche Pied »

Décision de dernière minute. le week-end s’annonce pas si mauvais si on ne franchit pas les limites du nord du département. Je lance une proposition sur la mail-list du mercredi pour 2 ou 3 jours au Verdon suivi du Chapeau de Gendarme en Ubaye. Peut être un peu tard, car seule Linda arrive à dégager du temps.

Jour 1 : Hissage Nocturne

la météo est superbe, le décor fantastique. Par contre, la voie même si l’ambiance est « verdonesque »,  ne nous laissera pas un souvenir impérissable. Elle est hétérogène, (faut pas toujours se fier aux commentaires de C2C),  caractérisée par des traversées et des cotations « curieuses » et un  suréquipement qui pour une fois ne nous fera pas de mal…

En 3 rappels de toute beauté nous vous voilà au pied de la voie sous le belvédère du Galetas.

On déroulera 200m d’escalade pour 140m de déniv.

cotation : Dsup ( TD inf si vous ne trichez pas …)

5+ 5+ 5+ puis 2+ en traversée et 5+  5+ en traversée suivi de la la longueur dure en 6a+ .

2 longueurs en 6a terminent agréablement la voie

l’escalade est très variée, un beau panorama sur les gorges et le lac, des prises en goutte d’eau propre au Verdon. Finalement une belle journée.

les photos parlent d’elles mêmes… Aldo

verdon_01 verdon_02 verdon_03 verdon_04 verdon_05 verdon_06 verdon_07 verdon_08 verdon_09 verdon_10 verdon_11 verdon_12 verdon_13 verdon_14 verdon_15 verdon_16 verdon_17 verdon_18 verdon_19 verdon_20 verdon_21 verdon_22 verdon_23 verdon_24 verdon_25 verdon_26verdon_27

le lendemain nous franchissons le col d’Allos. Comme prévu le mauvais temps perdure en Ubaye. Il faudra attendre le milieu de journée pour oser s’attaquer au Chapeau de Gendarme. Seulement voilà, c’était sans compter les 800m de déniv. La marche d’approche même si elle est jolie, nous prend du temps. Nous ( je) commettrons l’erreur de vouloir faire les premières longueurs pourtant déconseillées et mal commodes. L’ampleur de la voie ( c’est quand même une paroi de 350m !) va nous paraitre inaccessible en partant de si bas.

Après avoir dévalé un grand ravin complètement dévasté et pris position sous la vire médiane, nous nous heurtons à une succession de passages difficiles, où les prises quand elles ne sont pas fuyantes sont moussues. La difficulté nous surprend. La verticalité omniprésente nous dérange. La succession de petits dévers nous donnent l’impression de faire du bloc. Les pas de dalles sont exigeants. L’équipement n’est pas toujours là où l’on voudrait. Il fait froid . Il neige au Pelat. Finalement rien ne va. On se sent mal dans les longueurs. La cotation sévère n’arrange rien et nous regrettons vite d’avoir voulu jouer sur tous les tableaux.  A 16h20 sur la vire, il n’est plus envisageable pour nous de poursuivre les 9 longueurs restantes qui méritaient,  elles, le détour . On reviendra. Promesse à tenir. Aldo

photos:

ubaye_01 ubaye_02 ubaye_03 ubaye_04 ubaye_05 ubaye_06 ubaye_07 ubaye_08 ubaye_09 ubaye_10 ubaye_11  ubaye_13 ubaye_14

ubaye_12 ubaye_15 ubaye_16 ubaye_17 ubaye_18 ubaye_19 ubaye_20 ubaye_21 ubaye_22

ubaye_23

 

15 aout 2016: un WE aux Portettes (Sous les Yeux de Roland / Le Ciel pour Témoin)

Week-end du 15 aôut,  WE aux Portettes, bivouac au lac.

Seul, Julien répond à l’appel de mon mail. Après un séjour à Annot avec Jacques, occasion pour lui de montrer son habileté à placer des camalots dans un voie non équipée . Je suis heureux de lui proposer « sous les Yeux de Roland », où malgré le passage soutenu de la fissure, la majeure partie de la voie reste d’un niveau très abordable, et des relais bien équipés. . .

Nous finirons la journée au bord du lac sous un ciel magnifiquement étoilé.

Le lendemain nous nous attaquerons au « Ciel pour Témoin ». Malheureusement les appareils photos feront défaut et rien ne pourra immortaliser la belle bagarre de Julien dans les dièdres couchés et le courage qui lui aura fallu pour rallier les points qu’il trouvera parfois un peu trop éloignés. Qu’importe, sa confiance en lui  se renforce et c’est bien ça le plus important.

Aldo

portettes_08 portettes_01 portettes_02 portettes_03 portettes_04 portettes_05 portettes_06 portettes_07

en mémoire à mon ex-beau père Roland, pour qui cette voie avait été ouverte avec mon ami Jean-Paul Gass

Juillet 2016 : hommage à Jean Vernet dont c’est le 20 anniversaire de sa disparition.

Fin juillet je reçois un appel.

Jean Gounand m’invite, le mot est faible, pour un voyage dans le temps, le temps d’un p’tit tour dans une voie ouverte en … 1931,  à la Cime III, mais ça je ne le sais pas encore.

A ce moment précis, vous ne réfléchissez plus, vous laissez tomber tous vos projets. Vous foncez sur l’occasion de vivre un grand moment  riche de partage et d’intensité.

Grimper en compagnie de Jean Gounand, c’est un must.

Partager la corde avec cet homme immense de savoir faire et de générosité est un privilège.

Combien sont ceux qui rêvent de partager une ascension avec lui, le temps d’un voyage vertical, sur du terrain d’aventure….

Mon excitation est au comble au parking du Boréon. Jeannot garde le secret du lieu où il me  conduit. Rien ne transparaît . Je ne sais toujours pas où l’on va . ..Il jubile.

Sur le sentier je me doute que c’est la Cougourde. Je l’assomme de questions.

Finalement, il lâche le morceau : «  Sais tu Aldo que c’est l’anniversaire de la mort de Vernet ? »  Ben oui luis dis-je, je cherche justement quelque chose à faire en souvenir de sa disparition . « Et bien, on y va ! » finit-il par m’avouer « .. à la Cime III, dans une voie un peu  oubliée ! »

Grimper à la Cougourde est toujours un régal.

Aujourd’hui  c’est carrément un cadeau.

 

Les photos :

Nous passons aux pieds de la cime IV. une cordée est à l’attaque du Demengecouc_02

Nous passons sous la cime III.couc_03

Nous repérons les départs, comme la Dame du Lac que j’espère refaire prochainement.couc_04

couc_05

Puis Jeannot s’arrête. Lève la tête. Ses yeux scannent la paroi. Nous voilà sous le dièdre Vernetcouc_06

Pendant qu’il s’équipe il me relate l’histoire de son ascension. Il aura fallu 3 « visites » comme il dit pour que Jean Vernet en vienne à bout et réussisse la première le 06 septembre 1931couc_07

Jeannot me regarde et me demande s’il peut y aller. Comment lui refuser. Je suis tellement admiratif devant cet homme plus près des 80 balais que des 70 et qui continue à se balader dans notre massif avec une aisance incroyable et un plaisir toujours intact. couc_08

Il s’envole dans une première longueur… à la recherche de l’ itinéraire d’autrefois.

couc_09 couc_10

couc_11

nous trouvons 2 clous, dont l’un ne tenant pas sera récupéré couc_12

couc_13

couc_14

couc_15

c’est du TA … relais sur un bon câblé doublé d’un anneaucouc_16

Jeannot a trouve la rampe qui part sur la gauche. La première fois Vernet aurait pris un « but » en virant trop tôt à gauche.  La seconde, il aurait utilisé un crochet fait maison pour penduler dessus.  Aujourd’hui Jeannot n’a aucune difficulté pour poser un friend et se lancer lui aussi dans l’aventurecouc_17

le maitre à l’œuvre … avec application et délicatesse s’il vous plaitcouc_18

une envolée sans protection, un jeu qu’il adore dans ce niveau de difficultéscouc_19

ne vous y trompez pas, c’est vertical couc_20

couc_21

des passages méritent de l’attentioncouc_22

avec de la raideur parfois couc_23

voyez d’où l’on vient, cette jolie rampe en diagonalecouc_24

Je laisse Jeannot enchainer les longueurs en tête. Il est trop content.couc_25

Pour le roi de la fissure, les dièdres n’ont plus de secrets…couc_26

une technique qui a fait ses preuves…couc_27

et voilà le travail !couc_28

nous terminons par un système de dalles bien fracturéescouc_29

pour enrouler un petit surplomb et gagner l’éperon de gauchecouc_30

couc_31

c’est là que je prends la main et me dirige sur une sortie classique vers la cime III couc_32

L’arête se couche,  rapidement nous gagnons le sommetcouc_33

bel hommage Jeannot. Merci pour ce beau cadeau. Aldo

couc_34

le regard de l’aigle  … rien ne lui échappe, il sait toujours où ça passecouc_01

 

W. E. retrouvailles de la section raquette du 29 et 30 octobre 2016

JOUR 1 : FORT CARRA 2880 Pointe Côte de l’âne 2616m   1010m de dénivelé 14 km 600

 

Holla chicos ! Aujourd’hui c’est retrouvailles, Pas un ne manque à l’appel, Faut dire que le programme est alléchant pour cette rentrée. Après fortes poignées de mains, bises, accolades en tout genre et petit café pour certain, direction Estenc.

 p1040724

Nous sommes 19 à nous élancer en direction des cabanes de Sanguinière et le vallon de la Roche Trouée. Grand beau, pas un souffle de vent : un W. E. qui démarre sous le charme d’un mélézin au couleurs automnales.

 p1040728

Après une pause au pied de la Pointe Côte de l’âne le couloir de monté pour accéder à la brèche Fort Carra semble bien raide. Petit à petit chacun à son rythme grimpe tranquillement les éboulis … mais quel spectacle à l’arrivée !

 p1070052

p1040742

Le refuge de Gialorgue semble tout petit et le Fort sur sa face nord a déjà revêtu son manteau d’hiver. Une bonne couche de neige ceinture toutes les strates

 p1070059

p1040777

p1040781

Les crampons sont sortis du sac, mais les conditions semblent difficiles pour une collectivité et une aussi longue caravane. Après une première approche Gilles et Patrick ne sont pas convaincus et décision est prise de renoncer : le Fort restera invaincu aujourd’hui. Mais promis on reviendra.

 p1040791

p1070071

Retour à la brèche pour attaquer cette fois le 2ème objectif du jour. Denis passe en tête sécuriser un passage délicat en assurant un par un l’ensemble du groupe et de ressauts en ressauts nous voilà au sommet !

 p1040796

p1040793

Du haut de ce promontoire un panorama à 360° et puis « par-dessus Carra, soudain j’ai vu passer des grues cendrées, elles s’en allaient vers le midi, la Méditerranée … j’aurai tant aimé les accompagner au bout de leur voyage … » Quel spectacle grandiose ont elles  de là-haut !

 p1070088

14902798_1163799317047621_3090216542314773099_o

Pause déjeuner, photos de groupe, bain de soleil c’est farniente en bras de chemise à 2900, tout comme les bouquetins que rien ne dérange.

 p1070085

dscf0204

Mais le gîte nous attend et c’est à regret qu’il faut redescendre. Nous disons au revoir à Karine et Pierre car malheureusement plus de place disponible dans toute la vallée. Une bonne douche et tous prêts pour un bon repas : soupe de poireaux aux lardons, gigot d’agneau et légumes du jardin, tome de montagne et petit chèvre, tarte aux pommes et pour bien terminer gâteau au chocolat et noix de Joëlle.

 img_6896

Tout ce qu’il faut pour passer une bonne nuit, chez les Louicqs ou villa Noé pour les uns dans la yourte de Léonie pour les autres, mais quel confort !!

 p1040827

p1040826

Attention changement d’heure alors pour demain lever 6h ou 7h, ancienne ou nouvelle, on accorde les violons et … bonne nuit les petits.

JOUR 2 : TETE de l’ENCOMBRETTE 2681m au départ d’Entraunes 1520m de dénivelé          19 km 500

 

Du parking, Gilles nous montre l’objectif du jour et le passage des barres de la Bouisse pour atteindre le plateau de Pra Bourres. Attachez vos lacets on va en avoir besoin.

 p1070096

Au passage une yourte plantée là au-dessus d’Entraunes semble attendre des clients, faut dire que c’est un hébergement très tendance.

 p1040840

p1040844

Mais de plateau il n’en est rien après les ruines de la cabane de la Bouisses, le sentier se fait plus rare, ici et là quelques traces en pointillées pour atteindre le sentier en balcon qui chemine du Pas du Lausson au Col des Champs.

 dscf0206

dscf0207

Regroupement et barres de céréales, bananes et autres fruits secs sont sortis du sac pour bien booster l’équipe avant l’attaque du 2ème éboulis du W.E.

 dscf0208

p1040858

Trois pas en avant un pas en arrière : pas facile, mais le petit collet est là, soit direct soit par la vire ; chacun choisi sa voie. Quelques centaines de mètres encore sur l’arrête et nous gagnons le sommet ou plutôt la pointe est.

 p1070103-2

p1040868p1040871

Petite descente plus bas dans le trou de l’Encombrette pour enfin la pause déjeuner. Après un repérage éclair de Super Mario, nous décidons de redescendre par le même itinéraire. Prudence pour tous, appréhension pour d’autres, mais les encadrants sont là pour aider les plus incertains.

 dscf0215

p1070106

La longue redescente pour récupérer le GR en fatigue plus d’un tandis qu’une bande de vautours fauves tournoie autour de nous.

 14595816_1163888690372017_2177659955636649873_n

Gilles garde le cap : plus de sentier, dévasté par les sangliers. On passe près d’une magnifique tourbière en formation tout droit sortie du fin fond de Quebec. Il ne manque plus que le museau d’un orignal ou d’un élan  pour compléter le tableau. Mais là encore le GPS d’Annie confirme le bon passage et nous retrouvons Gilles quelques encablures plus bas.

 p1040880

Le retour sur Entraune se fait à jour tombant, quelques frontales s’allument et les lumières du village apparaissent ; Ouf il était temps. On nous avait dit W.E. sportif, on n’a pas été déçu !

 img_7070

                           Merci à Gilles et à tous les encadrants pour ce magnifique W.E.

p1040759

Merci à tous nos reporters photos et à Philippe de la ligue de protection des oiseaux pour son expertise. Un grand bravo à tous et bienvenu dans « l’ordre de la raquette » au petit nouveau et revenante,  Régis et Florence

 Rendez-vous pour l’ouverture de la saison vendredi 25 novembre au club et que tombe la neige !!!!                                 Gabriel et l’équipe raquette