Dimanche 8 janvier 2017 à Castérino (1543 mètres

 

G1 (22 personnes) : pointe de Peyrefique (1270 mètres + et – pour 16,6 kilomètres)

G2 (8 personnes) : variations autour de la baisse de Peyrefique et Barchenzane

 

 

Le thermomètre est bien en dessous de zéro, -6 à la voiture et pourtant il faut se résoudre à mettre le nez dehors dans le grand froid de Castérino, pour chausser les raquettes et régler les bâtons avant que les doigts ne soient hors service. Mais pour quel sommet, La roche de l’Abisse où la pointe de Pyrefique …on verra plus haut !

 dsc05530

p1360253

Tandis que le G2 fignole quelques réglages de raquettes, le G1 s’élance sur la piste de la baisse de Peyrefique, à un rythme propre à réchauffer les plus frigorifiés. Gabriel, Denis, Annie, Patrick, Mario et Jacques : encadrement pléthorique pour le G1… Quant à Tony, notre homme-orchestre-des-neiges, il assurera à lui seul la responsabilité du G2.

dsc05532

La piste qui rejoint la baisse de Peyrefique ressemble précisément à tout ce qu’on n’aime pas : de vastes portions de cailloux ponctuées de méchants tronçons de neige gelée. C’est dangereux à pied, ingérable à raquette, inadapté à crampons. Mais incontournable. Les deux groupes arrivent enfin à la baisse après une montée qui ne sera pas classée parmi les « fabuleuses » …

dsc05539

 

De ce belvédère le manque de neige sous le fort de Giaure et le bas du vallon de Caramagne est évident. Ce sera donc la pointe de Peyrefique

 dsc05568

Le G1 poursuit, par le sentier d’été qui gravi puis contourne la crête de Barchenzane, histoire de ne pas trop perdre d’altitude, en direction du vallon de Caramagne, puis des lacs de Peyrefique, avec en visée la cime du même nom et ses 2663 mètres. La neige semble, par endroits, tombée de la veille. Par contre, nous allons également trouver, juxtaposées de manière inattendue, de la neige dure, cartonnée, gros sel, tôlée, ventée, poudreuse, de printemps…

 img_6307

p1360267

p1360275

toutes les nuances eskimos à notre petit mot « neige » si réducteur. Mais avec un nette prédominance de la « bonne », voire de la « très bonne » neige. La traversée d’un couloir d’avalanche mobilisera les compétences et l’expérience de nos leaders : sonder sous la neige de surface pour voir à quoi ressemble le socle sur lequel elle repose…gabriel et jacques sortent le piolet pour creuser et casser la croute et au Feu vert, on traverse, mais dé-li-ca-te-ment !

 img_6310

p1360277

img_6315

Le final de la rando, selle puis pointe de Peyrefique, nous le ferons à crampons, car la pente se redresse progressivement. Au sommet, où Mario nous accueille, la récompense est grande :

p1360284

p1360301

img_6318

p1360330

l’arc alpin est visible presque dans son entier avec, certes, sa partie ouest un peu écrasée par la perspective. Les géants Monte Rosa et Cervin-Matterhorn sont aisément reconnaissables. À partir de leurs silhouettes caractéristiques, le reste du massif reprend sa place dans les cartes de nos têtes. Qu’elles sont belles, toutes ces montagnes.

p1360281

p1360338

Joyeuse débandade pour la redescente vers nos sandwiches : certains face à la grande méchante pente, certains en faisant quelques petits zig-zag précautionneux. Sans parler de ceux qui vous descendent ça comme ils fouleraient les vertes prairies de la montagne à vaches… La pause pique-nique est la bienvenue, comme toujours…

 p1360343

Retour par le même itinéraire, avec un bonus facultatif passant par ce bébé sommet baptisé pompeusement Cime de Gratin, avec toutes les majuscules de rigueur. Les voitures seront rejointes par la piste, pour certains ; et, pour d’autres, par « le » raccourci Indiana Jones direct-Castérino, avec troncs d’arbres à enjamber, goulets à éviter et talus herbeux à désescalader à raquettes… Patrick, attentionné, nous dispense conseils avisés et brillantes démonstrations : il est à l’aise partout, surtout là où c’est pentu et glissant !

p1360354

dsc05573

Les aventures du G2, pendant ce temps, sont d’une autre nature. C’est là qu’on mesure ce que les mots responsabilité, entraide, patience et solidarité signifient. Bravo et merci à Tony, Daniel, Viviane, Marie-Françoise, Janine, Michèle et Delphine qui ont soutenu non-stop une nouvelle adhérente qui a fait connaissance de façon un peu… frontale… avec le caractère alpin que peut prendre une rando raquette avec le CAF…

 dsc01652

Dans ces cas-là, comment s’en tenir au programme initial ? Après la baisse de Peyrefique, et le début de la crête de Barchenzane Laurence glisse sur un dévers mais le groupe est là pour la retenir. La prudence s’impose dans ce passage délicat.

 dsc01629

dsc01637

dsc01663

Tous les projets semblant inadaptés, le choix de Tony fut d’écourter la rando, de ne pas faire le sommet envisagé, tout en organisant au mieux un circuit dans le secteur de la baisse. La redescente par le vallon du Cardon en partie déneigé s ’avère aussi périeuse.

dsc01673

Respect et bravo au G2, de la part de tous ceux qui ont eu la chance de faire une belle course ce jour-là.

 dsc01674

Le pot de fin de journée à l’auberge marie madeleine et son sapin de noël en bois, a été marqué par une affolante quantité de Rochers, plus comestibles que tous ceux que nous croisons habituellement en montagne, vu qu’ils étaient de la marque Ferrero…

dsc01680

Retour sans problème sur la côte. Mais comment ne pas avoir une pensée pour tous ces autres « marcheurs » de la vallée de la Roya, et comment ne pas se dire que nous sommes des privilégiés, nous qui pouvons nous offrir le luxe de soucis du type « la neige ? quantité ? qualité ? tombera ? tombera pas ? »…

 

À dimanche !

Le commentaires sont fermés.