Week-end à COLMARS-LES-ALPES, 21 et 22 janvier 2017

Samedi : Mourre de Simance (2511 mètres ; 1200 mètres + et – ; 15 kms)

 

Tous ensemble, tous ensemble, hey ! Plus de G1 et G2, mais un groupe de 19, bien sympathique et bien solidaire, pour ce mémorable week-end made in 04.   Mais commençons par le commencement ! On sait à quoi s’attendre, entre le froid et le vent annoncés… Comme dit Gabrielle, il va falloir « bâcher »…

 20170123161818-9b5612c6

Nous garons les voitures au hameau de Chasse, un des bouts du monde de la haute vallée du Verdon. La neige est là ! Quelle chance, on chausse à Chasse ! (à répéter très vite 10 fois de suite). Enfin pas tout à fait car, dès le départ, la piste a un petit côté filou, avec toute cette glace … Un peu de portage ne faisant de mal à personne, portons !

 20170123161847-c0d14d44

P1070421

À partir du moment où nous quittons la piste pour aborder la forêt, nous passons en mode RTT (Raquette Tout Terrain). De la neige, il y en a. Seule manque une belle petite sous-couche pour stabiliser l’ensemble et colmater les trous entre les rochers, les racines et autres pièges sylvestres… La progression est lente : nos 38 raquettes déblaient la zone, décapent les rochers et s’embrochent sur des branches embusquées.

 P1360550

P1360557

Nous remontons un vallon au fond duquel coule un torrent, indétectable sous la neige et la glace. Nous empruntons prudemment les ponts de neige en tentant de déterminer où se trouve la frontière entre l’eau, la glace et le monde solide. Quelques passages insolites permettent de vérifier si nous sommes à l’aise (ou pas) avec le free style…

 P1360560

P1360565

Ces épreuves franchies victorieusement, nous débouchons, enfin ! dans la partie haute du vallon de chabaub, très ouverte, d’où nous pouvons apercevoir, encore loin au-dessus de nos têtes encapuchonnées, le Mourre de Simance. Après la pénible progression dans la forêt, les pentes menant à la dernière crête nous semblent faciiiiiles…

 P1360564

20170123162010-6f374f46

20170123162131-73794507

Mais c’est sans compter avec le vent qui nous gifle dès notre arrivée sur cette crête, et quelles gifles… On réalise à quel point tout devient compliqué, dès que le vent s’en mêle et qu’avec lui revient le grand méchant froid : mettre la veste, boire un coup, marcher droit… Courage, il n’y a plus que 150 mètres de dénivelée à gravir, ce n’est rien. Enfin, presque. Il nous faut pourtant autant d’énergie que de volonté pour rallier le sommet. Et peut-être aussi une petite pointe d’amour-propre ?

 20170123162212-9699040f

IMG_2309

Le tour d’horizon est fait en mode accéléré. Dommage ! Du Vercors au Dévoluy, du Mounier au Pelat en passant par le secteur du col des Champs et son emblématique Encombrette, que de sommets nous font de l’œil…

 P1360585

P1360595

Tous ! Nous y sommes enfin tous ! Mais juste pour le temps de la photo. Nos poses bizarres ne sont pas forcément volontaires :  au gré de ses bourrasques, le vent glacial nous fige dans de drôles d’attitudes. La redescente du sommet, sera faite face au vent (tiens ! ça peut donc être encore pire qu’à la montée !), le temps de gagner une autre crête elle aussi bien aérée… Au passage, nous nous émerveillons sur toute cette poudreuse accumulée dans les vallons, sur les pentes, vierges de traces : exquise sensation d’être les Rois de la Raquette, et seuls au monde !

IMG_2318

 P1070445

 

Profitons de ce bel intermède, vrai moment de grâce, car l’heure tourne et voici à nouveau la forêt : il est temps de repasser en mode RTT pour redescendre le cours gelé du petit ruisseau sournois. Jusqu’au dernier mètre de piste, jusqu’aux voitures, la plus grande prudence sera de mise.

 IMG_2321

Nous prenons pour la nuit nos quartiers au gîte Gassendi de Colmars-les-Alpes : tour à tour hôpital, hôtel des Templiers, caserne, mairie, il se dédie aujourd’hui à l’accueil des touristes, et crée du lien social dans le village en accueillant les enfants de l’école aussi bien que les papis-mamis pour des repas seniors. La tartiflette du chef ayant brûlé, nous nous installons devant de grands plats de pâtes improvisés, ce qui nous convient à merveille, car les sucres lents… c’est toujours bon d’en stocker le samedi soir…

 IMG_7121.A JPG

À la table voisine s’installe un groupe de chanteurs. Dans le prix de la demi-pension, nous aurons donc en bonus un récital en occitan, basque, corse, nissart : quelles voix, ces messieurs ! Tous les étages résonnent de leurs chants. Et, lorsque le gâteau d’anniversaire XXL de Vincent arrivera avec ses petits feux d’artifice, il sera accompagné d’un Happy birthday polyphonique ! Belle ambiance ! On rit aux éclats, on chante en chœur, on danse sur place, on déguste, on sirote, on savoure, on en reprend… La fête est réussie, Elsa !

 IMG_3041ab

 

 Dimanche : Sommet du Laupon (2432 mètres ; 1200 mètres + et – ; 13 kms)

 

Après une nuit réparatrice où nous avons peut-être rêvé de mousquets, garnison, canonnades et beau capitaine à moustaches, nous voilà d’attaque pour revenir à d’autres amusements : il s’agit de grimper au sommet du Laupon dont le signal domine la vallée comme un défi.

 P136060020170123151834-6500c951

 

Histoire de ne pas perdre la main (pardon : le pied), nous commençons par un bon échauffement sur piste surgelée… Nous suivons l’itinéraire d’été, et réservons le direct azimut pour la descente, ce qui se révèlera être LE bon choix, voir plus loin…

 20170123151841-ebb07438

P1360630

Tant que nous sommes sous le couvert de la forêt, Éole a la correction de nous ignorer. Mais au sortir du bois, il va nous facturer un gros arriéré… Nos trajectoires rectilignes font parfois d’étonnantes dents de scie vers la droite, impulsées par les coups de bélier des bourrasques.

 P1070471

20170123151911-b8bd9685

Vincent inaugure ses jambes de feux de ses 32 printemps. Un vrai chef de file. Nous en avons besoin car la neige accumulée dans la forêt est épaisse. Nous arrivons enfin sur un replat dénommé « la plaine !!!» pour une courte pause.

20170123151927-39c71b91

 P1360644

Pas question de perdre du temps, on se hâte vers le sommet aussi vite que possible. Les premiers arrivés trouvent un abri dérisoire derrière le cairn ; les suivants battent la semelle en scrutant les tourbillons blancs dans lesquels se matérialisent des ombres, des silhouettes : les copains qui arrivent !

 P1070475

IMG_2346

La descente ? Le rêve de tout raquettiste : une neige sublime, en quantité et en qualité, de la fleur de sel, du duvet, de la poudre de fée… Il n’y a qu’à se laisser couler avec elle. Chaque pas nous mène un mètre plus loin, dans un élan de patineur. Et cette impression de velours sous les raquettes…

 P1070478

P1360655

Quasiment jusqu’aux voitures, ce sera jubilatoire. Hormis lors de quelques incursions dans la forêt pour lesquelles Gabriel, en bon pédagogue, nous prévient : « 200 mètres, pas plus ! » On ne quitterait pas cette neige fabuleuse… Sauf le temps du casse-croûte, tous serrés en troupeau sous un grand épicéa, comme autant de chevreuils transis.

 IMG_2353

P1360658

Gabriel, Michel et Tony : grand merci à vous pour l’organisation, la réservation du gîte, la gestion financière, l’encadrement et tout et tout. Denis, merci aussi à toi qui as planché sur les courses mais n’as malheureusement pas pu être des nôtres… Et toi, Vincent, que serions-nous devenu sans tes jambes de folies pour faire la trace dans toute cette neige…

P1360659

Un week-end sans bémol, grâce à toute la préparation faite en amont . Mais il faut aussi féliciter les participants : par moments, ce fut pénible, on en a tous bavé en même temps. Mais la cohésion du groupe et la bonne humeur permanente ont permis de venir à bout de toutes les difficultés. Avec quelques jours de recul, on se rend compte qu’on n’a conservé

P1360667

QUE de merveilleux souvenirs ! Repenser à ce grand coquin de vent nous ferait même sourire : le miracle des sorties parfaites.

 

Le commentaires sont fermés.