Dimanche 19 février 2017 Tête sud des Bresses

G1 : tête sud des Bresses, 2824 mètres (dénivelée : 1300 mètres ; distance : presque 20 kilomètres)

G2 : lacs des Bresses (dénivelée : 1030 mètres ; distance : 13,5 kilomètres)

 

C’était couru d’avance : toute rando programmée dans le secteur emporte les suffrages, inutile de passer par une primaire. Majorité absolue et unanimité assurées. Annie et Patrick guideront le G1, 21 personnes. Michel et Tony le G2 : 13 personnes. Soit 68 raquettes pour damer la trace pour les groupes suivants…

 P1000079

P1000081

Une heure et quelque de marche à bonne allure, c’est l’échauffement incontournable pour accéder aux merveilles qui se cachent au-delà du col de Salèse. Le G2 y arrive alors que le G1 s’apprête à démarrer en direction du lac Nègre.

P1000091

La neige est bien présente. Où que l’on se tourne, on n’y voit que du blanc. Et du bleu, celui du ciel. Quelle journée printanière… luminosité, douceur, pas un souffle d’air, et déjà les premiers chants d’oiseaux dans les arbres.

Cime de Frémamorte

P1000247

Les raquettes ferraillent à grand bruit lorsque nous passons sur de la neige dure. Puis, une à une, elles se mettent à chuchoter : nous voilà à la queue leu leu sur une belle nappe de poudreuse toute douce, chhhhhhhh…

Cayre sud des Bresses

DSC_0037

DSC_0187

Michel  a la superbe idée d’emmener le G2 pique-niquer sur le promontoire de la baisse du lac Nègre : une des plus belles salles-à-manger du Mercantour ! D’un côté le lac Nègre, de l’autre ceux des Bresses : pas mal, non ? Que manque t-il pour atteindre le nirvâna ? Un peu de dénivelée supplémentaire pour rejoindre les deux lacs des Bresses et en faire le tour.

Tête sud des Bresses

P1000151

P1000140

Il n’est pas rare de noter que la technicité d’une course n’est pas obligatoirement proportionnelle à la satisfaction qu’on en retire : voici une rando où l’on en prend plein les yeux, la neige est excellente, et l’environnement fabuleux. Conclusion : pour le G2, que du bonheur !

Photo 19-02-2017 11 16 49

Le G1, quant à lui, travaille aussi à son bonheur en tirant un peu plus la langue, en tout cas pour certains… Annie et Patrick impulsent un rythme soutenu, régulier, et leur plan de marche sera respecté.  Annie , attentive, observe l’état du manteau neigeux !!

Photo 19-02-2017 11 51 27                                        Remondino

Au fur et à mesure que nous prenons de la hauteur, d’autres sommets se dévoilent : Argentera, Tablasses, Cresta Savoia, Giegn, Pépoiri, Archas, Rogué, Frémamorte, on se répèterait les noms rien que pour le plaisir, un peu comme quand on dit bonjour à quelqu’un en l’appelant par son prénom… et tout au fond le refuge rémondino.

P1000174

P1000171

Nous apercevons des skieurs au pas de Préfouns, d’autres à la baisse de Rogué, plusieurs sur les pentes de la tête sud que nous sommes en train de gravir. Nous ne sommes pas les seuls à apprécier le haut boreon

                            sommet

IMG_6318

Prudence sur les 50 derniers mètres : ça passe à raquettes, à condition d’éviter les figures libres… D’inquiétants couloirs se creusent à notre droite, mieux vaut donc regarder droit devant, d’autant que le passage est bien étroit. La petite Vierge du sommet nous accueille, sereine et bienveillante.

P1000177

Photo 19-02-2017 13 02 51

Nous cassons la croûte en plein soleil, juste sous le sommet. Mais il faut bien sortir du rêve et se résoudre à redescendre dans la vallée. D’autant que nous apercevons les copains du G2 en file indienne en contrebas, déjà tournés dans le sens du retour…

P1000216

Bonne surprise : la neige reste très bonne, et la chaleur ne l’a pas trop transformée. Voilà qui autorise quelques audaces dans certains passages raides, on tente la ramasse, on expérimente le télémark, on ose les pas de géant. Le plus souvent, ça passe. Mais, parfois, ça donne lieu à des chutes et glissades chaleureusement ovationnées. Retrouvailles G2 + G1 au col de Salèse pour la photo de groupe, avant d’attaquer la descente dans la forêt.

DSC_0073_4

P1000226

Efforts, émotions et chaleur ayant gravement hypothéqué nos réserves hydriques, l’heure est maintenant venue de nous mettre en quête du bistrot de nos rêves afin d’y célébrer un rituel collectif de réhydratation. La vallée de la Vésubie étant fermée pour cause d’éboulement, c’est à Saint-Dalmas que nous allons nous échouer autour de toutes sortes de choses de nature à satisfaire faim et soif. Tout en parlant du week-end à venir mais, chut, suite au prochain numéro !

Le commentaires sont fermés.