14 mai 2017 : mission accomplie, président !

G1 : sommet du Gélas (1300 mètres – 11 kilomètres)

G2 : balcon du Gélas (un tout petit peu moins)

 

Il est sympa, notre président (président de section, précisons-le, en ce jour d’investiture)… Il part en vacances en nous confiant la mission de grimper au sommet du Gélas pour transformer en succès notre échec de la semaine dernière, fiasco dû à une météo des plus grincheuses. Bonjour la pression… Mais bon, OK, président, les ordres sont les ordres : nous voilà 17 sur la ligne de départ, au bord du torrent de la Madone de Fenestre.

 P1070794

Denis, Michel, Annie et Patrick visent avec le G1 le point culminant du Mercantour, l’épicentre de tous nos désirs. Delphine, Tony et Jean, mini-G2, ont prévu d’aller profiter du panorama que l’on a du haut du plus beau balcon de la région : celui du Roi Gélas.

 P1070796

IMG_0693

Toujours un peu stressant, ce parcours de mise en jambes le long du torrent, dans ces pentes de neige dure en dévers… L’itinéraire se fait un peu hésitant, à la recherche du meilleur passage, jusqu’au moment où les raquettes vont s’imposer. Au passage, le torrent avale un bâton lâché inopinément, ce qui vaudra à Michel, qu’on se le dise, une bise reconnaissante pour l’avoir vaillamment récupéré.

 P1070807

L’enneigement du vallon Cabret est suffisant pour qu’on puisse le remonter raquettes aux pieds, mais il faut tout de même anticiper afin de ne pas se retrouver coincés dans des voies sans issue, c’est-à-dire sans neige.

 P1070808

Nous essayons de ne pas trop perdre de temps en regroupements et pauses, car nous avons appris à nous méfier de la météo et de ses sautes d’humeur printanières. En haut de chaque raidillon, les encadrants jettent un coup d’œil à la troupe : tout le monde a le sourire, donc le moral, donc on enchaîne !

 P1070809

IMG_0699

Nous côtoyons dans cette longue montée le groupe de skieurs CAF de Georges et Jacques, en route eux aussi vers le Gélas, après une nuit au refuge de la Madone. Décidément, en cette fin de saison, nos deux groupes partagent les mêmes espaces et les mêmes plaisirs ! Georges nous apprend qu’une de leurs participantes vient de redescendre sous bonne escorte, après une mauvaise glissade droit dans un torrent. Les dangers de la neige de printemps, soit trop dure, soit tellement glissante, ne sont plus à rappeler…

 IMG_0706

Tandis que les copains du G2 apparaissent à la terrasse du Gélas et se dirigent vers le balcon, les cordées s’organisent pour le G1 : Denis, Michel, Patrick, Annie, Cyril et notre Jaja-des-cimes, encordent leur monde et égalisent les anneaux de buste… Et en route, toujours plus haut ! Le sommet nous domine encore, mais l’écart s’amenuise entre lui et nous !

 P1070812 (2)

P1070813 (2)

Le couloir est bien rempli, et la neige permet de faire les bonnes marches profondes qui sécurisent notre lente progression. Quelques skieurs descendent, enchaînant virage sauté sur virage sauté, nous bombardant pacifiquement, au passage, de gros paquets de neige : bing, en plein sur la tête, merci le casque…

 P1070817

IMG_0694

Tels des chenilles processionnaires reliées par notre fil, nous remontons ce couloir (on y est presque, président !), pour prendre pied sur la selle neigeuse qui sépare les deux pointes du Gélas. Il y a donc plus raide que notre petit couloir Est : un coup d’œil sur la goulotte Ouest et ses perspectives glacées et glaçantes nous le confirme…

 P1070820

Encore une petite grimpette, mi-mauvaise neige, mi-mauvais rocher, négociée avec la plus grande prudence car très exposée, et nous voilà, exacts, à notre rendez-vous, au sommet du Gélas ! Quelques photos rapides, sans recul ni calcul, quelques prudentes accolades, et demi-tour vers la sortie : le sommet du Gélas n’est pas un endroit très propice au chassé-croisé d’une quinzaine de personnes + leurs cordes + leurs piolets + leurs crampons… Tout le monde veut toucher la croix, et la belle petite vierge en bois, si douce au toucher, et toute tiède sous le soleil.

 P1070821

P1070825

La descente du couloir, bien qu’archi-classique, est une étape qui doit s’aborder avec prudence, bien sûr, mais aussi avec calme et discipline, nos encadrants le savent bien. Une glissade, même vite et bien enrayée, peut être lourde de conséquences : avec un encordement à 3 mètres, on se trouve très vite à portée des crampons des compagnons de cordée. Sujet à méditer avec l’humilité requise… : tous concernés !

 P1070835

IMG_0709

« Face à la pente, tenez-vous droit ! », clament les plus à l’aise du groupe. « Oui, bientôt, je reste encore un peu en marche arrière, là je ne le sens pas encore vraiment », supplient faiblement… tous les autres.

 P1070840

Les copains du G2 nous observent et nous photographient, de leur balcon. Rassurés sur notre sort, ils mettent le cap vers la vallée en reprenant, grosso modo, l’itinéraire de l’aller. Michel, qui connaît bien le secteur, propose un retour à pied sec par le lac Balaour, suivi d’une directissime plongeant sur le vallon Cabret. La vue sur le Saint-Robert et le Gélas est splendide : un large rayon de soleil illumine « notre » sommet. Le spectacle est saisissant pour ceux et celles qui l’ont gravi pour la première fois : « On était où, exactement ? Quoi ? Là-haut ? ». Et oui, les amis, on revient de là-haut, tout là-haut sur la montagne…

 IMG_0712

Alors, président, heureux ? Satisfait de la prestation de tes ouailles ?  Au hasard du chemin, nous croisons Vincent et Pierre, en formation sur le secteur : retrouvailles joyeuses et inattendues !

 P1070844

L’ultime pot de fin de journée, qui est aussi le dernier de la saison raquette « officielle », nous réunit aux Tilleuls. Les pâtissières du groupe étant absentes, nous accompagnons notre verre, tasse, chope ou bol d’un modeste sac de pop-corn… On se rattrapera vendredi soir au club, pour le pot de fin de saison : papotages, grignotage et visionnage sont au programme de cette soirée de partage.

 P1070847

Merci à notre équipe d’encadrants pour son investissement sans faille. Grâce à eux, le bilan de la saison est riche : nouvelles courses, nouveaux adhérents, nouveaux souvenirs et projets. Une pensée amicale à tous ceux qui ont fait partie du groupe, à un moment ou à un autre, et qu’on ne voit plus : il en va ainsi de la vie de tout groupe, tout passe, comme une trace de raquette sur la neige, empreinte éphémère sur un support ô combien éphémère. Mais qu’ils sachent qu’ils ont tous laissé dans nos mémoires, parfois dans nos cœurs, une trace de leur passage…

 

Sans oublier le proverbe tibétain qui dit que : 

« Quand tu arrives en haut de la montagne, continue de grimper »

Le commentaires sont fermés.