Dimanche 10 décembre 2017 sortie Raquettes à Palanfre

                                                       « Blanc c’est blanc »

Piano della Regina (2161 mètres) depuis Tetto Folchi

Dénivelée : 1150 mètres pour 10 kilomètres de distance

« Souvenirs, souveniiiiirs….. » Dernière ascension du Piano della Regina par la section raquette : janvier 2011, et l’occasion d’une photo d’anthologie…

Piano della regina

Toujours aussi beaux, toujours aussi jeunes, nos encadrants ! Gabriel (« Gabrieeeel» !), Denis, Patrick, Tony nous proposent aujourd’hui de retourner sur ce beau petit sommet qui domine Palenfre, histoire de nous consoler de l’absence de neige sur le Mercantour. Tous les sites spécialisés le confirment : il faut passer le col de Tende si l’on ne veut pas abîmer prématurément raquettes et skis. THE place to be !

P1100806

P1100811

Pour avoir droit à ce plaisir-là, nous sommes même prêts à affronter, dans les limites de la sécurité bien sûr, une météo glaciale et glaçante, et des bourrasques qui justifient une vigilance orange. Nous sommes 30 à nous équiper sur le parking de Tetto Folchi, au pied d’une toute petite église, dans cette ambiance joyeuse que nous aimons tant : raquettistes, skieurs, promeneurs, villageois et nombreux toutous se partagent en bonne entente le bel espace montagnard.

P1100812

P1100813

Gabriel annonce d’emblée la couleur : « 1100 mètres pour tout le monde. Chacun à son rythme ». Go ! Juste une intéressante info : Gabriel se vante d’avoir en permanence sur lui un thermomètre personnel, d’une fiabilité à toute épreuve, qui se manifeste à partir de – 6°, et qui consiste en un modeste appendice de chair rose et tendre… Mais qu’allez-vous imaginer : il parle de son délicat lobe d’oreille, si sensible au froid.

P1100823

P1100817

P1100818

Entre hêtres et noisetiers, la piste bien enneigée se faufile dans les bosquets en direction des vieilles granges de Tetti Giacolinet. Un G1 et un G2 informels se dessinent peu à peu : le groupe s’étire, au fur et à mesure que la pente se redresse, et que les raides montées succèdent aux raides montées de la Costa Campaula, large crête que nous allons suivre jusqu’au très gros cairn, presque une borie, qui marque le sommet du Piano de la Regina.

P1100832

P1100840

P1100843

L’aggravation de la météo annoncée est maintenant avérée… Voilà la neige, voilà les bourrasques, voilà le brouillard. Le froid mord, le vent pince, la neige cingle : « Ô Denis, si tu savais, tout le mal que ça nous fait… ».

P1100848

P1100849

Les lunettes sont rendues inutiles par la couche de neige gelée qui les recouvre. Enfiler une veste qui claque au vent comme un drapeau : toute une stratégie à déployer… Doigts, orteils et nez deviennent vite insensibles. La quinzaine de « summiters » agglomérés autour du cairn comme des moules sur leur rocher, ne vont pas s’éterniser là, demi-tour, et vite !

P1100854

Le reste du groupe, sur lequel veille Tony, toujours attentif, s’est arrêté en ordre dispersé un peu plus bas, éparpillé tout le long de la crête par ces bourrasques désespérantes. Le repli s’organise. Un retour sans difficultés techniques, via la bergerie Gias Creusa Sottano, par des pentes de belle neige poudreuse, légère, épaisse à souhait.

P1100857

P1100861

Denis est resté en arrière, avec un des participants qui donne des signes prononcés de fatigue que nous n’identifierons que plus tard. À l’abri sous l’auvent de la bergerie, nous battons la semelle en avalant quelques bricoles. Nous sommes à l’abri du vent, mais le froid semble s’accentuer. Certains grelottent, d’autres se soufflent sur les doigts, d’autres encore contemplent d’un air penaud leur veste craquante de gel, leurs gants impossibles à plier, leur fermeture de sac refusant de s’ouvrir.On rêve d’une cheminée, d’une brassée de beau bois et… d’ «alumeeer le feu !!

P1100865

P1100870

L’inquiétude monte : où sont passés Denis et son compagnon d’infortune ? Patrick part dans leur direction. Puis c’est au tour de Vincent de monter à leur rencontre. Rapidement la bonne nouvelle tombe : ils arrivent ! Notre nouveau copain a été foudroyé par un MAM, Mal Aigu des Montagnes, il en présente tous les symptômes : grande fatigue, nausée, maux de tête, difficulté à respirer… : vite, de l’aspirine, vite perdre de l’altitude, vite le faire boire et un peu manger. Antalgique et hydratation les bon reflexes Nous sommes tous navrés de cet incident de parcours dont est victime l’un des nôtres. Et non, le MAM n’est pas l’apanage des prestigieux 8000…10 à 15% surviennent à moins de 2000m. Même au Piano della Regina, on peut en être victime. Humilité, comme toujours…

P1100871

Plus qu’une petite heure de marche avant de retrouver chaudes voitures et douces baskets. La piste nous y ramène en quelques virages et quelques raccourcis forestiers dans une poudreuse divine ! Le copain va mieux, nous sommes soulagés. Patrick, qui veille sur lui, nous crie de loin « Il est guéri ! »

P1100819

Allons nous nous arrêter à  l’Osteria san Bartolomeo pour le pot de l’amitié ? Non vite repasser le col de Tende avant que les choses ne se gâtent au niveau routier. La pluie cingle, et une petite couche de neige fondante recouvre le bitume. Brouillard et nuages ont tout avalé. Prudence, les chauffeurs…

P1100873

Le buffet de la gare de Breil nous voit débarquer pour les ultimes convivialités de la journée, boire, déguster, faire mieux connaissance. Cinq « nouveaux » font désormais de notre bande, dont un qui est monté au sommet, et vu les circonstances, c’est du lourd. Bravo à tous les autres : ce n’est pas toujours aussi pénible, une rando raquette, on vous le promet ! Parfois il fait beau, parfois il fait chaud, parfois il n’y a même pas de vent… Il est même arrivé qu’on fasse la sieste au soleil,  Je te promets !

Johnny-Hallyday-hommage-populaire

Merci aux encadrants sur qui le froid ne semble pas avoir de prise. Et merci à Johnny pour sa participation bien involontaire…

Le commentaires sont fermés.