Archive pour janvier 2018

Dimanche 28 janvier 2018 : régal entre Gordolasque et Madone…

Traversée entre la cime de la Valette de Prals (2496 mètres) et la cime de Montjoia (2366 mètres) au départ des Blancons par le vallon de Peillasque

Dénivelée : environ 1250 mètres pour le G1       1050 métres pour le G2

Distance : 17 Km

 

D’où nos encadrants nous l’ont-ils sortie, cette magnifique rando ? De quelles archives, de quel fond de tiroir, de quel chapeau ?

 sans-titre

Ah… le cap difficile de la quarantaine… Il semblerait que nous l’ayons franchi aujourd’hui, avec 41 participants. Annie, Patrick, Gabriel, Tony, Jacques et Mario ne seront pas de trop pour guider tout ce petit monde vers les sommets. Oui, sommets avec un « s », car nous espérons bien faire coup double en ce lumineux et printanier dimanche…

DSC05326

DSC05329

Les voitures sont garées au collet Carquiéra, alors que le hameau est encore endormi. Quant à nous, bien réveillés et, pour certains, déjà bien en verve, direction le contrôle des DVA, qui donne le feu vert à la longue piste de la vacherie de Férisson.

DSC07828

DSC05347

Une bonne heure et demie de portage sera toutefois nécessaire avant de toucher à la Terre Promise, ou plutôt à la Neige Promise, après une rude montée en forêt, « raccourci » entre les pistes supérieure et inférieure.

 IMG_1879

IMG_1885

Et à la vacherie de Férisson, ô joie ! s’ouvre enfin devant nous le vallon promis, le vallon secret, le vallon tant fantasmé : le vallon Peillasque, sa neige immaculée à perte de vue, ses champs de paillettes, et l’objectif enfin en vue : la Valette de Prals et son symétrique Montjoia.

 DSC05362

P1080350

IMG_1893

Il convient de s’espacer, car certaines des pentes qui nous dominent sont raides, chargées et pas encore purgées. Petit calcul mental : si 40 personnes s’espacent de 10 mètres, ça nous fait une colonne de… 400 mètres, c’est bien ça ? Vu du ciel, ça doit faire un drôle d’effet, tous ces marcheurs doublés de leurs ombres bien parallèles…

 DSC05368

IMG_1890

Une dernière montée nous permet d’aborder au point bas de la crête, un lieu tout indiqué pour 1°) le regroupement, 2°) la pause banane rituelle, 3°) l’échange des raquettes contre les crampons. Sans oublier 4°) l’admiration béate du paysage côté Gordolasque qui nous était jusqu’alors invisible.

 DSC05370

Oui, les crampons. Les crêtes sont bien enneigées, mais elles semblent par endroits soufflées et en neige plus dure. Alors puisqu’on les a montés, ces crampons, pas question qu’ils restent dans le sac !

 DSC05380

DSC05389

Gabriel, Tony et le G2 partent en direction de la cime de Mont Joia ; Annie, Patrick, Jacques, Mario et le G1 mettent le cap sur la Valette de Prals. Destinations différentes, mais régal et jubilation identiques, peut-être surtout dans les tronçons où la croupe neigeuse s’effile pour se faire plus fine… plus esthétique.

 th-5212784511-720x960

Les pieds dans le blanc, la tête dans le bleu et le cœur au soleil : c’est si bon…À l’horizon, la mer scintille. Et nous, sur nos raquettes, en train de gravir les blancs sommets du Mercantour : est-ce qu’on se dit assez souvent qu’on a vraiment de la chance ? et clic clac on immortalise le moment

 DSC05387

DSC07869

Photo de groupe pour le G1  à la cime de la valette et Photos au sommet du Mont Joia et de sa belle crête puis direction la salle à manger pour le G2 où Tony, Jeanine et Christine rejoindront le groupe un peu plus tard

DSC05393DSC05398

DSC05402 

L’équipe de la Valette, une fois le pique-nique englouti, redescend de son perchoir pour rejoindre l’équipe du Montjoia, groupée sur le perchoir d’en face. Une fois qu’on a fini de se raconter nos aventures respectives (il est vrai que cela fait au moins une heure qu’on ne s’est pas parlé), c’est la redescente commune par la large crête panoramique de Bermonnet, jusqu’aux Tres Crous où, cap à tribord, nous allons replonger dans la forêt, rejoindre une piste, encore la forêt, puis encore la piste… jusqu’à rejoindre, enfin ! les voitures.

DSC05432

 DSC05428

th-5212785007-1280x960

Une rando parfaitement gérée, bravo à tous nos G.O. ! Le pot aux Tilleuls, par contre, s’annonce plus compliqué à finaliser : trop nombreux, nous ne tenons plus dans « notre » salle du fond. D’autant que trois groupes de skieurs, dont deux du CAF, arrivent, visiblement aussi assoiffés que nous. Et oui, Michèle, comme tu le dis, maintenant, il faut aussi « se tirer la bourre pour boire un coup et arriver avant les autres au bistrot » … La Vésubie et la Gordolasque ont fait leur plein de CAFistes, aujourd’hui… La montagne, notre dénominateur commun préféré, a mis tout le monde d’accord, encore une fois.

Dimanche 21 janvier 2018 :Raquette à Castérino

Le Paracouerte et le lac Sainte Marie (2385 mètres)

Dénivelée : Petit 1000 mètres

Distance : environ 15 kilomètres

 

La dernière fois que nous sommes venus sur ces pentes c’était en 2013 et notre amie Dominique effectuait une de ces dernières sorties. Aujourd’hui encore interrogation écrite sur le secteur de Fontanalba pour les 33 élèves de la classe présents aujourd’hui. De quel côté irons-nous ? à droite vers le Paracouerte, ou à gauche, vers le lac saint marie ? Gabriel sera secondé par Mario avec Vincent en serre fil pour finalement un seul groupe à plusieurs vitesses, direction le Paracouerte suivant la forme et les envies !

DSC05257

2017-01-27 11.44.47

Le contrôle des DVA à l’auberge Marie madeleine est rythmé par les aboiements des chiens de traineaux excités, sentant une virée imminente ! mais notre caravane passe …

DSC05261

P1110217

Pas encore arrivé à la barrière du parc que Christine fatiguée renonce déjà. Et c’est tranquillement que nous atteindrons le petit oratoire pour une petite pause bien méritée. Le vent tant annoncé est pour le moment absent, pour le plaisir de tous, la journée s’annonce radieuse.  

P1110226

P1110227

La reprise en pleine foret dévoile une belle neige profonde et rapidement nous gagnons la crête. Au fur et à mesure des zigs et des zags la montée se fait plus raide et la troupe s’étire. Bien que malade Gabriel imprime un bon tempo. Les nouvelles de la queue du peloton sont bonnes, tout le monde suit.

P1110237

DSC05275

Plus haut la neige est plus dure, mais les raquettes accrochent bien, pas de surcharge sur ces pentes ensoleillées le 360° se précise, encore un dernier effort et le cairn est en vue. Un par un la ligne d’arrivée est franchies et dans les délais s’il vous plait. Le spectacle est grandiose et la fatigue de la montée disparait. Comme souvent, au sommet le vent se lève. Pas question de trainer.

P1110333

DSC05282

Admirons tout même la vue et le pourquoi nous sommes venue. La roche de l’abisse, la pointe de peyrefique, les cimes du sabion et scandaillière d’un côté

DSC05284

les cimes de l’agnel, de la charnassière, de la lusière, de la chamineye, de montolivo de l’autre, sans oublier l’emblématique et seigneur des lieux Bégo, mais plus au sud ……

DSC05286

En contrebas le refuge de Valmasque et son lac vert endormis pour quelques mois encore

 DSC05298

L’impatience gagne certains et l’on entend d’ici de la des « on à froid » des « on y va ? »… Mais nos chefs font le point. Gabriel fatigué, donne les consignes à Vincent, pour qui c’est une grande première, prend en charge le groupe 1 pour la suite de la course (Formation oblige) Mais bien secondé par Mario. La crête qui descend du mont Sainte marie et les pentes en direction du lac sont analysées, les passages clef identifiés et c’est parti pour la boucle.

DSC07796

P1110355

Attention de ne pas effrayer un troupeau de chamois traversant au soleil en gardant eux aussi leur distance de sécurité

P1110350

P1110360

Le groupe 2 prendra la direction du lac des grenouilles au pied du vallon du gias sainte marie pour un pique-nique bien mérité. Pendant ce temps Vincent et sa troupe, après avoir chaussé les crampons, rejoint le bas du déversoir du lac.

DSC07804

Mario effectuera plusieurs allers-retours pour faire admirer au plus grand nombre ce petit lac dans son écrin blanc

IMG_8842

Bien au soleil mais lassé d’attendre, le groupe 2 entamera la redescente en passant tout prés du lac des grenouilles pour aller retrouver le haut du vallon de fontanalba et sa neige vierge et là, beauté de la nature   devant nos yeux, un phénomène de difractions de la lumière du soleil à travers les très fines gouttelettes de quelques nuages. Au-dessus de la cime de Chanvrairée.      

DSC05312

Arc en ciel sans pluie, « aurores méditerranéennes » rien à voir bien sûr avec les aurores boréales du grand nord qui se produisent aussi en plein jour leur donnant une teinte rosée.

LHiver-en-Finlande-sous-les-Aurores-boréales-est-magique-07

Les deux groupes se rejoindrons après la vacherie inferieure du vallon de fontanalba pour une descente commune par la piste jusqu’à castérino, en empruntant quelques belles pentes bien poudrées.

DSC05325

La journée se terminera au café de la gare de breil. Des gâteaux de toutes sortes accompagneront un pot de l’amitié long à venir, la faute à un serveur pas très clair en cette fin de service.

Dimanche 14 janvier 2018 : on révise ses classiques !

Cime de la Valette des Adus (2449 mètres)

Dénivelée : environ 1000 mètres

Distance : environ 15 kilomètres

 

Aujourd’hui, interrogation écrite sur le secteur de Salèse pour les 31 élèves de la classe raquette 2018. De quel côté irons-nous ? à droite vers le lac Nègre, ou à gauche, vers les Adus ? Denis sera secondé par Mario et Jacques pour le G1 ; Tony par Jean pour le G2. Et, pour tout le monde, direction la Valette des Adus, vallon, col ou cime suivant la forme et les envies !

 DSCF3295

Plusieurs membres de l’équipe sont en recyclage « Neige et avalanche » à Estenc. Formez-vous bien, les amis, on a besoin de votre expertise pour mettre nos raquettes où il faut, et surtout ne pas les mettre où il ne faut pas…

 DSCF3296

  Nous attaquons quasiment en même temps que le groupe de skieurs d’Andreas et Fred qui, eux, partent vers les Bresses. Contrôles de DVA en stéréophonie… Les bons élèves CAFistes que nous sommes sont désormais bien sensibilisés aux consignes de sécurité : « Jamais sans mon DVA ! »

 IMG_1773

IMG_1781

 Salèse, nous voilà ! Ce vallon que nous connaissons si bien est incontournable, au propre comme au figuré, pour accéder à tant de belles destinations. Nous y pensons parfois (osons l’avouer…) comme à une mise en jambe un peu lassante, voire sans intérêt autre que celui de chauffer notre mécanique humaine. Mais aujourd’hui, merveille ! il a revêtu son ambiance canadienne, avec ses sapins tout blancs et sa neige immaculée que nous allons laminer de nos 62 raquettes. Les suivants peuvent venir, la trace est faite.

DSCF3304

DSCF3305

Petit regroupement au col de Salèse, où le panneau qui nous sert tous les ans de mètre-étalon émerge à peine de la neige : bon pour le moral ! Direction à présent vers le col de la Valette des Adus.

    IMG_1784

DSCF3309       

D’un col à l’autre, le groupe s’étire, se reforme, s’étire à nouveau. Le rythme est régulier : Denis impulse une bonne allure… L’enneigement conséquent nous permet de tirer droit dans le grand labyrinthe de rochers au milieu duquel nous avons tant louvoyé, certains années moins fastes…

 DSCF3315

IMG_1788

Un rapide tour d’horizon confirme que beaucoup de belles courses sont désormais à portée de raquette : la neige est bien là ! Mais, dans l’immédiat, il s’agit de conquérir pacifiquement la cime de la Valette qui tend jusqu’à nous sa crête tentatrice. Ne résistons surtout pas à la tentation : la vue et la vie sont toujours plus belles d’un peu plus haut !

 DSCF3323

DSCF3326

 Ce dernier effort nous ayant donné grand faim, une pause pique-nique s’organise en contrebas du col. Une averse de neige importune nous déloge, tandis que les sommets frontaliers qui formaient une magnifique skyline, Argentera en tête, se retirent dans un fondu de gris. C’est le signal du départ, la montagne souhaite manifestement que nous vidions les lieux.

DSCF0791

IMG_1795

Délicieuse redescente dans la poudreuse de la forêt. Incorrigibles que nous sommes : chacun aspire à faire « sa » trace, pour goûter au plaisir toujours neuf de la neige vierge, si chère à nos raquettes, si douce à nos ménisques…

 DSCF3336

À droite ! Par ici ! On coupe ! Direct azimut pour rejoindre la piste sans passer le col, les initiés comprendront… Le premier passe ; le second se pose peut-être des questions, mais il décide de suivre ; et c’est tout le troupeau qui leur emboîte le pas. Ce ne sont que quelques dizaines de mètres de forte pente et de neige sublime, mais quelles sensations… On s’en sort comme on peut, certains semblent flotter sur la neige, d’autres hésitent à faire le premier pas, quelques-uns renâclent, mais la loi de la pesanteur met tout le monde d’accord : les moutons de Panurge sur raquettes se retrouvent tous en bas, rigolards et tout contents d’eux !

 DSCF3340

Mais voilà que l’inquiétude grandit : y aura-t-il de la place aux Tilleuls ? Vite, une avant-garde règle son GPS sur Lantosque et part réserver la salle que nous considérons comme notre QG du dimanche après-midi. Gâteaux et fruits secs circulent de table en table, projets et souvenirs de randos s’échangent, le thé fume et la bière pétille…

 

Et, pendant ce temps, loin de nos rires sonores, tout là-haut, les montagnes se referment sur elles-mêmes, dans leur grand silence blanc, sous la pluie lente de ces extraordinaires petites étoiles, cristaux de neige par milliards, dont jamais deux ne sont semblables : la créativité, la beauté sont à l’œuvre, pour notre bonheur à venir…

Dimanche 7 janvier 2018 : Raquettes à Saint-Dalmas-le-Selvage

Col de l’Escuzier (2487 mètres, 16 kilomètres pour 1000 mètres de dénivelée)

 

En moyenne une fois par an, nos pas de raquettistes nous ramènent invariablement sur ce col, ou sur une des deux cimes neigeuses qui le jouxtent : Cristel ou Ronde de l’Escuzier. À force de ne considérer cette rando que comme un plan B en l’absence de plans A suffisamment enneigés ou praticables, on perd un peu de vue à quel point le secteur est intéressant…

 20180107204236-603902c8

 28 personnes ne demandent ce matin qu’à en être convaincues ! Annie, Patrick et Denis traceront pour le G1 ; Gabriel et Tony escorteront un G2 riche de plusieurs nouveaux adhérents, ce qui est toujours une satisfaction.

 20180107204251-cf86b5a8

 La météo nous annonce le pire ou presque. Nous aurons donc le plaisir de constater que les prévisions étaient un peu en avance sur la progression de la perturbation. Nous serons de retour aux voitures avant la dégradation. Donc météo et neige correcte, quelques rayons de soleil mais sans plus… Allez, en piste pour « une reprise en douceur », comme nous l’annonce Gabriel.

 IMG_0239

Les fêtes enrichies en chocolat sont passées par là, mais la forme est tout de même au rendez-vous. La neige est elle aussi bien présente, et les raccourcis qui évitent les lacets de la piste de Sestrière sont accueillants à nos raquettes. On note toutefois que la forêt porte encore les stigmates des assauts du vent des jours passés : beaucoup de branchettes jonchent le tapis neigeux, et quelques gros arbres ont cassé tout net. À côté, de jeunes plants vigoureux, les narguent, illustrant la fable « Le chêne et le roseau ». Ah… la souplesse proverbiale de la jeunesse…

 20180107204408-e1024f64

 La montée au col se fait aisément, à un bon rythme. Seul un petit  mur, toujours le même, va un peu ralentir notre ardeur : tailler des marches, s’aider des bâtons et lever haut la jambe, mais juste sur une petite dizaine de mètres, avant de retrouver le terrain plus adapté à nos raquettes qui monte en pente régulière jusqu’au col…

 20180107204425-b466d261

  …Le col où règne le vent, encore et toujours ce vent… Notre envie de rajouter un sommet à notre palmarès du jour s’envole illico : les pentes à la fois déneigées et vitrifiées de la tête Ronde ne nous inspirent que désillusion, prudence et méfiance. Mario aimerait bien tenter le coup, il revient plusieurs fois à la charge, mais le fonctionnement démocratique du groupe le met en minorité : tous contre un, repli stratégique !

 20180107204502-fbb59f1c

 20180107204537-8538a390

À peu de distance du col, le G1 qui redescend croise le G2 qui monte. Une brève concertation a lieu, au cours de laquelle des arguments décisifs semblent échangés : voilà le G2 qui fait à son tour demi-tour comme un seul homme, direction un spot pique-nique d’abord, et les voitures ensuite.

 20180107204614-82edee00

20180107204439-7313c094

La vue est limitée par les nuages bas. On peut tout de même constater à quel point les crêtes ont été soufflées. Ceci nous vaut cependant quelques bons filons de poudreuse dans les combes mais, partout ailleurs, la redoutable « croudre », croûte dessus et poudre dessous, un des pires hybrides pour les genoux des raquettistes et des skieurs qui eux redescendent du col de Colombart

20180107204452-f7b243c8

 

 Les chalets du plateau de Sestrière nous servent d’abri le temps d’une pause ravitaillement. Mais le froid revient vite nous bousculer et, d’un coup d’épaule, il remet toute la troupe dans le sens du départ.

 20180107204527-414c209e

 Saint-Dalmas ne pouvant nous recevoir, nous tournons nos prières vers Saint-Etienne : oui, comme toujours, Lou Ben Manja peut nous recevoir, nous, nos éclats de rire, nos 28 gosiers déshydratés et nos fringales de petits gâteaux. Nous remplissons tout le bar. Pardon à nos amis skieurs du CAF que nous avons devancés d’une courte longueur et qui sont restés sur le pas de la porte : à quel saint se sont-ils voués pour pouvoir boire un coup à leur tour ?

 Merci à Annie, Patrick, Gabriel, Denis et Tony pour leur énergie à faire vivre ce groupe, à le faire progresser, à l’aider à s’autonomiser. Et, fève sur le gâteau des Rois, en ce jour d’Epiphanie, nous avons eu tout le temps un petit coin de ciel bleu au-dessus de nos têtes encapuchonnées.

 P1070093

 Une pensée très affectueuse pour notre 5ème roi mage, Michel-le-Grand, qui se refait une santé bien au chaud et à l’abri du vent, pour mieux nous revenir. On t’embrasse fort !  Les messieurs te donnent l’accolade, et les dames te font des bises.