Dimanche 25 février 2018 Aventures enneigées au Boréon

G1 : cime de Piagu (2338 mètres) 1050m pour 12.5 km

G2 : refuge de la Cougourde (2100 mètres), mais pas que !

 

Avons-nous déjà scruté les sites météo avec autant de fièvre ? Et cette sortie de dimanche à la cime de Juisse, annuleront ? annuleront pas ?

Malgré un risque 4 et des prévisions à se cramponner des deux mains à sa couette, « ils » n’annulent pas ! Il faut donc bien mettre le réveil dimanche matin… « Ils », c’est Annie, Gabriel et Denis pour le G1 (17 personnes) et Eric et Tony pour le  G2 (9 personnes). « Ils » ont l’air d’y croire, donc on ne va pas leur faire faux bond, à ces encadrants qui ont préparé notre sortie dominicale…

 DSC06250

Au Boréon, tout semble normal. Sauf qu’on n’aperçoit pas notre but du jour, la cime de Juisse, déjà effacée du paysage par la grande gomme de la brume. Mais les GPS confirment qu’elle est bien là, plus de 1000 mètres au-dessus de nos têtes. Mallory le disait avant nous : « Pourquoi gravir les montagnes ? Parce qu’elles sont là ». Raison suffisante. Gravissons-les donc…

 DSC06258

Le parking supérieur est vite atteint, puis la bifurcation qui donne accès à la si belle crête qui relie Juisse à Piagu. Tiens ? Piagu… au fait, pourquoi pas ? Nous remontons le large couloir où passe le sentier d’été et saluons au passage la balise 432.

 DSC06266

La pente se redresse, on connaît ça ! Les arbres miniatures qui poussent dans cette pente, bonsaïs engloutis sous la neige, nous rappellent qu’il nous faut désormais redoubler de prudence : nous sommes dans un couloir régulièrement raboté par des coulées de neige. On s’espace, tandis qu’Annie, en tête, trace avec l’ardeur qu’on lui connaît, et qui n’a jamais failli. De beaux zigzags pour un direct azimut qui vise la crête !

 DSC06276

Tout à coup, un cri « avalanche ! ». N’exagérons rien, une simple petite coulée part sous nos raquettes, nous incitant à toujours plus de prudence. Sur une dizaine de centimètres d’épaisseur, la neige s’est fracturée, et a glissé sur quelques mètres, faisant disparaitre avec elle un lacet entier de la belle trace d’Annie et Denis. Laurence en est encore toute mouillée.

IMG_9208

Fort heureusement, tout se stabilise très vite : plus de peur que de mal ! Mais bon, rien de tel pour jeter un froid dans un groupe.

 DSC08050

Plusieurs dames du  G2 ont le bon réflexe de se mettre en sécurité. Bien joué, les filles. Et, tandis que le G1 poursuit vers le haut en redoublant d’attention et en rectifiant les espacements, le G2 et quelques transfuges du G1 rebroussent chemin, peu tentés de poursuivre l’aventure dans ce passage qui monte vers un brouillard de mauvais augure…

 DSC08053

IMG_8314

Le G1, après avoir persisté en bordure du couloir a finalement renoncé car impossible de progresser davantage, hauteur de neige jusqu’en haut des cuisses, impossible d’avancer même avec les crampons. Repli stratégique, redescente des derniers 100 m de dénivelée pour récupérer le sentier d’été et atteindre dans le brouillard le pas des roubines de la Maïris.

 IMG_8316

De fins flocons commencent à tomber. Le mauvais temps arrive et après un petit point GPS décision est prise de nous diriger vers le sommet du Piagu plus propice aux conditions du jour. La crête finale est légèrement glacée, mais nos raquettes accrochent bien et on dépasse sans même s’en apercevoir le cairn recouvert de neige qui symbolise le sommet.

DSC08059

DSC08060

Hésitation pour la descente : droit dans la pente ou retour sur nos pas ? La neige étant de mauvaise qualité nous revenons sur nos pas pour venir manger contre les murs du refuge de la Maïris en s’abritant comme on pouvait sous l’avancée du toit…

 DSC08063

Aurélien notre petit nouveau du jour, se taillera à grand coup de pelle un abri en forme d’igloo pour profiter de cette pause. Au chaud !! As-tu pensé à faire la fosse à froid ? Elodie sa copine, se moque en dégustant une tarte verte du panier repas du gîte de Nicolas

 DSC08068

IMG_8317

La redescente se fera dans une belle neige épaisse en slalomant à travers les arbres. Nos encadrants s’amusent et se « chambre …» un peu. La bonne humeur comme toujours sous ce bel hiver qui continu.

IMG_9220

IMG_8324

Le G2 dévale prudemment les quelques centaines de mètres du couloir à grandes enjambées dans une belle neige poudreuse (mais prudence…) et rejoint la piste du refuge de la Cougourde, avec le projet fort sympathique de rejoindre le refuge pour y casser la croûte en regardant tomber la neige. Le torrent a pris son aspect des grands jours d’hiver, on le distingue à peine entre les rochers transformés en bonshommes de neige.

 

 IMG_2189

 

IMG_2196Les chutes de neige du toit ont englouti la terrasse, les tables et les bancs. Eric organise notre repli dans le refuge d’hiver. L’heure et le lieu sont propices au casse-croûte. Et à vouloir changer le monde… à commencer par l’étrange mentalité (heureusement minoritaire) de certains visiteurs du refuge d’hiver qui semblent manifestement tout ignorer des règles élémentaires du bon comportement en montagne, sans parler de l’usage de la pelle et du balai… Les trois hommes du groupe s’en emparent, et nous aurons la satisfaction (un peu amère, certes) de laisser en partant les lieux plus propres que lorsque nous les avons trouvés…

DSC06320

IMG_2215Redescente sans problème, dans une neige idéale, de A à Z, avant le regroupement G1 – G2 au chalet d’accueil du Boréon, au terme de nombreux contacts radio entre nos encadrants : un « plus » pour notre sécurité à tous.

DSC06341

 IMG_2233

Il neige sans discontinuer depuis plusieurs heures, la route est toute blanche… vite, redescendre, passer les lacets sous le lac ! Nous croisons deux chasse-neige, et nombre d’automobilistes à genoux dans la neige, en train de mettre ou de retendre des chaînes… Seul, un acrobate à VTT nous dépasse, à fond, ses skis de rando sur le sac à dos, s’équilibrant avec les pieds dans les virages-dérapages ! Un véhicule tape contre un muret, un autre fait un tête à queue…

 IMG_9225

Notre abri le plus sûr, notre refuge inconditionnel, notre havre de paix favori : Lantosque, et nos arbres préférés : les Tilleuls ! L’ultime étape de tant de nos aventures enneigées…

 DSC06346

Merci à notre équipe d’encadrants qui nous a évité la décadence d’une grasse matinée, surtout un dimanche… Et un coucou amical à Patrick, aujourd’hui absent : reviens vite, comment allons-nous nous débrouiller, sans tes conseils, pour descendre en ramasse dans les super-pentes que tu affectionnes tant ?

Le commentaires sont fermés.