Archive pour mars 2018

Dimanche 25mars 2018 Cime de Chanvrairé ou presque :

G1 et G2 : Baisse de Vallauretta 950 m de dénivelé pour 13 km

 

En ce début de printemps, comme chaque année, notre vie est réglée par le changement d’heure. Et oui qui dit une heure de moins à dormir dit se lever encore plus tôt que d’habitude. Allait-il y avoir des pannes d’oreillers ? Tony en bon horloger avait bien réglé les pendules :  « 6h30 parking Sainte-Marie, 7h15 Trucco de la nouvelle heure ! » Combien serions-nous aux RDV pour le lac des Mesches et cette cime de Chanvrairé? :

Pointe de Vallaurette    –  Baisse de Vallaurette  – Cime de Chanvrairé  – Rocher Rouge

 P1060165

Oh surprise pas un ne manque à l’appel. 26 participants embrumés mais ravis de retrouver enfin une journée ensoleillée sont présents prêts à en découdre. La stabilité du manteau neigeux était finalement la seule incertitude du jour. Comment allions-nous trouver la neige ? Une fois n’est pas coutume que nous disait le B.E.R.A.

DSC06694

. « …Les plaques et accumulations les plus récentes ont été formées par du vent de nord-est puis nord, elles sont fragiles. Il est facile de déclencher une plaque, même pour un randonneur seul, surtout à l’approche des crêtes et des ruptures de pente. Méfiance toute particulière dans les orientations ouest à est en passant par le sud, où des cassures épaisses sont à redouter. Le risque est plus marqué au-dessus de 2000/2200 m. Après un excellent regel nocturne, l’humidification va reprendre en journée de dimanche… 

 DSC08229

…Quelques avalanches de taille modeste pourront alors se produire dans les pentes au soleil suffisamment raides. Le risque le plus préoccupant car de très importantes quantités de neige sont actuellement présentes, est celui de voir partir une très grosse avalanche, sous forme de plaque se décrochant seule et raclant sur son trajet toute la neige humide jusqu’au sol. Le décrochage d’une plaque de fond dans une pente ensoleillée n’est pas à exclure non plus. Dans ces deux cas, il faut s’attendre à la mise en mouvement de volumes de neige inhabituels… » Alors : prudence.

DSC06693

DSC08233

Au départ du lac la petite caravane s’élance en direction de la chapelle de Vallaura. Pour les groupes on verra plus haut. Le soleil baigne déjà ce beau vallon de la Minière recouvert par un épais manteau blanc. Pas un trainard tout le monde suit. Après la traditionnelle pause banane, nous longeons le cours d’eau jusqu’ aux granges de Vallaura Inférieur, où les choses sérieuses vont commencer.

 DSC06704

DSC06699Jacques et Gabriel prennent en charge le G1, Eric et Tony le G2. La montée est raide et les passages étroits par endroits. 4 skieurs nous doublent partis eux faire le BEGO : « chouette !! » on aura au moins la trace jusqu’au débouché du plateau. Après plus rien, la neige vierge et scintillante à perte de vue.

DSC06708DSC06712 

Nos deux meneurs se relayent pour faire la trace dans une neige changeante. Tantôt dure et glissante, tantôt croûtée, tantôt profonde lourde ou légère un vrai casse pattes. « Tous derrière tous derrière » la colonne avance. Nous laissons sur notre droite le Gias de Vallauretta et continuons en rive droite notre progression.

 DSC06720

DSC06714DSC06764

Magnifique décor que ce vallon sauvage et balcon idéal pour admirer la crête opposée partant de la cime de la Nauque jusqu’à la cime Escandail en passant par la Corne de Bouc : tiens ! une ancienne connaissance.

 DSC08252

DSC08253

Encore un effort, la délivrance est proche. Avant d’attaquer le dernier raidillon nous prenons nos distances et restons sur la croupe pour aboutir en quelques virages au-dessus de la baisse de Vallauretta. Un par un, et après 3h30 de montée nous atteignons ce promontoire, exceptionnel point de vue sur le vallon de Fontanalba et le mont Sainte Marie : tiens ! encore une ancienne connaissance.

 DSC06728

DSC06742

D’un côté la pointe de Valauretta de l’autre la cime Chanvrairé : bien tentantes toutes les deux. Quoi que ! Moins de 100 mètres nous séparent du sommet. Y allons-nous ? quelles informations retenir du B.E.R.A. ? tout y figure : l’orientation, la pente, les accumulations, l’horaire, le soleil…La décision ne fait plus aucun doute : Ce sera tout pour aujourd’hui.

 DSC08272

DSC08273

Clic photo à droite, clac photo à gauche et nous redescendons, dans une belle neige qui se transforme déjà par endroits, pour pique-niquer à l’abri du vent. Mais tout le monde n’est pas encore arrivé. Au passage nous encourageons Christine puis Daniel et Tony, victime de crampes, à poursuivre pour rejoindre Éric resté au sommet pour les attendre.

 DSC08275

 

DSC08276Tout en grignotant son repas Pierre déploie sa sonde qui disparait presque entièrement. « 2m 20 de neige sous nos pieds » Belle moquette que cette salle à manger. Nous sommes rejoints par nos 3 retardataires et c’est tous ensemble que nous entamons notre retour. Envolés nos rêves de belle boucle, ce sera pour une autre fois, les montagnes, elles, ne bougent pas.

 DSC06770

Nos 4 skieurs du matin descendant de l’épaule du Bégo nous dépassent à travers les arbres. Nous rejoignons tranquillement le refuge Neige et Merveilles en rive gauche cette fois pour terminer aux conduites d’eau de la centrale électrique.

 DSC06696

Arrivés aux voitures la fatigue disparait. Où allons-nous nous poser ? Breil semble le lieu idéal. Arrivés sur place que se passe-t-il ? tous nos QG sont fermés, dimanche les Tilleuls aujourd’hui le café de la gare. Mais il en faut plus à notre bande d’assoiffés, direction la place centrale de Breil où nous sommes accueillis par 2 belles « barmaids » le sourire revient. Un service propre et efficace accompagne un pot de l’amitié agrémenté des douceurs habituelles. Belle conclusion à cette journée, avec un petit plus pour les «Amaretti » de Jaja.

DSC06715

Dimanche 18mars 2018 Dans les brumes de l’Authion :

G1 et G2 : Mont Giagiabella 850 m de dénivelé pour 12.5 km

 

L’estimation du risque d’avalanche en ce début Mars joue du yo-yo entre 3 et 4 et au rythme des dépressions qui se succèdent, les annulations de nos sorties s’enchainent. Allons-nous encore une fois marmonner et 1 et 2 et 3 repos !! L’hiver a décidé de faire de la résistance et de jouer les prolongations, ce qui somme toute n’est pas pour nous déplaire. Mais ne pourrait-il pas le faire en semaine et nous laisser profiter de ses bienfaits le dimanche

 20180319200929-aa0107f9

En prenant le petit déjeuner vers 5h30 quelques gouttes commencent à tomber puis la pluie s’installe forte et drue. « Ting » un SMS vient d’arriver, puis deux, un mail… les défections commencent à pleuvoir. Par correction nous décidons d’aller à Saint Martin, on verra bien là-bas…

 DSCF3489

Sur place : pas une goutte d’eau. Après un bref tour d’horizon, tout le monde est motivé et ce n’est pas la route coupée de la Vésubie qui va nous empêcher de rallier notre destination. Direction Levens et Duranus, une petite rallonge d’une dizaine de Km pour rejoindre enfin le col de TURINI.

DSC06635

20180319200933-ab9df2c4

Au Camp d’Argent, tout semble normal. Sauf qu’on n’aperçoit notre but du jour, le mont Giagiabella, que par moment. Les raquettes piaffent d’impatience. Certains chaussent sur la route, d’autres rejoignent le départ en courant. Pas facile de retenir nos 28 participants du jour. Et voilà qu’un bâton résiste et qu’une raquette ne veut pas se fermer : Vite vite le contrôle…

 

DSCF3493

20180320144223-64ce922b

Le ciel est bas quelques bancs de brouillard trainent sur les sommets. Direction la cabane de Tueis. Les organismes commencent à chauffer et une couche en moins c’est mieux pour attaquer la belle crête qui mène à la Pointe des Trois Communes. Annie, Denis et Eric prennent le groupe 1 et Gabriel le groupe 2.

20180319200942-596cff5f

 

20180319200946-907e1525

Au fur et à mesure que nous progressons la brume nous envahit. Le paysage apparait puis disparait. Le soleil blafard tente de percer les nuages. Par moment à peine 50 mètres de visibilité : restons groupés. La silhouette fantomatique du fort de la Redoute se dessine enfin : Vestige emblématique de la résistance des maquisards pendant la guerre.

 20180319201007-fcbaea8f

DSC06649

La pause est la bienvenue, barres de céréales et fruits secs remontent le moral des troupes. Nous admirons avec envie la belle crête de l’Ortiguier et plus loin le Capelet Inférieur, le Grand Capelet, la Cime du Diable. Juste le temps de faire une photo et nous entamons la descente vers plan Caval.

DSC06653

 20180319201031-dea01d73

L’alternance pluie neige de ces derniers jours a rendu la neige souple mais crouteuse par endroits pas idéal pour nos raquettes. Puis par une succession de « munta cala » nous atteignons enfin le Giagiabella. Un flocon puis deux, le mauvais temps arrive.

 DSC06657

20180319201058-5aa7e4e5

Avec une visibilité réduite et la neige qui tombe, la météo ne s’est pas trompée. Le G1 décide de ne pas poursuivre en direction du Ventabren et fait demi-tour.

 DSC06674

DSC06673

Le groupe 2 arrive à son tour au sommet. Michelle, en forme, malgré 3 semaines d’arrêt, nous fait une proposition :  « Et si on allait plus loin en direction du mont Maouné, pour une fois on en ferait plus que le G1 … »

 DSC06675

Mais Gabriel a une autre idée en tête : plutôt que de récupérer la piste, il plonge directement au fond du ruisseau et remonte par une pente soutenue en direction de la Vacherie des Cabanes Vieilles pour pique-niquer à l’abri en regardant tomber la neige. Gilles connaissant le coin nous a précédés, et pour les neuf personnes que nous sommes, la salle à manger est assez grande.

 DSCF3504

20180319201118-246eb7b3

Annie et Denis eux ont choisi de rester de niveau et de récupérer la piste. Ils passent au-dessus de la vacherie pour attaquer la belle croupe qui mène au fort des Mille Fourches. « on mangera après la montée !… » Finalement c’est derrière les murs des anciennes casernes du fort enterré, mais pas franchement à l’abri qu’ils pique-niqueront.

 20180319201114-f9eb8d48

Pas facile de se remettre en marche pour le G2 et c’est dur de réattaquer 300 mètres de dénivelé après le repas. Mais qu’à cela ne tienne. Après être passé devant un vieux tank de la dernière guerre, de zig en zag le sommet est atteint et c’est presque ensemble que s’effectue la redescente dans une belle neige comme on l’aime

 20180319201122-3fc1946f

20180319201011-55936a8e

Le G1 effectuera une ultime remontée à l’Authion avant de rejoindre par les crêtes de montée, la cabane de Tueis où l’attendait le G2. Toujours sous les flocons nous rejoignons notre point de départ. Notre Tony national n’étant pas là pour téléphoner à notre Q.G. des Tilleuls (qui au passage était fermé), nous décidons d’étancher notre soif autour du feu de bois de l’auberge du Camp d’Argent.

 20180319201043-fa961eef

Cakes, chocolats chauds, thé et autres breuvages, un zeste de bonne humeur, de quoi finir en beauté cette belle journée. Et oui, en ces périodes de vaches maigres ne faisons pas les difficiles. Merci à tous d’avoir répondu présent malgré la météo incertaine, merci aux encadrants d’avoir maintenu cette sortie et à la semaine prochaine.