Archive pour décembre 2018

Dimanche 9 décembre 2018 : Pas contents sur les crêtes du Content…

Mont Aunos (2514 mètres)

Distance : 12 km   Dénivelée : 950 mètres

 

Eric et Gabriel, métamorphosés en Véronique et Davina (mais en moins fluo), nous proposent une séance d’échauffement-réchauffement sur le parking de Saint-Dalmas-le-Selvage, en attendant que le dernier véhicule arrive.

DSC03497

DSC03499

Tout le monde est là ? Go ! Nous sommes aujourd’hui 28, dont les deux profs de gym-tonic cités plus haut, et Denis et Tony qui complètent l’encadrement. Nous savons que le vent nous attend là-haut, sur les crêtes du Content et au sommet de l’Aunos. Le vent…une vieille connaissance… Ce n’est pas la première fois que nous aurons à lutter contre ses rafales, alors… même pas peur ! Nous sanglons vestes et bonnets, tandis que Delphine ajuste sa cagoule avec précision, pour faire coïncider au mieux trou du tissu et trous du nez.

DSC03501

20181209203859-7d7dd8d6

Les mélèzes n’en ont pas fini avec leur mue. La neige est toute rousse d’aiguilles et de branchettes : adieu notre beau rêve blanc… Pour l’instant, le vent semble nous épargner. Mais… quel est donc ce bruit de ressac, dans les arbres ? Quant aux nuages, « vrais » nuages ou nuages de poudreuse, ils filent avec une vitesse qui n’augure rien de plaisant pour la suite des opérations.

DSC03503

DSC03508

Après une brève halte-regroupement sur le plateau d’Anelle, nous poursuivons par la piste forestière pour rejoindre au mieux la crête du Content, en évitant l’ancienne piste de ski qui se transforme, au fil des saisons, en pépinière envahie de mini-épicéas.

DSC03511

IMG_0150

Pour l’instant, tout va bien. Sauf que la rumeur du vent se fait insistante… Mais nous aussi, nous insistons !

20181209214634-ed11259a

20181209214706-c11d24cf

La suite de l’aventure est au-delà des mots… Les quelques têtus qui vont finalement monter jusqu’au pied de l’Aunos, vers 2430 mètres, en redescendront complètement ahuris et un peu tourneboulés, avec des souvenirs décousus et des images en vrac dans la tête…

IMG_0152

IMG_0157

Chaque rafale est si violente que c’est comme un mur de vent, large, solide et compact, qui appuie de toutes ses forces sur le groupe en direction des pentes raides qui tombent sur le vallon de Demandols. Pas d’alternative : à genoux, et vite. Mais, même à genoux, la prise au vent est trop forte : vite s’allonger, voire se prosterner devant Éole, face contre terre, en signe de soumission absolue…

20181209214716-f1225b06

IMG_5551

Impossible de lutter contre de tels coups de butoir. Philippe, en habitué des grands vents du Cap corse, n’est pas homme à parler à la légère : nous venons de tâter du 120 – 130 kms / heure.

 IMG_5542

Gabriel envisage un instant de poursuivre l’ascension sur quelques centaines de mètres, juste histoire de faire coucou au cairn sommital, mais une ultime bourrasque nous flanque tous à terre, accrochés bec et ongles à la neige pour ne pas être emportés et roulés dans la pente : demi-tour, et très vite. Plus personne n’a envie de monter faire coucou au cairn, fût-il sommital.

 IMG_0154

20181209214726-51df0b43

Prudence à la redescente, car le vent est complètement imprévisible. Toutefois, nous commençons à nous familiariser avec ses manières de rustre, et nous tentons de repérer à l’avance le hurlement et les nuages blancs de cristaux qui l’annoncent. Le paysage est noyé dans une lumière blanche délicatement argentée qui estompe tout, un soupçon de douceur dans cet environnement brutal.

DSC03542

Le G1 rejoint le G2 au cours de la redescente, dans une neige tantôt couci, tantôt couça. La halte repas aux granges d’Anelle, au cours de laquelle nous reprenons enfin notre souffle, nous permet de retrouver un copain, redescendu avant le reste du groupe sous l’escorte d’Eric. Bravo mais quel beau baptême pour nos 3 nouveaux.

image 1

Ébouriffés comme jamais, nous nous replions au Ben Manja de Saint-Etienne, que nous retrouvons avec plaisir. Les commentaires sur la journée vont bon train, certains affirment en avoir vu d’autres en train de décoller à l’horizontale, mais pas de preuve photographique à l’appui, donc prudence avec les témoignages, surtout ceux émanant des copains… Nous repartons bien lestés de gâteaux et de boissons chaudes ou fraîches : le vent ne pourra plus jouer avec nous comme avec des fétus de paille.

Dimanche 2 décembre 2018 .Cime de Moravachère (2406 mètres)

 En boucle au départ d’Isola  pour une  Dénivelée de 950 mètres et une  Distance de 13 kilomètres

« Une première pour une première » ! déclare notre président Gabriel, tout heureux de son bon mot… Comprendre : une « première » (une course jamais faite) pour une « première »  (première sortie de la saison).                                      

Et première en plus pour cinq petits nouveaux

IMG_2757

IMG_2769

IMG_2774

Les raquettes n’en sont toujours pas revenues : on les a tirées de leur placard après seulement 6 mois (voire 5 pour certaines) d’hibernation annuelle. Quel pays béni des dieux, ce 06… Revoilà notre massif préféré sous la neige, et revoilà le groupe « raquette alpine » consultant fiévreusement le programme des réjouissances à venir, présenté par les cadres de la section lors d’une sympathique soirée d’ouverture de la saison.

IMG_2778

IMG_2780

Dimanche matin, 7 heures, à Saint-Martin-du-Var : Tony, agité comme un comprimé effervescent dans un verre d’eau, coche des noms sur sa liste, tient conversation avec 5 personnes à la fois, organise le covoiturage… On le retrouve avec joie tel qu’on l’avait quitté en mai dernier, d’une efficacité redoutable, et toujours souriant ! Il nous présente plusieurs nouvelles recrues pour cette première sortie de la saison, vendue en tant que sortie « d’initiation » (hum-hum, voir plus loin).

 DSC03394

Outre Tony, revoilà Gabriel, Denis, Eric, Vincent… On se rend vite compte que ces quatre-là n’ont pas dû passer l’été dans une chaise longue. La forme est au rendez-vous. Dans leurs traces, le groupe va progresser vers le col de la Lombarde à bon rythme. Au total, nous sommes 34, un score prometteur.

 20181203174510-4c2f209a

La neige est bien là. Pas trop de sous-couche, mais on fera sans. Par endroits, quelques buissons affleurent, ou un peu de terre avec quelques brins d’herbe jaunie. Mais, globalement, il y a là de quoi faire le bonheur des raquettistes qui aiment tant voir la vie en blanc.

 IMG_2746

L’itinéraire monte, donc les conversations baissent, classique… Les jambes bien chauffées par la grimpette progressive au col, nous obliquons sur la gauche pour prendre la crête de la Lausetta, récemment labellisée Grande Traversée du Mercantour, qui démarre à la tête de l’Adrech d’en Barris et s’en va jusqu’au sanctuaire de Santa-Anna-di-Vinadio.

 DSC03421

IMG_2753

Une raide montée en courts lacets, et nous voilà devant notre plat du jour : un de ces beaux parcours panoramiques dont nous sommes si friands. À droite l’Italie, Orgials, Valletta, Aver, Gias dei Laghi et Maladeccia ; à gauche la France et tant de sommets bien connus, gravis ou encore à programmer, dominés par l’emblématique Mounier (d’un blanc…).

 pano4

P1070826

P1070829

D’un seul élan, nous allons jusqu’à la cime Moravachère. Les nouveaux adhérents ont le sourire : c’est donc ça, une sortie raquette CAF ? Que du bonheur ! Mais grimper en haut des montagnes, c’est bien ; en redescendre, c’est mieux. Et, parfois, il est plus compliqué d’en descendre que d’y monter… Un quart de tour vers la gauche, et nous voilà tous face à la pente. Nous avons bien compris que l’intraitable Denis ne nous autorisera à casser la croûte qu’une fois sortis des difficultés qui nous attendent…

 IMG_2790

IMG_2795

Facile ! Il n’y a qu’à suivre les traces des premiers pour arriver en bas. Oui, mais quand ce sont Philippe et Vincent qui jouent les ouvreurs, on a affaire à des traces (très) sportives : ces deux-là doivent avoir de l’ADN de dahu dans leur patrimoine génétique…  Bien sûr, on finit tous par arriver en bas de cette pente, longue, raide et glissante, mais certains semblent plus détendus que d’autres à l’issue de l’épreuve…

DSC09400

 DSC09404

Une arrière-garde moins à l’aise, coachée par Fred, Denis, Eric, Tony et Jean mettra du temps pour sortir de ce passage difficile, alors que les plus chanceux sont déjà en train de sortir leur sandwich tout en surveillant l’évolution de la situation. Fred se charge d’un sac supplémentaire, Jean en déleste quelques autres :

 DSC03463

 

le poids est un facteur aggravant lorsque l’on est fatigué ou en équilibre précaire. Quant à Denis, il explique, démonstration convaincante à l’appui, quelle est la « bonne » position à adopter pour éviter la chute. Mais de la théorie à la pratique, la route est semée de glissades…

 DSC09407

Mais que fait donc Eric ? Un des participants est-il blessé ? Une raquette vient-elle de casser ? Pourquoi diable tire-t-il quelqu’un par une raquette dans cette longue pente ? Rien de grave ! Juste un pari entre encadrants assoiffés : le dernier arrivé en bas paye le coup à boire !

 DSC03469

Le torrent se traverse sur une espèce de barrage de castors, mais les 34 réussissent à aborder sur l’autre rive presque sans passer au travers des branches. Un tel exploit impose le respect… Enfin la pose pique-nique sous l’œil bienveillant de Sant Anna di vinadio 

 DSC03466

Le soleil nous rejoint dans la longue remontée vers le col de la Lombarde, puis nous quitte dans la redescente sur Isola 2000 où nous retrouvons, tout heureux, chaussettes sèches et moelleuses banquettes des voitures.

 P1070842

image mod

Le premier pot de l’amitié nous regroupe à Isola-Village, à l’issue de cette journée riche en rires et en émotions. La tradition est respectée : toutes sortes de bons gâteaux circulent pour accompagner le thé ou la bière. Nos amies pâtissières n’ont pas perdu la main entre deux saisons « raquette ».

 IMG_2821

Gabriel sonde un peu le moral des nouveaux adhérents, qui a été mis à rude épreuve dans la redescente de Moravachère. Pas trop de stress post-traumatique à gérer, semble-t-il, puisqu’ils parlent de revenir la semaine prochaine. La main sur le cœur, Gabriel jure que nos sorties ne se terminent pas toujours sur des pentes aussi impressionnantes. Foi de président, c’est la vérité : pas toujours !

 IMG_4348

PS : Une très douce et très affectueuse pensée pour notre Michel préféré. Peut-être quelques semaines d’éclipse en vue, peut-être pas ? Si tu savais comme on vous attend, toi, ton rire et ta gentillesse… Je t’embrasse au nom de toute la troupe. À très vite.