Cime du Trem en ce dimanche 17 février 2019

Dimanche 17 février 2019

Cime du Trem (2574 mètres) depuis la Gordolasque

Dénivelée : presque 1025 mètres

Distance : 11 kilomètres

 

Des conditions printanières en plein hiver ? Génial. Le tout est que l’été ne s’installe pas en avril… En attendant que l’anticyclone aille répandre ailleurs ses bienfaits, nous décidons aujourd’hui de partir à l’assaut de la cime du Trem, tout au bout du beau vallon des Verrairiers.

 

Annie, Patrick, Vincent, Michel et Tony encadrent le groupe. Nous sommes 35 : gros succès, comme toujours, pour les destinations Gordolasque. La bonne surprise : nous pouvons chausser directement au bord de la route, ce qui n’est jamais arrivé depuis que nous partons pour les cimes du Diable ou du Trem ! Les DVA sont testés un par un, en émission et en réception, et nous nous dirigeons vers la passerelle des Sagnes qui enjambe la jeune Gordolasque.DSC04257

 

Annie nous communique les données-clés relatives à cette randonnée : dénivelée, distance, pentes raides puis confortable vallon. Ce qui est à retenir : on va attaquer dans le dur, inutile de trop se couvrir… Les deux groupes démarrent, précédés de trois skieurs, certainement ravis de n’avoir pas mis le réveil ¼ d’heure plus tard ce matin-là…

 DSC04257

Notre énergie se canalise rapidement et, comme s’il passait à travers un entonnoir imaginaire, le troupeau indocile devient file indienne bien sage. Le sentier de la forêt ne pose pas de problème particulier, et nous abordons le large vallon des Verrairiers et ses raidillons successifs… Le pas du Trem n’est pas encore en vue, il nous faut encore obliquer longuement sur la droite, mais le Diable nous toise déjà de ses 2685 mètres de rochers et de neige.DSC04170

 P1080650

Le vallon est magnifiquement enneigé, et la qualité de la neige convient fort bien à nos raquettes qui ont appris, ces derniers temps, à ne pas trop faire les difficiles : nous voilà gâtés ! Vincent n°1 et Annie marchent en tête (bon rythme, les amis…), talonnés par les habitués du peloton de tête, Alix, Vincent n°2, Mario, Nathalie, et pardon à ceux que j’oublie forcément. Le G1 se regroupe au pas du Trem pour chausser les crampons, tandis que le G2 apparaît en contrebas, guidé par Michel.

 P1080682

À présent, fini de bavarder et de rigoler : la pente qui monte direct au sommet de la cime du Trem requiert concentration, discipline et prudence. En effet, plusieurs passages sont en neige bien dure dans un terrain où la glissade n’est même pas envisageable. Annie nous donne les dernières recommandations et nous montons à la queue leu leu jusqu’au sommet, en bénissant les marches faites par ceux qui nous précèdent, et en les accentuant pour ceux qui nous suivent : grandeur et noblesse de l’esprit de groupe !

 P1080679

Le sommet, une crête bien étroite, n’est vraiment pas adapté à la photo de groupe… on peut à peine s’y croiser. Quelques-uns partent au bout des rochers pour découvrir la vue que l’on a sur les Merveilles et leurs merveilles, et sur le Grand Capelet et le Bégo, tout proches. Nous abordons prudemment la redescente vers le pas du Trem : la trace s’est déjà confortée. Le G2, qui attaque à son tour la grimpette, ne s’en plaint pas ! Michel sécurise la progression de son groupe, et Tony ferme la marche.

 P1200600P1080711

Pique-nique pour tout le monde au col, tous béats au soleil, chacun ayant choisi un horizon à contempler pendant le repas. Douce vie ! Pierre sonde la neige, sa sonde disparaît complètement : quelle accumulation, sur ce col, alors que les pentes du Trem et du Diable sont parsemées de rochers et même de touffes d’herbe…

 pano4

C’est le jour où jamais : il fait si bon, et nous ne sommes vraiment pas à la bourre. Exercice de recherche DVA / sonde pour tout le monde ! Vincent H., Michel et Elsa (tout récemment formée) partent subrepticement planquer 3 DVA et nous démarrons, par groupes de deux, pour tenter de sauver des vies imaginaires. Je fais équipe avec Vincent M., et nous captons assez rapidement un signal. Erreur en ce qui me concerne : j’oublie de « marquer » le premier DVA enterré, ce qui fait que je continue à recevoir son signal alors que je suis déjà à la recherche du second… On dit que prendre conscience d’une erreur est plus formateur qu’une longue théorie, l’optimisme est donc permis en ce qui me concerne …

 P1200594

La neige s’est considérablement transformée pendant ce temps, et le retour n’a plus rien à voir avec la montée du matin sur neige dure. Nous prenons autant que possible par la forêt, qui recèle de la neige poudreuse (ou de l’ex-poudreuse…) bien conservée, et ceci jusqu’au retour aux voitures. Patrick, toujours aussi à l’aise là où le commun des mortels a tendance à se poser quelques questions, enchaîne raccourci sur raccourci, coupant les lacets à grandes enjambées : c’est beau, l’aisance…

 DSC09718

Nous nous entassons rituellement aux Tilleuls, en choisissant une place proche des gâteaux que nous aimons le plus : moelleux au citron, tigré au chocolat, canistrelli aux amandes, panettone au chocolat… Les 3èmes mi-temps de la section raquette alpine sont en passe de devenir aussi prisées que les randos proposées chaque semaine par nos amis encadrants…

 

« Si vous pensez que l’aventure est dangereuse,

essayez la routine : elle est mortelle »

Paolo COELHO

 

 IMG_3761

Le commentaires sont fermés.