Dimanche 31 mars 2019 : Pointe de Chaufrède (2731 mètres) et Pointe crête de Rougne (coté 2676 m.)

Dénivelée : 1065 mètres

Distance : presque 12 kilomètres

 

Espérons que ce n’est pas un poisson d’avril, avec un jour d’avance : Gabriel nous promet un chaussage sans portage… En ces temps de disette neigeuse, on demande à voir ! Mais c’est pourtant vrai : du blanc partout, et sous un ciel tout bleu ! Gabriel ne nous a pas menés en bateau…

 20190402182415-5731c114

DSC05140

Nous démarrons à 18 de Bousiéyas : trois encadrants, Gabriel, Michel et Tony, pour 15 participants. Encore une sortie dans une ambiance paisible et chaleureuse, tellement en harmonie avec les paysages ouverts et accueillants que nous allons découvrir ou re-découvrir aujourd’hui…Le point de départ étant déterminé (Bousiéyas), il reste à présent à choisir le point d’arrivée pour faire notre photo de groupe : l’Alpe ? la pointe de Colombart ? la pointe de Chaufrède ? dans la perspective la plus optimiste : la cime de la Bonette ?

 DSC05141

DSC05145

Chaque chose en son temps : pour l’instant, nous remontons en rive gauche le cours du Rio en direction de la Cabane de l’Alpe. Le pastoralisme est encore actif, dans ces vastes alpages. Même si, pour l’instant, la future herbe verte dort encore sous une belle couche de neige pailletée.

DSC05148 

IMG_1004

Yoann, puis Vincent M., sont victimes de la malédiction qui semble, depuis quelque temps, s’acharner sur notre matériel… Yoann réussira à tenir la journée avec une raquette bricolée. Mais Vincent, moins chanceux, devra passer en mode « crampons » au bout d’une heure de marche. En le voyant s’enfoncer à intervalle régulier dans des trous de neige, on mesure « sur le vif » tout l’intérêt de l’invention de la raquette…

 DSC05168

IMG_1006

L’Alpe est trop peu enneigée pour mériter notre détour. Nous mettons le cap sur la pointe de Chaufrède : une belle épaule toute blanche semble en mesure de nous mener jusqu’au sommet. Gabriel nous fait une démonstration pour mesurer l’inclinaison de la pente, en se servant de ses doigts comme décrit dans « Survie boréale, le blog aventurier ».

image003

20190402182807-6af1ca0c

« Partez du principe que lorsqu’on ouvre totalement la main, l’écartement des doigts couvre 90 degrés. L’auriculaire étant le 0 degré donc, l’horizon, tous les autres doigts se déploieront selon l’ordre suivant de 30, 45, 60 et 90 degrés (le pouce) voir la photo. Reste à superposer la main à une pente pour évaluer l’inclinaison de celle-ci… tout ceci reste approximatif par rapport à la physionomie de tous et chacun. »

 20190331_170246000_iOS

IMG_1007

Nous voici donc scientifiquement rassurés sur la nature de l’épreuve à venir, qui semble dans nos cordes. Nous partons donc confiants à l’assaut de la dernière pente qui rejoint la crête. Le sommet est à présent tout proche, accessible à pied, à crampons ou à raquette : le raquettiste se doit d’être polyvalent…

 urn_ufapi_object_myco_e788f7b0-74e0-4719-8862-c6c1e1b99632;format=jpg;resolution=1500x1500

 

20190331_100918284_iOSMagnifique belvédère que cette pointe de Chaufrède ! De la Grande Séolane à l’Oisans, du Cimet à Fort Carat, de la Bonette au Ténibre : tout est parfaitement visible. Beaucoup plus près de nous, à nos pieds, le col de Colombart se charge à vue d’œil de randonneurs à ski, snowboard ou raquette. Tous les amoureux de la montagne sont au parfum : la neige est là, le secret était difficile à garder…

 DSC05201

20190402182900-dc66d3e1

Devant l’arrivée imminente de nombreux prétendants au sommet, nous décidons de quitter les lieux pour aller pique-niquer au col. La neige, travaillée en profondeur par le soleil, porte déjà moins bien, et les raquettes s’ancrent de façon moins franche : prudence. Le travail du soleil, du vent, de l’ombre et de la lumière, a façonné des champs de petits pénitents de neige, tout à fait remarquables. On est loin des immenses pénitents de glace de l’Himalaya, mais ils attirent l’œil, petites créations éphémères à la beauté gratuite dont la nature n’est pas avare.

20190402182934-deb1ccd3 urn_ufapi_object_myco_ad49c123-bffe-45ed-9405-031ff707d547;format=jpg;resolution=1500x1500

Tandis que le groupe de Georges et Patrick entreprend à son tour l’ascension à ski (coucou Elisabeth !), nous étudions la suite de l’itinéraire qui passera par le col de l’Alpe, en guise de petite grimpette digestive.

 DSC05190

IMG_1021

La pointe de Colombart, trop déneigée, est rayée de la liste. Par contre, le premier sommet de la crête de Rougne, point anonyme coté 2676, nous fait de l’œil et nous ne résistons pas à cette belle pente bien blanche pour la deuxième photo de groupe de la journée. Gabriel et sa garde rapprochée en profitent pour étudier le terrain d’une prochaine sortie : Sanguinière semble à point, tandis que le Salso Moreno paraît sur le déclin… mais le retour du froid et des flocons est annoncé pour le milieu de la semaine suivante, après presque 60 jours sans précipitations !

urn_ufapi_object_myco_7aa9d93d-a723-4a65-a505-24a5a00afd42;format=jpg;resolution=1500x1500

DSC05191 

Très agréable descente, cette fois en rive droite du Rio. Très agréable, sauf peut-être pour Vincent, toujours lié à ses crampons, et qui tente de tenir une conversation pas trop hachée avec Philippe, entre deux trous de neige. Au point de jonction de notre itinéraire de descente avec le GR5, nous retrouvons nos amis skieurs pour un petit débriefing ensoleillé sur cette journée CAFiste presque commune, ski de rando / raquette.

20190402182818-cd1ed943DSC05212

 

Comme ils prennent un peu d’avance dans le dernier kilomètre sur la piste, il est logique qu’ils arrivent avant nous au bistrot de Saint-Etienne… Dans un joyeux brouhaha, nous constatons que nos rituels se ressemblent, en fin de journée… mais avec un peu plus de choix du côté des gâteaux et biscuits maison pour les raquettistes. Elisabeth ne s’y trompe pas, et vient jeter un coup d’œil au menu de notre goûter…

 20190402183112-f310645b

Mais, pour que tout soit parfait, il faudrait que notre copine Joëlle soit de la partie… On t’embrasse tous très fort, en attendant de te faire la haie d’honneur avec raquettes et bâtons pour célébrer ton retour. Et celui de tes fameux gâteaux… sans oublier Elsa absente depuis plus d’un moi. Soignez-vous bien mesdames et à bientôt.

DSC05217

Le commentaires sont fermés.