Archive pour mai 2019

Dimanche 12 Mai 2019 Un Mont Saint Sauveur et une cime Sistron en traversée

G1 et G2 Mont Saint Sauveur (2711 m)  Cime Sistron (2603 m)

1000 mètres de dénivelée pour 10 km

 

 Peu d’animation vendredi à la permanence. Tony fidèle à son poste est seul ! Ses deux secrétaires qui lui donnent un coup de main pour prendre les inscriptions l’ont abandonné.

DSC00093

Nous sommes en pleine période des saints de glace. Traditionnellement ils sont fêtés le 11, 12 et le 13 mai. Saint Mamert, saint Pancrace et saint Servait rodent dans les parages. Allait-il faire beau. Les récentes intempéries de la semaine dernière ont dû en décourager plus d’un : nous ne sommes « que » 14, en un seul et même groupe, conduit par Gabriel, Jacques, et Tony qui part à l’assaut de notre saint Sauveur recouvert pour l’occasion d’un blanc immaculé.

 DSC00089

Allait-il nous sauver du traditionnel portage de fin de saison ? nous n’allions pas tarder à le savoir. < Prenez vos raquettes à la main, on va chausser dès le départ au bas du vallon de Verps.> Cool ! Pas de portage. La petite troupe ragaillardie par cette bonne nouvelle démarre d’un bon pas sur la piste de ski de la Genisserie

 DSC00092

20190514174730-d141f315

Nous laissons bientôt la piste, libre de tous skieurs ; Nous sommes seul sous un beau soleil. Gabriel nous fait progresser dans un petit vallon à travers les arbres sur une bonne neige épaisse et bien dure. Le vallon est bien rempli et nous le remontons sans détour

20190514174804-06b3b51a

 20190514174812-e03c17a0

Après une courte pause sous les crêtes de Pignals, nous ne retrouvons pas cette année notre ami Georges et toute son équipe partie faire la tête des Portettes, mais la belle face nord du saint sauveur apparait enfin sur notre gauche. Le vent se lève, friquet, <ça va souffler sur la crête > lance Philippe. Tout le monde se couvre Nous entrons dans la combe et gravissons lentement la belle pente vierge de toute trace.

 20190514174834-0459edc1

DSC00098

On se suis et la distance de sécurité se fait d’elle même sans rien imposer, preuve que l’effort est intense. Devant Jacques trace en prenant soin d’éviter quelques coulées de purge. Sous le sommet la pente se redresse et sur ce devers glacé la prudence est de mise. Gabriel n’hésite pas à placer une main courante et chacun à son rythme arrive au sommet.  

20190514175011-efd3e216

20190514174952-c330f453

DSC00108

Nous prenons la traditionnelle photo de groupe en admirant le paysage. Blanc côté Gélas Argentéra Viso, vert coté Valberg Cluots Gravière. Quel contraste !

20190514175147-c6707ec6

 6A042F7F-ADD6-4BC6-A5F1-99DC34B6B7B6

 DSC00110

Nous commençons notre descente pleine crête en direction de la cime Sistron. Peu après la balise 89 le passage se fait plus difficile, plusieurs devers de neige glacée au-dessus de barres rocheuses, nous incitent à la prudence. Mais les crampons sont là dans le sac qui n’attendent qu’à prendre l’air.

 DSC00116

10604D60-233C-4506-A3A0-1D1193D1622D

20190514175400-57391383

D’un pas tranquille et sûr, Gabriel nous fait un bon passage. D’abord plein Nord en devers, puis direct vers la crête pour basculer ensuite au sud sur du rocher déneigé et reprendre le fil de l’arête plus haut.

 DSC00119

 

20190514175433-60034207

Pour terminer nous suivons la piste qui nous mène à la plateforme panoramique de la cime. Pas âme qui vive, ni de perchman, que le vent qui siffle à travers la ferraille. Nous attendons notre ami Tony et Angélique qui s’étaient arrêté pour rechausser les raquettes !

 20190514175500-67fdf3a9

Un temps envisagé par nos encadrants et après être partis tous en éclaireur, nous faisons demi-tour. La redescente vers le collet de Sistron et le retour par la combe Merlier est abandonnée.

 DSC00124

Nous choisissons un coin au soleil, un peu a l’abris du vent pour pique-niquer avant de rechausser et d’entamer notre retour. Le soleil a bien radouci la neige. Ce n’est pas de la poudreuse mais c’est tout comme. Un vrai régal cette descente. Vincent et Philippe prennent pleine pente mais attention tout de même à ne pas s’emmêler les pinceaux…

 20190514175528-b39ffa65

En moins de temps qu’il ne faut pour le dire, nous arrivons aux voitures. Mais la vraie question qui agite tous nos esprits, ce n’est pas qu’elle va être notre prochaine sortie, mais : < le bar d’isola village va t’il être ouvert ?>

 DSC00126

A deux reprises cette année nous sommes restés au pas de la porte et avons partagé nos friandises au < bar des Cow-boy> comprendre la fontaine du village. Le sauveur aurait-il fait un miracle !!   Chouette il est ouvert ! Cakes, chocolats aux noisettes et autres friandises alimentent les discussions. Karine tient le micro et ne le lâche plus… Une sortie comme on les aime, pleine de rire et de bonne humeur

Dimanche 28 avril 2019 Salsa en blanc au Salso Moreno

Pas de Morgon au départ du Camp des Fourches

Dénivelée : 1000 mètres ; distance : 13 kilomètres

 

Du jamais vu, de mémoire de raquettiste, surtout fin avril ! Le Salso Moreno est plus blanc que blanc, et on chausse aux voitures, au Camp des Fourches ! Mais comme tout a un prix, il nous faut, en contrepartie, nous accommoder d’un vent glacial que rien n’arrête dans ces alpages de la Haute-Tinée. On camoufle nez, doigts et oreilles, et direction le col des Fourches. Le groupe de skieurs de Georges et Michèle s’active également autour des voitures, que de monde en quête de neige de printemps…DSC05625

 DSC00006

Chance et concours de circonstances : la route vient d’être ouverte, et une belle chute de neige est venue relancer la saison ! Savourons bien cette descente dans le Salso Moreno, car ce n’est pas de si tôt qu’on pourra la rééditer… Elle restera peut-être unique, comme une légende, sans qu’on sache si tout ceci a réellement existé, ou si c’était un rêve… « Oui, petit… une fois, dans les années 2019-2020, j’ai descendu tout ça à raquette… »

 IMG_1135

DSC05631

Avec Gabriel, Jacques et Tony, nous partons explorer, en rive gauche du Salso Moreno, le secteur des lacs Morgon, où nous ne sommes encore jamais allés en groupe raquette, contrairement à l’Enchastraye, une connaissance de longue date. Un petit groupe de 15 personnes, ça a presque un air de promenade entre amis, mais la prudence reste de mise malgré le plaisir et la décontraction, car des coulées se sont déjà produites, et certaines sont de belle taille, comme sous le mont Vinaigre…

 DSC05646

DSC00014

L’enneigement et la qualité de la neige font presque tout le plaisir d’une rando, et là on ne saurait rêver mieux. Le vent glacé a bien durci la neige, et la progression est facile, avec ce bruit caractéristique des crampons de raquettes qui mordent franchement cette neige dure qui porte si bien. Nous remontons le vallon de la Cabane, renonçons à voir les lacs Morgon, blancs sous blanc, et poursuivons notre chemin en direction du pas de Morgon. Certaines pentes en dévers nous amènent à nous espacer prudemment, d’autant que de larges secteurs sont encore en poudreuse à peine tassée.

 IMG_1148

DSC00016

Quelle chance ! Depuis des semaines, tous les cols que nous avons atteints étaient perchés tout en haut de raides pentes, et les panneaux-balises nous voyaient débarquer la langue pendante… Mais ce gentil pas de Morgon est tout facile ! Et la vue qu’il nous offre est une récompense supplémentaire : le Viso, le secteur de Vens et de Rabuons, le Mounier, la Blanche, la Bonette et l’Enchastraye, avec toute la combe du Salso Moreno. On n’y voit que du blanc, incroyable retour de l’hiver…

IMG_1156

 DSC05655

Nous poussons l’ascension un peu plus haut, jusqu’à un modeste piquet-frontière qui semble marquer un point caractéristique, parce qu’on est comme ça, dans la section raquette…  toujours titillés par l’envie d’aller voir un peu plus haut, un peu plus loin, des fois que la neige soit encore plus blanche, encore plus froide… Un rapide aller-retour, quelques photos devant des perspectives vraiment très… plongeantes, et nous voici de retour au pas de Morgon pour casser une petite croûte réparatrice.

 IMG_1170

 

IMG_1175

DSC05683

Redescente vraiment très agréable, dans une neige plus souple, mais toujours portante, par le vallon de Gorgeon Long, histoire de découvrir un autre parcours pour le retour. À la suite de Gabriel, nous cheminons de vallons en vallonnets, en suivant le cours d’un des nombreux torrents issus des pentes du Mont Bal, jusqu’à une voie sans issue fermée par un couloir de rochers que nous contournerons sans problème, avant de rejoindre le fond du vallon du Salso Moreno. Un régal, cette descente découverte ! Et voilà la première marmotte qui pointe le museau hors de son terrier !

DSC05726

DSC05712DSC05713 

Profitons de notre plaisir et de la sensation de légèreté incomparable que procure une si belle descente, car la perspective plombante de la remontée au col des Fourches se précise… Le torrent du Salso Moreno, le bien nommé, charrie sa « sauce noire » qui tranche sur la blancheur éclatante de la neige : attention au bain de pied qui se transformerait vite en bain de boue…

 IMG_1187

DSC05720

IMG_3113

Jaja attaque la côte du col des Fourches, relayée par Vincent M, lui-même suivi par… tous les autres… Jean a l’œil sur le chrono : voudrait-il battre son propre record ? Le groupe adopte une allure régulière mais efficace et, en moins d’une demi-heure, nous retrouvons le col si panoramique du haut duquel, le cœur battant, nous jetons toujours notre premier coup d’œil sur le vallon du Salso Moreno : enneigé, déneigé, ou en « zèbre » noir et blanc ?

 DSC05732

À conditions de neige exceptionnelles, plaisir haut de gamme ! Nous n’en sommes toujours pas revenus : tant de neige, tant de belle neige… La saison, que nous avions peut-être enterrée un peu vite, vient de rebondir de façon spectaculaire, redonnant du peps à notre moral de raquettistes. De quoi alimenter les projets et les conversations au Ben Manja, autour des chouquettes de Christine, sitôt déballées, sitôt englouties.

 DSC00036

Merci à Gabriel en particulier et à nos encadrants en général, jamais en panne d’idées sympas et originales pour nos sorties dominicales, en dépit du travail que cela génère : tout le plaisir est pour nous !