Archive pour la catégorie ‘Handi CAF’

Samedi 30 juillet 2016 : de l’ARBORETUM au Mont AUTCELLIER en joelettes….

Nouvel épisode de la saga des randos organisés par Michèle et Aldo, placé sous les thèmes empiriques de la solidarité dans les efforts et du plaisir d’être là-haut ensemble.

Cette ascension vers le Mont Autcellier est venue remplacer le week-end au refuge de Vens, que nous espérons bien partager un peu plus tard, équipe au complet !!

« Aucune difficulté technique » nous promet Michèle qui a fait la reconnaissance, « une fois n’est pas coutume, sortie cool samedi !» se morfond presque Aldo en préambule de l’email qui regroupe tous les participants …

Sans tout vous dévoiler, les cœurs y étaient parfois plus que les bras reposés, mais on a parcouru les sentiers avec la même envie d’y arriver !

D’autant qu’une « petite nouvelle », motivée au point de venir de Toulon, participe pour la 1ere fois aux sorties sportives de la section HandiCaf : Rachel, joliment endimanchée et fraichement enjouée, va suivre (ou devancer ?) Marc dans les 2 joëlettes qui grimpent ce jour-là au Mont Autcellier.

L’oisiveté estivale fait qu’on traîne un peu sur le parking du départ, près de l’arboretum de Roure : ça papote, ça se prépare, ça sent bien qu’on n’est pas très nombreux (16 bénévoles aux forces variables, irréductibles fidèles pour la plupart) mais ça reste enthousiastes et contents d’être là !

Nous ne le savons pas encore mais nous serons rejoints par 2 retardataires au sortir de la forêt de la Fracha, force vive bien appréciable !!

10h15, le départ est donné, nous commençons par une piste, qui devient vite un sentier plus ou moins roulant, des portages s’organisent, tout comme les pauses régulières, car même abrités par la forêt de mélèzes, la chaleur de  cette fin de matinée est belle et bien là, épuisant les souffles, déshydratant les muscles sollicités en continu … pas moyen de tous se remplacer quand on reste à 6 autour de la joëlette, sauf à tourner sur les différents postes pour soulager certaines tensions.

Mais ceux qui connaissent et reviennent, savent : c’est souvent ça une rando joëlette, on force tout en sourire, on bavarde entre 2 essoufflements, on se coordonne en efforts pour passer ensemble les obstacles et passages techniques, on plaisante et on est toujours surpris de récupérer si facilement entre 2 pauses.

Nous sommes soutenus par l’émerveillement de Rachel et les encouragements de Marc qu’il dispense entre 2 voyages au pays de Morphée, le réveil à 3h00 du matin lui joue des tours bien malgré lui.

Au gré de la montée nous nous régalons (et parfois piétinons) des parterres de fraises des bois et myrtilles, nous luttons contre les mouches et les taons, nous découvrons peu à peu la chaîne du Mercantour, puis en franchissant la crête de la Clauetta, la tête de Rigaud et le Dôme de Barrot … jusqu’à l’ascension finale du Mont Autcellier où le soleil a gentiment laissé la place aux nuages protecteurs d’UV.

Nous contemplons enfin cette réjouissante vue à 360°: le Mont Mounier si nettement découpé qu’on pourrait le toucher, Valberg, le Mercantour presqu’au complet, l’Argentera, les vallées du Haut Var et la mer de nuages couvrant le littoral… certes affamés (14h30) mais récompensés  !!!!

Nous mangeons et siestons, les contemplatifs admirent les vautours qui évoluent en larges cercles, les curieux trouvent des edelweiss un peu plus loin sur le plateau, on guette la menace des nuages puisqu’il est prévu des orages pour 15h00, les ondées lointaines sont perceptibles derrière le Mont Mounier.

Après la photo d’usage, on repart sous de fines gouttelettes qui resteront les seules manifestations pluvieuses de la journée, tant mieux !!

La descente est plus souple, pas forcément pour Rachel qui trouve les sentiers plus vertigineux qu’à la montée, on reste groupés pour les passages que l’on sait compliqués et chacun participe à son niveau en portant, équilibrant, freinant, bavardant ou ramassant et distribuant les fruits des bois.

Retour vers 18h00 au parking, les réserves d’eau à sec, mais la source qui coule en contrebas fait le bonheur de tous !

On traîne encore un peu en terrasse pour un dernier verre, la journée a été belle en partages et complicités, la confiance spontanée de Rachel et Marc nous a portés tout au long du trajet, comme toujours … un grand MERCI pour cet échange !!

… Et forcément, à la prochaine pour revivre ça comme une 1ère fois !

Armelle

Rien à ajouter tellement c’est beau et bien dit Armelle. On a trouvé notre rédactrice en chef !
Mais quand même, mes remerciements après les photos . Aldo

les photos de la rando, dans l’ordre inverse de la sortie….  autcellier (01) autcellier (02) autcellier (03) autcellier (04) autcellier (05) autcellier (06) autcellier (07) autcellier (08) autcellier (09) autcellier (10) autcellier (11) autcellier (12) autcellier (13) autcellier (14) autcellier (15) autcellier (16) autcellier (17) autcellier (18) autcellier (19) autcellier (20) autcellier (21) autcellier (22) autcellier (23) autcellier (24) autcellier (25) autcellier (26) autcellier (27) autcellier (28) autcellier (29) autcellier (30) autcellier (31) autcellier (32) autcellier (33) autcellier (34) autcellier (35) autcellier (36) autcellier (37) autcellier (38) autcellier (39) autcellier (40) autcellier (41) autcellier (42) autcellier (43) autcellier (44) autcellier (45) autcellier (46) autcellier (47) autcellier (48) autcellier (49) autcellier (50) autcellier (51) autcellier (52) autcellier (53) autcellier (54) autcellier (55) autcellier (56) autcellier (57) autcellier (58) autcellier (59) autcellier (60) autcellier (61) autcellier (62) autcellier (63) autcellier (64) autcellier (65) autcellier (66) autcellier (67) autcellier (68) autcellier (69) autcellier (70) autcellier (71) autcellier (72) autcellier (73) autcellier (74) autcellier (75) autcellier (76) autcellier (77) autcellier (78)autcellier (79)autcellier (00)

 

Notre renommée s’élargirait–elle dans la région PACA ? Venant de loin dans le Var, Rachel avait pris ses dispositions pour être à l’heure au départ de Nice. Toute seule avec son lourd fauteuil électrique, elle s’est offert le train le vendredi soir,  puis l’hôtel de la gare à 2 reprises puisque nous sommes rentrés tard.  
Sachant cela, c’était un devoir que de lui réserver le meilleur accueil !  Merci Rachel pour tes efforts. Nous aimons aider ceux qui n’abandonnent pas.
Quand à ceux qui croient qu’on est des bourrins, demandez à Marc qui se souvient de rien. Bercé par les balancements délicats de nos porteurs, il s’est tout simplement endormi dans la montée. Pour vous dire, comme on maîtrise le portage aussi…
En tout cas bravo et merci aux présents. Comme à chaque fois vous avez brillé par votre courage, votre générosité pour un peu de bonheur à offrir . L’absence de solides gaillards s’est fait douloureusement ressentir. Mais la force n’est-elle pas ailleurs ?
Dans des temps aujourd’hui où nous perdons complètement les pédales, bientôt tenaillés par la peur de l’autre, baignés dans une violence permanente, où la folie meurtrière vient frapper aux portes de nos maisons, ça fait du bien chers amis de faire tout simplement du bien.
Continuons à nous réconforter ensemble en montrant que nous savons donner et trouver en nous cette dose d’humanité qui manque si cruellement.
A notre petit niveau certes, mais c’est bien de là qu’il faut repartir… du fond du cœur. Tu l’as bien dit Armelle. Quand les bras viennent à manquer …
Merci les PMR’s de nous le permettre.
Merci les nouveaux venus,  demoiselle ou dame,  et chers webmasters pour votre active et inattendue participation
Quant  à toi Michèle qui n’a plus les  pieds sur terre  en ce moment, reviens vite ! 850m de dénivelé c’était dur
Aldo

dimanche 19 juin, HANDICAF06 dans l’ESTEREL et une première au PIC ROUX !

Dimanche19 juin….

Un« petit » tour dans l’ESTEREL et sous les coups de tonnerre un grand coup d’éclat pour une magnifique première au PIC ROUX !

Ce dernier jour du printemps devait être le Mont Autcellier. Mais la météo ne présageait rien de bon en montagne. Alors le plan B est sorti naturellement des cartons. La joyeuse bande s’est laissée gentiment entraînée dans une aventure encore plus extraordinaire…

il est 10 heures du mat.  25 personnes et 3 joelettes au départ de la calanque de l’Observatoire

160m de montée facile et rapide sur une petite piste goudronnée de la réserve biologique. Une sorte de réveil matin en somme. Tranquille.

Au pied du Rocher St Barthélémy, première surprise. Les alpinistes du club proposent d’accompagner des volontaires pour monter au sommet par des passages taillés dans la roche mais un peu exposés à la chute. Quelques doigts se lèvent.  La vue des petits bouts corde qu’on avait préparés rassurent les plus hésitants.

Les joelettes restent en bas. Leur heure n’a pas encore sonné !

Le temps d’un aller retour au point de vue qui domine la mer à 200m d’altitude, et nous attaquons notre première difficulté… une remontée éprouvante dans les cailloux vers le col du St-Pilon. Le moins qu’on puisse dire c’est que ça ne roule pas ! Le sentier très étroit est mal commode pour les porteurs latéraux. Un bon moyen de tester le moral des troupes et voir si les équipages s’en sortent ( car je suis bien le seul à savoir ce qui nous attend…  )

A midi, après plusieurs clapiers traversés, le groupe se reforme au Col, le temps d’une pause indispensable . Le plus dur étant de ne pas glisser dans le confort et ne pas sortir trop tôt les pique-niques. 5 minutes plus tard nous repartons et filons vers la source de la Ste Baume. Cool… que de la descente !

L’esplanade est libre. On envahit les lieux. On remplit nos gourdes à la source. De toute évidence c’est ici qu’il faut manger, à la fraîche.

Quand tout le monde se sent bien, sandwich à la main, il faut malheureusement jouer le trouble fête. 13h ! Départ de Camille et Corinne qui vont par leurs propres moyens, gravir toutes les marches jusqu’au nid d’aigle où se trouve la chapelle. Elles seront étroitement surveillées, casquées et « ficelées » pour ne pas tomber. Leurs joelettes vides les suivront en cas de pépins. Le portage de ces engins même allégés de leurs passagères, donnera du fil à retordre à nos bénévoles.

Quand à Sylvie, clouée dans son fauteuil, il est hors de question qu’elle ne tente pas l’aventure avec elles. Alors je m’entoure des meilleurs porteurs dont la fiabilité et la force m’ont déjà prouvé l’efficacité. Et nous gravissons les escarpements les uns derrière les autres, chacun de nous hyper-concentré sur les pas qu’on doit assurer. J’en vois plus loin qui se retournent époustouflés par les prouesses que nous accomplissons et la confiance que Sylvie accorde à ses porteurs. Je croise aussi le regard inquiet de Michèle. Je la comprends . Je crois qu’elle va me passer un savon . Je fais comme si je ne la voyais pas … Mais je n’ai pas pu m’en empêcher…

40 minutes plus tard Sylvie pénètre dans la Chapelle, ce haut lieu historique où vécut l’ermite Saint Honorat. Elle est sans aucun doute la première à parvenir en joelette jusqu’ici. Nous sommes tous heureux pour elle, et pour Corinne et Camille qui ont déployé elles aussi toute leur énergie pour vaincre ces 110 m de dénivellation soutenue. Nous avons réalisé quelque chose de formidable et nous le partageons ensemble.

Seulement le tonnerre au loin gronde et nous rappelle que nous sommes vulnérables, et bien loin du sommet. Il nous faut redescendre tous les passages scabreux avec beaucoup d’attention avant la pluie qui s’annonce. Puis reprendre les 300m d’ascension qui nous séparent du sommet.

Pour les porteurs commencent alors un véritable chemin de croix. La pente est monotone et très caillouteuse. Il faut un courage monstre pour venir à bout des pierriers. Nous manquons de porteurs et nous regrettons de ne pas pouvoir relayer l’équipage de Sylvie. Fort heureusement Corinne et Camille descendent de leurs carrosses, et vont encore une fois accomplir un exploit fabuleux en allant sur leurs 2 jambes et le soutien de leurs accompagnants jusqu’à la table d’orientation

Il est 15h30 au Pic Roux, quand nos 3 héroïnes arborent des sourires radieux, et nous des soupirs de soulagement. L’épreuve a été dure, mais quelle joie! Une petite bruine vient nous rafraîchir. La météo au bout du fil nous confirme que l’orage passe plus au nord et se dirige vers le Var. Un soulagement de plus. Finalement on a  de la chance.

C’est beaucoup plus serein que le cortège reprendra le chemin de la descente vers le col du cap Roux tout d’abord, puis sous le versant sud du Pilon.

17h au parking, fourbus mais heureux. Nombre d’entre nous se retrouveront  sur la plage de Theoule un verre à la main complètement explosés par toute cette énergie déployée mais tellement contents d’avoir vécu ce moment inoubliable.

Le bonheur est bien celui que l’on partage. Et la motivation dépend bien du regard qu’on porte aux êtres qui nous entourent et qu’on aime. Un jour nous oublierons peut être ce que nous avons fait aujourd’hui, mais Sylvie Camille et Corinne n’oublieront jamais j’en suis sûr, ce que nous leur avons fait ressentir.

Merci à vous toutes toutes et vous tous, porteurs et accompagnants.

Et que d’autres sorties nous animent encore !     Aldo

« Qui vit sans folie n’est pas si sage qu’il croit » La Rochefoucauld

le récit en photos…

Handi_Pic Roux_01 Handi_Pic Roux_02 Handi_Pic Roux_03 Handi_Pic Roux_04 Handi_Pic Roux_06 Handi_Pic Roux_07 Handi_Pic Roux_08 Handi_Pic Roux_09 pierrier0  Handi_Pic Roux_10 Handi_Pic Roux_11 Handi_Pic Roux_12 Handi_Pic Roux_13 Handi_Pic Roux_14 Handi_Pic Roux_15 Handi_Pic Roux_16 Handi_Pic Roux_17 Handi_Pic Roux_18

grottegrotte2 Handi_Pic Roux_19 Handi_Pic Roux_20 Handi_Pic Roux_21 Handi_Pic Roux_22 Handi_Pic Roux_23 Handi_Pic Roux_24 Handi_Pic Roux_25 Handi_Pic Roux_26 Handi_Pic Roux_27 Handi_Pic Roux_28 Handi_Pic Roux_29 Handi_Pic Roux_30 Handi_Pic Roux_31 Handi_Pic Roux_32 Handi_Pic Roux_33 Handi_Pic Roux_34pierrier Handi_Pic Roux_35 Handi_Pic Roux_36 Handi_Pic Roux_37

pierrier2Handi_Pic Roux_38 Handi_Pic Roux_39 Handi_Pic Roux_40 Handi_Pic Roux_41 Handi_Pic Roux_42 Handi_Pic Roux_43Handi_Pic Roux_45

Les joelettes a fontanalbe – Dimanche 27 septembre

Très belle sortie handicaf  à Fontanalba ou Philippe et Christian nous ont raconté et conté l’histoire.
Nous nous retrouvons tous à 9h à casterino, Marc, Camille et les joelettes montent une partie de la piste en voiture, nous les rejoignons à pied.

Ya pas d'age pour aider, chacun vient avec ce qu'il peut donner !

La montée vers la voie sacrée n’est qu’une formalité, Stef, Fati, et les enfants nous rejoignent au dessus de la vacherie.

La voie sacrée se dévoile, que de mystère autour de ces roches gravées !!

Explication de texte

Christian nous explique le sorcier

Nous déjeunons a l’abris du vent et sous le regard bienveillant du Bego aux lacs jumeaux. Après avoir joué a cache cache quelques instant, le Bego se dévoile.

Dejeuner a l'abris du vent, aux lacs jumeaux

Après déjeuner, nous montons vers l’autel et la ça se complique ! hisser la joelette de bloc en bloc est une épreuve !! mais la vue en haut se mérite, et vaut le détour !

a la une , a la deux, a la trois : hissez !

Difficile de dévoiler les secrets des gravures, la ‘pierre de rosette’ des merveilles n’a pas été trouvée et il faut ouvrir notre imagination pour essayer de comprendre ce qui a poussé des hommes a venir dans cet environnement hostile pendant une période aussi longue.

Philippe nous raconte ...

 

a l'audience captivée

Malheureusement le soleil commence a plonger et il faut déjà quitter cet endroit chargé de sens.

On n'allait pas partir sans le saluer !!

Nous regagnons rapidement la piste qui nous ramène à casterino vers 18h30. Grande et belle journée donc. Un grand merci a Christian et a Philippe, ainsi qu’a tout les participants qui ont contribué a faire de cette journée une réussite.

Dimanche 19 juillet: variations aupour du pic de la colmiane

un grand merci a tout les participants a la sortie handicaf de dimanche.

faute de participants nous avions du annuler le bivouac au Pelat, nous avons remplacé par une sortie dans le cadre de l’événement ‘folies du lac’ qui a mobilisé 16 personnes dont 2 personnes a mobilité réduites, et 4 jeunes ado : Thibault, Fabien, Guillaume et Nicolas.

Grace a la motivation de tous, avons fait le tour du pic de la colmiane par le col de Varaire, puis nous avons pu profiter des concerts et recitals donnés prés du lac de la colmiane.

Le remplacement du lac negre par le lac de la colmiane à fait glisser l’instant poétique du registre de l’émotion vers celui de l’humour, le conteur et le musicien ont mis tout leur cœur à nous régaler pendant une heure.

Un bravo tout particulier à Thibault, Fabien et Nicolas qui nous accompagnaient pour la première fois ainsi que Guillaume qui ont eu la patience d’attendre la fin du recital pour nous aider a remonter les Joelettes: Merci les garçons, aider coûte parfois un peu mais vous devez savoir que votre effort à rendu 100 plus de joie aux personnes que nous avons accompagné.

A trés bientot pour de nouvelles aventures !

LACS MORGON, encore une belle réalisation pour HANDICAF06 !

Sortir avec un Handicaf06 se mérite ! Pas de place pour la triche. Ici tout le monde participe.

Les grands les petits, les hommes les femmes, les costauds les fragiles les enfants… il y en a pour tout le monde, du portage de sacs, à la reconnaissance de l’itinéraire.

De l’utilisation des cordes de freinage, aux portages les plus aériens. De la protection rapprochée à la distribution de friandises… Chacun trouve sa place, chacun a besoin de

l’autre et réciproquement. Un simple regard de soutien, un petit sourire de bonheur, un gentil mot d’encouragement , et la « machine » reprend sa route…

Pas d’artifice, nous donnons tout ce que nous avons, déshabillés de nos soucis quotidiens, unis et finalement tous pareils.

Ce dimanche nous avons placé toute notre énergie dans un but commun, celui d’offrir à nos PMR’s le spectacle grandiose de la montagne au premier jour de l’été. Une nature à laquelle nous voulions qu’elles accèdent, avec une force et une volonté hors du commun, dans un

site absolument magique. Pas d’exception pour les handicapés qui ont donné de leur force aussi, et nous ont accordés beaucoup de confiance. Ils en sont sortis grandis et heureux, et nous ont embarqués dans ce délire.

Camille et Corinne par leurs marches miraculeuses. Marc par sa capacité à supporter des portages difficiles et exposés. Certains nous prendraient pour des fous. Moi je n’y vois que des cœurs de géants qui battent à l’unisson et qui donnent un caractère unique à nos sorties.

On y retrouve à chaque fois la même impatience fiévreuse pour vivre ces moments indélébiles de partage, d’entraide dans l’effort pour réussir. Faut croire que la recette est bonne. Le groupe s’enrichit de nos nouveaux arrivants.

Quelle immense bonheur de voir la participation de plus jeunes.

L’appréhension des nouveaux disparaît dès les premier pas, les anciens transmettent leur expérience, le défi se transforme en une fête où au delà des portages hallucinants nous garderons comme souvenirs nos bousculades irréelles dans l’eau, nos courses folles dans les prairies, les tours de magie de Gilles, les imitations de Julien, et l’émerveillement de tous à la vue des lacs.

Grâce à vous Handicaf06 est une force. Totalement dédiée à nos PMR’s. Nous étions une trentaine. Tellement occupé à manier les engins que je n’ai encore pas réussi à vous compter avec exactitude !

Nous avons franchi un grand pas et réalisé une nouvelle « première » en arpentant les sources de La Tinée.

Soyez en toutes et tous intimement remerciés.

biz

Aldo

mes photos sur google+:

https://plus.google.com/u/0/photos/102536564459242939046/albums/6163671441227909057

quelques unes extraites de l’album:

le DEPART …

Camille…

Immersion…

dans les fleurs…

L’ambiance…

L’assaut…

Les pentes…

Sherpas…

Soutien…

LA logistique…

les nouveaux…

Les LACS…

La fraicheur…

La joie…

Corinne…

le chahut…

le Bain de MARC…

l’Envol de MARC …

ÂHHH GLA GLA…

Jacques pris au piège de Camille…

Le p’tit tour…

Le Grand Tour !

la descente…

Bain de soleil, 1er jour de l’été …

Repos ! …

Portage engagé…

Handicaf06 dans ses oeuvres…

La maitrise…

L’union fait la force !  

et ça sort !…

Corinne repêchée de justesse par le Staff …

La marmotte qui n’en croit pas ses yeux !

le traditionnel pot de l’amitié !

 

When there is a will,  there is a way ! Aldo

sortie Joelette – 21 juin

 

 

Quel vent de folie a-t-il frappé ce week-end ?

Alors qu’Alain et moi surveillions les bulletins météo comme le lait sur le gaz, et que le week-end s’annonçait excellent en Haute-Tinée, un vent de panique soufflait chez les participants ainsi que des rumeurs de perturbations et autres orages.

Il n’en a rien été, comme prévu, le week-end a été beau sans une goutte de pluie en Haute Tinée, et ceux qui avaient oublié leurs casquettes et autres crèmes solaire en ont été pour leurs frais !!

Briefing au soleil

Cette sortie, nous en parlions depuis plus d’un an. Nous rêvions d’accompagner nos amis autour de lacs de la Haute-Tinée, pourquoi la Haute-Tinée ? parce que !! désolée pour les vésubiens et autres habitants de la Roya, vos vallées sont magnifiques, mais c’est la nôtre que nous avions envie de voir en ce début d’été.

Rendez-vous donc ce dimanche matin à 8h au Camp des Fourches, pour accompagner Camille, Corinne et Marc aux lacs Morgon. Le ciel est bleu comme il sait l’être à cette altitude et à cette saison. Il fait doux et le Salso Moreno s’affiche de toutes les couleurs. C’est encore plus beau qu’il y a quinze jours. Des parterres de fleurs tachent la prairie de blanc et de pourpre.

Joelette en goguette dans le salso moreno

Nous ne sommes pas si nombreux, en tous les cas la fête des pères associée à fête de la musique font que l’équipe n’est pas tout à fait complète. Dans ces circonstances, nous avons décidé de limiter nos ambitions aux lacs, sans tenter le pas de Morgon, ni a fortiori la Tête de Mourre.

A 8h30 nous sommes prêts et après un court échauffement nous voilà face à la première difficulté de la journée : la descente dans le Salso Moreno. Finalement pas si pire, nous avons maintenant une bonne technique pour passer les épingles et les embûches d’une descente exposée.

Nous arrivons bientôt face à le deuxième difficulté : les orages des jours derniers ont sérieusement raviné les rus qui parcourent le Salso Moreno, et le sentier déjà instable a été emporté, il faut trouver notre chemin pour traverser les trois cours d’eau. Là encore l’expérience des précédentes ballades nous permet de passer sans encombre, si ce n’est au sec …

delicat passage de gué

 

Les deux verrous du vallon de Cabane sont avalés tranquillement, et nous voilà face au déversoir du lac qui quoique impressionnant est taillé d’un beau sentier sur lequel Corinne et Camille montent à pied.

Pour la joelette en revanche, c’est une autre histoire : Le portage est délicat. Le sentier difficile pour les porteurs car très  raide avec peu de place, un risque de chutes de pierre, des dérapages et un gros portage dans une épingle sur le rocher…)

L’arrivée sur les lacs tient ses promesses, les névés ont disparu et ont été remplacés par la prairie. Il ne faut pas longtemps pour que l’équipe se déchausse, puis se dévête et enfin se jette à l’eau.

 

meme marc y est allé !!

Comme tout cela ne se fait qu’avec l’espoir, la confiance et la poudre de fée, Gilles fait parler la poudre de fée pendant la pause repas en nous régalant de tours de prestidigitations. Nous avons beau essayer de décrypter ses tours, nous n’y avons vu que du feu, les pièces, les cartes virevoltent à l’encontre du bon sens sous nos yeux émerveillés.

L’équipe reposée et requinquée repart pour un tour des lacs, agrémenté de glissades de névé pour les plus téméraires. Nous pensons tous à la remontée du col des Fourches qu’il va falloir faire en fin de journée. Il est déjà 15h, il faut redescendre dans le vallon.

partis pour faire le tour des lacs

 

vue sur les lacs inferieurs

 

tour des lacs

 

 

moment de pause avant la remontée

La remontée des dernièrs 200m nous prendra une heure, et fera bien souffrir les organismes des porteurs, mais Corinne et Camille marchent pour nous aider, et que nous puissions concentrer les porteurs sur la joêlette de Marc – un grand merci à vous les filles !!

 

Et voilà il est 18h30, nous sommes de retour, la journée a été chargée en émotions un grand merci à Marc pour sa confiance, à Camille et Corinne aussi qui sont le carburant de nos moteurs.

Un grand grand merci à vous tous, porteurs et accompagnateurs dans ces journées où tout le monde trouve sa place. Un merci Spécial à Guillaume et Esteban qui malgré leur jeune âge ont pris part à l’effort, à Cathy qui a fait fi de son vertige pour veiller sur Corinne lorsqu’elle marchait.

Vous êtes vraiment EXTRAORDINAIREs, à très bientôt pour de nouvelles aventures.

Joelettes au PETOUMIER : à mon tour de remercier

La vie est belle. Je commencerai par ça.  :-)

Elle est difficile.  Parfois cruelle. Et souvent bourrée d’injustice.

Mais elle est belle,  comme cette journée inoubliable qui nous a rassemblés sur ce projet.

Nous étions plus de 30 autour du cairn édifié à la mémoire d’Hervé Gourdel.

Des drapeaux de prières tibétains flottaient au vent et nous renvoyaient au Népal.

Quel bel hommage nous avons rendu là.  Merci à tous.

Cette réalisation n’aurait pu se faire sans la présence de fidèles qui depuis bientôt 2 ans nous suivent, Michèle et moi, dans cette formidable aventure.

Grâce au soutien d’Osons La Différence », et celui des « cyber-z-amis d’« On Va Sortir », le CAF s’est vu renforcé ce dimanche 17 mai d’énergies fabuleuses qui nous ont permis de réussir l’ascension du Pétoumier. Seuls ceux qui connaissent le maniement des joëlettes peuvent mesurer l’exploit du jour : 1120m cumulés à en croire nos altimètres et 2 premières signées : Handicaf06 !

C’est la première fois que Claudia monte si haut en altitude, et nous battons notre propre record avec nos joëlettes ! De quoi nous remuer un peu les tripes au sommet …

C’est très encourageant pour la suite. Handicaf06 est encore jeune et se cherche. Des projets plein les cartons, où le maître mot est de rendre accessible aux personnes handicapées les joies de la montagne et toutes les émotions qu’elle procure  .

J’ai admiré le courage, la volonté de Camille et Corinne désireuses comme à chaque fois de faire les derniers pas elles mêmes.

J’ai adoré le sourire radieux de Claudia, ses yeux émerveillés devant les cimes du Mercantour qui se sont dévoilées les unes après les autres comme un cadeau, comme lorsqu’on retire un drap sur un objet précieux.

J’ai beaucoup ri  d’entendre dans mon dos l’hilarité générale et les cris de joie de Claudia et Camille dans les descentes de névés tous freins bloqués.

Nous avons eu beaucoup d’admiration pour elles et ce qu’elles ont enduré dans la montée comme dans la descente, secouées par toutes les bosses, les mottes de terre, et les pièges rocailleux qui ont entravé le parcours.

Que nous ayons porté beaucoup, un peu ou pas du tout,c ‘est avant tout ce que nous y avons apporté qui compte. Une joyeuse contagion des émotions et de l’effort, où nous apprenons à chaque fois beaucoup sur nous mêmes, et pouvons grâce à elles enrichir notre vie.

Continuons

Aldo

 

mes photos :

https://plus.google.com/u/0/photos/102536564459242939046/albums/6150292853747270289

celles de Yannick:

https://plus.google.com/photos/103240810497491476159/albums/6153322957247872561#photos/103240810497491476159/albums/6153322957247872561

Joelettes au PETOUMIER : remerciements de CAMILLE …

Le Mont Pétoumier, 2600m, on l’a fait ! Grace à tous les efforts fournis. Cela commence par une organisation qui consiste à motiver une dizaines de personnes autour d’une seule joëllette (soit 30 personnes pour 3joëllettes)

Merci encore aux organisateurs : Michèle et Aldo

La 1ere volonté de la journée et de mettre un réveil suffisamment tôt pour faire une ascension de 12km, 1000mètres de dénivelés dont trois sommets en amenant trois joëllettes aux sommets sportivement et/ou mentalement dans une ascension commune. Lever 5h pour certains! Après bien sûr, les personnes s’organisent entre elles pour les covoiturages. La route sinueuse des vallées dans les gorges est LONGUE, mais on s’y habitue.

La météo doit être de la partie. Aldo y travaille et s’arrange souvent avec les caprices du ciel  Michèle Viale et Alain Del(Aldo), nos 2 organisateurs, accompagnateurs fidèles nous amènent toujours sur des crêtes où la vue panoramique provoque des Wouah, Haan,…Ces onomatopées de bonheur entrainent l’euphorie contemplative au sein du groupe, c’est géniale à vivre !

Tout au long du parcours, le large dôme du Pétoumier, bien visible depuis la vallée de la Vésubie et les pistes de La Colmiane, offre cette vision panoramique exceptionnelle où nul obstacle ne vient troubler la perspective vers le Mercantour, la Côte d’Azur ou encore l’Ouest des Alpes-Maritimes et l’Estérel.

Les joies des crêtes…

Belle première pour Claudia ! Pour 21ans, grâce à la joëllette est montée à 2600m pour contempler cette vue, gouter aux bonnes pâtisseries partagées, traverser des endroits fleuris, rocheux, neigeux et/ou escarpés. Corinne bien expérimentées s’est délectée et extasiée tout au long de cette belle randonnée. Quant à moi, j’ai louché sur les jeunes pousses d’épinards sauvages.

Nous mangeâmes au sommet adossés au cairn sommital rendant hommage à Hervé Gourdel (drapeau) face à un panorama de fou et sous un soleil magnifique.

Après une photo du groupe, nous attaquons la descente où un névé bien réchauffé fera le bonheur des joëllettes et des accompagnateurs. Nous skiions en joëllette, trop bien. Cette pente idéale n’entrainera à une petite glissade que deux personnes. Surement l’inconscient a mis son grain de sel ! Les joëllettes sont contentes de rouler sur ce manteau blanchâtre si agréable plutôt que les mottes d’herbes ou les rochers aigus. En tous cas, après une descente pareille, la pulpe est bien décollée. Cela peut provoquer un léger mal de cœur MAIS le jeu en vaut LARGEMENT la chandelle. Si la roue bute devant les obstacles, la descente avec le poids et la gravité aident les personnes autours de la joellette, les efforts sont toujours de rigueurs car la concentration doit être optimale.

Merci à cette équipe de gens patients, motivés, optimistes,…

CAMILLE

 

Le petoumier en joelette – le 16 mai

Une bien belle journée !!

 

Bon an mal an, nous n’avions plus fait de sorties joelette depuis le mois de février. Il était temps de se retrouver, et Alain ayant été inspecter le parcours et l’ayant trouvé en bonne conditions, nous nous decidons pour une montée au Pétoumier.

C’est une premiere, en tout cas compte tenu du dénivellé de la course: plus de 1000m, ca devient serieux.

Mesdames-messieurs de la rando et de la raquette: venez-y voir, on fait de la vraie montagne avec nos machine a roulette. De la montagne, mais pas que … je vous dirais plus tard !

Comptons et recomptons, nous voila une bonne trentaine sur le parking de la colmiane pour accompagner Camille, Claudia et Corrine.

C’est bien; 10 par joelette, c’est le bon plan !

Alain nous fait le briefing puis nous partons. Le demarrage est un peu rude, mais nous tournons rapidement et finalement l’arrivée au baou de frema est sans encombre.

Pourtant nous avons 30mn de retard sur l’horaire, et decidons de court-circuiter la table d’orientation pour monter au sommet du pétoumier qui nous semble encore bien loin !!.

Le vent nous accompagne et nous reperons quelques coins propices au pique-nique et abrité d’Eole. De l’autre cote de la vallée, les nuages s’accrochent encore aux sommets.

Bientot la crete se profile et au sommet : surprise, le vent s’est calmé et le gelas enleve son blanc manteau, et camille descend se degourdir les jambes pour gravir le sommet a pied.

Nous pique niquons au sommet et il faut toute la persuasion d’Alain pour nous convaincre de quitter les lieux.

Dans la descente, un névé qu’alain avait repéré tout a l’heure l’attire irresistiblement, et c’est a la ramasse que nous descendons dans le fameux névé – d’abord sceptiques nous nous laissons convaincre et descendons dans les eclats de rire.

A 17h, nous nous retrouvons tous sur le parking pour partager le pot de l’amitiée et refaire le monde comme il nous plait. lorsqu’il est bien propre, lavé par une soudaine averse, nous reprenons le chemin de nos chaumieres en se souhaitant a trés bientot pour de nouvelles aventures !!

toute les photos ici:

https://plus.google.com/photos/118380692293177728322/albums/6150131360905341137?authkey=CPKyg6PC5N3GsgE

et la:

https://plus.google.com/u/0/photos/102536564459242939046/albums/6150292853747270289

 

 

HANDICAF06 12 avril 2015 : solidarité « verticale » au BAOU de St JEANNET

… du jamais vu à  « l »Oral » !

pour les photos, cliquez sur ce lien ou copiez le dans votre moteur de recherche:

https://plus.google.com/u/0/photos/102536564459242939046/albums/6140247242100984129

Aldo

ils l’ont fait ! ….  MERCI à TOUS

« Le difficile, c’est ce qui peut être fait tout de suite. L’impossible, c’est ce qui prend un peu plus de temps. » George Santayana

                                               Bravo les filles