Archive pour la catégorie ‘Parapente’

Vol à Castérino : Raid du Mercantour 26-27 février 2005

Parapente passion à Castérino, le 26 février 2005

Pour bien commencer la saison de vol rando, pierre LAUZIERE, du club de SOSPEL, propose aux parapentistes de tous horizons une sortie superbe, qui mettra des couleurs dans le ciel pour l’occasion du RAID DU MERCANTOUR qui se déroulera à CASTERINO pour le week-end du 26-27 février 2005.
Pour nous, la sortie est prévue le dimanche 27 ; DEPART de CASTERINO 1543m pour rejoindre le sommet à 2200m en passant par la Baisse de Peyrefique, un dénivelé de 650m environ nous attend.
DECOLLAGE : orientation OUEST / SUD OUEST parfait pour un vol d’après-midi, ( équipement ; raquettes, les crampons sont une bonne option si la neige est très dure, batons de ski, vêtements chauds, boissons et aliments).

Vol 4807 m, une semaine dans le massif du Mont Blanc

Récit d’une semaine de rêve dans LE MASSIF DU MONT-BLANC

Samedi 04 septembre 2004>

Pierre LAUZIERE, Christian FEUVRE et moi (Thierry GUILLARD) partons pour une semaine dans le massif du Mont-Blanc. Christian et moi motivés à bloc, car notre ambition première est LE VOL 4807 m, les prévisions annoncées pour la semaine de la manifestation sont excellentes.

Sur place, nous serons 6 personnes, nous nous sommes tous connus par le biais du VOL 4807 m de 2002. Guy BAYLE (venant de Corse) qui s’est démené pour trouver un appartement pour la semaine, les deux autres : Gaétan BISSON (de Toulouse) et Gilles BORTOT (de Bordeaux).

Samedi 18h00 : L’organisation nous informe que la journée retenue risque d’être celle de mardi 07 septembre. Ce qui nous laisse le temps pour dimanche de faire le Mont-Blanc du TACUL.

Guy et Gaétan sont montés au refuge du GOUTER samedi soir pour l’ascension finale du sommet dimanche matin, avec un vol à la clef si les conditions le permettent.

Gilles ayant son équipement avec un jour de décalage, se voit en position de spectateur.

Dimanche 05 septembre :

Christian, Pierre et moi prenons la benne de 8 heures pour L’AIGUILLE DU MIDI.

9h00 : départ pour le sommet du Tacul (4248m). Au bout de 2h00 nous sortons sur l’épaule et nous finissons tranquillement pour atteindre la pente douce située sous le sommet.

Sur place nous découvrons d’autres parapentistes, Bertrand et Hervé, qui font partis des concurrents du VOL 4807m. C’est avec plaisir que nous échangeons ce moment de bonheur.

Nous aurons l’occasion de voir quelques voiles nous passer au dessus de la tête avec la grande chance que Gaétan et Guy fassent partie de ce défilé de couleurs dans un ciel bleu azur.


DECOLLAGE POUR PIERRE DU TACUL

DECO 11h30


Un des deux parapentistes rencontré : HERVE
Admirez …

Après ces belles images, direction « le Brévent » où nous aurons profité des thermiques pour faire durer le plaisir et puis posé final sur CHAMONIX.

Récapitulatif : Gaétan et Guy auront décollés du sommet du MONT-BLANC. Pierre, Christian et moi du TACUL.

Lundi 06 Septembre :

Ayant eu confirmation du Mardi comme journée retenue pour la compétition, nous décidons de temporiser et de se faire un petit vol randonnée de VARAN situé au dessus de la plaine de PASSY.

Malheureusement le seul vol en commun pour toute l’équipe.

Même si nous n’avons pas eu l’occasion de vraiment nous retrouver tous ensemble pour faire le MONT BLANC, nous avons vécu une semaine dans une entente formidable et les bonnes histoires de Guy mélangées aux anecdotes de Gilles auront accompagné nos moments de retrouvailles entre deux sommets.

Lundi 18h00 : CONFIRMATION VOL 4807 POUR DEMAIN MARDI

Mardi 07 Septembre :

Lever 3h30 pour Christian et moi, soutenus par nos camarades, nous partons pour rejoindre la manifestation et suivons les étapes une par une :

  • 4h00 : bus au lac de Passy.
  • 5h00 : vérification du matériel, petit déjeuner (sur Chamonix).
  • 5h30 : briefing.
  • 6h00 : départ pour la benne et nous voici en route vers l’Aiguille du Midi (3842 m).
  • 6h45 : avec Christian nous attaquons nos premiers pas vers cette fabuleuse journée.

Et dire que ça fait la quatrième fois que nous sommes inscrits, présents en 2001, 2002 mais les conditions nous avaient laissé que peu de possibilité, en ayant quand même réussit en 2002 à sortir le sommet.

2003 annulé, les températures de cet été là avaient rendu les sorties dans le massif trop dangereuses.

Et cette édition, nous allons la savourer, car des températures très agréables nous accompagnent, une trace vraiment bonne et un vent annoncé FAIBLE. Tout ce qu’il faut pour réussir une très bonne course en montagne.

Je vous laisse admirer ces paysages qui restent un pur bonheur que nous offre la nature.


VUE DEPUIS L’ARRETE DE L’AIGUILLE DU MIDI

MONT BLANC DU TACUL 4248 m

EN ROUTE VERS L’EPAULE DU TACUL

LE MUR DU MAUDIT

Au sommet du Mont-Blanc : L’INQUIETUDE ! Le vent souffle fort, 50 Km/h environ.

Les membres de l’organisation sont en contact avec les météorologues pour connaître l’évolution de ce paramètre inattendu.


ATTENTE GENERALE QU’EOLE SE CALME

16h30 : hélas le vent souffle à 40km/h la décision est prise, redescendre sur le dôme du Goûter (4304 m)

Finalement entre 17h30 et 20h00 tout le monde aura pu se mettre en vol pour rejoindre la vallée de Passy.

Les meilleurs auront réussis à atteindre une cible au sol et pour les autres tant pis.

Ce n’est pas fini !

21h00 : repas pour remercier et récompenser tout ceux qui auront participés à cette manifestation unique en son genre.

Un grand bravo aux personnes qui s’investissent pour donner vie à cette compétition d’une année à l’autre.

Quant au choix de la journée, je ne voudrais pas être à leur place.

Car il y a une cinquantaine de bonhommes à gérer à 4807 m………CHAPEAU !

Pendant ce temps : Guy, Gaétan et Gilles sont montés Mardi 07 au refuge du GOUTER afin de retenter le sommet Mercredi 08 au matin.

Gràce au portable nous avons une liaison avec nos trois compères et ils nous signalent mercredi matin que le vent soufflait très fort à 4h00. Ils se sont recouchés pour remettre le nez dehors à 7h00. Le moral un peu entamé, ils décident de patienter et de voir plus tard en journée pour décoller du dôme du Goûter.

Pour Christian et moi LA SEMAINE CONTINUE (par contre, une seule photo mais des vidéos en cours de préparations).

Mercredi 08 septembre :

Lever 8h00 avec Christian on se dit, le physique est encore bon et le retour sur Nice doit se faire samedi 11 septembre alors il reste jeudi et vendredi pour, si les conditions sont bonnes, refaire le MONT-BLANC.

De plus notre copain Pierre avait décidé de monter Mardi pour le refuge de tête Rousse dans un premier temps, puis mercredi soir refuge du Goûter, afin d’avoir toute ses chances pour décoller jeudi au Dôme du Goûter. On pouvait donc le retrouver en chemin.

9H00 : Nous prenons la météo et elle annonce un temps superbe pour jeudi et un vent de NORD à 10km/h maxi en journée et une grosse dégradation pour vendredi. Allez pas de doute il faut foncer, surtout quand la montagne s’offre à nous.

Nous refaisons les sacs, achetons un repas pour le soir au refuge du Goûter car n’ayant pas réservé, inutile de compter sur le souper.

13h45 : Nous prenons le petit train pour le nid d’aigle.

17h00 : Nous passons au niveau du refuge de Tête Rousse.

A noter : que nous aurons vus ; Guy, Gaétan et Gilles passer dans le ciel vers 17h30, le vent en journée n’aura pas cessé de souffler fort, les obligeant à repousser le moment du décollage d’heure en heure, ils nous confierons par la suite que l’attente du matin jusqu’au soir les avaient vidés moralement mais ce fut un grand soulagement de voir une baisse importante du vent et de pouvoir enfin se mettre en l’air pour rejoindre la vallée.

19h10 : Christian et moi Arrivons au refuge du Goûter (un peu cassé quand même).

Nous retrouvons notre copain Pierre accompagné de trois alpinistes, nous nous installons pour notre petit repas et prenons place sur le sol pour passer les quelques heures qui nous séparent du lever.

Jeudi 09 septembre :

Pierre étant en forme après son acclimatation en altitude est décidé à nous suivre pour le sommet.

3h30 : un café nous sera tout de même servi (pour Christian et moi, 2 euros, le café).

3h45 : nous partons frontale sur la tête, en route pour une nouvelle conquête en passant par la très belle crête des bosses. Nous imprimons une allure moins forte pour donner à Pierre l’occasion de réussir cette première : gravir le MONT-BLANC.

A l’occasion je tourne la tête vers la vallée en contre bas, la nuit est encore présente autour de nous, mais sur CHAMONIX et la plaine de PASSY c’est encore plus sombre mais ces lumières qui scintillent à plus de 3000m sous nos pieds restent un spectacle d’émerveillement.

7h10 : et bien ça y est, arrivée au lever du jour sur le toit de L’EUROPE 4807 m.

7h30 : trois où quatre parapentistes sont déjà prêts à prendre leur envol.

8h00 : Christian, Pierre et moi sommes sur le point de prendre la voie des airs, signalons tout de même, que le vent de NORD souffle entre 25 et 30km/h.

La bonne nouvelle est que pour faire un peu de soaring au sommet c’est nickel. Par contre prudence, il faut descendre afin d’éviter d’être tiré par la voile, mais comme nous avait si bien conseillé Denis CORTELLA de l’organisation « surtout soyez légers sur vos freins, laisser voler votre voile ».

Etant prêt le premier, ma VALLUNA expe au sol s’ouvre très vite, je la monte, je laisse planer demi-tour et magie du vol libre !!!! et la suite un vrai bonheur, SOARING au MONT-BLANC pendant 30 minutes.

J’ai devant moi un spectacle unique car cette sensation que procure le parapente c’est ça. Gravir les montagnes et s’échapper comme un oiseau.

Ca restera un des plus grands moments de ma vie de parapentiste, à deux jours d’intervalle de se retrouver une seconde fois, au sommet du MONT-BLANC.

Et dire qu’il nous aura fallu quatre éditions du VOL 4807 m, pour atteindre notre but, cela montre bien les aléas de la montagne mais aussi ses moments de réussites.

A tout ceux qui aiment la montagne et qui veulent voler du Mont-Blanc, soyez prudent et patient, le jour viendra …

PS : encore merci à vous organisateurs du vol 4807 m, car c’est cette compétition qui a fait grandir en moi cette motivation pour un jour atteindre et apprécier ce joli sommet qu’est le Mont Blanc (à savourer sans modération). A bientôt …

Vol Roquebrune-Eze le 15/01/2005

Vol ROQUEBRUNE EZE, le 15 janvier 2005

Voici le récit d’un vol bien apprécié ROQUEBRUNE EZE.
Samedi 15 janvier 2005 11h20 déco de ROQUEBRUNE, la tendance est SUD/SUD OUEST (brise 15 km/h), je me concentre pour faire déjà un beau vol. Puis si tout va bien je tente pour la première fois le vol : ROQUEBRUNE EZE. D’abord je commence à enrouler mais ça n’est pas très efficace par rapport à d’autres voiles au dessus mais je continue, les nuages sont là et ils m’appellent, alors je persiste et bon en mal entre le baray et le trophée de la TURBIE je suis à 1100 m collé aux nuages alimentés par l’OUEST et poussé par du nord au dessus des crêtes.

Ceux qui ont fait le même vol, mais étant partis bien avant, sont déjà sur le retour à ce refont sur la TETE DE CHIEN pour revenir au déco. Moi la tête de chien ça me fait un détour alors je file comme prévu sur la crête de la grande corniche pour tenter de passer sur le col d’EZE. Ma transition m’amène entre la route et la crête. Etant seul je nesuis pas sur de pouvoir atteindre EZE et commence, dans le doute, à repérer des vaches. Mais ça zérote et je colle un peu au relief pour gratter des mètres et finalement du +1 me remonte au niveau des crêtes et là patiemment je reprend un thermique qui me remonte 200m au dessus du FORT de la REVERS. Et maintenant j’ai le déco du col d’EZE en point de mire.

Un moment j’ai failli faire demi tour pour le ticket retour mais depuis le temps que je voulais faire juste ce vol, finalement j’ai fini par me poser à EZE (col à 567m).