Archive pour la catégorie ‘Ski Alpinisme’

20-21 janvier – techniques alpines a estenc

– Bon finalement tu fais quoi le week-end du 20 janvier ?

– euh ben … rien de ferme pourquoi ?

– il reste une place en techniques alpines, a Estenc, tu viens ?

-OK

Voila comment ce samedi matin je suis à la bourre sur l’autoroute vers saint martin du var à lister tout ce que j’ai oublié de prendre en préparant mes affaires à l’arraché … le sac de couchage, des vivres de course, une serviette, des affaires de toilettes, de quoi me changer au gite … mais j’ai bien pensé aux crampons, au piolet, matériel de progression glaciaire et mes affaires de ski. Bon .. finalement rien de bien grave, respire un coup ça va bien se passer !!

J’arrive bonne dernière au rendez vous, mais pas en retard !! ils sont terribles ces jeunes, ils n’ont pas de maison ou quoi ? en fait ils sont tous enthousiastes à suivre ce stage de technique alpine que nous ont concocté Bruno, Patrick et Georges.

Première étape: briefing au troquet de Guillaume. Bruno et Georges nous détaillent l’agenda du week-end, le temps est incertain pour dimanche, mais on fera au mieux.

 

préparation du groupe

préparation du groupe

feu - partez !!

feu – partez !!

A Estenc, c’est grand beau .. et chaud pour la saison, nous partons sur les contreforts du garret (et pas des garrets) pour voir ou revoir les techniques de progression en corde tendue, ainsi que les techniques de progression encordés avec pose de points d’ancrages. Nous formons des binômes et passons chacun a son tour en tête. La technique est vite assimilée ainsi que les assurages sur semi-cab et à l’épaule. Le message est passé il n’y a pas une seule technique, mais la technique qui nous permet d’être rapide, simple et efficace.

roche grande

roche grande

les garrets

les garrets

 

Patrick en tete - corde tendue

Patrick en tete – corde tendue

marche encordée, pose des points d'ancrage

marche encordée, pose des points d’ancrage

20170121_144542

pierrette en rappel

pierrette en rappel

 

 

Yann assure a l'epaule

Yann assure a l’epaule

A la descente nous revoyons les différentes techniques de cramponage, dos à la pente, de coté ou de face, puis nous terminons par un atelier de descente en moulinette avec pose de points d’ancrages pour assurer le dernier, et revoyons les nœuds les plus courants et surtout le semis cab et le cab sur le mousqueton directement.

descnte en moulinette - pose des points d'ancrages

descente en moulinette – pose des points d’ancrages

le cab .. le semis cab sur mousqueton

le cab .. le semis cab sur mousqueton

preparation de la moulinette

preparation de la moulinette

20170121_155856

Le soleil disparaissant derrière la crête, nous décidons de rentrer au gite pour le débriefing.

Arrivée aux Louick ou nous accueille Leonie, c’est vraiment un lieu de rêve !

Une petite bière, une douche … pour ceux qui n’ont pas oublié leurs affaires. Perso, je vais la jouer .. ya que les gens sales qui ont besoin de se laver et ça va le faire … Episode répartition des lits: nous sommes 14, il y a 12 lits et deux banquettes dans la salle a manger ou bien la yourte a l’extérieur. Je sens moyen la yourte sans sac de couchage, je me replie sur la banquette de la salle a manger prés du feu ainsi que Georges.

Le débriefing est animé et fructueux. Juste avant le repas, qui voyons nous dehors ? nos amis Noel et Bruno qui étaient venu présenter leur film au Ladak la semaine dernière !! Ça alors ! nous les invitons à se joindre à notre repas et c’est une belle tablée de 17 personnes qui se régale de la soupe de potimarron, choucroute et tarte aux pommes de Leonie.

16003292_1399918883371966_251762025628426509_n

La soirée ne se prolonge pas, à 10h tout le monde dort. Demain c’est levé 7h – départ 8h.

Dimanche le temps est gris et le vent souffle. Bruno décide que nous resterons à l’abris de la tête de la gipière pour travailler les enrayages de chutes ainsi que les mouflages.

les ancrages

les ancrages

Victor prepare son mouflage

Victor prepare son mouflage

les mouflages - ca fait beaucoup de ficelles tout ca !

les mouflages – ca fait beaucoup de ficelles tout ca !

enrayage de chute

enrayage de chute

enrayage de chute

enrayage de chute

 

Apres quatre heures d’exercices dans la bise, nous décidons de battre en retraite et de se regrouper à guillaume pour un déjeuner tardif et le débriefing du week-end.

Au bilan, un beau week-end, un groupe formidable, une fameuse envie d’aller plus loin !! un grand merci Bruno, Patrick et George pour cette initiative. Un grand merci aussi a tous pour votre implication et votre bonne humeur: Pierrette, Aurelie, Oriane, Nanouk, Victor, Alex, Mathias, Yann, Marien, Romain.

A trés bientot pour de nouvelles aventures.

07 janvier 2017: Tour du malinvern

Une belle idée que ce tour, pour moi la première fois dans le sens horaire, puisque je le programme d’habitude plus tard en saison, pour accrocher le sommet au passage.

Partis pour affronter les froids polaires, nous avons en fait bénéficié de températures raisonnables, un beau soleil et de très belles surprises sur la qualité de neige.

Apres quelques réglages techniques, nous prenons le rythme ‘diesel’ qui me va bien, pas forcement très rapide, mais régulier. Aux passages des cols, la neige durcie par le vent réclame les couteaux, mais les crampons ne seront jamais nécessaires.

arrivee au pas du loup

arrivee au pas du loup

Les descentes sont variées (la neige aussi …) et offrent quelques moments de grâce.

descente du pas du loup .. pas si pire !!

descente du pas du loup .. pas si pire !!

Le col de valescure atteind vers 13h nous autorise une pause repas, face au magnifique panorama qui surplombe les lacs. Que de projets en préparation !!

du col de valescure, un panorama a couper le souffle

du col de valescure, un panorama a couper le souffle

it's a long way home ....

it’s a long way home ….

remontee a valescure

remontee a valescure

La descente vers le lac dans de grosses aiguilles de givre est vraiment surprenante, mais pas désagréable, puis c’est l’ultime remontée vers la baisse de drouos, je laisse les garçons régler d’ultimes problèmes technique, et je pars devant d’un pas méditatif (en fait je suis à vitesse max … pour moi …). L’arrivée sur la baisse dans le soleil de milieu d’apres midi, avec la mer de nuage au loin est juste magique ! c’est dans la descente de drouos, en lisière de foret que nous trouverons la poudreuse de rêve, il eut été effectivement dommage de la manquer en faisant le tour dans l’autre sens.

baisse de drouos

baisse de drouos

vue de la baisse de Drouos

vue de la baisse de Drouos

Un grand merci Stephane, Andreas, Serge et Sylvain pour cette belle journée. A bientôt pour de nouvelles aventures !

Tour de l’enchastraye – 10 avril

The D Day pour ce tour de l’enchastraye, ou toutes les conditions etaient reunies.

Beau temps, mais temperatures raisonnables. Une petite couche de neige fraiche qui recouvre la neige rougie par les sables saharien, et qui protege du rechauffement. La belle descente en poudreuse sous la tete de l’enchastraye, et bien sur … un groupe au top !!

merci Franck, Max, Patrick et gerard pour cette belle journée.

les photos de ce beau tour: tour et sommet de l’enchastraye

 

Raid San Bernolfo – Cinq jours de ski de rando en étoile du 6 au 10 avril.

              METEO ANNONCEE

Le temps devrait être correct mercredi et jeudi, mauvais vendredi et très beau samedi et dimanche.

 

JOUR N°1 : Limonetto, cime de Salante (2176 m)

Nous nous retrouvons tous à Limonetto à 9h (1294m). La météo est acceptable. Le faible enneigement ne permet pas l’ascension programmée du Chiamassero. Georges, qui a plus d’un tour dans son sac, nous propose la cime de Salante. Nous partons sur la piste  de ski de Limonetto, que nous quittons rapidement pour suivre le vallon en direction de Rocca Bastera en longeant le bas des granges de Moretto,Tetto, et Brunda.  Au loin, le  Monte Creusa, le  Ciotto Mieu,  le Monte Vecchio et  l’Abysse.  Nous contournons la cime de Salante, avant de la gravir : elle s’élève en pente douce jusqu’à la crête frontière. Pique-nique au sommet au pied d’un cairn imposant de 3m de haut et 2m de diamètre.  Magnifique  vue sur la ligne des forts  défensifs protégeant la vallée de la Roya : le fort Giaure,  le fort central, le fort Marguerie et l’ancienne route du col de Tende …. Belle descente dans une neige tout à fait agréable.

Nous reprenons les voitures, traversons Valante (le village de Collodi, l’auteur de Pinocchio), puis Borgo San Dalmasso, grande ville où il ne faut pas oublier de tourner pour pénétrer dans le val Stura. Nous remontons la rive gauche de la rivière Stura et gagnons peu à peu Vinadio. Le hameau de San Bernolfo est à une bonne heure de marche de là,  la route d’accès n’est pas encore dégagée. Chacun s’apprête à transporter sur son dos tout le barda pour le séjour quand, quelle chance! nous sommes informés que le chasse-neige est à l’œuvre. Dans quelques minutes (italiennes !), c’est en voiture  que nous irons au refuge.

Nous patientons au bistro. Tout nous sourit : nous avons fait une belle balade, la route va ouvrir juste comme nous arrivons et nous voilà devant un chocolat italien avec la cuillère qui tient dedans.

La route semble maintenant ouverte et nous nous engageons. Le chasse-neige a bien travaillé : il a ouvert un passage dans l’avalanche qui a coupé la route. Reste à circuler sur une bonne épaisseur de neige et de glace. On patine, on pousse, on sort les pelles…quand arrive l’adjoint au maire qui se fâche : la route est fermée ! Finalement Beppe, notre hôte, vient nous chercher en 4X4.

 

SAN BERNOLFO (1702m),

C’est un hameau rude fait de quelques maisons de montagne, dont 4 sont habitées à l’année. L’une d’elles est transformée en refuge/restaurant : le Dahu de Sabarnu où nous nous installons.

Pour rappel : San Bernolfo, évêque d’Asti martyrisé par les Sarrasins, ayant distribué les richesses de l’église, était l’ami des pauvres.

Une petite chapelle dédiée à San Lorenzo, martyrisé lui aussi, mais beaucoup plus tard, veille sur le hameau. Comme chacun sait, Saint Laurent est le patron des cuisiniers, ce qui explique sans doute la suite.

 

LE DAHU DE SABARNU:

le dahut

Beppe Giovanni, un jeune gaillard italien à la barbe fournie et sa femme Giorgia tiennent le refuge. Ils parlent très bien le français. Il fait bon, le poêle à granulés rougeoie. On y boit des bières locales et on y prend des repas gastronomiques. Le premier soir, c’est ravioli à la bourrache et crème fraîche, suivis de pommes de terre du jardin, saucisses du pays et gâteau maison (la polenta, c’est pour demain). On arrive quand même à se lever pour gagner à l’étage supérieur le dortoir. Plus dur que le ski !!!

JOUR N°2 : TOUR DE LA COLLE LONGUE (2759)

Il fait beau temps mais l’enneigement limite le choix des courses.

Aujourd’hui ce sera Colle Longue.

Nous montons par le Vallon Lapassé, passons devant le refuge Alexandris Foches (ex del Laus) pour déboucher sur le lac de San Bernolfo .

photo1

Nous continuons par le vallon de Collalunga di Bagni. Nous atteignons le Pas de Colle Longue 2533m, qui n’a pas volé son nom (nous avons parcouru quelques km).

photo2

 

Georges et Alain ont choisi de laisser la Cime de l’Autaret à gauche pour rejoindre les crêtes 2628m et 2682m puis le sommet de Colle Longue 2759m (Antennes Relais) où nous déjeunons.

photo3

 

Nous descendons par le col, le lac et le vallon de la Seccia pour regagner San Bernolfo.

 

JOUR N°3 : LE BECAS CORBORANT 2806m.

La météo étant hésitante, le but est d’aller vers la cime de Rocca Nera, puis finalement il fait beau et c’est, dans le même secteur, aux Becas Corborant que nous allons. Nous montons par le vallon de Barbacana. Nous laissons le pas de Barbacana  à notre gauche pour longer le bas de la pointe Isatier Spagnoli (2664m) pour atteindre la splendide combe commune au sommet de Rocca Négre/ Bec W du Corborant et le Becas du Corborant.

 

Pour finir, nous accédons au sommet en crampons :

photo4

 

Nous descendons par l’itinéraire de montée dans des neiges humides mais skiables. Certains rêvent de couloirs…

photo5

photo6

 

Le soir, orientation et plan de marche pour le lendemain pour la pointe Gioffredo.

 

JOUR N°4 : MANIP ET SECURITE

 

photo7 

 

La perturbation attendue hier est arrivée aujourd’hui. Il neige. C’est magnifique, silencieux … Mais pas de visibilité ! Nous consacrons la matinée à la cartographie, l’orientation, la formation de nœuds, manipulation de cordes, etc…Midi, le soleil pointe son nez, rouge-gorge, rouge-queue à front blanc, mésanges charbonnières chantent à tue-tête. Nous nous précipitons…à table ! Une bonne assiette de ravioli, ça ne se refuse pas ! Pour digérer, rien de mieux que quelques exercices de recherche de DVA. Nous allons dans le vallon de Barbacana (Torrent de Corborant).

Les exercices sont réussis, nous avons mérité la descente. Grâce à Alain qui nous a poussés pour que nous marchions un peu loin dans le vallon, nous avons le plaisir de descendre par le Vallonallo dei Dossi recouvert de sa moquette toute neuve.

Au menu, les gnocchi aux orties que Giorgia a passé tout le matin à concocter avec de magnifiques pommes de terre et de la farine de châtaignes. Au dessert, gâteau éponge bien consistant.

 

 

JOUR N°5 : POINTE GIOFFREDO (2960m)

 

photo8 

 

 

 

Aujourd’hui, dimanche, il y a foule. Il fait grand beau. C’est le bouquet final : l’ascension de  la punta Gioffredo.

photo9

Nous partons du refuge par le même vallon que la veille. Nous passons par les Laghi dei Lausfer, inférieur et supérieur (2511m et 2555m). Il fait très chaud. Nous nous faisons dépasser par une bande de jeunes et joyeux surfeurs du CAI. Après un passage délicat, nous montons une grande pente qui conduit au sommet.

Des cafistes dignes de ce nom utilisent leurs piolet et crampons pour finir de parcourir la crête jusqu’à la pointe et admirer le panorama. D’autres (dont moi, qui tremble comme d’habitude) s’arrêtent au début de la crête, 30m plus bas que le sommet.

La vue est prestigieuse : le Viso, l’Argentera, le Mounier, les Ecrins, Moïse…

l'argentera

Ici, l’Argentera

le viso

Là, le Viso

le mounier

Et le Mounier…

Nous descendons par les vallons Costa Gias Verde puis le Gias Della Pera et le vallon de Barbacana dans une neige molle mais très skiable pour arriver à temps au refuge pour une dernière ventrée de ravioli..

bilan

BILAN :

5 jours de ski, 5 jours de bonheur, 5 jours de convivialité et 5 jours de ravioli !

Merci à Alain et Georges pour avoir fait partager leur savoir, leur savoir-faire, leur dévouement, leur patience, leur gentillesse, leur sens de l’humour, leurs encouragements et pour nous avoir permis de grandir tous ensemble. Merci aussi aux autres participants pour l’entraide, la convivialité, la solidarité et la bonne humeur.

Et merci a Sylvie pour ce trés beau recit !!

De trabzon à Erzurum – recit d’une traversée du Kaçkar

Janvier 2015 … morose ambiance, pas qu’en géopolitique !! pas un flocon sur les alpes, nous cherchons ou s’exiler pour sortir nos spatules, mais même le nord de l’Europe reste à sec.

Finalement, le seul endroit à être arrosé cette année, c’est l’Asie centrale .. ni une ni deux, allons donc voir la bas si nous y sommes.

Ce sera la traversée du kaçkar sur la proposition d’Ibrahim, avec l’assistance de l’équipe de Tamzaratur.

Départ le 12 mars à 8h, arrivés le 13 mars vers 1h a Ayder, les prévisions météo ne sont pas au top, mais qu’importe, avec l’espoir, la confiance et un petit peu de poudre de fée, nous savons bien que nous tirerons notre épingle du jeu.

Au depart a Ayder

Le plan c’est : traverser le massif du nord au sud, depuis Ayder jusqu’à Ispir, puis revenir vers Erzurum.

Ayder ressemble a une petite suisse, nous allons vite comprendre qu'on est bien du mauvais cote du foehn

 

Lundi 14 : montée vers les alpages de Kavrum ou nous devrions rester deux jours avant de traverser vers Yaylarla.

Fin de la montée en chenillette

Monter tout notre barda en chenillette relève du déplacement de troupe,

 

mais bon … une fois installé, nous montons reconnaitre la traversée pour constater que le temps se dégrade.

il fait frais dans la bergerie !!

Pendant la nuit il tombe 30cm de neige, et la raison nous fait battre retraite pour étudier un plan B.

 

la meme que plus haut .. le lendemain !

Mardi : Ce sera la traversée … en voiture (250km) plutôt qu’a ski (18 km) … pour éviter de rester coincés sur l’alpage. Et effectivement, versant sud a Yusufeli, il fait beau.

 

la montée sur Yaylarla

Mardi – mercredi – jeudi: Nouveau transport de troupe vers Yaylarla ou nous logerons dans la pansyion Kaçkar d’Ismael, qui a troqué sa chaire de prof de français contre un B&B au bout de nulle part, mais un si beau nulle part !!

 

Kackar Pansyion

La vallée de rêve nous tend les bras ; au fond le kaçkar dag nous nargue, sur tous les versant nord, la poudreuse nous accueille. Vers Ayder en revanche, le foehn sévit, et ourle sa menace sans cesse.

 

 

 

vendredi : ce sera la traversée ; en effet le mauvais temps est annoncé pour la fin de semaine a nouveau, et nous ne voulons pas nous faire piéger dans la vallée. L’itinéraire de toute beauté, nous emmène encore au sud, un beau passage de col à 3400m et  la descente pourtant prometteuse ne sera pas marquée d’une pierre blanche. La température baissant a crouté la neige, et il faut ‘s’arracher’ pour sortir quelques virages, le village ou nous attends notre accompagnateur Jeff (Alias Cevdet Oguz) est en vue, on aperçoit au passage, une belle trace d’ours récente… oui, des ours opportunistes rôdent près des villages en hiver…

C’est en voiture que nous terminons cette longue journée, la descente vers Ispir nous fait traverser des paysages incroyables, la vallée est complètement remodelée par la main de l’homme pour y installer des retenues hydrauliques en cascade. Nous en restons sans voix. Le bilan carbone de l’opération est-il positif ? en même temps, comment porter un jugement quand nous nous transportons à grand renfort de kérosène d’une extrémité de l’Europe vers le centre de l’Asie ?

Bref, restons donc sur le constat d’un travail de titan.

 

Kebab improvisé a ispir

 

A Ispir, nous logeons au bord de la rivière, avec l’espoir de monter skier au col le lendemain. Les prévisions météo ne sont pas très bonnes, mais qui trop écoute la météo … fini poivrot … et oui, même en Turquie quand le temps se gâte, on ne boit pas que du thé.

 

ca se gate ...

Samedi : montée au col. Une fois hélas, nous devons rester en aval du tunnel car le chef de chantier nous interdit l’accès à cause des manoeuvres de chantiers en cours, deux fois hélas, les prévisions se confirment, le vent souffle en rafale et bientôt il se met a neiger. Nous rebroussons rapidement chemin, et nous nous rabattons sur un pique-nique en bord de chantier. Bernard qui a récupéré une dalle de granite en profite pour subrepticement la glisser dans mon sac … je ne m’en apercevrais que le soir … (“Ho! il est bien lourd mon sac… )

DE retour au bungalow, la discussion s’anime : faut-il partir tout de suite pour Erzurum tant qu’il ne neige pas ? attendre en espérant skier vers Bozan demain au risque que la neige nous en empêche ?

C’est finalement la deuxième option qui l’emporte. Toute la nuit la pluie nous rebat les oreilles, et il se met à neiger a Ispir à 8h du matin.

 

Dimanche : C’est le replis !! sauf que … il faut traverser plusieurs cols à plus de 2000m, et … nous n’avons pas de chaines ni pneu neiges ….

Sur les recommandations de bernard, Cevdet s’arrête dans un village acheter de la ficelle, il ne trouve que de la corde à linge … Une fois n’est pas coutume le doute me prend ! je me plonge dans mon livre, n’ayant rien à apporter de positif à cette affaire, je laisse prudemment les garçons bricoler cette affaire …

Juste avant le col, le chasse neige s’est mis en travers. Et nous … nous comptons passer avec notre fil à étendre le linge …

…. Ils furent bibliques : homme (femme) de peu de foi, pourquoi as-tu douté ? alors que la tempête fait rage, Cevdet maintient le cap, le fil a étendre le linge aussi, et nous passâmes les trois cols jusqu’à Erzurum. Certes, nous n’avons pas marché sur l’eau, mais c’est juste parce qu’elle était gelée.

 

Pour fêter cela, nous dinons le soir dans un restaurant tout à fait étonnant : 16 chaumières ont été regroupées, tout en gardant leur caractère ancien, et les convives sont installées a même le sol autour de grand plateau de cuivre pour partager un excellent repas.

Le tout est décoré de tapis, et bibelots plus ou moins anciens. Ici l’antique côtoie le tourne disque des années 50 mais le tout est arrangé avec beaucoup de gout.

Lundi : déjà le séjour se termine. Finalement malgré la tempête d’hier il n’a pas tant neigé que ça surErzurum. La vue depuis le 8ieme étage de l’hôtel ou nous prenons notre petit déjeuner est néanmoins magnifique. Nous décidons de tournicoter autour de la station de ski locale. En fin de journée, il n’y a plus un vallon vierge, nous avons soigneusement et méthodiquement tracé tout ce qui pouvait l’être.

 

Ce soir Ibrahim nous quitte pour rentrer à Paris, demain, nous rentrons aussi vers Nice, et Cevdet reprend la route pour rentrer sur Trabzon.

C’est un très beau séjour, sur un itinéraire riche qui s’achève sur un gout de revenez-y.

Seule ombre au tableau, les attentats meurtriers qui ont égrené la période, Ankara, Istanbul puis Bruxelle pour finir, quand cela s’arrêtera il ? Pourquoi face à une nature qui n’évoque que paix et beauté, sommes-nous capable de créer autant de laideur et de malheurs ?

Ski alpinisme: Cime negre par le vallon de Crous

Petit casse tete pour la collective de ce dimanche 6 Mars. La semaine derniere deja nous avons tout annulé a cause d’un bulletin d’estimation des risques defavorable.

Cette semaine apres avoir epluche toute les sources, nous décidons de maintenir. par contre … patatra, la route de casterino ou nous avions prevu de sortir est fermé.

Changement de programme, et nous decidons avec patrick et georges de faire le mont ferrant, et la cime negre … si affinité.

Le groupe est trés heterogene, et surtout … c’est un gros groupe: 19 personnes alors que météofrance annonce une chute de neige de plus de 50cm … Bref, nous décidons de couper le groupe en deux. Patrick partira seul en tete avec les skieurs autonomes, et georges et moi encadrerons les nouveaux skieurs ainsi que les personnes plus lentes.

Le paysage autour du village de roya est enchanteur. Au village cependant, la couche de neige tombée hier nous rassure, il s’agit de 5 a 10 cm seulement. Rapidement la couche de neige fraiche devient un peu plus epaisse (15 a 20 cm) mais déja alourdie par le soleil d’hier aprés midi. Au maximum vers 2500m, nous avons trouvé une quarantaine de cm, plutot bien solidarisé avec la couche sous-jacente en versant nord. Il est probable qu’en versant sud ou la couche sous-jacente etait deja en neige de printemps l’affaire soit différente.

Nous sommes seul au monde, nous progressons en une longue chaine de skieurs jusqu’au col de crous. Le groupe de patrick nous fait la trace.

Sur la crete la neige a été frittée par le vent, mais nous pouvons monter sans jamais dechausser, et décidons rapidement de laisser le mont ferrant pour aller directement à la cime negre.

Quelques skieurs decident de faire l’aller retour a la cime, pendant que le reste du groupe se restaure a la baisse. Manifique panorama au sommet. Helas la corse nous reste cachée par les nuages cotier, amis le mercantour en revanche est completement dégagé.

La descente fut a la hauteur de nos reves. La descente dans la combe de Crous fut l’occasion de belles courbes et a voir les sourires du groupe, tout le monde y a trouvé son compte.

En foret la neige etait plus lourde, mais restait tout a fait skiable.

En fin de journee, nous nous retrouvons tous au troquet du bourguet pour le pot de l’amitié.

Seule fausse note de la journee, les bouchons pour rentrer … quittant le bourguet a 17h, nous sommes arrivés a nive vers 20h, mais bon .. ca valait largement la peine. On n’aurait voulu rater cette belle journée pour rien au monde !!

Un grand merci a Bernadette, Charlotte, Oriane, Raphaelle, Yoanna, Maxim, Alexandre, Guillaume, Tonio, Franck, Max, Jacques, Eric, Xavier, Sebastien, Gerard pour votre companie et votre enthousiasme.

Georges, Patrick et Michele.

Toutes les photos:

https://www.facebook.com/media/set/?set=a.1123965497633974.1073741837.193154007381799&type=1&l=7b2d937d3c

d’autres photos ici 

 

 

 

 

31 janvier- sortie découverte ski-alpi en val d’allos

Il ne sera pas dit que janvier finisse sans une sortie d’initiation au ski de randonnée. En effet jusqu’à présent soit il n’y avait pas suffisamment de neige, soit nous étions pris sur d’autres manifestations.

La date avait été prise il y a quelque temps le 31 janvier, nous ferons une sortie découverte du ski. Après avoir compulsé diverses sources, et surtout pris les renseignements a la source, je me décide pour allos. Bon plan, nous constatons en arrivant que même si l’épaisseur n’est pas phénoménale, au mois, la neige recouvre bien le secteur.

Il fait doux, mais dans le ciel les nuages défilent. Sachons faire optimisme de tout bois, si le ciel est couvert, la neige fondra moins, il n’y a pas eu de vrai regel nocturne, cela fait notre affaire.

La grande Seolane nous observe alors que nous arrivons sur la parking de la Baumelle, Amelie, Fred, Tom et Dimitri se préparent, contrôle de DVA, et nous voila partis.

Nous sommes tout de suite dans le vif du sujet puisque le premier passage imposent des conversions. Une rapide explication du geste technique, et tout les cinq passent l’épreuve avec succès.

premiere prise de contact avec les skis

Dans le vallon de valdemar, je décide de tirer sur la crete de valminette qui présente l’avantage d’offrir une belle vue sur la tête de l’encombrette, la tête de valcibiere et la grande seolane, plutôt que de remonter le vallon. de toutes les façons, la poudreuse de la semaine dernière n’est même plus un souvenir. Aujourd’hui c’est ski piemontais*.

Nous progressons en forêt jusqu’à la quote 2000, voyons les chalets de valminette en contre-bas. Il est midi passé, le contrat de 500m de dénivelé est en train d’être dépassé, Tom commence a s’inquiéter de l’heure du déjeuner, et la crête est balayée par des tourbillons. C’est donc la voix de la sagesse qui nous conseille de trouver un coin a l’abris pour une pause déjeuner bien méritée.

miam miam - glou glou en vu !!

Après une collation installé dans les aiguillées de pins, au soleil. Nous nous livrons a une exercice de recherche de DVA, durant lequel tous chacun à leur tour s’essaieront avec succès à la recherche finale.

on est pas bien la ?

C’est déja la descente tant redoutée par Dimitri, qui s’en sort finalement trés honorablement. nous serpentons dans la foret pour rejoindre la baumelle. experience inedite pour tous, et qui j’espere vous donnera envie de retenter.

meme pas peur a la descente !

un grand merci a Amelie, Tom, fred et Dimitri pour cette belle journée !

Tom, Fred, Michele, Dimitri

et amelie

 

Michele.

 

 

(*) le ski piémontais se pratique surtout en fin de saison dans une neige à consistance de polente.

les Grands Parcours

ce sont des organisations FFCAM qui visent à faire découvrir les sports de montagne au plus grand nombre. Le week-end dernier, le CAF d’Albertville coordonnait un grand parcours ski alpinisme et raquettes, ce printemps nous organiserons un grand parcours alpinisme.

 Apres divers aléa d’organisation de notre côté, nous partons finalement Alain del lungo, Georges torreli, Patrick valdenaire et moi-même pour prêter main forte à l’organisation locale. Pensez donc, un grand parcours, cela représente prés de 400 participants, 80 initiateurs pour encadrer les participants sur trois niveaux :

  • Découverte de l’activité (dénivelés inferieurs a 500m, allure modéré, ateliers sécurité, utilisation du DVA, nivologie, lecture du paysage, faune, flore, apprentissage des conversions)
  • Initiation à l’activité (dénivelé inferieurs a 1000m, avec les mêmes ateliers sauf l’apprentissage des conversions)
  • Perfectionnement : différents parcours proposés en autonomie.

Ce fut l’occasion de rencontrer des encadrants d’autres régions, bien sûr, mais surtout de faire partager notre passion aux participants. En plus de la neige qui nous fait défaut cette année, nous y avons trouvé l’esprit qui nous anime au club alpin.

Nous regrettons que ces aléas d’organisation ne nous ait pas permis de monter une plus forte délégation du CAF de Nice, puisque ce coup-ci seulement deux membres en plus des cadres étaient présents. Ce n’est que partie remise. Notez dans vos agendas les dates des 20-21 janvier prochain, ce sont les dates du prochains GP ski-alpi 2017 du CAF d’Albertville.

 Résumer ces deux jours en quelques mots serait difficile, mais l’organisation était au top, malgré le nombre de participants, à aucun moment nous n’avons ressenti la pression de la foule, les parcours étaient suffisamment variés pour que chacun y trouve son compte. Bien sur le soleil et la neige ont contribué à la réussite du week-end, mais autant dire que nous avons des leçons à tirer de l’exercice pour ce printemps !! la pression est sur nos épaules !!

 Seul regret : nous étions tellement occupés par nos groupes découvertes et initiations que nous n’avons pas vraiment fait de photos, je vous renvoie donc à la page facebook du GP pour vivre l’évènement en différé.

https://www.facebook.com/GPSAreches/?fref=ts

 

Dimanche 10 janvier : entrainement à la recherche de victimes en avalanche … en terrain sec !

Le 10 janvier, toujours pas de neige … F… el nino !!

Qu’a cela ne tienne, plutot que d’aller raper nos semelles sur les caillou d’isola, je propose de faire une sortie en terrain sec, pour s’entrainer a l’usage du DVA.

Notre mission est de monter au col du berceau au dessus de castellar, et de faire des recherches. Nous nous retrouvons a 12 motives pour cette ballade.

Laurence, Claude, Nathalie, Madeleine, patricia et isabelle, Henri, Patrick, Jacques, Marc, Xavier et moi et moi.

La montée au col est raide dés le depart, et la pluie d’hier a rendu le sentier bien glissant, nous nous elevons rapidement au dessus de la foret et admirons la vue de l’esterel a vintimille.

Au col, nous laissons Marc avec les appareils pour grimper sur la cime de l’orvea. et en redescendant la recherche commence. Trois appareils sont planques, et l’exercice met en evidence le fait que meme les appareils performants demandent un peu d’apprentissage et de methode.

Aprés l’effort, le reconfort. Nous profitons du soleil de midi pour partager un repas froid, suivi d’un deuxieme exercice de recherche.

Nous bouclons le tour par le pas de la corne qui offre une belle vue sur l’italie, puis redescendons par les ruines du vieux castellar, jusqu’au village ou nous attend quelques rafraîchissements.

Une bien belle journée avec un groupe bien sympathique !

 https://www.facebook.com/media/set/?set=a.1091583390872185.1073741832.193154007381799&type=1&l=63ef029bc5

Couloir Nord du guilhe – 31 mai

et voila … j’avais bien rangé mes skis, mais coup de fil de georges cette semaine qui soupçonne un creneau meteo ce week-end pour le couloir nord du guilhe.

petit message a la liste et bingo – nous voila 10 motivés pour un week-end de l’autre coté de la frontière.

Bivouac gastronomique le samedi soir dans un décor de reve sous un ciel étoilé et une presque pleine lune.

Encore une fois, le creneau etait au rendez vous – nous aussi. La neige est remontée au dessus de la cascade, mais qu’importe, la descente etait a la hauteur des espérances ! moquette a poil long.

Merci la grenouille ! et merci aussi georges pour l’invitation bien appréciée encore cette fois.

Michele, Laurence, Vanessa, Oriane, Aurelie, Olivier, Ryan, Sebastien, Georges et Alain

Briefing du soir

 

En route mauvaise troupe !

 

au dessus de la cascade par contre - la neige est bien la !

 

hum .. faut il vraiment deja estiver les skis ?

le ciel se voile

 

Ryan pense deja a la prochaine sortie !