La montagne est un milieu hostile, surtout en hiver où il fait très froid.

Nous vous recommandons de bien couvrir vos enfants (pull, bonnet, cache-nez, gants épais, chaufferettes, etc.).

Même s’il fait froid, le soleil est très fort à cause de la réverbération sur la neige. Équipez les de lunettes anti-UV leurs couvrant totalement les yeux, et d’une crème solaire à indice élevé.


Comportement sur les pistes

Vous devez vous comporter sur pistes de manière à ne pas mettre autrui en danger ou lui porter préjudice.

Vous devez adapter votre vitesse et votre comportement en fonction de vos capacités personnelles et des conditions générales du terrain, du temps, de l’état de la neige et de la densité du trafic.

Le skieur aval est toujours prioritaire au skieur amont (question de visibilité), vous devez choisir votre trajectoire de façon à préserver la sécurité des personnes en aval.

Lors d’un dépassement, faite le de manière assez large, afin de prévenir les évolutions de celui que l’on dépasse.

Évitez de stationner dans des passages étroits ou sans visibilité et en cas de chute, dégager la piste au plus vite.

Après un arrêt ou un croisement de pistes, vérifiez avant de vous engager, qu’il n’y a pas d’usagers sur votre trajectoire de départ (en amont ou en aval). Utilisez de préférence les bords de pistes pour vous arrêter.

Respectez le balisage et la signalisation. Ne vous engagez pas sur une piste fermée. Ne faite pas de hors piste.

En cas d’accident, donnez l’alerte immédiatement.

Toute personne témoin ou auteur d’un accident, est tenue de faire connaître son identité auprès du service de secours.

Secours des pistes d’Auron04 93 23 00 02
Secours des pistes d’Isola04 93 23 25 25

Quelques conseils pour l’usage des remontées mécaniques

N’oubliez pas : vous participez à la sécurité de l’installation, votre imprudence mettrait en danger les autres usagers. Un règlement de police, à l’attention des usagers, est affiché à chaque appareil.

VEHICULES FERMES (téléphériques)

  1. Ne dépassez pas le nombre maximum de passagers et ne faites pas balancer la cabine.
  2. L’ouverture et la fermeture des portes sont automatiques, ne cherchez pas à les ouvrir vous-même et ne vous y appuyez pas.
  3. En cas d’arrêt, attendez calmement le redémarrage ou l’intervention du personnel.
  4. Ne fumez pas.

TELESIEGES

  1. Les enfants ne sont admis seuls sur un télésiège que s’ils mesurent au moins 1,25 m.
  2. Placez votre sac à dos devant vous ! Vous pourriez rester accrochés à l’arrivée.
  3. Si vous embarquez mal, laissez partir le siège ! Vous risquez de rester suspendu.
  4. Baissez le garde-corps ! Vous risquez la chute.
  5. Ne sautez jamais du siège, même à l’arrêt ! C’est toujours plus haut que vous le pensez.
  6. Si vous n’arrivez pas à débarquer, restez assis ! Laissez vos jambes pousser la tige horizontale d’arrêt automatique.

TELESKIS

  1. Enlevez les dragonnes des poignets ! Vous pourriez rester accrochés à la perche.
  2. Ne slalomez pas et gardez la perche jusqu’à l’arrivée ! Vous risquez de faire dérailler le câble et de blesser ceux qui montent.
  3. Si vous tombez, n’insistez pas ! Lâchez la perche et dégagez rapidement la piste de montée.
  4. A l’arrivée, lâchez la perche à l’endroit indiqué ! Si vous dépassez l’arrivée, vous déclencherez l’arrêt automatique.
  5. Dégagez rapidement l’arrivée ! Une perche pourrait heurter votre tête.
  6. Certains téléskis sont « classés difficiles », signalisation au pied de l’appareil, ils sont déconseillés aux débutants.

Pour votre plaisir et votre sécurité, respectez la signalisation.


Le ski parabolique

Catégorie de skieurs Type de skis
Débutant Longueur de base moins 10 cm. Ligne de côte modérée.
Skieurs pratiquant le ski loisir
Longueur de base avec une ligne de cotes moyenne. Rayon de courbe de 14 à 16 m
Skieurs en quête de sensations Taille de guêpe très prononcée avec un rayon de 11 m à 16 m en ski piste ou polyvalent et pouvant atteindre 18 m pour des skis de hors piste. Eventuellement un ski très court.
Enfants Débutant : taille physique moins 10 cm (petit enfant longueur de ski de 70 à 80 cm)
Confirmé : longueur des skis taille physique
Compétition : taille physique + 10 cm.

La différence entre un ski traditionnel et un ski parabolique est sa forme. Le parabolique est large en spatule et au talon, étroit au patin, alors que le ski traditionnel est droit. La forme incurvée, fait, que mis sur les carres, les skis décrivent automatiquement une courbe. Ce rayon de courbure peu s’étalonner de 11 à 30 mètres selon la ligne de côte des skis. En utilisant des skis extrêmement courts, le rayon de courbe peut se réduire à quelques mètres.

Avant tout, il faut savoir qu’un ski doit être adapté au niveau technique du skieur. Si la taille de guêpe est trop prononcée cela peut être handicapant pour un skieur débutant, habitué à skier en dérapage ; ce type de ski ayant tendance à s’inscrire dans la courbe sans déraper. Par contre, pour un très bon skieur, cela lui donnera un énorme plaisir de conduite et une plus grande maîtrise du pivotement des skis.
Une ligne de côte plus modérée permettra au skieur débutant, de déclencher des conduites dérapées.

Pour le skieur confirmé, cherchant à exploiter au maximum les performances d’un ski parabolique, il faut suivre quelques règles de conduite, qui diffèrent de celle communément admises, pour le ski traditionnel.

En premier lieu, skier avec un écart naturel des pieds. Cela facilite la prise d’appui simultanée sur les deux pieds, plutôt que de privilégier l’appui uniquement sur le ski extérieur. Garder les bras en avant du corps.

Pour amorcer un virage, éviter le mouvement vertical (flexion/extension). Rechercher plutôt l’avalement (repli des jambes sous le buste). L’énergie engendrée lors de la prise des carres sur les deux pieds sera restituée lors du changement de carres (réaction d’appui). Les jambes reviendront naturellement sous le haut du corps (retour d’angulation). Le changement de carre doit s’effectuer de façon rapide mais progressive (sans brusquerie) en anticipant par un glissement du buste vers l’avant et vers l’aval.

Après avoir amorcé le virage, en position d’avancée. Garder le buste légèrement fléchi, appliquer une flexion progressive sur les jambes durant tout le virage de façon à faciliter la prise de carre. En sortie de virage, les pieds doivent retrouver un centrage « pieds-buste » ; de façon à favoriser un bon appui sur les carres.

En conclusion, pour pratiquer le ski actuel, une faible prise de carres suffit à produire un effet. Les skis modernes ont donc une grande facilité à décrire des trajectoires courbes.
Cependant, ce ski, laissera facilement ressentir un flottement, à vitesse élevée en trace directe ; si la position adoptée, n’est pas idéale. Le glissement optimal est obtenu par le maintien de la position intermédiaire.

En attendant, bonne glisse à tous …….


Les risques d’avalanche

Échelle européenne de risque d’avalanche à l’intention du public pratiquant la montagne hors des pistes balisées et ouvertes.

Indice du Risque Stabilité du manteau neigeux Probabilité de déclenchement
1- Faible
Le manteau neigeux est bien stabilisé dans la plupart des pentes. Les déclenchements d’avalanches ne sont en général possibles que par forte surcharge (***) sur de très rares pentes raides (*). Seules des coulées ou de petites avalanches peuvent se produire spontanément.
2- Limité
Dans quelques (**) pentes suffisamment raides, le manteau neigeux n’est que modérément stabilisé. Déclenchements d’avalanches possibles surtout par forte surcharge (***) et dans quelques pentes généralement décrites dans le bulletin. Des départs spontanés d’avalanches de grande ampleur ne sont pas à attendre.
3- Marqué
Dans de nombreuses (**) pentes suffisamment raides, le manteau neigeux n’est que modérément à faiblement stabilisé. Déclenchements d’avalanches possibles parfois même par faible surcharge et dans de nombreuses pentes, surtout dans celles généralement décrites dans le bulletin. Dans certaines situations, quelques départs spontanés d’avalanches de taille moyenne, et parfois assez grosse, sont possibles.
4- Fort
Le manteau neigeux est faiblement stabilisé dans la plupart (**) des pentes suffisamment raides. Déclenchements d’avalanches probables même par faible surcharge (***) dans de nombreuses pentes suffisamment raides. Dans certaines situations, de nombreux départs spontanés d’avalanches de taille moyenne et parfois grosse, sont à attendre.
5- Très fort
L’instabilité du manteau neigeux est généralisée. De nombreuses et grosses avalanches se produisant spontanément sont à attendre y compris en terrain peu raide.

(*) Pentes particulièrement propices aux avalanches, en raison de leur déclivité, la configuration du terrain, la proximité de la crête…
(**) Les caractéristiques de ces pentes sont généralement précisées dans le bulletin : altitude, exposition, topographie…
(***) Surcharge indicative =
forte : par exemple, skieurs groupés…
faible : par exemple, skieur isolé, piéton…
Le terme  » déclenchement  » concerne les avalanches provoquées par surcharge, notamment par le(s) skieur(s).
Le terme  » départ spontané  » concerne les avalanches qui se produisent sans action extérieure.

Les chutes de neiges qui se succèdent, se déposent les unes sur les autres, sous forme de strates plus ou moins compactes qui reste indépendantes les une des autres. En fonction des condition météorologiques du moment et de l’angle de la pente, il peut arrivé que ce manteau neigeux se désolidarise et se mettent à glisser de façon spontanée ou provoqué par le passage d’un ou plusieurs skieurs. Il est impossible à première vue d’évaluer l’état et la structure des différentes couches. Seule une bonne connaissance du milieu et une série de coupes transversales réalisées par des spécialistes formés à l’étude des avalanches peut déterminer le niveau de risques de déclanchement d’une avalanche.

Il existe 3 types d’avalanches:

  • Les avalanches de neiges poudreuses : Elles ont un écoulement très rapide sous forme de nuages. Elles peuvent suivrent des directions aléatoires et parfois même remonter la pente sur l’autre versant de la montagne. Tout skieur pris dans ce type d’avalanche à très peu de chance d’en réchapper car il inhale cette poudre qui pénètre les poumons et provoque la mort par noyade.
  • Les avalanches de neiges en plaques : Une des couches du manteau neigeux se désolidarise des autres, en un seul bloc et se met à glisser, atteignant parfois une vitesse de 100 Kms/h.
  • Les avalanches de neiges humides : C’est une avalanche de neige de printemps assez lente (60 Kms/h) mais ayant une énorme pression.

Rappelons pour mémoire que la probabilité de survie d’une personne ensevelie après 15 minutes, décroît rapidement à 25 %. Puis à 10 % après 1 heure. Ceux, des ensevelis qui ne disposent pas de poche d’air, meurent asphyxiés, (sans oublier les risques d’hypothermie).

Alors un conseil : restez sur les pistes balisées et respectez la signalisation. Ne vous aventurez jamais sur une piste fermée.

Avant de commencer une journée de ski, assurez vous que les conditions (météo et neige) soient favorables. Après vérification du bulletin, adapter la sortie au besoin !