Sommet de Colle longue – 10 fevrier 2013

Nous partons tôt ce dimanche matin, car le bulletin météo menace de l’arrivée d’une perturbation dans l’après-midi.

Nous avons décidé de profiter des conditions propices de cette saison (enneigement bas et manteau neigeux très stable) pour tenter le sommet de colle longue au-dessus de Douans. Il est rare que nous trainions nos peaux autour de ce village exposé SUD et à 1300 m d’altitude.

Ne connaissant pas le coin nous jouons la sécurité en empruntant le chemin d’été qui nous emmène très rapidement vers 1750m ou nous chaussons les skis.

Le ciel est clair, et l’air est sec et froid (-13 au départ), mais des cirrus annoncent le front chaud d’altitude de la perturbation.

Nous remontons encore un peu en direction du pas de Barbacane, puis obliquons vers 1850m vers l’ENE en direction d’un collet qui mène vers le Lagaro.

Sur ce versant sud, le manteau neigeux n’est pas très épais, mais le froid et le vent des derniers jours l’a durci et nous progressons sans aucun problèmes.

Au collet, vers 2130 nous constatons que la crête de colle longue a été entièrement déneigée par le vent. Nous optons pour le fond de vallon qui est très bien enneigé. Quelques anciennes coulées sur les pentes sud, des accumulations dans les pentes sous le vent nous confirment que le vallon n’est fréquentable si le manteau neigeux n’est pas bien stable.

Dans le vallon les zones de neige très dure alternent avec des zones d’accumulations de neige soufflée par le vent, mais l’ensemble est finalement assez homogène et nous serpentons agréablement dans un relief de vallon glaciaire. Les couteaux sont de rigueur mais a aucun moment les crampons ne sont nécessaire.
Le vent nous cueille au sommet ou nous ne prendrons même pas le temps d’enlever nos peaux. Tonio relève -15 et les 30km de vent qui sifflent dans les câbles du relais suffisent à donner à ce sommet débonnaire un air de grandes alpes.

Tout près, la perturbation commence à franchir le Mounier, il neige au nord d’Auron, les cumulus s’accumulent vers la côte. Les modèles Meteo étaient justes.

Pour la descente, nous choisissons de rester dans le vallon de Pelouset qui nous a semblé être enneigé beaucoup plus bas que celui qui mène au pas de barbacane. Nous descendons jusqu’à 1500 m sans encombre ; la perspective d’un pique-nique au soleil et au sec nous a fait traverser le vallon un peu trop tôt.

Nous finirons donc à pied, mais en traversant vers 1550 nous aurions sans doute pu descendre à ski jusqu’à 1400 (Val. Robaut).

Un bon choix pour cette sortie avec un sommet inédit, et que nous terminons dans un troquet aussi inédit pour nous au Bourguet autour du Pannetone que Paule nous a amené.

Bravo et merci à tous pour cette bien sympathique journée

Fred – Michele.

Le commentaires sont fermés.