Mercredi 20 mars 2013: la patine du temps n’efface pas les conquêtes

Sur la Via Julia de l’Alpe Summa, où quelques pierres instables témoignent encore de la suprématie romaine, des irréductibles résistent  encore …

Nous ne sommes pas en Armorique,  mais à la frontière italienne, entre oppidums et castellaras..

Des insoumis s’y regroupent dans une arène verticale : la Turris Viae,  ou « la Tour sur la Voie », connue sous le nom de « La Turbie »..

Sa forteresse et ses colonnes déchues, ne sont plus qu’un attrait touristique.

Les touristes ne savent pas, qu’un peu plus bas sous leurs pieds, des guerres de succession  se poursuivent sur des  colonnettes de quartzite.

Non loin des ruines romaines, les prodiges luttent sans fin jusqu’au coucher du soleil.

Parfois ils se retrouvent au village une bière à la main, pour  oublier le cri primal qu’ils ont poussé en plein vol.

On y reparle des anciens, des mutants, de leurs pas de danse dont les arabesques ressemblaient à des volutes sur des airs de musique classique …

http://www.youtube.com/watch?v=Vrac4j7C79Y

On y célèbre aussi les victoires, victoire sur les romains, victoires personnelles, victoires sur le temps qui passe… inexorablement.

Les tribus turbulentes qui entravaient autrefois les passages alpins, ont cédé place à ces nouveaux rebelles qui gagnent avec courage « leurs » batailles sur le rocher.

Des « galopins » de la couenne qui n’hésitent pas à défier le grand Octave-Auguste dans son délabrement inéluctable, qui se jouent de la gravité pour sonner les cloches dans le plafond de Big Ben. Là où la patine du temps n’efface pas les conquêtes…

Les nouveaux sites peuvent toujours fleurir comme des cistes au printemps, la Turbie reste le rendez vous de toute une communauté de la grimpe. Carrefour de routes où les plus grands ont usé la gomme de leurs chaussons. Un immense terrain de jeu où naîtront encore de nouveaux guerriers. A l’instar de Fred Oddo, Axel Franco ou Patrick Pessi dans des voies de mutants comme « Patathor »  ou « Super patate d’or…  ouvertes il ya 10 ans

Site majeur, mythique pour certains qui se souviennent de Patrick Berhault, mystique pour d’autres, jusqu’à ce que cette nouvelle vague de grimpeurs devienne troglodyte, et bouscule à son tour les portes du 9ème degré en se jetant dans le vide, pour voler dans les airs et penduler sans fin dans les plus beaux des dévers de calcaire.

La Turbie c’est plus plus de 500 voies réparties sur 14 secteurs, tous niveaux, et chargées d’histoire…

Pour les débutants, grâce à Francis et René, avec les nouveaux secteurs du « Gentil » ou la Loubière derrière les surplombs  .

Pour les plus aguerris, dans les abominables envolées des grandes faces…

Dans la seule grotte de Big Ben, on dénombre une trentaine de voies de 5+ à 8b+ …renversantes ! Le cadre y est grandiose, avec une vue imprenable sur la mer et Monaco

Par temps de pluie c’est l’endroit idéal, peu de résurgences.

Ce qu’il nous fallait aujourd’hui, avec une météo qui compromettait notre projet de grande voie.

Heureusement pour nous, Bernard Dutertre a équipé des voies dans le 6… notre niveau.

Et à l’honneur, les filles ! qui nous ont prouvé qu’elles avaient elles aussi la patate !

 

Exploit pour Laurence, « Fleur de Lys » (tiens, ça aurait bien plu à nos 2 compères qui ont baptisé les voies du Gentil tout au féminin…). La princesse du jour a posé le pied dans Bio Taupe. Et en y risquant le second , elle a trouvé son chemin dans son premier 6a , jusqu’au relais sans pousser un seul cri. Elle n’y croyait pas. Et pourtant….

Exploit pour Onil, qui a sorti les gros bras dans son premier 6b.

En manque de rocher ces derniers temps, elle n’en a fait qu’une bouchée.

Les garçons n’avaient plus qu’à s’aligner.

Hervé s’est glissé dans le sillage de sa princesse Lys. (Pas étonnant qu’on choisissait cette fleur comme emblème royal !

Et voilà une après midi  qui a filé comme un comète. Où l’on a su rebondir en attendant le retour du soleil. Nous avons commencé la séance à réviser et tester nos connaissances en matière d’assurage : relais, protections… et même jusqu’à pousser le vice de se mettre dans des situations délicates. La remontée sur autobloquant nous a bien fait circuler le sang, et remis quelques fondamentaux en place.

Comme quoi, faut se bouger ! Si tu végètes t’as rien. N’est ce pas Fred ?

Aldo

 

 

Le récit  en images ….

Après la pluie , le beau temps…

Les sourires radieux

Après avoir dégringolé le sentier de la Tête de Chien, place aux ateliers relais sur coinceurs.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Hervé assure , …………..                       …………………. Fred rassure .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Onil à l’ouvrage …..                               ……….. avec Laurence, échange de savoir

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

l’assurage , c’est sérieux

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

le mouflage aussi

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Puis vient le temps des exploits

 

 

 

 

 

 

Laurence, notre princesse « Fleur de Lys », se décide à affronter le premier 6a de sa vie !

 

Elle s’élève dans « Bio Taupe » 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

aux prises avec la colo de sortie …

Et voilà le 6a dans la poche pour Laurence dans un parfait mimétisme au relais

 

Pendant ce temps, Onil  avide de calcaire, s’est ruée dans le bombé de « si tu végètes t’as rien  »  (6a)

 

et ne tarde pas à toucher la chaine

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Victorieuse Onil redescend.   Laurence monte et gagne du terrain.

Crise aigüe de Calgon !!!

Hervé grimpe sagement dans « Bio Taupe »

Fred, peu rassuré, place la corde dans le 6a+ un peu glissant de « Belle Fée Gore » … ça résurge  !

 

 

ONIL, à son tour dans le 6a de « Bio Taupe »

Onil jusqu’au toit…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Onil au niveau de la colo

Au relais,  se prend pour l’oiseau …

Laurence à la bagarre dans le bombé en 6a de « Si tu Végètes… »

 

Onil et Laurence remontent sur corde. C’est tout nouveau pour l’une, petite révison pour l’autre formée par maitre William en personne.

 

 

Efficace, Onil apprend vite.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au tour de notre princesse du jour de s’équiper

 

 

 

 

 

 

 

 

à chacune sa méthode, et ça marche !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Onil prend de la hauteur dans la traversée du 6b, dernière voie de la journée avant la tombée du jour

 

Et tire le rideau.  C’est fini pour aujourd’hui

 

retour à la frontale, comme toujours !        Bonne nuit les petits.

 

Le commentaires sont fermés.