24 mars 2013: but au mounier mais belle journee quand meme

Bon, bien sur j’entends déjà d’ici les commentaires. Ca rime à quoi de sortir sous la pluie avec une limite pluie neige a 1400 et un BERA peu engageant.

On m’a dit qu’on va au rendez vous, on regarde au départ et on renonce si on le sent pas. Et bien dimanche, on le sentait !

et pourtant … deux ‘Wouff’ assez inattendus par cette neige tassée par le radoucissement au démarrage nous incite a la plus grande prudence. L’objectif est le Mounier, mais nous avons choisi de monter par la crête pour rejoindre l’arête nord.

La foret est belle, les sapins tout alourdis par la dernière chute de neige ploient et gouttent à notre passage. La dernière chute s’est déposée sur un manteau très humide, il fait doux mais rien n’entame notre moral, sauf peut être la pente.

Nous rejoignons le vallon puis grimpons sur les pâturages qui mènent à la crête du petit Colombet. Nous progressons ensuite sur la crête jusqu’à 2300, mais l’aggravation des chutes de neige met fin à notre ambition et c’est dans un vent froid et sous la neige que nous dépeautons en vitesse.

A la descente la neige tiens ses promesses. C’est juste excellent ! Tant et si bien que personne ne pipe mot lorsque nous dépassons la bifurcation vers le vallon de l’adret, et que nous continuons à descendre vers la forêt.

A 1750, force est de constater qu’il va falloir remonter chercher l’embranchement, et tant qu’à recoller les peaux …. Autant remonter faire un tour de manège !!!

Nous remontons donc à 2200, et reprenons la descente sur laquelle les flocons ont déjà effacé nos premières traces. A ce compte, Fred serait bien remonté une troisième fois, genre : distributeur de boissons fraiches : tant que je gagne – je joue !!

Nous suivons la majorité raisonnable du groupe pour une fin de descente dans une neige lourde mais tout a fait skiable, voire même sympathique à la fin car la baisse de la température a fait durcir la couche de neige humide sous-jacente.

C’est une bien belle journée qui s’achève, dans laquelle la seule ombre au tableau a été une fois de plus de ne pas pouvoir trouver un endroit pour boire un verre dans la vallée de la tinée. Pour moi qui y ai passé mes jeunes années, c’est un comble !! a croire qu’à partir du Bourguet, les habitants de la tinée ont perdu tout savoir vivre !

Pierrette, Tonio, Max, Maud, Fred, Andreas, Jerome, Bruno, Michele

Le commentaires sont fermés.