Dimanche 12 février 2017 le Capelet inférieur

Cap sur le Cap(elet) inférieur (2419 mètres) 1100 mètres de dénivelée, 13 kilomètres de distance

 

La journée débute avec un petit parfum d’aventure… Vu de la vallée, le secteur des Blancons semble tout sauf enneigé : oublions donc le Mont Joia, et visons un secteur où nous pourrons sauter la case « portage» pour aller directement à la case « raquettes ». C’est le Capelet inférieur qui remplit ces critères et devient l’élu du jour.

 DSC09222

20170212215615-f21f81ab

Première difficulté : garer la dizaine de voitures (ou plus ?) au départ de la piste des Terres Rouges. Et prendre le départ à 35 sans trop se piétiner les raquettes et se mettre les bâtons dans les jambes… Annie, Patrick, Denis (pour les 19 du G1) et Gabriel, Michel et Tony (pour les 16 du G2) : tout le staff est là ! Contrôle des DVA : OK. Contrôle des raquettes : il en manque juste une paire… ce qui contraindra l’une des nôtres à faire la rando « sans ». Respect pour son courage et sa bonne humeur devant l’adversité.

 DSC09236

20170212215626-f9862810

Une montée sans difficulté par la piste nous amène sur la crête qui sépare la vallée de la Gordolasque du vallon des Graus. Sous les arbres, de larges taches d’herbe. Mais, globalement, la couche de neige récemment tombée suffit à nos raquettes. Plus haut, nous émergeons sur la crête et nous nous dirigeons vers le Serre de Clapeiruole.

 IMG_2388

P1360876

Malgré son altitude modeste, 2010 mètres, cette montagnette nous obligera à sortir le « grand » jeu, c’est-à-dire les cales de montée : sur quelques centaines de mètres, la croupe devient une crête qui s’effile et se faufile entre des rochers.

 20170212214126-8cf03bc4

DSC09268

À droite, le massif de l’Authion. À gauche, le Mont Joia et la Valette de Prals. Plus au nord, Gélas, Malédie et Clapier, le trio des 3000 du département. À l’horizon, la mer et ses reflets de métal doré.

 P1360892

IMG_2412

P1360880

Et au-dessus de nos têtes, des nuages qui filent, filent, filent… « vrais » nuages, ou nuages de poudreuse soufflés par (et oui, le revoilà…) LE VENT ! Pris dans les tourbillons, et éclairés par des lumières changeantes, les cristaux de neige façonnent de très belles ambiances dans un camaïeu de gris et d’argent.

 20170212214200-9580b5d9

Un dernier ressaut, juste sous le sommet, nous donnera un peu de fil à retordre : c’est pentu, ça glisse, il y a des rochers, et le vent s’obstine à titiller nos équilibres précaires. Un dernier effort et, au milieu de tourbillons hurlants, nous touchons enfin au but : le cairn sommital. Inutile de songer à continuer vers le Capelet supérieur, plus personne n’y pense, et une ultime rafale dissipe d’hypothétiques velléités…

 IMG_6475

P1360908

Ceux qui repartent du sommet croisent les vaillants copains qui s’en approchent. Les mots d’encouragement partent à l’horizontale par la voie des airs sans atteindre leurs destinataires…

 IMG_6484

IMG_2425

Par contraste, le pique-nique, à l’abri dans la forêt, nous semble d’autant plus cosy. Et comme il est relativement tôt, un exercice de recherche de DVA s’organise. Sous le contrôle d’Annie, Gabriel et Patrick. Par groupes de deux, tout le monde fouille le secteur d’une avalanche fictive, et trouve, le plus souvent, l’origine des bip-bip… Le groupe semble en progrès, mais peut mieux faire ! « Personne n’a zéro », commente Patrick.

 DSC09291

DSC09310

Nous redescendons sans stress aux voitures, sous le soleil revenu, mais avec la surprise de constater que, vers la fin de la forêt, la neige a déjà commencé à fondre. Sur les sommets, le vent nous la transforme en nuages ; et en bas, le soleil nous l’escamote pour imbiber la mousse des bois… Ah, le cycle de l’eau… Quelle tristesse…

 DSC09328

Nous nous consolons de ce gros chagrin aux Tilleuls, en portant joyeusement un toast aux pâtissières du groupe et aux encadrants, toujours aussi investis autour de notre bol d’air hebdomadaire. Merci m’sieurs-dame !

Le commentaires sont fermés.