Dimanche 14 janvier 2018 : on révise ses classiques !

Cime de la Valette des Adus (2449 mètres)

Dénivelée : environ 1000 mètres

Distance : environ 15 kilomètres

 

Aujourd’hui, interrogation écrite sur le secteur de Salèse pour les 31 élèves de la classe raquette 2018. De quel côté irons-nous ? à droite vers le lac Nègre, ou à gauche, vers les Adus ? Denis sera secondé par Mario et Jacques pour le G1 ; Tony par Jean pour le G2. Et, pour tout le monde, direction la Valette des Adus, vallon, col ou cime suivant la forme et les envies !

 DSCF3295

Plusieurs membres de l’équipe sont en recyclage « Neige et avalanche » à Estenc. Formez-vous bien, les amis, on a besoin de votre expertise pour mettre nos raquettes où il faut, et surtout ne pas les mettre où il ne faut pas…

 DSCF3296

  Nous attaquons quasiment en même temps que le groupe de skieurs d’Andreas et Fred qui, eux, partent vers les Bresses. Contrôles de DVA en stéréophonie… Les bons élèves CAFistes que nous sommes sont désormais bien sensibilisés aux consignes de sécurité : « Jamais sans mon DVA ! »

 IMG_1773

IMG_1781

 Salèse, nous voilà ! Ce vallon que nous connaissons si bien est incontournable, au propre comme au figuré, pour accéder à tant de belles destinations. Nous y pensons parfois (osons l’avouer…) comme à une mise en jambe un peu lassante, voire sans intérêt autre que celui de chauffer notre mécanique humaine. Mais aujourd’hui, merveille ! il a revêtu son ambiance canadienne, avec ses sapins tout blancs et sa neige immaculée que nous allons laminer de nos 62 raquettes. Les suivants peuvent venir, la trace est faite.

DSCF3304

DSCF3305

Petit regroupement au col de Salèse, où le panneau qui nous sert tous les ans de mètre-étalon émerge à peine de la neige : bon pour le moral ! Direction à présent vers le col de la Valette des Adus.

    IMG_1784

DSCF3309       

D’un col à l’autre, le groupe s’étire, se reforme, s’étire à nouveau. Le rythme est régulier : Denis impulse une bonne allure… L’enneigement conséquent nous permet de tirer droit dans le grand labyrinthe de rochers au milieu duquel nous avons tant louvoyé, certains années moins fastes…

 DSCF3315

IMG_1788

Un rapide tour d’horizon confirme que beaucoup de belles courses sont désormais à portée de raquette : la neige est bien là ! Mais, dans l’immédiat, il s’agit de conquérir pacifiquement la cime de la Valette qui tend jusqu’à nous sa crête tentatrice. Ne résistons surtout pas à la tentation : la vue et la vie sont toujours plus belles d’un peu plus haut !

 DSCF3323

DSCF3326

 Ce dernier effort nous ayant donné grand faim, une pause pique-nique s’organise en contrebas du col. Une averse de neige importune nous déloge, tandis que les sommets frontaliers qui formaient une magnifique skyline, Argentera en tête, se retirent dans un fondu de gris. C’est le signal du départ, la montagne souhaite manifestement que nous vidions les lieux.

DSCF0791

IMG_1795

Délicieuse redescente dans la poudreuse de la forêt. Incorrigibles que nous sommes : chacun aspire à faire « sa » trace, pour goûter au plaisir toujours neuf de la neige vierge, si chère à nos raquettes, si douce à nos ménisques…

 DSCF3336

À droite ! Par ici ! On coupe ! Direct azimut pour rejoindre la piste sans passer le col, les initiés comprendront… Le premier passe ; le second se pose peut-être des questions, mais il décide de suivre ; et c’est tout le troupeau qui leur emboîte le pas. Ce ne sont que quelques dizaines de mètres de forte pente et de neige sublime, mais quelles sensations… On s’en sort comme on peut, certains semblent flotter sur la neige, d’autres hésitent à faire le premier pas, quelques-uns renâclent, mais la loi de la pesanteur met tout le monde d’accord : les moutons de Panurge sur raquettes se retrouvent tous en bas, rigolards et tout contents d’eux !

 DSCF3340

Mais voilà que l’inquiétude grandit : y aura-t-il de la place aux Tilleuls ? Vite, une avant-garde règle son GPS sur Lantosque et part réserver la salle que nous considérons comme notre QG du dimanche après-midi. Gâteaux et fruits secs circulent de table en table, projets et souvenirs de randos s’échangent, le thé fume et la bière pétille…

 

Et, pendant ce temps, loin de nos rires sonores, tout là-haut, les montagnes se referment sur elles-mêmes, dans leur grand silence blanc, sous la pluie lente de ces extraordinaires petites étoiles, cristaux de neige par milliards, dont jamais deux ne sont semblables : la créativité, la beauté sont à l’œuvre, pour notre bonheur à venir…

Le commentaires sont fermés.