Dimanche 6 janvier 2019 : le Capelet inférieur (2419 mètres)

 

Bon plan pour les raquettes…

Dénivelée : 1100 mètres pour 14 kilomètres

 

Comme il est fort probable que nous ayons abusé des aliments gras-salés-sucrés lors des fêtes de fin d’année, suivons donc la préconisation de la Haute Autorité de Santé : « bougez plus ! ». Sac au dos, camarades, et sans délai 

 

sdr

dav

Tandis que notre président Gabriel se rendait à Estenc encadrer une formation Neige et Avalanche, former de nouveaux cafistes au danger de la montagne, pour que nous puissions conjuguer toujours mieux plaisir de la neige et exigences de sécurité, Annie, Patrick, Denis, Eric, Tony et Vincent nous proposent d’aller voir du côté des Capelets inférieur et supérieur si la neige est plus blanche qu’ailleurs en ce début 2019… 39 personnes, ça en fait, du monde, et garer toutes les voitures au départ de la piste des Terres Rouges requiert réflexion, calme et méthode.

DSC03783

 DSC03786

Les raquettes bien fixées sur les sacs à dos, nous nous dirigeons vers Patrick pour le premier contrôle DVA de l’année. Le risque avalanche semble léger-léger, à moins qu’on ne soit pris sous une avalanche de cailloux. Mais on ne badine pas avec la sécurité, et ce rituel-réflexe est tellement ancré dans nos inconscients qu’on vivrait son absence avec frustration…

IMG_3255

IMG_0722

Première épreuve de la journée : le kilomètre et demi à faire sur la piste, vitrifiée en patinoire. Il n’y a pas de neige alentour, et c’est à croire que tout ce qui fait le charme glacé de l’hiver s’est concentré ici sous forme de glace, vive, bleue, noire, verglas, neige gelée… Nous progressons avec des prudences de Sioux, tentant de poser pieds et bâtons sur des touffes d’herbe, des cailloux, des plaques plus blanches où la neige produit un crissement rassurant. La moyenne horaire s’en ressent…

DSC03790

DSC03797

La suite de l’itinéraire, dans la forêt puis sur le Serre de Clapeiruole, ne nous surprend guère : pas de neige, ou juste ce qu’il faut pour faire rigoler les raquettes, qui prennent le soleil bien au sec sur les sacs. Quelques rares filons de poudreuse, mystérieusement préservée dans des secteurs plus froids nous redonnent confiance, mais ces bouffées d’espoir retombent toutes comme soufflés hors du four.

 DSC03806

DSC03808

Les deux groupes arrivent à une demi-heure d’intervalle au pied des ultimes pentes du Capelet inférieur où les raquettes moqueuses sont abandonnées en tas. Le G1 chausse les crampons et opte pour une montée sur les maigres pentes de neige gelée, quelques centimètres, juste l’épaisseur requise pour ne pas transformer les pointes des crampons en petites cuillères (l’expression est de Michel, et c’était au Pel Brun !). Le G2 fera l’ascension sur herbe, expression qui sonne comme un glas en ce mois de janvier…

 DSC03815

Tandis que le G2 gagne à son tour le sommet, le G1 rejoint la baisse pour examiner d’encore plus près le Capelet supérieur qui nous domine de 280 mètres. Ira, ira pas ? Beaucoup de rochers apparents, de la neige très dure, le vent qui se lève et pulvérise de toutes petites choses très froides qui piquent le visage… Tous ces arguments ne pèsent guère en faveur de la poursuite de l’ascension, lorsque Philippe abat un atout un décisif : la vue est la même du supérieur ou de l’inférieur ! On ne demande qu’à le croire sur parole : demi-tour, on se contentera de l’inférieur, tant pis pour le prestige et le panache du supérieur !

 pano5 pano4

Les deux groupes redescendent les pentes, à crampons ou sans crampons, pour un pique-nique très cool avec petite sieste dans l’herbe, tandis qu’Eric qui, manifestement, n’est pas assez fatigué, escalade un gros rocher pour faire du groupe une photo plongeante. À l’horizon, la Corse aux sommets enneigés se détache nettement, juste à gauche de la redoute de la Pointe des Trois Communes, spectacle magique, tellement Mercantour !

 IMG_0724

Au moment de repartir, voilà que les raquettes, décidément facétieuses aujourd’hui, s’amusent à se mélanger, à se confondre, à embrouiller leurs propriétaires. Des confusions en cascade : tu es sûr que ce sont bien les tiennes ? Mais alors, qui a pris les miennes ? Dans ce cas, celles-là, à qui sont-elles ? Il devient urgent de les customiser, pour pouvoir les reconnaître au premier coup d’œil !

 DSC03832

La redescente sera mise à profit pour travailler un peu la pratique de la recherche avec les DVA. Les bip-bip s’entrecroisent, sur tous les tons de la gamme. Symphonie électronique alpestre que nous espérons n’avoir à entendre que dans le cadre d’exercices comme celui-là…

 DSC03840

Le retour sur la piste est à la hauteur de l’aller, vu qu’elle n’a pas dégelé. Certains préfèrent chausser raquettes ou crampons pour éviter les vols planés : bien vu ! Mais on se tient toujours le même discours intérieur : bah, on est presque arrivé, on ne va pas chausser maintenant. Et pourtant, la sagesse voudrait que…

 IMG_3248

Tony, qui a le numéro de la hotline des Tilleuls, fait ouvrir le bar rien que pour nous : trop fort, ce Tony ! Nous renouons en 2019 avec la tradition reconstituante de nos fins de rando… Une multitude de bonnes choses circulent d’une table à l’autre. Une mention cette fois-ci pour les roses des sables en chocolat de Christine, qui ne feront qu’un pli !

P1270875

Et, surtout, un grand bravo affectueux à Gaby Bartin, qui a reçu tout récemment la médaille pour ses 50 années de CAFisme actif ! On se sent petit et humble devant tant d’expérience montagnarde… Félicitations, Madame, et amitiés à Monsieur ! La section raquette est vraiment très honorée que vous l’ayez choisie pour entamer une nouvelle décennie d’aventures enneigées (le plus souvent) ou pas enneigées (comme aujourd’hui).

Le commentaires sont fermés.