Dimanche 13 janvier 2019 : Cime de Rogué en traversée, montée par le Serre

Dénivelée : 1150 mètres

Distance : 16 kilomètres

 

 

N’ébruitons pas trop l’affaire : on a trouvé de la neige, et de la bonne ! De quoi consoler nos raquettes, frustrées par notre récente virée sur herbe sèche au Capelet inférieur… Nos amis skieurs du CAF nous ont généreusement mis sur la piste de l’or blanc : il y en aurait un beau gisement par-delà le col de Salèse ! Et ce ne sont pas quelques mètres de glace vive, à la barrière du parking d’hiver, qui vont refroidir la détermination de notre quête.

 DSC03844

DSC09434

Dites 33 ! Car nous sommes 33, dont notre pool d’encadrants quasi au complet : Annie et Patrick, Gabriel et Denis, Eric et Michel, l’encadrant raquette semble affectionner le fonctionnement en binôme…

 DSC03845

DSC03849

P1080130

La montée au col de Salèse, il n’y a plus grand chose à en dire, après tant et tant d’années. Il n’empêche qu’elle est incontournable, tout en permettant de chauffer les jambes et de dompter le souffle. Sans oublier que, pour nombre de raquettistes, elle est considérée comme une randonnée à part entière ! G1 et G2, résignés, se donnent rendez-vous au col, pour une pause rapide, avant de continuer leur route sur la piste qui monte vers camp Soubran.

 DSC03857

DSC03867

 

Mais, très rapidement, nous quittons le confort de la piste (horizontale) pour une orientation plein Est (pas horizontale du tout) vers le bas de la pointe de Rogué et la cuvette de la Combole. Ô surprise ! Eric, hilare, arrive sur les lieux avec son G2 en même temps que le G1. Dis-nous tout, Eric ! Connaîtrais-tu des raccourcis inconnus de nos GPS ? Aujourd’hui, nous ne sommes pas au bout de nos surprises sur le thème de la fable « Le lièvre et la tortue » !

 DSC09450

P1080154Vite ! Mettre les crampons ! Tout le monde a hâte d’entreprendre la montée vers la cime via le Serre ! Tout l’itinéraire est bien enneigé, et la neige répond bien sous les crampons, mais pas d’imprudence : le moindre faux pas nous ramènerait en une seule glissade jusqu’aux voitures…

DSC09455

rogué 3

P1080156

Sur moins d’un kilomètre de distance, nous avons le plaisir de goûter à toutes sortes de plaisirs alpins : un peu de mixte, du cramponnage sur quelques ressauts raides et gelés, jouer les équilibristes sur une portion brève où la crête se fait toute fine. Ça se voit : Gabriel, en tête, se régale à imaginer pour ses suivants un itinéraire sympathique, esthétique et surtout ludique, composant avec tous les jalons que la Nature a éparpillés sur le Serre de Rogué.

 P1080169

DSC03875

DSC09458

DSC03868

La file indienne s’est beaucoup étirée : les premiers sont déjà au sommet, alors que l’arrière-garde est encore bien loin. Mais avec un serre-file comme Michel (notre Gilet Vert à nous) on sait bien que tout peut devenir accessible ! On ne dira jamais assez le rôle majeur de celui qui ferme la marche, surtout s’il est patient, de bon conseil, toujours de bonne humeur, et prêt à donner un de ses bâtons lorsqu’il y a de la casse dans les rangs…

P1080180

 DSC03884

rogué 6

IMG_3357

Les 17 du G1, regroupés au sommet, ont tout le loisir de contempler le paysage, car la météo est parfaite : encore une fois, du Monte Rosa à la Corse, rien n’arrête le regard ! Et, plus près de nous, Giegn, Tablasses, Bresses, Frémamorte, blancs à point ! C’est la montre qui nous décide à redescendre sur la baisse de Rogué, par une crête de neige qui nous semble si facile, maintenant…

P1080208

DSC03896

rogué 8

 

 Agglutinés sur le mince espace entre les pentes qui dégringolent vers les Naucettes et Frémamorte, nous cassons au soleil une petite croûte béate lorsque, soudain… Un, deux, trois, dix, seize silhouettes apparaissent au sommet ! Les copains du G2 ! Tous sont là, alors qu’on pensait que, peut-être, certains renonceraient ! Et non ! Aujourd’hui, la distinction G1 et G2 n’a plus de raison d’être. Et pourtant, pour certains, il s’agissait là d’une toute première expérience de cramponnage…

P1080213

rogué 9

En général, on commence par plus simple, les amis, bravo à toutes et tous ! Et s’il y a eu quelques larmes au sommet, ce sont des larmes de bonheur, de celles qui coulent sans chagrin, tout juste pour faire tomber la vapeur après un pic de stress, et pour mettre de nouvelles étoiles brillantes dans les yeux. On les ovationne, bien sûr, quelle merveille d’être tous réunis et d’avoir la même expérience intense dans les jambes et dans le cœur !

 rogué 10

20190113_141517

Dix skieurs de rando atteignent à leur tour la baisse : problème de surpopulation, pire que sur la plage de Juan-les-Pins en juillet ! Il est temps de repartir. La descente de la baisse se fait bien sûr à crampons. Une partie plus raide (évidemment en neige dure, pour pimenter l’affaire) nous prendra un peu de temps, avant le dernier regroupement-changement-crampons/raquettes. Le reste de la descente dans la forêt restera dans nos mémoires comme un vrai régal, dans des filons de poudreuse incroyablement légère et bien conservée. Aux oubliettes, l’herbe sèche du Capelet 

P1080220

 DSC09489

Tony n’est pas là pour coordonner notre dernière migration de la journée vers Les Tilleuls, mais il a laissé de précieuses consignes que Gabriel applique à la lettre : passer un coup de fil, faire préparer les tables, prévenir qu’on débarque à 33 ! Avec des galettes, des panettone, des boîtes de chocolats, des gâteaux, des croquants aux amandes, et surtout beaucoup, beaucoup de bonne humeur…

pano1

 DSC03925

Le G1 avait fait pour la première fois cette traversée du Serre de Rogué, le 29 mars 2015. Le G2, quant à lui, était monté par la baisse de Rogué, et seules trois personnes avaient atteint le sommet. On peut mesurer les progrès réalisés en l’espace de trois petites saisons par l’ensemble des participants, sans minimiser pour autant le rôle majeur joué par nos copains encadrants qui, bien formés, bien entraînés et pleins d’expérience, savent insuffler confiance et audace raisonnable à leurs ouailles…

Le commentaires sont fermés.